PDA

Voir la version complète : Larbâa Nath Irathen, la ville des Lions


nassim
03/03/2006, 01h29
Wafa de Newpress nous propose une petite virée à Larbâa Nath Irathen (ex-Fort-National), une ville de la haute Kabylie qui mérite d'être visitée pour sa riche histoire et culture mais aussi pour ses magnifiques paysages naturels.

Je salue et rends hommage à toutes ces adorables femmes qui gardent le sourire malgré la dureté de la vie.


http://img316.imageshack.us/img316/8435/48oz.jpg - http://img318.imageshack.us/img318/7858/31il.jpg

http://img338.imageshack.us/img338/5706/24lf.jpg- http://img398.imageshack.us/img398/7268/17wl1.jpg

- Reportage Photo : http://www.newpressphoto.com/Newpress/banque/Societe/1017/planche.htm

===
Larbaâ Nath Irathen, à quelque trente kilomètres de Tizi-Ouzou. Cette ville, dont on dit que tous les accès qui y mènent sont forcément des montées, est connue pour être une farouche résistante à travers les âges. L'armée française a eu tout le mal du monde à franchir les quelques kilomètres qui la séparait de la ville ; il lui aura fallu dix ans pour venir à bout de la résistance farouche de Fadhma N'Soumer et ses vaillants guerriers. Le France y bâtit alors un fort, d'où son nom Fort National.

Durant les années du terrorisme sanglant, Larbaâ Nath Irathen fut parmi les premières régions à s'armer pour se défendre contre les hordes sauvages. Les premiers groupes d'autodéfense y furent constitués et toute la région fut épargnée. Larbaâ Nath Irathen signifie littéralement "Le mercredi des lions", le marché hebdomadaire s'y tenant tous les mercredis. Cette ville a donné de grands hommes à la Révolution de Novembre, à l'instar du très renommé Abane Ramdane.

Connue pour ses hivers rudes, Larbaâ Nath Irathen, une fois blottie sous la banquise, ressemble à s'y méprendre au Alpes suisses. D'ailleurs, expliquent certains sociologues, c'est cette ressemblance qui a donné lieu à une grande vague d'émigration vers la France depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, où les gens de Larbaâ ont réussi à s'intégrer assez facilement.

Par Wafa de Newpress.

sentenza
03/03/2006, 07h24
La région de Larbaa Nath Irathen, qui est en vis à vis de mon village, de l'autre côté de la zone de Oued Aïssi, regorge de beaux paysages.
La ville est située à environ 1000m d'altitude. Les villages les plus hauts en Kabylie sont Hiferhounene et Aïn Hammam ( à près de 1300 m d'altitude).
Larbaa Nath Irathen a été un haut lieu de la résistance kabyle face à l'envahisseur français, et a un été un acteur majeur de l'insurrection de 1871.
Par contre ce qui différencie nos montagnes des Alpes suisses, c'est que les villages en Kabylie sont perchés sur les crêtes.

Thirga.ounevdhou
04/03/2006, 13h41
Je salue et rends hommage à toutes ces adorables femmes qui gardent le sourire malgré la dureté de la vie. Je vais me joindre " avec grand plaisir" a vous, notament que le 08 mars est proche et que des femmes. Des milliers de femmes3 comme elles ignorées" ignorent encore cette journée. Merci beaucoup.

En plus de se trouver dans les hauteurs de la Kabylie, L.N.I est aussi connue par ses virages.
L.N.I est une ville parmi d'autres "Azazga, Ouassif, A.E.H...." qui ont la mme histoire et les mêmes conditions.

Merci d'en avoir parlé.

zafai
29/10/2006, 18h18
Ces photos ont été prises dans le village de Taourirt-Amokrane qui fait parti de la commune de Larbaa. C'est un village traditionnel qui est un des plus grand de la commune. Je suis originaire de ce village. Le centre ville de Larbaa est plus moderne. C'est une très belle ville symbole de la résistance contre les colons.

chid 25
30/10/2006, 16h22
ces photos sont vraiment tres belles, et je salut aussi le courage de ces gens qui ont la vie rude, merci nassim.

momo.05
30/10/2006, 17h39
ye yemma comme c'est beau!

didjam2
16/01/2008, 13h15
Vous savez, en voyant ces photos, j'ai les larmes aux yeux. On se rend compte de la beauté des choses surtout quant on est loin d'elles... je consulte ce site à chaque fois que je me connecte pour revivre mon enfance (à taourirt mokrane) et ma jeunesse (à larbàa nath irathen) et je pleure ce temps que je passe à l'étranger:mur:, non seulement loin de ma région et de ceux qui me sont très chèrs mais aussi loin de toute l'algérie que j'aime tant, oui elle coule dans mon sang.....

Merci nassim pour ces photos...

Cookies