Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La beauté mystique de l’Assekrem

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La beauté mystique de l’Assekrem


    06 septembre 2021


    https://www.arabnews.fr/sites/defaul...&itok=OXFAgo3r
    • Célèbre pour abriter l'ermitage construit en 1911 par Charles de Foucauld, l’Assekrem est un nid d'aigle perché à plus de 2740 m d’altitude
    • Un chemin grandiose, au lever et au coucher de soleil époustouflants, dévoile le visage majestueux du Sahara avec toute sa palette de couleurs et ses splendides lumières

    ALGER: L'Assekrem est un haut plateau situé dans les montagnes du Hoggar, qui fait partie du parc culturel de l'Ahaggar, dans le sud de l'Algérie.

    Àenviron 80 km au nord-nord-est de Tamanrasset, l'Assekrem domine le massif de l'Atakor, offrant ainsi un fabuleux point de vue sur le Hoggar, son chaos, son paysage lunaire, sa désolation. Sans oublier sa puissance d'évocation mystique, immortalisée par l’écrivain Pierre Benoit dans son roman L’Atlantide.

    Si l’on peut gagner l’Assekrem par la marche, un 4 x 4 grimpe facilement jusqu'au refuge, où l'on peut passer la nuit. Il faut compter cinq heures de route depuis Tamanrasset. De là, un sentier creusé dans la roche mène à son sommet, où est niché un ermitage. Quinze minutes d’ascension sont nécessaires sur la fin. Un chemin grandiose, au lever et au coucher de soleil époustouflants. Ce désert d'altitude dévoile le visage majestueux du Sahara avec toute sa palette de couleurs et ses splendides lumières.



    Célèbre pour abriter l'ermitage construit en 1911 par Charles de Foucauld, l’Assekrem est un nid d'aigle perché à plus de 2740 m d’altitude. Depuis plusieurs décennies, deux ou trois moines de l'ordre des Petits frères de Jésus se partagent discrètement ce paysage merveilleux et veillent sur l’ermitage. Ils offrent aux voyageurs de passage un panorama imprenable sur le mont Tahat (2 918 m), le plus haut sommet d'Algérie.

    Chaque année, particulièrement au cours des mois de novembre, décembre et janvier, l’Assekrem devient la destination de milliers de touristes, aussi bien algériens qu’étrangers. Pour beaucoup d’entre eux, l’endroit est un lieu de pèlerinage. Ils cherchent à s’imprégner de son esprit mystique, et à découvrir l’endroit qui a abrité Charles de Foucauld, l’auteur du premier dictionnaire touareg-français, tué mystérieusement le 1er décembre 1916.


    Bien que l’hébergement soit rustique, les touristes passent souvent la nuit dans le refuge pour profiter du spectacle de lumières extraordinaire. Les moins sportifs compteront une bonne vingtaine de minutes pour grimper les 100 m de dénivelé séparant le refuge de l'ermitage, afin d’accéder à l’instant magique!

    De cet endroit, Charles de Foucauld disait: «On ne peut le voir sans penser à Dieu. On est seul avec lui».

    La rencontre des Touaregs est l’autre attrait d’un voyage dans la région de l’Assekrem. Souvent, c’est parmi eux que l’on trouve un guide pour parcourir le trajet séparant le célèbre ermitage de la ville de Tamanrasset. Ce qui donne l’opportunité aux visiteurs d’avoir la chance de partager du thé et goûter à la taguella (ou taghella), le plat des Touaregs, le pain du désert cuit sous la cendre.


    Chaque année, particulièrement au cours des mois de novembre, décembre et janvier, l’Assekrem devient la destination de milliers de touristes, aussi bien algériens qu’étrangers. (Photo, Nourredine Bessadi)
    En nette baisse en raison des problèmes de sécurité dus à la crise au Sahel, le nombre de visiteurs repart doucement à la hausse depuis quelques années. L’attrait de l’Assekrem reste intact, avec sa beauté éblouissante, et la promesse jamais démentie du dépaysement.

    arabnews
    Dernière modification par Ismail, 11 septembre 2021, 15h20.
Chargement...
X