Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Russie : après l'annonce de Poutine, ruée sur les billets d'avion pour quitter le pays

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Russie : après l'annonce de Poutine, ruée sur les billets d'avion pour quitter le pays

    Alors que le président russe a annoncé la mobilisation de 300.000 réservistes pour rejoindre les rangs de l'armée en Ukraine, le nombre de réservation de billets d'avion pour quitter le territoire explose

    Par Capital Publié le 21/09/2022 à 18h11

    L'annonce par Vladimir Poutine d'une mobilisation partielle pour renforcer ses troupes en Ukraine a entraîné mercredi 21 septembre une ruée sur les sites Internet des compagnies aériennes pour tenter de quitter la Russie au plus vite. La mobilisation concerne dans un premier temps 300.000 réservistes, mais selon le ministère de la Défense au total 25 millions de Russes sont mobilisables pour rejoindre les rangs de l'armée dans l'est et le sud de l'Ukraine.

    Selon l'outil statistique Google Trends, qui permet de connaître la fréquence à laquelle un mot a été tapé sur Google, les recherches en Russie avec les termes "billets" et "avion" ont plus que doublé depuis 06H00 GMT mercredi, soit au début de l'allocution télévisée enregistrée de Vladimir Poutine. La requête "quitter la Russie", elle, était réalisée 100 fois plus dans la matinée qu'en temps normal.

    La région de Belgorod, frontalière du nord-est de l'Ukraine et touchée à plusieurs reprises depuis fin février par des frappes ukrainiennes, se retrouve d'ailleurs en tête du classement indiquant l'endroit où ces recherches ont été faites. Les billets pour des vols directs vers les destinations les plus proches de la Russie - l'Arménie, la Géorgie, l'Azerbaïdjan ou encore le Kazakhstan - sont tous épuisés pour la journée de mercredi, selon le site Aviasales, très populaire en Russie pour acheter ses billets.

    En direction d'Istanbul avec Turkish Airlines, devenue depuis les sanctions occidentales et la fermeture de l'espace aérien européen l'une des principales voies de sortie du pays en avion, "tous les vols sont complets" jusqu'à samedi. Chez AirSerbia, pour rejoindre Belgrade, le prochain vol avec des places disponibles était affiché pour le lundi 26. Les vols intérieurs en direction de villes proches des frontières du pays ont eux aussi explosé, comme en témoignent ces billets proposés de Moscou à Vladikavkaz (sud) pour plus de 750 dollars... contre à peine 70 dollars normalement.

    Au début de l'offensive russe en Ukraine, un premier exode de Russes opposés à l'assaut ou craignant la mobilisation avait eu lieu. Aucune estimation officielle n'a été rendue publique, mais il a concerné au moins des dizaines de milliers de personnes. Une pétition en ligne sur le site change.org pour dénoncer la mobilisation a réuni 160.000 signatures en quelques heures.
    "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous, vous pouvez faire pour votre pays".

    J.F. Kennedy :

  • #2
    Lu sur le Monde Par Benoît Vitkine(Moscou, correspondant)
    Publié aujourd’hui à 05h05,



    Des policiers arrêtent une femme manifestant contre la mobilisation partielle annoncée par Vladimir Poutine. A Moscou, le 21 septembre 2022. ALEXANDER NEMENOV / AFP

    L’apathie politique des Russes, longtemps favorisée par le pouvoir, est mise à rude épreuve par les annonces faites par Vladimir Poutine. Comme sur une discussion Whatsapp entre habitant d’une petite ville près de Moscou, où d’habitude on discute de tout, sauf de politique.

    C’est un simple tchat de riverains d’une petite ville de la région de Moscou – quelques dizaines de personnes, des femmes en majorité, qui ont pour habitude d’échanger sur la messagerie WhatsApp. D’ordinaire, on y discute de tout et de rien, de l’état des potagers, des nuisances provoquées par les chiens errants, des confitures qu’on veut s’échanger, du prix des services communaux.

    Surtout pas de politique : question de savoir-vivre, dans une Russie où le sujet est cantonné, au mieux, aux cuisines, et où le débat public est un terrain perçu comme non seulement dangereux, mais aussi répugnant, gangrené par la corruption et la violence.
    Lire aussi : Guerre en Ukraine en direct : Kiev annonce l’échange de 215 prisonniers militaires dont des chefs de la défense d’Azovstal
    Quelques minutes à peine après l’adresse à la nation de Vladimir Poutine, mercredi 21 septembre, cette règle élémentaire de prudence et de politesse est oubliée. D’abord, un simple lien vers un site d’informations est publié : « Vladimir Poutine a signé l’oukase décrétant la mobilisation partielle pour l’Ukraine. » Une femme se lance, la première. Avec pour seule arme une ironie teintée d’amertume : « Comment ça, la mobilisation ? Alors qu’il n’y a même pas la guerre ! Ou bien c’est comme avec la pandémie, un jour oui, un jour non ? Et nous, on paye tous les jours… »

    Les vannes sont ouvertes, un flot d’émotions et d’inquiétudes se déverse brutalement :

    « Vous ne lisez pas les nouvelles ? Tout a été prévu dès hier. Refuser la mobilisation est désormais un crime pénal.

    – Je préfère encore faire de la taule, au moins tu as une chance de survivre.

    – Surtout qu’ils viennent de vider les prisons pour envoyer les prisonniers combattre… »
    "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous, vous pouvez faire pour votre pays".

    J.F. Kennedy :

    Commentaire


    • #3
      Beaucoup de Russes ont compris le côté démentiel de cette guerre voulue par le psychopathe du Kremlin.
      La population ne veut pas faire tuer ses enfants, tout cela pour satisfaire les ambitions impérialistes d'un cinglé, tout cela pour s'emparer de quelques centaines de kilomètres carrés alors que la Russie est le pays le plus vaste du monde.
      Il reste à espérer que dans l'entourage militaire de celui-ci, il reste des gens censés qui désireront de mettre un terme à cette agression militaire en organisant un coup d'état et en envoyant Poutine et sa bande dans un établissement psychiatrique.
      Ce genre d'établissement était une des armes utilisées du temps de l'URSS pour faire taire les opposants aux régime soviétique.

      Commentaire

      Chargement...
      X