Annonce

Réduire
Aucune annonce.

13 fusils d’assaut Scorpio, Cobalt et Magnum saisis à Télemly

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 13 fusils d’assaut Scorpio, Cobalt et Magnum saisis à Télemly

    En trois jours, les services de la gendarmerie ont récupéré 13 armes américaines d’assaut de types Magnum, Cobalt et Scorpio, au cœur de la capitale. Ramenées de Libye, elles devaient être vendues sur commande, au prix de 800 000 DA la pièce, à des personnes qui ne sont toujours pas connues. Deux trafiquants ont pour l’instant été arrêtés par les gendarmes, qui craignent que d’autres armes aient déjà été mises en circulation.


    Les boulevards Mohammed V, Krim Belkacem et Didouche Mourad, situés en plein cœur de la capitale, ont vécu ces derniers jours une véritable psychose. Les gendarmes étaient à la recherche d’un jeune Algérois, âgé d’une trentaine d’années, qui avait pris la fuite au moment de son interpellation par des éléments en civil. Tout commença par un appel lancé vers la fin de la semaine écoulée sur le numéro vert (1055) de la Gendarmerie nationale, signalant les mouvements et le train de vie suspect d’un jeune homme habitant dans un immeuble situé sur le boulevard Krim Belkacem, non loin du lycée Zeinab Oum El Massakine (ex-Ste Elizabeth).

    Un dispositif de surveillance est alors mis en place au niveau de toutes les pénétrantes d’Alger. Le suspect est arrêté à un poste de contrôle. A son domicile, les gendarmes découvrent 13 armes de poing de fabrication américaine, de types Scorpio, Cobalt et Magnum, ainsi que des lots de munitions, ramenées de Libye.

    Le mis en cause n’est en réalité qu’un élément d’un vaste réseau de trafiquants d’armes. «Son rôle est de recevoir les pièces et de les garder jusqu’à leur livraison à des personnes qu’il dit ne pas connaître, mais qui sont envoyées par quelqu’un qui n’est toujours pas identifié par les gendarmes», indique le lieutenant-colonel Mokhtar Zeroual, chef d’état-major du groupement d’Alger. «L’aide des citoyens d’Alger-Centre, qui ont inondé le site web de la Gendarmerie nationale d’informations précieuses, a été très fructueuse», ajoute-t-il.

    Quelques jours plus tard, un autre suspect est arrêté à l’est du pays. Il s’agirait d’un autre élément du réseau chargé de ramener les armes depuis la frontière libyenne jusqu’à Alger. L’affaire prend de l’ampleur, d’autant qu’à ce jour, il n’est pas dit que d’autres armes auraient déjà été vendues ailleurs, dans la capitale ou dans d’autres wilayas de l’est du pays d’où l’arsenal a été ramené. Les gendarmes savent déjà que chaque pièce est vendue sur commande, au prix de 800 000 DA. Le premier suspect arrêté touche 200 000 DA sur chacune des armes vendues, qu’il garde en attendant que son nouveau propriétaire la récupère. Cette affaire a fait l’effet d’une bombe.



    Salima Tlemçan - el watan -
    Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre.
    (Paul Eluard)

  • #2
    Mieux surveiller nos frontières passoires !!!!

    Avec Tous ces contrebandiers qui font circuler, entre autre, les carburants et la drogue sous toutes ses formes tout est possible et tout peut traverser illicitement nos frontières !
    La sécurité doit commencer d'abord et avant tout au niveau de nos frontières !!!
    Tout, ou presque, est mis en euvre pour le contrôle au niveau des postes frontières officiels mais pour le reste ????????
    Allah Yastar !!!!
    Le Sage

    Commentaire


    • #3
      Acapulco!

      Cette arme n'est pas US, elle est CZ!
      Très belle arme fort précise et facilement dissimulable sous un blouson crosse repliée!
      Toutes les fleurs de l'avenir sont dans les semences d'aujourd'hui.

      Commentaire


      • #4
        Déjà rien qu'à entendre tous les soirs à alger des coups de gros pétards quotidiennement , on sent qu'il y a des gens qui cherchent la guerre et la déstabilisation ; quant aux armes découverts , les services de renseignement sont avertis de la dangerosité de la situation ; il faut retrouver coûte que coûte ces personnes qui acheminent cet arsenal de guerre depuis les frontières mais aussi retrouver la traçabilité des "cerveaux" de ces groupes terroristes.
        Dernière modification par ACAPULCO, 10 décembre 2015, 16h40.
        Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre.
        (Paul Eluard)

        Commentaire

        Chargement...
        X