PDA

Voir la version complète : L'Algérie second marché automobile en Afrique


nassim
18/04/2009, 00h14
Le secteur de l'automobile en Algérie ne semble pas avoir subi les contrecoups de la crise économique mondiale ressentie par les grands constructeurs (Américains, Japonais, Coréens et Européens).En effet, les prix à la vente des véhicules neufs auprès des concessionnaires demeurent toujours élevés. L'Algérie constitue un marché de ventes et le second plus grand marché du continent africain après l'Afrique du Sud. Une moyenne de plus de 200 000 véhicules de tous type qui sont vendus chaque année. Néanmoins, suite à l'introduction de la taxe sur les véhicules neufs (de 50 000 DA à 150 000 DA) instituée par le gouvernement, la demande a diminué de 15% sur le circuit formel des véhicules neufs au profit des marchés informels. Cela peut être considéré comme un élément prépondérant ayant contribué à une augmentation assez forte sur les prix des véhicules d'occasion.

Ainsi, sous l'effet conjugué de la vente de ces véhicules dans des marchés archaïques (informel), et de la spéculation, les prix des véhicules d'occasion atteignent les sommets. Il faut dire que les souks à voitures pullulent dans toutes les régions du pays. On peut citer l'exemple d'El Harrach avec son souk du vendredi, et Tidjelabine le jeudi, pour ce qui concerne le Centre. A l'intérieur du pays, il y a le souk de Tadjnent (Sétif) et d'Akbou (Béjaïa), etc. Il faut dire qu'en l'absence de lois régissant l'achat et la vente de véhicules d'occasion, ces points de vente sont dominés par des spéculateurs de tout bord (revendeurs, arnaqueurs, trafiquants) qui dictent leurs propres lois. Ces individus dominent l'achat et la vente des voitures au niveau des marchés comme bon leur semble. Et le phénomène prend de l'ampleur depuis plusieurs années. Le plus troublant est qu'aucun critère logique ne préside aux fluctuations des prix sur les marchés des véhicules d'occasion, si ce n'est l'offre et la demande. Afin d'avoir une idée plus précise des variations des prix sur le marché, nous avons effectué une petite tournée au niveau des principaux souks du Centre. Il en ressort que les prix des véhicules de gamme moyenne, comme les petites cylindrées (la Clio, la 206, la saxo et même la petite arrivée, Maruti) ont enregistré des hausses qui se chiffrent en dizaines de millions de centimes, les voitures françaises étant les plus concernées.

Cette variation subite est du fait des "courtiers" qui sont appâtés par le gain facile. Cela peut aussi s'expliquer par la demande sur ce genre de voitures vu la disponibilité de la pièce de rechange (contrefaite bien entendu) à des prix défiant toute concurrence, par rapport aux grosses cylindrées américaines et allemandes (Golf, Passat, Ford…), qui ne trouvent pratiquement pas d'acquéreurs dans ces marchés à cause de la cherté de leurs pièces de rechange et une consommation d'énergie importante. Or, acheter une voiture d'occasion en Algérie peut être une très mauvaise affaire avec l'absence de garantie, sans oublier la résurgence de problèmes liés aux trafics de papiers qui touchent surtout les grosses cylindrées. Ces voitures transitent via le Maroc, la Tunisie plus précisément, pour atterrir en Algérie. Des milliers de véhicules sont volés également en Europe et convoyés en Algérie sur la demande des complices pour les revendre le plus vite possible après les avoir maquillés avec la falsification de leur numéro de châssis grâce à des techniques se basées sur l'informatique. Les nouvelles voitures sont ensuite revendues sur le marché noir, souvent avec un prix attractif. La falsification des documents de véhicules volés se fait souvent en complicité avec des agents de différentes administrations. La gendarmerie fait état de l'arrestation de nombreux trafiquants qui ont un rapport avec ce trafic qui est passé à un autre stade.

Les voleurs, souvent organisés en groupes, utilisent maintenant de différentes techniques pour s'emparer des voitures sous la complicité également de différentes personnes. Parmi les méthodes les plus utilisées, le recours à des femmes comme appât pour attirer les victimes. Les jeunes filles sont devenues en effet une arme fatale entre les mains des voleurs de voitures. La technique n'a rien de révolutionnaire : une jeune femme attire le propriétaire d'une voiture dans un endroit isolé où l'attendent des complices. Le propriétaire est alors obligé d'abandonner sa voiture, sous la menace. Selon la gendarmerie, les femmes servant d'appât sont généralement âgées entre 19 et 30 ans. Il y a aussi une autre méthode plus efficace, la possession du double de clés du contact. Ce genre de vol est plus utilisé sur les voitures du secteur public et des voitures de location. Finalement, il est temps que les pouvoirs publics interviennent pour réguler ce marché.Un marché qui va ouvrir ses portes spécialement aux vendeurs et acheteurs et mettra un terme définitif au marché informel, appelé "souk". En conclusion, des questions se posent dans le cadre de la future adhésion de l'Algérie à l'Organisation mondiale du commerce (OMC). Est-ce que l'Algérie acceptera de ré instituer l'importation de véhicules de moins de trois ans ? Après que celle-ci a qualifié cette importation comme illégale puisqu'elle porte atteinte à l'intérêt national. (Rappelant que cette restriction (OMC) facilite la libre circulation des marchandises de tous genres. Et tous pays qui n'accepteront pas ces conditions, l'OMC les privera de s'intégrer au sein de son organisme). Il y a également urgence pour que les pouvoirs publics interviennent afin que les constructeurs se décident à investir en Algérie pour la réalisation d'usines de montage de certains types de voitures, ce qui créera des milliers d'emplois. L'Algérie ne peut pas continuer indéfiniment à être un juteux débouché pour ces constructeurs sans contrepartie.

source : Le Maghreb

justemoi
18/04/2009, 11h32
" A l'intérieur du pays, il y a le souk de Tadjnent (Sétif) "

Tadjnent est une ville de la wilaya de mila 43 limitrophe de celle de Sétif 19.......chacun chez soi quand même:mrgreen:

noubat
18/04/2009, 12h34
" A l'intérieur du pays, il y a le souk de Tadjnent (Sétif) "

Tadjnent est une ville de la wilaya de mila 43 limitrophe de celle de Sétif 19.......chacun chez soi quand même

le texte a certainement été écrit avant le premier découpage et oublier dans un tiroir!:mrgreen:

Mister1979
18/04/2009, 12h37
Morocco is third..:)

Good job for a country without oil and gaz and were the cars are more expensive then in Algeria.

Jijelinho
18/04/2009, 13h11
Morocco is third..

Good job for a country without oil and gaz and were the cars are more expensive then in Algeria

La tunisie est troisième, on ne calcul pas le nombre de voiture total, mais le nobmre de voiture diponible pour 1000 personnes.

nabiloudz
18/04/2009, 13h14
Mdr argument bidon de mister parce qu'on est un pays qui a du pétrole et du gaz on a forcément bcp de voiture je vois aucune corrélation ....

Mister1979
18/04/2009, 13h37
Mdr argument bidon de mister parce qu'on est un pays qui a du pétrole et du gaz on a forcément bcp de voiture je vois aucune corrélation ....


A piece of evidence of this success: vehicle sales have taken off. Algeria has become the second largest automobile market in the African continent, behind South Africa. Morocco is ranked just behind, in third position.

http://www.ppr.com/front__sectionId-...gelang-en.html (http://www.ppr.com/front__sectionId-516_MagId-500_PubliId-8154_Changelang-en.html)

diabolo005
18/04/2009, 13h38
Mdr argument bidon de mister parce qu'on est un pays qui a du pétrole et du gaz on a forcément bcp de voiture je vois aucune corrélation
un pays dont l'économie est dirigé mal réformé, où il y a beaucoup de pétrole de gaz,embauche beaucoup de fonctionnaires et par conséquent assez d' acheteurs de voiture potentiels

noubat
18/04/2009, 14h21
un pays dont l'économie est dirigé mal réformé, où il y a beaucoup de pétrole de gaz,embauche beaucoup de fonctionnaires et par conséquent assez d' acheteurs de voiture potentiels

ou bien que les Algériens ont plus de pouvoir d'achat que les Marocains, malgré la batata à 100 dinars et la tomatich à 130dinars.

nabiloudz
18/04/2009, 14h32
Et c'est vrai qu'un fonctionnaire paie son véhicule cash ... le crédit est aussi développé en algérie qu'au maroc donc pour moi c'est pas valable

noubat
18/04/2009, 14h36
et demain tous les Algériens voudront s'acheter une voiture pour essayer l'autoroute boutef!

L'optimiste
18/04/2009, 14h38
Les marocains croient que les petrodollars sont distribués dans les robinets d'eau :)

noubat
18/04/2009, 14h44
Les marocains croient que les petrodollars sont distribués dans les robinets d'eau

et pourtant ils ont raison, car ils sont bien distribués par les robinets des carburants sous forme de subventions.

nabiloudz
18/04/2009, 14h49
Si le pétrole serait distribué les algériens rouleraient en Q7

Medgasen
18/04/2009, 14h51
paradoxe marocaine,
Si tu leurs dis que les algériens souffrent il te disent normal vos generaux vol l'argent du pétrole et vous avez rien.
Si tu leurs dis que l'algérie est classée comme 2 eme marche de voiture en afrique ils te disent normal vous avez du pétrole :mrgreen:
Alors la essaie de tenir qu'un discour svp:lol:

noubat
18/04/2009, 15h00
les carburants sont subventionnés et les marocains frontaliers en profitent

DZone
18/04/2009, 15h07
les carburants sont subventionnés et les marocains frontaliers en profitent
Tous les produits à large consommation sont subventionnés , raison pour laquelle on les retrouve en grande quantité dans les marchés des pays voisins !
Personnellement , je suis pour la vérité des prix et contre la subvention de produits importés et pour l'aide directe aux familles démunies par une augmentation substantielle des allocations familliales selon le revenu des parents.

noubat
18/04/2009, 15h10
Tous les produits à large consommation sont subventionnés , raison pour laquelle on les retrouve en grande quantité dans les marchés des pays voisins !

oui tous profitent de l'argent du pétrole!

auscasa
18/04/2009, 15h19
ils sont passer ou le nigeria avec leur 140 million d'habitant et l'egypt dans ce classement? .

noubat
18/04/2009, 15h35
ils sont passer ou le nigeria avec leur 140 million d'habitant et l'egypt dans ce classement? .
je pense que dans le classement on compte le nombre de véhicule par habitants.

eagle19
18/04/2009, 20h56
c'est une bonne nouvelle si l'algérie achète bcp de voitures, dans le seul cas où cela pourrait amener à l'emergence d'une industrie local!!!
Et pour cela, il faut aussi de bonnes conditions aux invesisseurs, qui ne vont pas se bousculer, après les récentes lois sur les investissements.....

Sinon, c'est vrai qu'une voiture peut etre pratique, si les prix des carburants, et les taxes d'importations ne sont pas importants...

aurassien
18/04/2009, 22h24
hs
diablo
Allah alwatan almalik , quel est le rang du prophète dans ce classement?

chicha51
19/04/2009, 13h51
L’industrie automobile en Algérie et au Maroc, des stratégies économiques opposées

Deux pays frontaliers, deux stratégies diamétralement opposées en matière de commerce automobile. Et un constat : dur, dur sera le chemin de l’intégration maghrébine…

D’un côté l’Algérie, un marché qui a littéralement explosé depuis 4 ans et qui n’en est qu’à ses débuts en terme de croissance.
Avec 120 000 véhicules neufs vendus en 2004, c’est aujourd’hui le deuxième marché du continent, tout juste derrière la puissante Afrique du Sud.
Les constructeurs automobiles du monde entier l’ont bien compris. Les succursales ouvrent à tour de bras et les produits proposés aux Algériens n’ont rien à envier à ceux vendus en Europe.
Dernier arrivé en date sur le marché algérien... Rolls Royce, qui a ouvert un show room sur les hauteurs de la capitale algérienne.
Changement de stratégie avec le Maroc.
Les premières Renault-Dacia Logan montées sur les chaînes de la Somaca (société de montage de véhicules) ont commencé à être commercialisées au Maroc en juillet dernier.
Pour 2006, le plan de production annuelle de la Somaca est ambitieux : 16 000 unités, avant de franchir le cap des 30 000 en 2008. La Somaca, en activité depuis 1962, battra donc en 2006 son record de production, qui remonte à l’année 1975 avec 25 216 exemplaires. Et c’est là toute la différence entre les deux pays. Avec un pouvoir d’achat presque double de celui des Marocains, les Algériens n’ont aucune production nationale et se contentent de l’importation massive au contraire de leurs voisins marocains qui ont su développer une véritable industrie automobile durant ces trente dernières années, la seule au Maghreb. Pour autant, l’industrie automobile marocaine connaît, elle aussi, des soucis comme dans de nombreux pays Un outil de première qualité L’industrie automobile est une industrie de volume. Plus une usine construit de voitures, plus le coût de revient unitaire est bas. Dès lors, le seuil de rentabilité d’une usine automobile tourne autour de 45 000 voitures produites par an, en fonction de données locales : barrières douanières, frais d’acheminement des pièces, coût de la main-d’œuvre. Et au moment où la société marocaine semble enfin en mesure d’y parvenir, grâce à la Logan, Peugeot et Citroën menacent de se retirer du jeu alors qu’ils représentent environ 8 000 voitures par an… Solution idoine pour le constructeur marocain pour contourner la mauvaise passe : démultiplier ses exportations, et, plus intéressant encore, le faire dans sa région de prédilection, le Maghreb, futur grand marché automobile avec ses 70 millions d’habitants. Renault prévoit, par exemple, d’exporter la moitié des Logan assemblées à Casablanca, soit 15 000 voitures par an.
Mais son voisin algérien ne veut pas des Logan produites par le Maroc. L’Algérie aurait aimé, en effet, que la Logan soit assemblée sur son sol. Renault n’a pas fait ce choix, pour des raisons objectives : à la différence de l’Algérie, le Maroc dispose avec la Somaca d’un outil de première qualité, qui vient de recevoir la certification ISO 9002. Et mieux encore, d’une véritable tradition industrielle automobile.
Le taux d’intégration de la Logan au Maroc (part de son prix de revient produite dans le pays) est aujourd’hui de 18 %. Ce taux d’intégration devrait passer à 30 % d’ici à la fin 2006. Un tel réseau d’équipementiers ne se bâtit pas en un jour.
Une concurrence fratricide L’Algérie ne peut sur ce point rivaliser avec le Maroc, malgré la taille supérieure de son marché automobile.
N’empêche que les Logan vendues en Algérie depuis l’été dernier viennent de Roumanie, et non de Casablanca.
Problème : le prix de lancement sera loin des 5 000 e demandés pour ce modèle en Roumanie. « Chez nous, il en coûtera environ 650 000 dinars, soit un peu moins de 7 000 e », explique ainsi Mokhtar Mahdjoub, un importateur algérois. A peu de choses près, c’est le prix qui sera pratiqué en France. Rapporté au niveau de vie algérien, cela équivaut à deux ans de salaire. Alors que la Logan importée du Maroc aurait coûté 20 % moins cher... Au bout de deux décennies du projet de Grand Maghreb, les deux principaux pays de cet ensemble se regardent toujours en chiens de faïence en politique mais également en économie.
L’industrie automobile en est un exemple criant. Un secteur économique généralement moteur d’intégration sous d’autres cieux. Entre les besoins empiriques de l’un et les capacités de production affirmées mais fragiles de l’autre, le simple bon sens devrait conduire à mettre en place une politique de coopération automobile viable et fructueuse pour tout le monde. Visiblement, on en est encore loin…



Jeudi 22 Février 2007

Abderrahmane Hayane (http://javascript%3Cb%3E%3C/b%3E:protected_mail%28%27sezame.info%21SPAM%21gmai l.com%27%29)

freesoda
19/04/2009, 14h02
L'Algérie préfère donc un modèle fabriqué en Roumanie plutôt qu'au Maroc voisin(souvent dépeint comme pays frère blablabla dans les discours officiels) bien que le coût soit 20% inférieur.

aurassien
19/04/2009, 14h16
j'avoue que concernant l'industrie automobile le maroc s'en tire largement mieux que l'algerie.
peut on comprendre qu'avec un Pétrole à moins de 50 dollars on puisse continuer à importer à tout va les voitures?.
c'est soit que c'est la mafia de l'import import qui commande soit qu'on est dirigé par des anes.dans tous les cas c'est pitoyable.

sukhoi4algeria
19/04/2009, 22h35
est oui
est j'ésper bien que en vas avoir bientot un usine de fabrication voiture en algérie sachant qu'il a des information sur un usine de chrysler en algérie

Cookies