PDA

Voir la version complète : Côte-d’Ivoire : Paris à l’assaut du camp Gbagbo


Page : [1] 2

absent
05/04/2011, 00h39
En appui des Casques bleus de l’Onuci, les forces françaises ont bombardé, hier soir, les bastions tenus par les partisans du président sortant à Abidjan.


Peu avant 20 heures, hier soir, l’ONU et la France sont entrés en guerre contre Laurent Gbagbo. C’est l’Elysée qui a annoncé ce tournant majeur dans la crise qui secoue la Côte-d’Ivoire depuis l’élection contestée de novembre. Paris a précisé avoir autorisé la force Licorne à soutenir l’action militaire des Casques bleus, comme le prévoit une résolution votée en 2004. Cette intervention menée conjointement par l’ONU et une ancienne puissance coloniale est sans doute une première depuis la décolonisation.

Alors que la nuit tombait sur la lagune, les hélicoptères de l’Onuci (la mission des Nations unies en Côte-d’Ivoire), mais aussi français, sont entrés en action, bombardant plusieurs bastions tenus par les partisans du président ivoirien sortant, qui refuse de céder le pouvoir à son rival, Alassane Ouattara, déclaré vainqueur par la communauté internationale. Parmi les objectifs visés : la résidence de Laurent Gbagbo à Cocody ; le palais présidentiel, situé dans le quartier du Plateau ; le camp militaire d’Agban, dans la commune d’Adjamé ; celui d’Akouédo… Dans la soirée, on apprenait que l’armée française avait tiré des missiles sur un dépôt de munitions du camp Gbagbo.

Tirs. Paris a justifié son action en vertu de la résolution 1975, adoptée la semaine dernière par le Conseil de sécurité, qui interdit les tirs à l’arme lourde dans la capitale économique ivoirienne. L’Onuci «vient d’engager des actions visant à neutraliser les armes lourdes utilisées contre les populations civiles et les personnels des Nations unies à Abidjan», a déclaré l’Elysée. Un peu plus tard, les Nations unies précisaient, de leur côté, avoir demandé l’intervention des forces françaises. Dans une lettre, citée par l’AFP, adressée à Nicolas Sarkozy dimanche, Ban Ki-moon, le secrétaire général de l’ONU, juge «urgent de lancer les opérations militaires nécessaires pour mettre hors d’état de nuire les armes lourdes qui sont utilisées contre les populations civiles et les Casques bleus».

Depuis plusieurs semaines, les troupes de Gbagbo n’hésitaient pas, en effet, à tirer des obus en pleine ville, notamment dans le quartier d’Abobo, tombé aux mains d’insurgés pro-Ouattara, faisant de nombreuses victimes civiles. Ces derniers jours, le quartier général de l’ONU à Abidjan avait lui aussi été pris pour cible, tandis que des Casques bleus étaient fréquemment attaqués par des éléments pro-Gbagbo. Quatre soldats onusiens ont ainsi été blessés sérieusement le week-end dernier.

Mais l’Onuci et Paris se sont résolus à lancer leur opération après l’échec des forces pro-Ouattara à s’emparer du pouvoir dans la ville. Après avoir déclenché une offensive éclair à travers le pays, il y a une semaine, les Forces républicaines de Côte-d’Ivoire (FRCI) ont buté, ce week-end, sur la résistance acharnée du dernier carré des fidèles de Gbagbo, solidement armés, et n’ayant plus rien à perdre.

Un vide politique et sécuritaire s’est alors installé, plongeant Abidjan, mais aussi le reste du pays, dans le chaos. Depuis plusieurs jours, la capitale économique était en proie aux pillages et à la violence. Des centaines de Français disséminés dans la ville ont appelé au secours la force Licorne. Dimanche, l’Elysée avait décidé de regrouper la communauté française - environ 12 000 personnes, dont plus de la moitié sont binationaux - en trois points, sans ordonner leur évacuation.

A l’intérieur, notamment dans l’ouest du pays, de nombreuses exactions auraient été commises, par des miliciens pro-Gbagbo mais aussi par des partisans de Ouattara. La révélation d’un carnage commis à Duékoué et imputé par des organisations internationales aux forces soutenant le nouveau président risquait de mettre en porte-à-faux ses soutiens diplomatiques. Avec le risque, en cas de multiplication de telles exactions, de rendre le pays ingouvernable et d’initier un cycle de violences incontrôlable.

Processus. Hier soir, un conseiller de Laurent Gbagbo, Toussaint Alain, a qualifié les raids menés par les forces française et onusienne d’«actes illégaux», évoquant aussi une «tentative d’assassinat» de Laurent Gbagbo. Le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, a assuré que les frappes visaient seulement à protéger les civils. L’intervention d’hier soir apparaît comme l’aboutissement d’un processus lancé au lendemain de la présidentielle. En opposition au Conseil constitutionnel, qui avait donné Gbagbo vainqueur, l’Onuci avait proclamé la victoire de Ouattara. Dès cet instant, les Nations unies ont pris parti. Paris, réticent à s’impliquer militairement, a dû s’y résoudre face au chaos grandissant.

05/04/2011 à 00h00


http://www.youtube.com/v/aHvuT6cPkUI?fs=1&hl=fr_FR


.

rodmaroc
05/04/2011, 01h36
Paris a justifié son action en vertu de la résolution 1975, adoptée la semaine dernière par le Conseil de sécurité, qui interdit les tirs à l’arme lourde dans la capitale économique ivoirienne.
ce n'est qu'un pretexte, car dans ce cas il fallait aussi intervenir contre les forces de monsieur ouatara....cela dit,j'appuie cette opération sans réserves.

TAGHITI
05/04/2011, 01h38
la France a t-elle les moyens de mener trois guerres deux en Afrique et une en Asie?

absent
05/04/2011, 01h45
Dernière info (0h35): Les forces fidèles à Alassane Ouattara ont pris la résidence du président ivoirien sortant Laurent Gbagbo, a annoncé lundi Patrick Achi, porte-parole du gouvernement Ouattara. Il a dit ignorer si Gbagbo s'y trouvait ou non au moment des faits.

absent
05/04/2011, 01h47
si efficaces que qlq heures ont suffit

une guerre en moins pour la france

absent
05/04/2011, 01h56
Si Gbagbo est arrêté je crois que c'est un tribunal international pour lui non ?


l’ONU et la France sont entrés en guerre contre Laurent Gbagbo. C’est l’Elysée qui a annoncé ce tournant majeur dans la crise qui secoue la Côte-d’Ivoire depuis l’élection contestée de novembre. Paris a précisé avoir autorisé la force Licorne à soutenir l’action militaire des Casques bleus, comme le prévoit une résolution votée en 2004. Cette intervention menée conjointement par l’ONU et une ancienne puissance coloniale est sans doute une première depuis la décolonisation.

C'est inquiétant pour l'avenir ! Bush le neocons est partit mais il nous a laissé son rejeton !

keyboardzapper
05/04/2011, 01h57
gbagbo ira se cacher à tripoli et kaddafi viendra se réfugier a Abidjan,

rodmaroc
05/04/2011, 02h00
Sacré Sarkozy!!! on peut dire qu'il adore l'action...dés qu'il y a du grabuge, il est de la partie.

absent
05/04/2011, 02h03
Sacré Sarkozy!!! on peut dire qu'il adore l'action...dés qu'il y a du grabuge, il est de la partie.

Il est en train de ressusciter la puissance stratégique de la france, mais ça va finir par lui péter à la gueule, un jour il va tomber sur un os...

rodmaroc
05/04/2011, 02h16
Il est en train de ressusciter la puissance stratégique de la france, mais ça va finir par lui péter à la gueule, un jour il va tomber sur un os...Il a un petit coté impérialiste, tu as raison....avec lui, l'influence française en Afrique et dans certaines parties du monde n'est pas prête de s'éteindre, bien au contraire.....cela dit, il n'a pas systématiquement tort....dans les cas libyen et ivoirien je continue à croire que son action a permis de sauver des vies.

rodmaroc
05/04/2011, 02h21
Quelques dizaines de partisans de Laurent Gbagbo ont manifesté ce lundi soir à Paris contre l'intervention de soldats français à Abidjan contre des objectifs de l'armée fidèle au président ivoirien sortant, selon une source policière.
Une quarantaine de personnes ont été interpellées sur les Champs-Elysées après avoir brisé les vitres de cars de police et quelques vitrines de magasins.
Le Figaro


.................................................. .............................

absent
05/04/2011, 02h22
J'ai pas dit qu'il avait tort, je pense même que ces interventions sont quelque peu impérialistes mais nécessaires car en face ils ont dépassés les bornes, notamment en s'en prenant à des populations civiles comme kadhafi ou en ne respectant pas le verdict des urnes comme Gbagbo... On a effectivement des images du palais présidentiel en flamme ce soir, des munitions d'armes lourdes embrasant le ciel après les attaques de cette nuit, un feu d'artifice bien dangereux pour les civiles...

TAGHITI
05/04/2011, 02h29
rien n'est encore joué, Sarko peut rentrer dans une guerre, mais il n'est pas sure qu'il pourrait s'en sortir quand il veut!

absent
05/04/2011, 02h57
gbagbo a maintenat en face la france son fournisseur d'armes, il ne ffera pas long feu

absent
05/04/2011, 02h59
Qu'ils le massacrent, sale microbe!

houari16
05/04/2011, 03h08
dans les cas libyen et ivoirien je continue à croire que son action a permis de sauver des vies.
Plutôt ingérence et massacres ..
Il avait fait appel au criminel Juppé le spécialiste pour l aider dans sa sale besogne
« Le retour d’Alain Juppé aux Affaires Etrangères : un mauvais souvenir pour les victimes du génocide au Rwanda »

absent
05/04/2011, 03h09
attrocités de cote d'ivoire

Côte d'ivoire - brûlés - Yopougon: Des individus brûlés vif davant la police de Gbagbo
http://video.senego.com/cote-divoire-brules-yopougon/des-individus-brules-vive-davant-la-police-de-gbagbo-attention-ames-sensibles-video_96cc1f24b.html

attention ames sensibles

TAGHITI
05/04/2011, 03h21
gbagbo a maintenat en face la france son fournisseur d'armes, il ne ffera pas long feu oui, si c'était aussi simple comme tu l'imagines! Avec 5 pays qui l'entourent et des puissances qui verraient surement une France humiliée en Afrique, attendons, le spectacle vient juste de commencer! Déjá deux francais enlevés cet apés midi!

magh91
05/04/2011, 05h35
c est parti pour dix ans c est une guerre tribale

northcarolina
05/04/2011, 07h26
Plutôt ingérence et massacres ..(houari)

N importe quoi,les troupes francaises interviennent sous mandat ONU,si elles n étaient pas la ,il y aurait des massacres en cote d ivoire.
Il ne faut pas compter sur les africains pour régler les problèmes .
Il faudrait plutot que l OTAN intervienne en cote d ivoire sinon on vas dire que la france fait du colonialisme (voir les mauvaises langues du forum;)

Une chose est sure,ca bouge pas mal partout ,mauvais présage,ca risque d exploser.

magh91
05/04/2011, 08h17
N importe quoi,les troupes francaises interviennent sous mandat ONU,si elles n étaient pas la ,il y aurait des massacres en cote d ivoire
ya beaucoup de pétrole en cote d ivoire c est la seule raison:mrgreen:

hben
05/04/2011, 10h05
Mauvais temps pour les rats!...

ya beaucoup de pétrole en cote d ivoire c est la seule raison
:mrgreen::mrgreen::mrgreen:

mehdi-amazigh
05/04/2011, 11h45
Étonnant aucun des experts que vous semblez être ne parle des massacres du camp Ouatara!!! un millier de victimes innocentes, hommes, femmes et enfants!!!

Pour votre gouverne ce rat à été désigné par la France et n'a jamais été élu par le peuple ivoirien! (GBAGBO voulant tout nationaliser)

Vous n'avez toujours pas compris que la France sauvegarde ses forts intérêts, pétrole, cacao, etc.....

Elle soutient juste celui (Ouatara) qui lui permet de se servir et de squatter militairement dans le pays!

hben
05/04/2011, 12h33
Pour votre gouverne ce rat à été désigné par la France et n'a jamais été élu par le peuple ivoirien! (GBAGBO voulant tout nationaliser)
Toute la communauté internationale reconnait Ouatara comme le représentant légitime et tu soutiens le contraire!...
C'est quand même une sacré aliénation de supposer convaincre ou duper quelqu'un!...

Vous n'avez toujours pas compris que la France sauvegarde ses forts intérêts, pétrole, cacao, etc.....

Elle soutient juste celui (Ouatara) qui lui permet de se servir et de squatter militairement dans le pays!
Bien sûr! bien sûr! On a attendu ton intervention pour le comprendre!:rolleyes:

northcarolina
05/04/2011, 12h46
Vous n'avez toujours pas compris que la France sauvegarde ses forts intérêts, pétrole, cacao, etc.....(mehdi-amazigh)

Si ca continue,tu vas nous faire croire que les croisés sont en libye pour le pétrole;) OH LA MAUVAISE FOI MEHDI !!!:rolleyes:

gdesmon
05/04/2011, 13h45
LEMONDE.FR | 05.04.11 | 10h12 •


Les combats font rage à Abidjan, où les forces françaises et celles de l'ONU poursuivent leur offensive, entamée lundi après-midi, contre les dernières positions de Laurent Gbagbo, le président sortant qui refuse de quitter le pouvoir.

Le sort de M. Gbagbo est toujours flou. Selon Ally Coulibaly, l'ambassadeur de Côte d'Ivoire en France nommé par Alassane Ouattara — l'homme reconnu par la communauté internationale comme le vainqueur du scrutin du 28 novembre et le nouveau chef de l'Etat — M. Gbagbo "serait en négociations pour se rendre".

Quatre hélicoptères de l'opération militaire française Licorne ont tiré sur le camp de gendarmerie d'Agban, dans le nord de la ville, alors que le camp d'Akouédo (nord-est) était la cible de tirs d'hélicoptères de l'ONU. La présidence et la résidence de M. Gbagbo ont également été visées, sans que l'on sache encore s'il s'agissait de tirs d'hélicoptères français ou onusiens. Paris a affirmé que les troupes françaises étaient intervenues en application de la résolution 1975 du Conseil de sécurité de l'ONU, pour "neutraliser les armes lourdes utilisées contre les populations civiles".

Quelques heures avant les frappes, deux Français, un Béninois et un Malaisien avaient été enlevés à l'hôtel Novotel d'Abidjan par des "éléments armés" dans le quartier du Plateau, celui de la présidence, contrôlé par les hommes de M. Gbagbo.

Cell
05/04/2011, 15h24
Vous n'avez toujours pas compris que la France sauvegarde ses forts intérêts, pétrole, cacao, etc.....

dans ce cas elle devrait soutenir Gbagbo qui l'a autorisé à établir des bases et qui a vendu son pays au entreprises francaises .

et c'est faux qu'il voulait tout nationaliser .

mehdi-amazigh
05/04/2011, 17h49
Toute la communauté internationale reconnait Ouatara comme le représentant légitime et tu soutiens le contraire!...
C'est quand même une sacré aliénation de supposer convaincre ou duper quelqu'un!...Allez cite moi tous les pays du monde qui ont reconnu Ouatara??????

Ou est ce que cette communauté internationale serait la France et les USA à eux seuls??? comme le disent si bien Dumas et Vergès??????????

Difficile d'avoir encore le statut de colonisable..................


CELL il faut te renseigner au lieu de soutenir des contre vérités......

Extrait jeune Afrique:
Après avoir essayé de nationaliser sans grand succès les banques (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAWEB20110223081925/france-sanction-laurent-gbagbo-sgbcicote-d-ivoire-le-casse-tete-des-nationalisations-bancaires.html) qui cessaient momentanément leurs activités en Côte d'Ivoire (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2615p058.xml0/sgbci-banque-finance-cote-d-ivoirecrise-ivoirienne-systeme-financier-en-danger.html), il a décidé lundi par ordonnance que l'État se substituait désormais aux multinationales et prenait le contrôle de la filière cacao (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2612p078.xml0/laurent-gbagbo-cacao-barry-callebaut-exportationcacao-les-exportateurs-pris-dans-le-piege-ivoirien.html), un produit dont le pays est le premier producteur mondial.

Le président sortant de Côte d'Ivoire, Laurent Gbagbo, a décrété jeudi la nationalisation des grandes banques ayant suspendu leurs activités dans le pays en raison de la crise politique.


Le décret pris par les autorités concerne notamment la principale banque du pays, filiale de la Société Générale, fermée jeudi.
Sont également concernées une filiale de BNP Paribas ainsi que la Standard Chartered. Le communiqué du gouvernement mentionne également "City Bank", apparemment en référence à Citibank.


La crise ivoirienne (http://www.jeuneafrique.com/elections-en-cote-d-ivoire.php) se joue aussi dans les établissements financiers. La Société ivoirienne de banque (SIB) détenue à 51 % par le groupe marocain Attijariwafa Bank (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAHS25p060-061.xml0/) et à 49 % par l’État ivoirien pourrait être le troisième groupe bancaire à être nationalisé par le camp Gbagbo, après la SGBCI, filiale de la Société Générale et la Bicici du groupe BNP Paribas (http://www.jeuneafrique.com/Article/ARTJAJA2616p068.xml0/france-laurent-gbagbo-maghreb-banqueface-aux-crises-ivoiriennes-et-nord-africaines-bnp-et-soge-font-le-dos-rond.html).

CELL

On comprendra mieux pourquoi tu es enragé comme tes compatriotes contre GBAGBO.................

eddine dz
05/04/2011, 17h53
la présence de militaire français dans les pays africains,n'a d'autre but,que de maintenir une main mise de la France, sur les richesses du sous sol africains,tout cela avec la complicité bienveillante de l'onu.
croire en l'action humanitaire de la France en côte d'ivoire,est tout simplement risible, et relève des contes de fée .

TAGHITI
05/04/2011, 17h54
Côte d'Ivoire, Libye, Afghanistan: les forces françaises sous pression
De Dominique CHABROL (AFP) – Il y a 2 heures
PARIS — Côte d'Ivoire, Libye, Afghanistan : engagées simultanément dans trois conflits extérieurs, les armées françaises sont soumises à forte pression en terme d'effectifs et de matériel, en dépit de la nature très différentes des opérations.
Combien ça va coûter ? L'empressement de la presse à connaître le montant de la facture dès le début des conflits irrite le ministère de la Défense.
"Ca coûtera beaucoup moins cher que le déshonneur de voir un peuple se faire massacrer parce qu'un tyran l'avait décidé", a résumé jeudi le ministre Gérard Longuet, de retour d'une visite sur le Charles-de-Gaulle au large de la Libye.
Les ministres des Affaires étrangères et de la Défense, Alain Juppé et Gérard Longuet, seront auditionnés ce mardi à 17H15 en commission à l'Assemblée nationale sur la Côte d'Ivoire, lors d'une réunion ouverte à la presse, a annoncé son président Bernard Accoyer.
L'engagement français est financé sur le budget des Opex, les opérations extérieures, qui s'élève à près de 900 millions d'euros pour 2011.
L'édifice repose en fait sur la durée des opérations. Plus de dix ans pour l'Afghanistan, une opération-éclair envisagée en Côte d'Ivoire et l'incertitude totale en Libye, où personne ne peut prédire l'issue du conflit.
"Sur la Côte d'Ivoire, ils tablent sur une période d'engagement assez brève. Le dispositif est en place, l'effort de Licorne était déjà là avec des gens opérationnels", souligne Richard Labévière, spécialiste de Défense, ancien collaborateur de la revue "Défense" de l'IHEDN.
Le surcoût tient essentiellement à la protection des expatriés, et à une éventuelle évacuation massive de civils qui mobiliserait des navires et avions de transport, mais qui ne semble pas à l'ordre du jour.
En Libye en revanche, l'armée française doit gérer une opération supplémentaire dont la durée reste une parfaite inconnue. Après les frappes aériennes des deux premières semaines, le conflit s'apparente de plus en plus à une guérilla entre les forces pro-Kadhafi et les insurgés.
Le regroupement des moyens aériens français sur la base de Solenzara en Corse et le déploiement du porte-avions Charles de Gaulle au large de la Libye ont permis de limiter le coût des opérations en réduisant le nombre d'heures de vol, de l'ordre de 10/13.000 euros pour un Rafale.
Autre surcoût important, les bombes et les missiles, à plusieurs centaines de milliers d'euros pièce, largués au dessus de la Libye. Mais la diminution du nombre de frappes, moins adaptées qu'aux premiers jours, modère la facture.
En revanche, le passage sous commandement de l'Otan ne semble pas de nature à réduire les coûts. "Ce n'est pas parce que l'Otan entre dans la danse que ça va nous alléger en terme de ravitaillement ou de logistique. Au contraire, ça complexifie la chaîne de commandement et au final ça coûte plutôt plus cher", note Richard Labévière.
En terme de capacités opérationnelles, trois opérations en cours multiplient les effectifs, mais aussi les avions ou les hélicoptères mobilisés.
"Globalement, nous avons deux opérations supplémentaires, mais ce ne sont pas les mêmes moyens qui sont engagés et ceux de Licorne étaient déjà déployés", souligne le porte-parole de l'état-major, le colonel Thierry Burkhard.
Des avions de combat, des avions-radar et des ravitailleurs en Libye, des hélicoptères et des avions de transport en Côte d'Ivoire.
Reste l'Afghanistan, dont plus personne ne parle, la plus lourde des trois opérations, avec 4.000 soldats français sur le terrain. Un dispositif qui nécessite des moyens logistiques considérables en période de restrictions budgétaires. Avec un désengagement partiel envisagé au plus tôt en 2014.
Copyright © 2011 AFP. Tous droits réservés.

Cookies