PDA

Voir la version complète : Poker menteur autour du cadavre Algérie


ott
18/05/2013, 12h52
TSA samedi, 18 mai 2013 12:10
Poker menteur autour du cadavre Algérie
Mohamed Benchicou

Tous les décideurs le savent ; quelques-uns seulement ont le courage de le dire : avec ou sans Bouteflika, le prochain pouvoir aura pour mission presque impossible d'éviter la mort au pays. Avec peu de moyens. Nous n'aurons plus jamais les faramineuses recettes pétrolières dont a bénéficié le régime de Bouteflika.
L'arrivée de ce dernier au pouvoir avait coïncidé avec l'augmentation de la demande chinoise qui avait fait s'envoler les prix du pétrole en quelques années. Aujourd'hui, nous vivons le scénario inverse. L'exploitation du pétrole non conventionnel en Amérique du Nord va créer dans les cinq prochaines années une augmentation de l'offre qui va faire effondrer le prix du baril. Autrement dit, avec ou sans Bouteflika, le prochain régime se débrouillerait avec un pétrole à moitié prix, moins abondant, et des besoins en hausse ! La tragédie nous arrive en effet, droit sur la gueule ! Le pétrole, les réserves financières en milliards de dollars, c’est fini ! Oui, fini. Les projections les plus optimistes donnent l’Algérie pour importatrice nette de pétrole dès 2020.

Au cours des trois mandats du « pouvoir civil » de Bouteflika, il a été gaspillé l’argent du présent et celui du futur. Les hydrocarbures ont été si outrageusement pompés qu’il ne devrait plus rien rester dans le sous-sol d’ici quelques années, date à laquelle nous serions 40 millions d’Algériens, tous, théoriquement, voués à la précarité puisque Bouteflika aura épuisé les réserves pétrolières sans doter la maison Algérie d’une économie diversifiée pouvant prendre la relève du pétrole et du gaz naturel. En l’espace de cinq ans seulement, la production algérienne de pétrole est passée de 1,6 à 2 millions de barils par jour, soit un bond de 25% ou le double de la moyenne d’augmentation de la production Opep durant la même période.

Les recettes ? Sans s'étaler sur la partie supposée avoir été dérobée par la kleptocratie au pouvoir, elle a surtout engraissé la mafia de l’import via les importations qui ont explosé entre le premier et le troisième mandat de Bouteflika, passant de 9 milliards de dollars en 1999 à 49 milliards en 2012. Aucun investissement sérieux n'a été engagé dans la production pour doter le pays d'une économie viable qui prenne le relais des hydrocarbures.

Oui, l’Algérie de Bouteflika rappelle la Russie de Boris Eltsine, toutes proportions gardées, une nation chancelante, otage de prédateurs de toutes sortes qui se sont engouffrés au sein de cette faille providentielle pour vider l’Algérie de son sang. Ce fut à leur seul profit qu’on a surproduit le pétrole. Aujourd'hui, il est bien tard... L’Algérie redevient pauvre ! Pauvre et sans solution de rechange : quatorze ans après Bouteflika, le pays n’est plus en mesure de répondre à la demande d’emplois, ni peut-être même à la demande alimentaire.

Les observateurs les plus conscients pensent même que le pire est à envisager. Après 14 années de règne, Bouteflika a mis l'État à la merci de sa population. La fronde des chômeurs peut aller dans n'importe quelle direction, y compris la plus pessimiste, Bouteflika ayant abandonné l'investissement productif, comment lutter contre le chômage ?

Mais cela, cette vérité primordiale, celle-là qu’il faut dire non pour abattre, non pour accabler ni pour décourager, mais pour mobiliser, pour réfléchir, cette vérité qui réveille, personne ne veut la communiquer, je veux dire personne parmi ceux qui ont la responsabilité de la dire. Ou alors, quand une bouche plus courageuse que d’autres la formule, elle est immédiatement contredite par les virtuoses du poker menteur. Quand le PDG de Sonatrach, Abdelhamid Zerguine, qui sait de quoi il parle, reconnaît que les gisements de pétrole sont en "déclin" et les réserves sont "modestes", il est immédiatement contredit pas son ministre de tutelle, Youcef Yousfi, pour qui l’Algérie continuera à produire du pétrole et des hydrocarbures en général pendant « de longues années encore ». Et lorsque le ministre des Finances, Karim Djoudi, laisse entendre qu'il n'y a plus d'argent en caisse, que les salaires comme les pensions ne seront plus augmentés, il est aussitôt recadré par le chef du gouvernement, Abdelmalek Sellal, qui jure ses grands dieux que tout va à merveille dans ce territoire coupé du monde qui s'appelle l'Algérie.

Nos dirigeants fabulateurs, pour qui l’art de gouverner se réduit à clamer les fausses bonnes nouvelles et à taire les vraies mauvaises nouvelles, entendent démentir la formule d’Abraham Lincoln : « Aucun homme n'a assez de mémoire pour réussir dans le mensonge ». En foi de quoi, ils entreprennent hardiment de duper l’opinion sur l’état de santé d’un président dont ils nous apprennent aujourd’hui qu’il est en convalescence prolongée après nous avoir annoncé, il y a trois semaines, qu’il était entré à l’hôpital militaire du Val-de-Grâce pour de simples examens complémentaires. Le léger accident vasculaire se termine ainsi par une lourde vacance du pouvoir mais c’est tout cela, n’est-ce-pas, le charme du poker menteur auquel se livrent, avec tant de zèle et si peu de classe, nos dirigeants depuis cinquante ans.

Le jeu consiste à faire passer les vessies du bunker pour d'heureuses lanternes, c'est-à-dire produire un bobard, sinon crédible, du moins vraisemblable, quelque chose qui ait l'allure du « mensonge le plus détestable » qu'André Gide définit comme étant « celui qui se rapproche le plus de la vérité », quitte à susciter chez l'opinion une réplique par un autre mensonge, le « mensonge fructueux» dont Sacha Guitry dit qu'il « consiste à faire croire à quelqu'un qui vous ment qu'on le croit ».

L'équation est alors très simple : reconduire Bouteflika, comme le souhaite la mafia, en supposant qu'il garde ses facultés naturelles, revient à reconduire le pouvoir le plus irresponsable qu'ait connu l'Algérie en 50 ans afin qu'il parachève sa besogne de destruction. Ce serait alors un choix suicidaire, consciemment fait pour en finir avec notre pays.

Le général Lebed disait de Boris Eltsine qu’il était, par nature, un destructeur. « Il ne comprend la politique qu'en brisant et en déstabilisant l'environnement. Cela est une qualité en période de transition, mais il est temps aujourd'hui de construire. Boris Eltsine, lui, n'est pas un bâtisseur. »
Alors oui, reconduire Bouteflika, comme le souhaite la mafia, c'est en terminer avec l'Algérie. Quelle alternative reste-t-il ? Une seule, confirmée par l'histoire récente, dans tous les pays qui ont vécu une situation similaire : un gouvernement de salut national. Pour cela, il faut le vouloir.

ott
18/05/2013, 12h56
Question poker menteur, il y en a qui ont la mémoire courte, très courte... suffisamment courte pour reprendre du service, et se tranformer en économiste menteur, adoubé de perspectiviste menteur. Comme cette transformation se fait dans la douleur, on se contentera du sempiternelle, enfin saint-piternelle, journaliste-menteur, et du PAGSiste menteur...

nacera90
18/05/2013, 13h01
Sa haine est inquantifiable pour l'Algérie.
Si malheur il y'a, cette me.de, serait le premier à souhaiter la mort à l'Algérie.Honte à toi Mr Mohamed Benchicou, ton amour pour la vangence de ceux qui t'ont "écarteé" t'aveugle et te fait faire et dire n'importe quoi.

ott
18/05/2013, 13h07
Étonnant de le revoir de service, et où en plus, dans le journal de service, des services, des services rendus... avec probablement les mêmes marionnettistes que ses belles années du nouveau millénaire pour lui...

MEK
18/05/2013, 13h08
La production des hydrocarbures connaîtra une hausse en 2013

Le ministre de l’Energie et des Mines, M. Youcef Yousfi, a affirmé à Tissemsilt, que la production des hydrocarbures connaîtra une hausse en 2013 en Algérie. Lors d’un point de presse en marge d’une visite d’inspection dans la wilaya, le ministre a souligné que la production des hydrocarbures en Algérie est «bonne» et ne connaîtra aucune baisse en 2013, mais bien au contraire une hausse par rapport à l’année dernière, à la faveur de l’entrée en exploitation de plusieurs puits de pétrole et de gaz découverts ces dernières années.

M. Yousfi a ajouté que le ministère de l’Energie et des Mines a enregistré, l’an dernier, la découverte de 31 gisements de pétrole et de gaz qui entreront en phase de production dans les deux ou trois années prochaines.

Le ministre de l’Energie et des Mines a également souligné que l’Algérie dispose de puits de pétrole et de gaz en exercice depuis plus de 50 ans et qu’il est «normal que leur production soit en baisse», ajoutant que de nouveaux gisements découverts l’an dernier contribueront à accroître la production d’hydrocarbures cette année.

M. Yousfi a, d’autre part, fait remarquer que beaucoup de pays européens sont confrontées actuellement à une crise financière et économique, ce qui peut conduire à une baisse des prix des hydrocarbures, soulignant qu’il faut être prudent en assurant une couverture énergétique à long terme.

S’agissant de la nouvelle loi sur les hydrocarbures, le ministre a déclaré que le groupe Sonatrach donnera plus de clarifications aux compagnies mondiales concernant cette procédure, surtout concernant les conditions de partenariat.

M. Yousfi s’est dit, dans ce sens, satisfait des relations avec les partenaires. Au sujet de prétendu retrait de la compagnie «British Petrolum» (BP) d’Algérie, le ministre a démenti cette information, affirmant «nous sommes en contact permanent avec toutes les compagnies».


Mehdi F. 17.05.2013

CDN
18/05/2013, 13h30
Mohamed Benchicou

A ce que je sache, tu pourrais toujours te presenter au elections et apporter les changemnets dont tu rêves, je vois que tu as beaucoups d'idées pour ton pays mais Personne ne t'a interdit de faire de la politique. Au lieu d'écrire des aneries pourquoi ne participes -tu pas positement à la vie politique.

Serpico
18/05/2013, 17h54
Le problème c'est qu'il n'est pas le seul à faire ce bilan.

Benchicou fait simplement son boulot de journaliste indépendant pour contrecarrer la propagande beniouiouiste de la presse aux ordres qui semble , d’après les ecrits precedents, avoir réussi à faire un bon nettoyage de cerveau

ott
18/05/2013, 18h17
Le problème c'est qu'il n'est pas le seul à faire ce bilan.

Benchicou fait simplement son boulot de journaliste indépendant pour contrecarrer la propagande beniouiouiste de la presse aux ordres qui semble , d’après les ecrits precedents, avoir réussi à faire un bon nettoyage de cerveau

Benchicou indépendant, quelle farce, dans un journal comme TSA, encore plus rigolo, asséné par le pape de l'indépendance et de l'objectivité, le sommum....

Il est presque réconfortant de voir certains "amis" de l'Algérie croire en ces balivernes, ça les rend pathétiques et innoffensifs....

hben
18/05/2013, 18h21
d’après les ecrits precedents, avoir réussi à faire un bon nettoyage de cerveau
:)
On s'en prend toujours à la flûte et jamais au flutiste! :razz:
Aucune tentative de réfuter l'argumentaire de Mr Benchicou qui est sans doute plus patriote que cette bande de maffieux qui nous gouverne et ceux qui, sous prétexte de récolter les miettes les soutiennent!...

ott
18/05/2013, 18h23
Certains sont tellement patriotes qu'ils balançaient leurs amis PAGSistes aux amis des services de toujours.... Coluche est un habitué des farces....

"Un trait d'esprit annonce toujours la mort d'une idée (Alain, Propos)", et ça va tellement bien à notre revenant....

hben
18/05/2013, 18h38
Certains sont tellement patriotes qu'ils balançaient leurs amis PAGSistes aux amis des services de toujours....
De ça j'en doute fort!
Car s'il était une balance des services, il ne serait pas là à faire l'objet de l'invective d'une danseuse du ventre... des services!!!:razz:

hben
18/05/2013, 18h43
..........................................

hben
18/05/2013, 18h49
................................

ott
18/05/2013, 19h05
De ça j'en doute fort!
Car s'il était une balance des services, il ne serait pas là à faire l'objet de l'invective d'une danseuse du ventre... des services!!!

Et c'est un ancien soutien du MAK qui trouve un éminent homme d'affaire de sa région comme la vertus personnifiée, un Rabrab admirable qui vient donner des leçon de patriotisme, sic, de dance du ventre. L'hôpital qui se fout de la charité... et qui sort ses griffes quand on applaudit pas sa dance, et son sketch, c'est selon les auditeurs...

Quant au PAGSiste de service, faut demander à ces anciens camarades... mon colonel...

hben
18/05/2013, 22h19
Et c'est un ancien soutien du MAK qui trouve un éminent homme d'affaire de sa région comme la vertus personnifiée, un Rabrab admirable qui vient donner des leçon de patriotisme
Les voilà bien les procédés!... Dès que quelqu'un n'est pas d'accord avec vous, c'est tout de suite l'imprécation... Tu peux rajouter que je suis contre tes maîtres, ceux qui te jettent des nonos pour faire le beau!
Vous êtes tellement prévisibles, les exécuteurs de basses manœuvres!...:rolleyes:

ott
19/05/2013, 12h04
En effet, on a une vision diamétralement opposée du concept de patriotisme qui semble pouvoir s'accommoder des MAKakes, diamétralement opposé du concept de démocratie, qui semble s'accommoder de vautours, utilisant l'état et ses réseaux au sein des plus hautes institutions de ce pays, pour s'accaparer des monopoles bien gardés. Le comble c'est que ce sont les mêmes qu'on retrouve comme les opposants les plus "virulents du pouvoir assassin", enfin les figurants les plus agités d'une vie politique de façade, d'une opposition opportuniste opportunément opposée, très opportunément opposée...

Quant à ma personne, au risque de personnaliser, mes écrits sont limpides, sauf pour ceux qui ne conçoivent la politique que comme un jeu de ralliement clanique et féodal, je mets un point d'honneur à dénoncer les impostures, et notamment celles d’esbroufes qui choquerait même un Coluche, tant il parlait vrai...

Iberius
19/05/2013, 22h29
Tous les décideurs le savent ; quelques-uns seulement ont le courage de le dire : avec ou sans Bouteflika, le prochain pouvoir aura pour mission presque impossible d'éviter la mort au pays. Avec peu de moyens. Nous n'aurons plus jamais les faramineuses recettes pétrolières dont a bénéficié le régime de Bouteflika.
L'arrivée de ce dernier au pouvoir avait coïncidé avec l'augmentation de la demande chinoise qui avait fait s'envoler les prix du pétrole en quelques années. Aujourd'hui, nous vivons le scénario inverse. L'exploitation du pétrole non conventionnel en Amérique du Nord va créer dans les cinq prochaines années une augmentation de l'offre qui va faire effondrer le prix du baril. Autrement dit, avec ou sans Bouteflika, le prochain régime se débrouillerait avec un pétrole à moitié prix, moins abondant, et des besoins en hausse ! La tragédie nous arrive en effet, droit sur la gueule ! Le pétrole, les réserves financières en milliards de dollars, c’est fini ! Oui, fini. Les projections les plus optimistes donnent l’Algérie pour importatrice nette de pétrole dès 2020.

Très bonne introduction, des plus juste en plus, le gaz de schiste va nous condamner à une sévère cure de désintoxication vis à vis des énergies fossiles, il faut absolument préserver nos économies placées afin que les générations futures aient un peu de pain à grignoter...

Tous les pays producteurs s’inquiètent, les USA vont redevenir un gros producteur mondial de pétrole, on dit même qu'ils vont se suffire voir même devenir exportateurs...

On regrettera d'avoir fait une mosquée de plusieurs milliards de dollars !

nedjmala
19/05/2013, 23h33
Salam bonsoir...


ott

TSA samedi, 18 mai 2013 12:10
Poker menteur autour du cadavre Algérie
Mohamed Benchicou

...
...

Quelle alternative reste-t-il ? Une seule, confirmée par l'histoire récente, dans tous les pays qui ont vécu une situation similaire : un gouvernement de salut national. Pour cela, il faut le vouloir.
Soyons « bon joueur »… vouloir et pouvoir sont-ils intimement liés au jeu des cartes qui font aux instants les bonnes mises ou les mauvaises prises, et rare sont ceux et/ou celles qui vous diraient que ce jeu n’existe pas diversement au gré des vies, par contre il est vrai que bon nombre d’alternatives, fortes en polémiques, n’aboutissent pas mieux ni très bien d’un escompte positif et salutaire au devenir..., saviez-vous d’ailleurs, qu’il exista une carte heureuse en toute résistance, à ses valeurs, que le temps emploie, encore, à tout utile, au cours du jeu, d’hier…là, comme décrite, la mesure est bien plus étendue qu’elle n’y paraît, un Pays comme celui là, dans l’Histoire, entrevoit toujours selon ce qu’il endura, entreprendre distinctement, nouvellement, communément, et librement donc, se pourrait être alors ce que veut l’Unité…

Vous savez aussi, comme pour des images qui accompagnent les histoires, tournez la page parfois se fait sur la même page, dans le même chapitre, peut être sont-ce les bateaux des années qui n’avaient pas le même nom du voyage, un autre livre alors donne-t-il aussi un jeu plus simple quant il s'agit de valoir, avant toute autre similitude…

Salam, merci…

Iberius
20/05/2013, 00h05
Le problème c'est qu'il n'est pas le seul à faire ce bilan.
Les études internationales abondent en effet et elles sont alarmistes pour notre production de brut, mais je pense que ça fera que du bien à l'Algérie de sortir de cette dépendance, notamment en se mettant au travail...

TAGHITI
20/05/2013, 00h23
Mohamed Benchicou

un nom présentant tout un programme! inutile de continuer la lecture du torchon!

Cookies