Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Dernière minute : Bouteflika met fin aux fonctions du wali de Blida

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Dernière minute : Bouteflika met fin aux fonctions du wali de Blida

    Le chef de l’État, Abdelaziz Bouteflika a procédé ce lundi au limogeage du wali de Blida Mustapha El-Ayadi, a annoncé la télévision nationale dans son journal télévisé de 20h00.

    Les motifs de ce limogeage n’ont pas été précisé par la télévision publique, il pourrait cependant être relié à la récente épidémie de choléra qui s’est déclarée en Algérie, et qui a particulièrement touché la wilaya de Blida où deux décès ont été enregistrés.

    Le wali qui vient d’être limogé avait justement été largement critiqué pour sa gestion de la situation dans sa wilaya, et n’avait réagi que très tardivement et plusieurs jours après l’annonce officielle de l’apparition du choléra à Blida.
    El Watan

  • #2
    Il y a ce thread "Blida sous les détritus" de Acapulco du 22 août :

    ACAPULCO
    Bonsoir, la chaine TV Ennahar vient de nous montrer la ville de Blida (ville des roses et du jasmin) et ses environs des tonnes d'immondices (avec toutes les odeurs que vous imaginez) jonchés sans que la NETCOM ou l'EXTRANET ne daigne faire sa permanence durant ces jours de l'Aid et surement aprés l'Aid aussi, les habitants crient à la hogra; imaginons des pluies torrentielles , où vont passer ces détritus , surement dans les égouts pour les boucher encore plus comme durant les inondations de bab el oued de 2001 qui ont fait des centaines de morts .
    http://www.algerie-dz.com/forums/sho...d.php?t=427884

    puis le lendemain on a eu ça :

    le ministère de la Santé et l'Institut Pasteur n'ont admis la responsabilité du vibrion du choléra que le 23 août. Trois jours après avoir publiquement exclu cette hypothèse.
    https://www.francetvinfo.fr/sante/ma...s_2913235.html

    il n'y a pas de fumée sans feux.
    Dernière modification par medDZ, 04 septembre 2018, 10h49.

    Commentaire


    • #3
      ACAPULCO
      Citation:
      Bonsoir, la chaine TV Ennahar vient de nous montrer la ville de Blida (ville des roses et du jasmin) et ses environs des tonnes d'immondices (avec toutes les odeurs que vous imaginez) jonchés sans que la NETCOM ou l'EXTRANET ne daigne faire sa permanence durant ces jours de l'Aid et surement aprés l'Aid aussi, les habitants crient à la hogra; imaginons des pluies torrentielles , où vont passer ces détritus , surement dans les égouts pour les boucher encore plus comme durant les inondations de bab el oued de 2001 qui ont fait des centaines de morts .
      http://www.algerie-dz.com/forums/sho...d.php?t=427884
      Bonjour,

      La gestion des ordures relève des APC (mairies) et non de la Wilaya (Exécutif).

      Commentaire


      • #4
        La gestion des ordures relève des APC (mairies) et non de la Wilaya (Exécutif).
        on cas ou la gestion serait tellement mal faite que ça pourrait mettre en danger le publique , par exemple .. il ne peut pas intervenir ???
        tu tombe je tombe car mane e mane
        après avoir rien fait ...on a souvent le sentiment d'avoir faillie faire ....un sentiment consolateur

        Commentaire


        • #5
          on cas ou la gestion serait tellement mal faite que ça pourrait mettre en danger le publique , par exemple .. il ne peut pas intervenir ???
          Bonjour,

          Je ne suis pas spécialiste du domaine mais d'après ce que je sais : pas directement et systématiquement car il faudrait désaisir l'APC de certaines prérogatives et se substituer à elle. J'imagine qu'au regard du nombre de communes dans chaque Wilaya, la démarche ne peut être qu'exceptionnelle.

          D'une façon plus globale, la gestion des ordures en Algérie est problématique pour des raisons plus profondes qui dépassent les élus et les préfectures :

          1- Financement : la gestion des ordures dans de nombreux pays est directement tributaire des impôts locaux dont une partie est consacrée à cela. En France, il s'agit de la taxe d'habitation (assez substantielle par foyer). En Algérie, les taxes d'habitations sont minimales pour ne pas dire inexistantes, il y a donc un problème de financement. Idem pour les TAP des entreprises dont l'essentiel est reversé au lieu où se situe le siège social des entreprises : c'est la raison pour laquelle certaines communes qui abritent le siège de grandes sociétés sont très riches (ex. Hydra à Alger) alors que d'autres, qui doivent en sus gérer les détritus des usines (de ces mêmes sociétés) ne disposent pas de financement substantiels.

          2- Organisation : la saleté à l'intérieur des immeubles et de leurs abords immédiats relève dans de nombreux pays de la responsabilité des copropriétaires qui doivent s'acquitter des charges de copropriété. En Algérie, les syndics sont inexistants, de même que les charges de copropriété : résultat, aucun concierge et aucun syndic pour s'occuper de la propreté de l'immeuble et des détritus qui en émanent. La propreté de l'immeuble dépend du bon-vouloir des habitants et contrairement aux autres pays où les gens se sentent responsables des espaces communs car ils devront payer en cas de dégradation, en Algérie, beaucoup de propriétaires ne se sentent pas impliquées.

          3- Corollaire : dans de nombreux pays, il y a une obligation de disposer d'un local à poubelles à l'intérieur des copropriétés et la sortie des bacs de détritus ne peut se faire qu'à certaines heures prédéfinies. Il n'y a pas ce type de législation en Algérie et il n'y a pas du reste de syndic' ou de concierge dont la fonction est de sortir les poubelles et les faire rentrer; de ce fait, les gens jettent les ordures à n'importe quelle heure indépendamment des heures de passages. Tu retrouveras donc, systématiquement, entre deux passages des ramasseurs, des ordures. La situation se complique plus à l'occasion de certaines fêtes ou certaines jours fériés où les personnes chargées de ramasser yzertiou el khedma et les gens jettent plus d'ordures que d'ordinaire (typiquement l'Aid).

          4- Le degré de conscience sanitaire et écologique des gens : les gens ne jettent pas forcément leurs ordures où il le faut et tu as, un peu partout en Algérie, des détritus qui jonchent de façon aléatoire des kilomètres : ça va de la carcasse du mouton de l'Aid aux sacs plastiques en passant par des canettes. Difficile d'organiser un ramassage efficace quand les déchets ne sont pas circonscrits à une zone.
          Dernière modification par Dandy, 04 septembre 2018, 12h24.

          Commentaire


          • #6
            merci pour la repense
            tu tombe je tombe car mane e mane
            après avoir rien fait ...on a souvent le sentiment d'avoir faillie faire ....un sentiment consolateur

            Commentaire


            • #7
              Je t'en prie khoya.

              Commentaire

              Chargement...
              X