Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Goulouli ( dites-moi)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Iska
    a répondu
    Loubia, bonjour

    au vu de ce passage , je ne crois pas que cela soit véridique.

    El guelil veut tout simplement attirer l'attention :

    Aya, soyons plus direct ! Le personnel des urgences médicales dans un hôpital a-t-il le droit de faire grève ? Mais bien entendu. Et le malade qui a besoin d'une intervention vitale a-t-il le droit de mourir,

    Laisser un commentaire:


  • Loubia
    a répondu
    Bonjour Iska.

    Tu ne saurais pas si l'information reprise par la chronique est avérée ? Je n'ai croisé ça nulle part dans l'actualité. En général, un service minimum est toujours assuré pendant une grave, et à plus forte raison lorsqu'il s'agit d'une grève de médecins. Cela m'étonnerait qu'ils en soient arrivés à laisser une personne mourir.

    Laisser un commentaire:


  • Massnsen
    a répondu
    Si ce qui est relaté par cette chronique est véridique, ça serait vraiment grave ! On peut faire grève, oui, mais il faut s'occuper des urgences parce qu'en tant que médecins, ils ont prêté un serment qu'ils doivent honorer !

    Laisser un commentaire:


  • Iska
    a crée une discussion Goulouli ( dites-moi)

    Goulouli ( dites-moi)

    Goulouli

    par El-Guellil

    Que des postiers décident d'un arrêt de travail, retardant l'arrivée à destination des cartes de vœux… n'goulou, c'est pas méchant. Mais les postiers, hommes de lettres, savent que le télégramme est urgent et que sa distribution en temps « réel » est vitale. Amala, le service minimum est assuré. C'est vraiment la « beau-chta ! », même si le timbre n'est plus d'usage et que les langues qui servaient à l'humidifier pour qu'il colle ne trouvent plus d'enveloppe à tachrak el foum.

    Mais imaginez que les Sonelgazeurs décident d'une protestation qui aboutirait à une coupure de courant… Inimaginable ! les gens de la société du gaz et de l'électricité, sans être tous des lumières, savent ce qu'il faut et ce qui est faux. Une interruption du tricineti c'est au revoir les réserves du congélateur ; les matchs en direct et le but des messies du foot étranger. C'est vital autant que Cevital.

    Restons donc sur zitna fi bitna. Le sbitar. Les paramédicaux décident d'une grève. Ils ont le droit, les paras de blanc habillés. De foulards couverts. Ils ont le droit de ne pas soigner les bobos. Les Maux-maux. Mais imaginez un peu qu'un para-militaire… pardon un paramédical en charge d'un acte postopératoire décide d'un «je grève et qu'il crève ! »

    Aya, soyons plus direct ! Le personnel des urgences médicales dans un hôpital a-t-il le droit de faire grève ? Mais bien entendu. Et le malade qui a besoin d'une intervention vitale a-t-il le droit de mourir, Messieurs les résidents en chirurgie ? Et si c'était votre propre frère, votre cousin ou mère ? Et si cela se passait dans une clinique privée où vous êtes rémunéré à l'acte… goulouli, goulouli… si pour « non-assistance à personne en danger, vous êtes transformé en résident d'une maison d'arrêt. Condamné, emprisonné, votre jugement est reporté jusqu'à la fin de la grève du personnel de la Justice… goulouli, goulouli, est-ce que vous pourriez dormir de ce sommeil profond qui vous a emporté après la mort de ce malade que vous avez refusé d'opérer dans les urgences en grève ? goulouli, goulouli…


    Le Quotidien d'Oran

Chargement...
X