PDA

Voir la version complète : Harcèlement contre la presse: Ca commence..ou ça continue?


Page : 1 [2]

Chamseddine
21/09/2004, 09h39
http://www.qantara.universum.de/uploads/471/320/414ac9de472f1_bouteflika_wahlen.jpg
حرية الصحافة في الجزائر:
اعتقالات وتشهير وتشويش

قنطرة (http://www.qantara.de/webcom/show_article.php/_c-471/_nr-140/i.html)

تزامن إدخال حرية الصحافة مع نظام التعددية الحزبية النسبية في الجزائر بعد انتفاضة الشباب في تشرين الأول/أكتوبر ١٩٨٨. تسنى الدفاع عن هذه المكاسب في سنين الحرب الأهلية، من عام ٩٢/١٩٩٣- ١٩٩٨، لكن كان الثمن أكثر من ٦٠ صحفيًّا قتلوا في الأعوام الأربعة الأولى من النزاع. إلاّ أن هذه المكاسب تبدو الآن مهددة. تقرير برنارد شميد

صدر الحكم من دون تعليق آخر: السجن سنتين والحكم نافذ! وبذلك صدّقت محكمة استئناف الجزائر في الـ١١ من آب/أغسطس على الحكم الابتدائي، الذي أصدرته في وسط شهر حزيران/يونيو ٢٠٠٤ محكمة مديرية الحراش في الجزائر العاصمة. وبهذا الحكم يبقى محمد بن شيكو، مدير الصحيفة اليومية "لوماتان" في السجن.

قام كاريكاتوريّو الصحف الجزائرية ضحى اليوم التالي برسم قضاة من دون استثناء، كانوا معلقين إما بخيوط الدمى المسرحية أو مربوطين بالهاتف - حتى يتلقون التعليمات السياسية من الحكّام.

بوتفليقة وحرية الصحافة

انتُخِبَ رئيس الدولة الحاكم، عبد العزيز بوتفليقة، أول مرة في الـ١٥ من نيسان/أبريل ١٩٩٩ - حينها من دون مرشح ينافسه، بعد أن انسحب المرشحون الستة المتنافسون قبل ٢٤ ساعة من موعد الانتخابات الرسمي بسبب اشتباههم في تلاعبات في الانتخابات. وقد أُعيد انتخابه في نيسان/أبريل من هذه السنة.

وبوتفليقة لا يحترم حرية الصحافة إلاّ احترامًا محدودًا: إذ وصف عبد العزيز بوتفليقة أثناء حملته الانتخابية الرئاسية الأولى في ربيع ١٩٩٩ وبشكل علني صحفيين ناقدين بأنهم "طَيّابات الحمّام" (مُدلّكات الحمّام الثرثارات). ثم أشار بعد فترة لاحقة في مناسبة أخرى إلى أن "الأرهابيين حملة الأقلام" هم سيئون تمامًا كـ"حاملي السيوف".

تم في أيّار/مايو من سنة ٢٠٠١ إقرار مواد تقييدية جديدة في قانون العقوبات، تحدد قبل كل شيء غرامات مالية مرتفعة وكذلك السجن لمدة تتراوح بين ثلاثة أشهر واثني عشر شهر في حال التشهير بالرئيس أو بأجهزة الدولة. وبعد ذلك تراكمت القضايا حتى عام ٢٠٠٣، والتي أثيرت من خلال شكاوي قدمتها وزارة الدفاع. تكرر الادعاء على الكاريكتوري المشهور علي ديلم (رسام صحيفة ليبرتي Liberté اليومية)، الذي لا يهاب رجال الجيش وكذلك الإسلاميين والرئيس قط.

الضغط على الصحفيين

اتُبِعَ أسلوب آخر مع بن شيكو الذي كان متورطًا مع وزير الداخلية، يزيد زرهوني. ربطت بن شيكو بالرئيس بوتفليقة عداوة شخصية قوية. إذ لم يتم الادعاء عليه بسبب جنحة تتعلق بالصحافة أو الرأي، ليُزجّ به في السجن، إنما بذريعة أنه اقترف جرمًا "غير سياسي" تبلور في أعمال مالية.

لقد أوقفت شرطة الحدود في مطار الجزائر العاصمة بن شيكو في شهر آب/أغسطس ٢٠٠٣ بعد عودته من باريس. وعُثر معه في تلك الأثناء على ما سُمي "سندات مالية"، أي سندات مصرفية - يتسنى بهذه الأوراق السارية المفعول لبضعة أشهر أو لسنتين صرف مبلغ محدد من المصرف. وكشفت شرطة الحدود عن "انتهاك قوانين صرف العملات" التي يفترض أنها تُعرقل تحويل الرساميل بطرق غير شرعية.

إغلاق الصحف كعمل انتقامي

لا يقبع فقط مدير صحيفة لوماتان منذ بداية آب/أغسطس ٢٠٠٤ في السجن، إنما تحتم على الصحيفة أن توقف إصدارها أيضًا. إذ أن موظفين ماليين حكوميين أوجدوا مستحقات ضريبية غير مدفوعة لمصلحة الضرائب، لم يقم النظام - في الواقع - بجبايتها في الماضي من الصحف الخاصة قط؛ بيد أن هذه الضرائب تهدد حاليًا، في أوقات متوترة، بأن تغدو سلاحًا ضد الصحفيين. فالسلطات قامت بتحديد مدة تسديد قصيرة للغاية وأشرفت فورًا - في زمن قياسي - على بيع مبنى تحرير صحيفة لوماتان بيعًا إجباريًّا بالمزاد. أمست هيئة التحرير من دون مقر ومن دون مال، لكنها عادت مديونة من جديد. نُشر آخر عدد منها في الـ٣ من آب/أغسطس.

اتساع في قائمة الصحفيين المتعرضين للقصاص

خلا أن بن شيكو وزملاءه في هيئة التحرير ليسوا الصحفيين الجزائزيين الوحيدين المهددين في كيانهم. فعلى سبيل المثال حُكم في الـ٩ من حزيران/يونيو على المراسل العامل لدى العديد من الصحف الجزائرية، الناشط في رابطة الدفاع عن حقوق الإنسان في جلفة الواقعة على ٣٠٠ كم إلى الجنوب من الجزائر العاصمة، حفناوي غول بالحبس لمدة شهرين حبسًا نافذًا، بتهمة التشهير بأعيان من المسؤولين.


لقد أثار حفناوي الانتباه إلى إهمالات أدت إلى وفاة ١٣ طفلاً رضيعًا في مشفى محلي. رُفعت مدة العقوبة في محكمة الاستئناف في تمّوز/يوليو إلى ثلاثة أشهر؛ كما تزامن رفع ٣٩ قضية أخرى بحقه من قبل مسؤولين وأعيان. بدأ حفناوي في الـ١٠ من آب/أغسطس ٢٠٠٤ بإضراب عن الطعام، توجَّب عليه انهاؤه في الـ٢٥ من آب/أغسطس بسبب خطورة شديدة في حالته الصحية. ورغم أن عقوبة السجن المفروضة على حفناوي غول ستنتهي في وسط شهر أيولول/سبتمبر، إلاّ أن هناك قضيتين تنتظراه، واحدة في ٢٠ والأخرى في ٢٦ أيلول/سبتمبر.

أُلقي القبض في نهاية شهر حزيزان/يونيو في وهران على مدير صحيفة الرأي العام، الإسلامي المعتدل أحمد بن نعوم، ووضع في الحبس، بسبب شكوى قدمها مسؤولون ضده. وأخيرًا سحبت الحكومة الجزائرية في الـ٣٠ من حزيران/يونيو الاعتماد من قناة الجزيرة المستقرة في قطر، بحيث أنه لم يعد من الممكن لمراسلها، المواطن الجزائري محمد دحو، أن يعمل بصورة شرعية.

قام النظام بالتشويش على مناقشات مبثوثة من القناة قيل عنها إنها تُشيع ادعاءات غير حقيقية عن الجزائر. لم يُنتقد عمل المراسل محمد دحو، الذي كان على الدوام حريصًا على البساطة وتجنّب المصاعب.

برنارد شميد، قنطرة 2004 ©
ترجمة رائد الباش
تاريخ الصدور 17.09.2004</div>

zek
21/09/2004, 15h48
Stanilas a écrit :
Notre caricaturiste s’est toujours défendu de vouloir porter atteinte à l’islam, mais tout simplement vouloir attirer l’attention des autorités saoudiennes sur ce genre de drames qui ont tendance à se reproduire ces dernières années... [R. N.]
Source: Liberté

Pour éviter ce genre de drame il faut réduire les quotas de pèlerin allant à la mecque, avant l’invention de l’avion, les gens y allé à pied, ce qui était à cette époque déjà une sélection.

Il faut que les autorités Saoudienne ait le courage de réguler le flux des pèlerins, pour la sécurité de tous. Quant au moyen à mettre en œuvre, c’est de la responsabilité des pays musulmans, la ligue arabe existe, alors faite des propositions !

Johndoe54
16/03/2005, 14h21
L'état algérien ne semble pas vouloir laisser en paix la presse nationale. En effet, le Soir d’Algérie a été condamné à payer une amende de 10 500 euros et que le directeur de publication, Fouad Boughanem, a écopé de deux mois de prison avec sursis pour « diffamation » à l’encontre de la Banque de développement local.
Plus fort encore !!! L'état a même interdit la publication de l'édition de Mars du magazine "Afrique Magazine" sur le territoire national à cause d'un artcile intitulée ‘Algérie : Disparus, le deuil impossible’.

Elle est belle la liberté de la presse en Algérie !!! Et la république algérienne l'est encore plus !!!!

PACTE
16/03/2005, 21h35
Moi je pense quand un journal diffame, il doit faire l objet au moin d une demission de celui qui a fait une declaration sans fondement, car le journalisme en algerie est devenue un jeu, on peut dire n importe quoi sans pour cela etre inquiter.
Plusieurs journaux etrangers ont ete trainer dans de tels affaires, malgre qu ils ont demander des exuses et corriger leurs fautes, car une information doit faire l objet au moin d un controle de son euthenticite, car sinon ce serait une labirynte sans fin, des informations et des dementis sans pour cela eclairer les lecteurs, idem pour l information audio visuel.

tizi oualou
16/03/2005, 22h31
concernant la presse en Algerie, la premiere chose qui saute à l'oeil et à l'esprit c'est son "ton" relativement plutot libre par rapport à ce qu'on connait habituellement dans les pays non democratiques !!
mais elle n'est pas encore fondamentalement libre puisqu'elle n'est pas encore une presse d'investigation....à l'image de celle pas trés nombreuse il faut le dire en France comme le canard enchainé qui arrive tout de meme à faire demissionner un ministre de la republique !
et s'il n'y a pas de "presse d'investigation" ce n'est pas la faute aux journalistes qu'on ne peux taxer de paresseux mais c'est une question de liberté "surveillée" en haut lieu et "voilée" derriere le pseudo pretexte de "diffamation".
les histoires recentes de diffamation contre certains journaux et journalistes en algerie n'est pas trés glorieuse........à ne pas comparer avec les banales histoires de Voici, Gala et autres joyeuseries qui ne font de mal à personne sinon aux seules exentricités d'artistes.
quand vous "attaquez" un ministre de la republique en algerie, si les "decideurs" vous laisse faire, c'est qu'ils sont les premiers à vouloir "descendre" le ministre en question, en revanche, s'il est leur chouchou, c'est le journaliste qui risque d'etre descendu....
l'exemple de Benchicou et bien d'autres sont edifiants.

tizi oualou
16/03/2005, 23h45
saha django !
si on commence à "theoriser" de la sorte, alors on rentrera inevitablement dans des discussions à n'en plus finir et se braquer sur un seul point essentiel: la presse en Algerie EST libre ou elle ne l'est PAS !
pour moi elle ne l'est que pour des faits mineurs.... en tout cas pas en ce qui concerne les autorités de l'Etat et ses fonctionnaires.
peu importe les faits traités en justice concernant la presse en algerie, il y'a de tout et on peux penser parfois qu'il peut y avoir evidement manipulation du coté de la presse je te l 'accordes volontiers ! je ne defendrais donc pas bec et ongle une personne sans connaitre le fond de son "fond de commerce".

reste que le jour ou un haut fonctionnaire de l'etat, ou un ministre sera demissionné GRACE ou A CAUSE d'un ecrit journalistique, peut etre que je commencerais à croire à la liberte de la presse chez nous, pas encore pour l'instant, tout le reste est pour moi litterature.

bof!
17/03/2005, 14h27
Deux journalistes algériens(Djamil Fahassi et Aziz Bouabdellah) ont été enlevés par les services de sécurité algériens l'un en 95 et l'autre en 97.Depuis,ils n'ont plus donné signe de vie.Ces deux journalistes n'ont jamais été l'objet d'une campagne de solidarité de la part de leurs prétendus "confrères" et surtout pas par les "super-journalistes" Benchicou(quand il était en liberté)Belhouchet,Hakim Laalam etc..La cause des déboires de la presse algérienne,c'est là qu'il faut la chercher c'est-à-dire dans son profond sectarisme.

amelle
17/03/2005, 14h55
tout a fait bof

citoyen
17/03/2005, 15h40
>>>reste que le jour ou un haut fonctionnaire de l'etat, ou un ministre sera demissionné GRACE ou A CAUSE d'un ecrit journalistique

Pas tout a fait libre mais elle a des permissions de temps en temps (faire un tour dans la cour) : Lamari a démissionné ou a été démissionné (qui sait) parceque la presse lui été trop favorable...
Zeroual, Betchine eux ils sont fait les frais d'une certaine presse...

Mais les directeurs de la Cnan, Air algerie, Douanes, Khalifa (avant qu'il pique l'argent de ses maîtres) etc. Eux, c'est les commis de l'état, donc ils résistent à n'importe quel tsunami médiatique quelque soit son origine...

Sinon cette presse est en QHS.....elle est surtout pour remplie par des faits divers : un tel à importé un container de pétards, l'autre a brulé son voisin avec de l'essence, et de gros titres comme "3,5 cm de neige à Alger", "les voitures de moins de 3 ans c'est fini", "Réhabilitation de la cité des 123 logements"," les parents d'élèves sont en colère.. (rien que çà)", "7 travailleurs en grève", "le plan de réaménagement du CARREFOUR sidi m'hammed se poursuit", "15000 abonnées pour nedjma" etc....

Enfin vous en avez pour votre argent (à 10 dinars le torchon) il faut pas espérer mieux, au moins y a le choix...

Le journal algérien s'apparente à un pauvre tolard qui discute avec des tolards comme lui de tout et de rien mais n'engage jamais une réfléxion sur une porte de sortie pour son propre salut...c'est une presse qui s'ennuit dans sa prison.

bof!
17/03/2005, 15h47
"C'est une presse qui s'ennuit dans sa prison".Erreur.Il serait plus juste de dire qu'elle se COMPLAIT dans sa prison.Et c'est justement ça la drame.

citoyen
17/03/2005, 16h13
Non non ils s'ennuient réellement nos journalistes, surtout lorsqu'on leur demande de remplir le papier blanc restant après avoir placer la pub (faut bien qu'ils vivent)...là ils doivent TRAVAILLER et choisir d'abord un titre PARLANT ensuite un sujet pas trop ringard, vient ensuite le correcteur ortho, et enfin la lecture en diagonale du directeur de publication qui va s'occupe encore du blanc restant et si le seuil des 10 pages est dépassé, ça passe en rotative.

Travail harassant et récurrent, avec de longues réunions pour tenter de ne pas copier le concurrent (exercice rituel extrêmement difficile) et donner un ton d'originalité à son propre journal. Hormis la rubrique internationnale (que je ne recommande point si vous avez déjà lu la presse étrangère -copier coller garantit et sans fautes-....), les autres rubriques sont le plus souvent une perte de temps et une agression pour ses propres capacités ophtalmiques...

Il y a certes des régals pour ces journalistes comme les fameuses enquêtes automobile ce qui fait gagner au journaliste un prêt d'une demi-journée d'un vehicule constructeur voire même un cadeau au directeur de publication....

le blédard
18/05/2005, 02h41
DEUX MOIS DE PRISON FERME POUR FOUAD BOUGHANEM ET HAKIM LAALAM

Après plusieurs reports, le tribunal de Sidi
M’Hamed a rendu son délibéré dans le procès
pour diffamation qu’il a eu à examiner le 22 mars
dernier. Le directeur et le chroniqueur du Soir
d’Algérie ont été «au nom du peuple algérien»
condamnés chacun à deux mois de prison
ferme et 250 mille DA d’amende. La publication
a été condamnée à payer la même somme. :22:

source:
Le Soir d’Algérie Mercredi 18 mai 2005

le blédard
18/05/2005, 02h49
Journalistes du Soir d’Algérie condamnés à la prison ferme.

L’affaire, jugée en première instance et mise en délibéré le 22 mars dernier, est liée à une chronique de H. Laâlam, intitulée « Laoulad Lahram », parue en 2003. Le ministère public a considéré cet article attentatoire et diffamatoire. « C’est une offense à magistrat », avait déclaré le jour du procès le représentant du ministère public. L’avocat de la défense avait mis l’accent sur le fait que l’auteur de la chronique n’avait aucunement l’intention d’offenser ou de porter atteinte au président de la République. Au contraire, il avait, toujours selon lui, exprimé un point de vue et développé une idée. Le procureur de la République avait ainsi requis une année de prison ferme contre le chroniqueur et son directeur. Le jugement n’est toutefois pas définitif et les deux condamnés vont faire appel. Dans un communiqué de presse, Le Soir d’Algérie a qualifié de « lourde » cette condamnation. « Cela vient confirmer la volonté du Pouvoir de réprimer lourdement la liberté de la presse et d’expression en Algérie, et ce, au moment même où l’opinion publique nationale et internationale se mobilise pour exiger la libération de Mohamed Benchicou, directeur du Matin, incarcéré depuis près d’un an », est-il précisé dans le même communiqué. La Fédération internationale des journalistes (FIJ), basée à Bruxelles (Belgique), a vivement réagi par rapport à cette condamnation. Aidan White, secrétaire général de la FIJ, a déclaré, en apprenant ce verdict, que « la justice algérienne affiche une nouvelle fois sa compromission avec les autorités ». Et d’ajouter : « Ces vagues de condamnations systématiques et hebdomadaires rappellent, comme le ressac, la déliquescence de l’Etat de droit en Algérie. » Les propos de M. White ont été reproduits dans le communiqué de la FIJ parvenu à notre rédaction. Face à ces condamnations qui se succèdent, la FIJ lance une campagne de dépénalisation de l’écrit journalistique. Ainsi, cette organisation demande « l’abrogation des amendements du code pénal relatifs à la diffamation, qui alourdissent, depuis 2001, les peines de prison ». Pour rappel, cinq journalistes du Matin, journal suspendu depuis juillet 2004, dont le directeur de la publication, Mohamed Benchicou, ont été condamnés, le 19 avril 2004, par la même instance à des peines allant de deux mois à trois mois de prison ferme. Le 10 mai de la même année, après réquisitoire, le procureur de la République a requis une année de prison ferme contre trois autres journalistes, à savoir Farid Allilat, ex-directeur du quotidien Liberté, Ali Dilem, caricaturiste, et Mustapha Hammouche, chroniqueur du même journal. Aussi, le tribunal d’Alger a infligé des amendes au journal El Khabar, à son directeur Ali Djerri et à deux journalistes, dans deux autres affaires de diffamation.

source: Mokrane Ait Ouarabi .18 mai 2005 el watan

Cookies