Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le nombre d’étudiants étrangers en France atteint des records en 2022

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le nombre d’étudiants étrangers en France atteint des records en 2022

    Le Figaro
    Par Victor Merat • Publié le 22/09/2022

    Le nombre d’étudiants étrangers en France a fortement augmenté en 2021-2022. La fin de la crise sanitaire n’est pas la seule raison.
    Il y a plus de 400.000 étudiants étrangers en France. Après une année de stagnation en 2020-2021 à cause de la pandémie de Covid-19, le nombre d’étudiants étrangers augmente de 8% pour l’année 2021-2022. Il s’agit, selon Campus France, organisme public qui promeut à l’étranger le système d’enseignement supérieur français, de la plus forte croissance depuis 2005. Selon le ministère de l’Enseignement supérieur, un étudiant sur dix en France est étranger.

    Cette tendance devrait se confirmer pour l’année universitaire 2022-2023: les candidatures des étrangers pour venir étudier en France sont en hausse de 18% par rapport à l’avant-pandémie. Un phénomène lié en partie à une reprise des mobilités internationales post-pandémie et à l’attractivité des grandes écoles françaises, notamment de commerce, sur la scène internationale au travers des classements.

    Un retour à l’équilibre post-pandémie

    Les étudiants marocains, environ 46.000, sont les plus représentés en France. Entre les rentrées 2016 et 2021, leur nombre a augmenté de 22%. «La zone Afrique du Nord - Moyen Orient, première zone par le nombre d’étudiants accueillis, progresse de 10% sur un an», rapporte Campus France. L’augmentation est particulièrement marquée pour le Moyen-Orient: +17%.
    » LIRE AUSSI - «Leur niveau en maths est incroyable»: l’insolent succès des Marocains aux concours des écoles d’ingénieurs
    Campus France avance un effet de rattrapage, notamment pour la région «Amériques» (+15%). Une augmentation drainée par les États-Unis et le Canada, puisque les effectifs venant d’Amérique du Nord progressent de 43%. Par rapport à l’année 2020-2021, où le contingent a baissé de 14%, il s’agit d’un retour à l’équilibre. En revanche, l’augmentation du nombre d’étudiants asiatiques n’augmente que de 1%. «Cette zone demeure la plus touchée par les restrictions de mobilités liées à la pandémie», explique Campus France. Qui met en avant une reprise depuis l’Inde (+9,5%), le Japon (+12%) et le Sri Lanka (+17%).

    Les écoles et universités françaises profitent du Brexit

    Le nombre d’étudiants européens en France a augmenté de 13% à la rentrée 2021. Deux hypothèses peuvent expliquer cette hausse. D’abord, un effet Brexit: le Royaume-Uni a notamment augmenté les frais de scolarité et les étudiants se tournent vers d’autres destinations. Selon un bilan de Ucas, le service d’admission des universités au Royaume-Uni, publié en janvier 2022, de nombreuses universités britanniques ont connu une chute vertigineuse de leur recrutement d’étudiants venant de l’Union européenne en 2021: 31.670 étudiants européens ont postulé Outre-Manche (-40% par rapport à 2020) et seule la moitié s’est inscrite.

    » LIRE AUSSI - Avec le Brexit, le nombre d’étudiants européens au Royaume-Uni dégringole

    Puis, un effet Covid, avec la volonté pour les étudiants de faire une mobilité près de chez eux. Les progressions des étudiants italiens (+16%) et espagnols (+25%) en témoignent. Enfin, les augmentations les plus importantes depuis 2016 s’observent pour des pays francophones en crise. Tels qu’Haïti (+111%), frappé par des catastrophes naturelles et gangrené par la violence, et le Liban (+94%), qui subit depuis plusieurs années une grave crise économique et que la jeunesse préfère quitter.

    Un rayonnement lié aux classements internationaux

    Si les chiffres progressent dans tous les établissements, ils bondissent particulièrement de 18% dans les écoles de commerce. «Le marché redémarre après trois ans de frustration pour les étudiants qui sont davantage stimulés à partir», estime Laurence Boiteux, directrice des affaires internationales à l’EM Normandie, qui pilote le comité d’experts relations internationales de la Conférence des directeurs des écoles françaises de management (CDEFM). Et d’ajouter que «la France est un pays sûr alors que la période est anxiogène sur le plan géopolitique».
    En plus de l’implantation de campus dans le monde entier, les écoles françaises rayonnent grâce aux classements internationaux. En 2022, par exemple, quatre écoles françaises sont dans le top 10 des meilleurs masters de management au monde, selon le Financial Times.

    «Cela donne une importante visibilité et c’est un signal fort pour les étudiants, d’autant que beaucoup de nos enseignements sont en anglais», explique Patrice Houdayer, directeur de l’international à Skema. Les diplômes, visés par l’État, permettent aux étudiants de trouver un emploi rapidement et les écoles jouissent d’accréditations (AACSB, Amba, Equis...) qui les crédibilisent sur la scène mondiale. À Skema, 47% des étudiants sont étrangers et le recrutement de ce public augmente de 15% chaque année. Pour 2022-2023, la tendance sera la même, assure Patrice Houdayer. Et la France «pourrait faire encore mieux», selon Laurence Boiteux, en accordant plus facilement les visas aux étudiants étrangers.


    "Ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous, vous pouvez faire pour votre pays".

    J.F. Kennedy :
Chargement...
X