ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie s’équipe en trains à grande vitesse

 
Le nord de l’Algérie disposera de lignes à grande vitesse (LGV, 220 km/h) à l’horizon 2008, selon la Société nationale du transport ferroviaire qui annonce des investissements de plusieurs milliard de dollars pour la réalisation de 700 km de LGV.
dimanche 18 juin 2006.

Des LGV pour l'Algérie.Il s’agit des LGV reliant Bordj Bou-Arréridj à El-Khemis sur une distance de 320 kilomètres à une vitesse de 220 km/h, Boumedefaâ à Djelfa sur 260 km à une vitesse de 220 km/h et Touggourt sur 120 km à 220 km/h également. Ces trois projets constituent le début de modernisation des chemins de fer et engage la SNTF de plain-pied dans les lignes à grande vitesse. Ceci permet de raccorder la partie du réseau ferroviaire est à celle de l’ouest et de rapprocher les villes entre elles. Les soumissionnaires sont Astaldi d’Italie pour la première ligne citée.

Pour la seconde ligne, la commission d’évaluation a reçu trois offres (deux entreprises italiennes et une espagnole), alors que Bechtel a soumissionné pour la troisième ligne. Le cahier des charges prévoit la circulation des trains de marchandises et de voyageurs sur les mêmes lignes et les entreprises soumissionnaires retenues auront, en outre, à assurer la maintenance des équipements pendant une dizaine d’années. Ainsi, à titre d’exemple, un voyageur qui prend ce train à partir de Sétif arrivera à Alger dans maximum une heure de temps. Ce qui représente, selon M. Lalaimia, directeur général de la SNTF, interviewé par la radio Chaîne III, une performance, un réseau structurant à très longue vie et un projet d’envergure pour l’Algérie.

Le DG indiquera encore qu’il est prévu une cinquantaine de kilomètres de tunnel entre Bordj Bou-Arréridj et El-Khemis. Pour cette ligne, une batterie de tunneliers sera engagée afin de venir à bout des montagnes et de réaliser le projet dans les délais. C’est dire l’importance des moyens considérables qui seront mis en œuvre. Selon lui, une grande partie du réseau sera dotée de nouvelles lignes sur le territoire de l’Algérie. C’est le cas de la ligne Sidi Bel-Abbès-Béchar, sur une distance de près de 500 km dont les travaux sont d’ores et déjà engagés et seront achevés en 2008. La réception du projet de la banlieue d’Alger est également prévue pour l’année 2008 puisque les travaux d’électrification sont déjà entamés et ceux de la restructuration du réseau d’Alger aussi.

Synthèse de Mourad, algerie-dz.com
D’après Liberté