Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Chasse à l'homme dans le parc national de la Haute Campine en Belgique

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Chasse à l'homme dans le parc national de la Haute Campine en Belgique

    Belgique : un militaire d'extrême droite jugé très dangereux en fuite

    Quelque 300 policiers et militaires recherchent un militaire d'extrême droite en fuite avec probablement des armes à feu en Belgique. La traque de l'individu, soupçonné de vouloir s'en prendre à l'Etat belge et à un virologue connu, a commencé depuis mardi en fin d'après-midi dans le parc national de la Haute Campine.

    Une vaste opération de la police belge engagée pour retrouver un militaire d'extrême droite en fuite probablement avec des armes à feu se poursuivait jeudi dans le nord de la Belgique, selon le parquet fédéral. Jurgen Conings, 46 ans, soupçonné de vouloir s'en prendre à l'Etat belge et à un virologue connu dans le pays, reste introuvable depuis la découverte mardi en fin d'après-midi de sa voiture en bordure d'un parc national dans la province néerlandophone du Limbourg (nord-est).

    300 policiers et militaires pour traquer l'individu

    Il pourrait s'être retranché dans le parc national de la Haute Campine, vaste espace de 12.000 hectares de forêts et de landes, où depuis mercredi quelque 300 policiers et militaires ont été déployés pour le traquer, selon les médias belges. "Les recherches se sont poursuivies toute la nuit", a simplement indiqué jeudi matin Eric Van Duyse, porte-parole du parquet fédéral. Elles se concentraient notamment près de lieu où a été retrouvé le 4X4 du militaire de carrière.

    A l'intérieur du véhicule se trouvaient quatre lance-roquettes antichar et des munitions, avait indiqué mercredi le parquet. Mais Jurgen Conings est "probablement encore en possession d’un armement plus léger" et reste donc potentiellement dangereux, selon la même source. Les recherches ont nécessité la fermeture d'une portion de l'autoroute E314, à hauteur de Maasmechelen en direction de Genk, un axe qui borde le parc national.

    Une trentaine de membres de l'armée belge sous surveillance

    Jurgen Conings, soupçonné d'avoir volé des armes lourdes dans la base militaire où il est instructeur, semble déterminé à s'en prendre à des représentants de l'Etat belge et à des personnalités, d'après des écrits retrouvés par les enquêteurs. Parmi ses cibles potentielles figure le virologue Marc Van Ranst, expert parmi les plus en vue en Belgique dans la crise sanitaire. Devenu la bête noire des "anti-masque" et autres opposants aux restrictions de rassemblements, ce scientifique de 55 ans est également coutumier des prises de position contre le racisme et la xénophobie et va régulièrement au clash sur les réseaux sociaux avec l'extrême droite flamande. Il a été emmené avec sa famille dans un lieu tenu secret afin d'y être protégé.

    Jurgen Conings compte, lui, parmi la "trentaine" de membres de l'armée belge surveillés par les services du renseignement militaire pour leurs "sympathies" avec l'extrême droite, selon des sources officielles. Pour la même raison, il est également fiché par l'Ocam, l'organisme belge chargé de l'analyse de la menace terroriste. Mais cela ne l'empêchait donc pas d'avoir accès à des armes lourdes grâce à son travail. Alors que les médias locaux s'interroge, la ministre de la Défense a promis qu'une enquête serait ouverte."

    europe1.fr



    "Qui est Jurgen Conings, le militaire d’extrême droite traqué en Belgique?

    Une chasse à l’homme est en cours en Belgique pour tenter de retrouver un militaire d’extrême droite qui pourrait projeter des actions violentes.

    Un instructeur de l'armée belge fiché en tant que sympathisant de l’extrême droite par les services antiterroristes, et potentiellement dangereux, était activement recherché mercredi en Belgique en raison de menaces proférées contre l’Etat et certaines personnalités dont un virologue.

    C’est en tant qu’« instructeur » dans une base militaire du nord de la Belgique que Jurgen Vonings avait accès à des armes malgré son profil, a dit Mme Dedonder à la chaîne de télévision RTL. Depuis mardi, la police traque cet homme de 46 ans, dont la voiture a été retrouvée non loin de la frontière néerlandaise avec à l’intérieur « quatre lance-roquettes antichar et des munitions », a déclaré le parquet fédéral belge, chargé des dossiers terroristes et qui a aussi ouvert une enquête.

    « Il a laissé deux lettres avec des éléments »

    Il pourrait avoir fui en emportant avec lui « un armement plus léger », a déclaré Eric Van Duyse, le porte-parole du parquet. Il est considéré comme dangereux notamment parce qu’il « a laissé deux lettres avec des éléments inquiétants », a précisé le porte-parole à l’AFP, évoquant des menaces pesant sur « les structures de l’Etat et des personnes publiques ».

    Parmi ses cibles potentielles, figure le virologue Marc Van Ranst, devenu la bête noire des « antimasques» » pendant la crise du coronavirus. Déjà sous protection policière, il a été placé dans un lieu sûr avec sa famille. Les recherches se concentrent près de Dilsen-Stokkem, dans la province néerlandophone du Limbourg (nord-est), où le militaire est domicilié et où il a disparu lundi après «s’être rendu à son travail», selon l’avis de recherche émis mercredi. Le parc national de la Haute Campine -12.000 hectares de forêts et de landes- a été fermé aux promeneurs.

    « Fitness, body-building et boxe »

    Le 4X4 du fugitif a été découvert mardi en fin d’après-midi non loin de Dilsen, dans un bois de la commune de Niel-bij-As, une région proche des Pays-Bas où la police s’est également dite « en alerte ». Ce soldat compte parmi la « trentaine » de membres de l’armée belge surveillés par les services du renseignement militaire pour leurs « sympathies » avec l’extrême droite, selon des sources officielles.

    Pour la même raison, il est également fiché par l’Ocam, l’organisme belge chargé de l’analyse de la menace terroriste. Chauve, musclé, avec des tatouages sur les bras et la poitrine, Jurgen Conings se présente sur son compte Twitter avec une photo torse nu. Ce membre de l’armée de l’air s’y décrit comme aimant « le fitness, le body-building et la boxe ».

    Militaire aguerri, connu pour sa maîtrise des armes à feu, il représente « une menace aiguë », a affirmé le ministre de la Justice, Vincent Van Quickenborne. Depuis deux ans, la Sûreté d’Etat, le renseignement civil en Belgique, s’inquiète de la menace grandissante que font courir des extrémistes de droite, évoquant notamment « une tendance à l’armement » dans ces milieux afin de préparer des actions violentes.

    « La principale menace provient de ces individus connus sous le nom de +lone actors+ (acteurs isolés, ndlr), qui se radicalisent et planifient seuls des actions violentes », notait l’agence de renseignement dans son rapport annuel 2019 paru l’an dernier. Quant à Marc Van Ranst, un expert de la pandémie parmi les plus en vue en Belgique, il vit sous protection policière depuis un an à la suite de menaces de mort."

    lavoixdunord.fr


    Le combat contre les extrémistes de tout bord c'est à durée illimitée en Europe. L'extrême droite est particulièrement surveillée à la loupe.
    Dernière modification par panshir, 20 mai 2021, 19h40.

  • #2
    Envoyé par panshir Voir le message
    Le combat contre les extrémistes de tout bord c'est à durée illimitée en Europe. L'extrême droite est particulièrement surveillée à la loupe.
    Et particulièrement aussi les gauchos qui se sont fondus avec les islamistes et qui sont devenus des islamo-gauchistes.

    Commentaire


    • #3
      Bigoud tu es cerné, rend toi, l'armée belge a déployé des blindés lance frites
      J'aime surfer sur la vague du chaos.

      Commentaire


      • #4
        Allez dans la banlieue Bruxelloise à Molenbeek, Schaerbeek etc... Et vous comprendrez pourquoi l'extrême droite devient aussi puissante.
        Toutes les fleurs de l'avenir sont dans les semences d'aujourd'hui.

        Commentaire


        • #5
          Chouan, vous habiter ces lieux ou c'est une constatations?

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par ibnou Voir le message
            Chouan, vous habiter ces lieux ou c'est une constatations?
            Je n'y habite plus, je suis maintenant dans les paisibles Ardennes!
            Toutes les fleurs de l'avenir sont dans les semences d'aujourd'hui.

            Commentaire


            • #7
              Les extrêmes droites s'entendent bien entre elles. L'une fournit parfois des armes à l'autre et peut la manipuler. L'autre, la daechodroitisme, la souhaite au pouvoir et vote pour elle. Peine perdue pour les fanatiques religieux droitistes de tout bord surveillés à la loupe et qui souhaitent s'affronter pour souhaiter une guerre civile. Le combat contre les fanatiques c'est à durée illimitée en Europe depuis 1945.
              Dernière modification par panshir, 21 mai 2021, 09h38.

              Commentaire


              • #8
                Envoyé par panshir Voir le message
                Les extrêmes droites s'entendent bien entre elles. L'une fournit parfois des armes à l'autre et peut la manipuler. L'autre, la daechodroitisme, la souhaite au pouvoir et vote pour elle. Peine perdue pour les fanatiques religieux droitistes de tout bord surveillés à la loupe et qui souhaitent s'affronter pour souhaiter une guerre civile. Le combat contre les fanatiques c'est à durée illimitée en Europe depuis 1945.
                Les fanatiques islamistes sont encore plus surveillés à la loupe vu les assassinats dont ils sont responsables en France.
                Pendant ce temps les islamo-gauchistes soutiennent les islamistes qui ont une idéologie anti démocratie et anti républicaine.
                Pendant ce temps l'état se focalise sur l'extrême-droite en France dont le bilan meurtrier est nul comparé à celui des gauchistes et des islamistes.
                Le combat contre ces fanatiques est à durée illimitée.
                ​​​​​​

                Commentaire


                • #9
                  si tu avait suivit les évènements en Algérie dans les années 90, lorsque l’Algérie avait servit de "laboratoire " a l'islam politique, les gens de gauche ..les intellectuels et plus globalement les "opposants" qui devaient être éliminés étaient désignés sous le terme de "communiste" ce qui voulait dire "apostat.. athée.. mécréant".
                  les islamistes aussi professait la théorie du "grand remplacement" idéologique avant l'heure et voulait vivre dans une société homogène régit par un intérêt superieur que rien ne devait remettre en cause, eux aussi était des fervents militants des valeurs morales et voulait sauvé la nation de la décadence et de la main mise de" traitres de l’intérieur"......une ideologie d'extreme droite.. d'ailleur toute les pays ou la religion a voix au chapitre legale sont des régimes d'extremes droite.. l'inde...le bresil...israel...la birmanie...la pologne.. l'arabie saoudite....etc etc
                  "tout a été dit , tout reste a penser"
                  Alain

                  Commentaire


                  • #10
                    Les terroristes qui sévissaient en Algérie durant les années 90, étaient désignés par le pouvoir français et la presse française, par le doux euphémisme de Résistants armés. Nombreux de ces terroristes ont même bénéficié de l'hospitalité généreuse de la France.
                    ثروة الشعب في سكانه ’المحبين للعمل’المتقنين له و المبدعين فيه. ابن خلدون

                    Commentaire


                    • #11
                      Attentats déjoués, fin de la chasse à l'homme, le suspect s'est suicidé.

                      "
                      Jürgen Conings était soupçonné de vouloir s’en prendre à l’Etat belge et à un virologue connu dans le pays

                      Le militaire d’extrême droite radicalisé Jürgen Conings a « été retrouvé mort », ont annoncé ce dimanche dans un communiqué commun la ministre et le chef de la Défense de Belgique, confirmant que le cadavre retrouvé dimanche était le sien.

                      Cette confirmation intervient après un communiqué du parquet qui avait indiqué que « selon les premiers éléments de l’enquête », le corps retrouvé dans l’est de la Belgique serait celui du militaire, recherché depuis plus d’un mois.

                      Il se serait suicidé

                      Cette affaire a secoué la défense belge en raison des failles apparues dans la surveillance des éléments radicalisés au sein de l’armée. D’après les premières constatations, la cause de la mort est imputable à un suicide par arme à feu qui devra être confirmée par une expertise médico-légale, a indiqué le parquet dans un communiqué.

                      « Selon les premiers éléments de l’enquête, il s’agirait de Conings Jürgen, disparu depuis le 17 mai 2021 », selon cette source. Considéré comme dangereux, le militaire de 46 ans, fiché par l’organisme belge d’analyse de la menace terroriste (Ocam), était soupçonné de vouloir s’en prendre à l’Etat belge et à un virologue connu dans le pays.

                      Un virologue placé sous protection

                      Il avait malgré tout accès à des armes et des munitions dans sa caserne. Quatre lance-roquettes antichar et des munitions avaient été retrouvés dans son véhicule abandonné et il était vraisemblablement en possession lors de sa cavale d’un armement plus léger.

                      Le corps de l’homme a été découvert par des promeneurs dans les bois de la commune de Dilsen-Stockem, dans une zone où des recherches avaient été effectuées à plusieurs reprises après la découverte de son véhicule, le 18 mai au lendemain de sa fuite.

                      D’après des lettres retrouvées par les enquêteurs, Conings semblait déterminé à s’en prendre à des représentants de l’Etat et au virologue belge Marc Van Ranst, expert très en vue dans la pandémie de coronavirus. Ce dernier était placé depuis sous protection policière ainsi que sa famille dans un lieu tenu secret.

                      Une enquête ouverte pour « tentative d’assassinat dans un contexte terroriste »

                      Un juge d’instruction avait été saisi d’une enquête pour « tentative d’assassinat dans un contexte terroriste ». Conings avait été placé sur la liste de l’Ocam en février dernier mais ni les hiérarchies du ministère de la Défense ni celle du renseignement militaire n’avaient été informées de cette inscription.

                      Il avait été sanctionné par sa hiérarchie en 2020 en raison de son profil radicalisé et de propos racistes sur Facebook, par le retrait de son habilitation de sécurité. Mais en tant qu’assistant des instructeurs militaires préparant les candidats aux missions à l’étranger, il avait accès au dépôt d’armes.

                      Depuis la fuite de Conings, 12 militaires ont été écartés des dépôts et des lieux sensibles en raison de leurs opinions radicales. Le gouvernement belge s’est engagé à durcir les règles d’accès aux armements et plusieurs enquêtes internes ont été déclenchées."

                      20minutes.fr 20 06 2021
                      Dernière modification par panshir, 21 juin 2021, 10h14.

                      Commentaire

                      Chargement...
                      X