Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Algérie : Les guerres barbaresques et les esclaves européens

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • #16
    Envoyé par Harrachi78
    beaucoup d'Européens pris par les navires d'Alger finissaient en grands notables de la cité et même en chefs de l'Etat pour certains.
    Combien sur le 1,4 million d'européens qui ont été enlevés et ont subi l'esclavage ?

    Commentaire


    • #17
      Envoyé par Harrachi78
      C'est faux.
      C'est ce qu'affirme l'universitaire américain Richard A. Roughton dans sa thèse "THE ADMINISTRATION OF OTTOMAN ALGERIA". Je cite: "The Dey, attempting to resist this naval pressure, maintained that he could not agree to stop capturing Christians and making them slaves without the concurrence of the Sultan."

      Selon le Dey, attaquer les navires européens et capturer des chrétiens étaient nécessaires pour gagner de l'argent et pouvoir payer ses soldats.

      A cause du refus du Dey d'arrêter d'attaquer les navires européens et de capturer des chrétiens pour les rançonner ou en faire des esclaves, les Anglais et les Hollandais avaient bombardé Alger en 1816.

      D'ailleurs, la 1ère guerre des Etats-Unis après leur indépendance du Royaume-Uni était contre les Etats du Maghreb en raison de la piraterie et de la traite des esclaves. Une 1ère guerre entre 1801 et 1805, et une 2e guerre en 1815.

      - Pour consulter la thèse dans le site de l'Université de Maryland (document PDF): https://drum.lib.umd.edu/bitstream/h...%2c%20R.R..pdf

      Commentaire


      • #18

        Commentaire


        • #19
          nassim

          Le document est une excellente synthèse. L'a-tu lu en entier ? Ou du moins le Chapitre 2 ("Evolution of algerian-ottoman relation") ?
          "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

          Commentaire


          • #20
            alibigoud

            Combien sur le 1,4 million d'européens qui ont été enlevés et ont subi l'esclavage ?
            Formulation absurde qui appelle au moins trois commentaires pour le prix d'un :

            1. Par définition, "tout le monde" au sein d'un groupe ne peut devenir chef d'Etat puisque une seule personne seulement peut occuper le poste parmi la multitude de gens qui peuple un pays.

            2. Quel que soit leur nombre sur le total que tu cites, le fait même que les captifs chrétiens puissent se transformer en notables, en commandants de Marine et en chefs d'Etat à Alger indique que le statut et la condition de captif revêtait une toute autre nature que celle en vigueur dans les pays chrétiens étant donné qu'une telle option était inexistente et impensable pour les captifs musulmans qui tombaient entre vos mains à la même époque suivant les mêmes règles et les mêmes lois de la guerre.

            3. Pas moins de 10 sur la trentaine de Pachas qui se sont succédés à la tête de la Régence d'Alger entre 1519 et 1830 étaient d'anciens captifs chrétiens. Cela fait 1/3 de l'effectif pour une population que tu prétends avoir été de 1,4 millions étalés sur 300 ans. Comparativement, aucun arabe ni aucun berbère (pourtant musulmans de naissance) n'a eu accès au dit poste au cours de ladite période, pour une population constante et permanente de 1 à 3 millions. Bien entendu, je n'ai pas encore fait le même calcul pour les autres positions subalternes ni un comparatif des fortunes que pouvaient afficher les uns et les autres à la même époque.
            "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

            Commentaire


            • #21
              Harrachi78

              Je n'ai pas encore eu l'occasion de le lire en entier car je venais de découvrir le document via Google avant de poster dans le topic mais je vais le lire dès que possible car c'est en effet un bon document sur la gouvernance de la régence d'Alger. J'ai lu quelques passages pour m'assurer que l'auteur du document n'était pas biaisé contre l'Algérie avant de poster l'extrait concernant la piraterie et la traite des esclaves chrétiens.

              Le document précise par exemple que le budget annuel de la régence d'Alger dépendait beaucoup de la piraterie et de la traite des esclaves chrétiens. Le même document précise aussi que durant les années 1820, Alger était une ville sûre avec des services de sécurité compétents. Le consul américain à Alger avait écrit ceci : "There ls probably no city in the world, where there is a more vigilant police, where fewer cognizable crimes are committed, or where there is better security for a person and property than in Algiers."

              Commentaire


              • #22
                Très bien. On pourra donc rediscuter de la citation que tu as posté plus haut dès que tu aura eu le temps de feuilleter le chapitre 2 du document. Ça résume de manière fort simple la nature de la relation politique entre le pouvoir algérien de l'époque ainsi que ses phases d'évolution au cours des 300 ans d'existence de la Régence.

                Entre temps, l'auteur le conclut ainsi :

                In summary, the Ottoman Empire never held political
                power in Algiers. This was as true in 1556, when the Janissaries in the city first revolted as it was in 1787 when the american consul at Algiers wrote : "The Algerians are in no measure depending on the Grand Siegnor. They reverence him on account of his being head or protector of their religion". By the early 18th century the Porte had lost all semblance of control over the Maghribi Pachalik. The evolution of Algiers status within the Empire revealed several characteristics :

                > First, political power was usually held by the Odjaq. The army chose the executive and influenced his policies.

                > Second, the algerian Divan, unlike its counterpart in other pachaliks, emerged as a quasi-legislative body. The Divan, composed primarily of army officers, became the dominate factor in the government.

                > Third, the various constitutional changes did not alter the basic administrative structure. The bureaucracy apparently functioned almost without a change between 1556 and 1830.
                On croirais presque que le gars décrit le régime politique algérien post 1962 ... lol
                "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                Commentaire

                Chargement...
                X