PDA

Voir la version complète : Algériennes violées par les barbares et abandonnées par l'état


nassim
10/11/2006, 23h40
Souvenez-vous, c'était la nuit du 13 juillet 2001, des dizaines de jeunes et de moins jeunes barbares/intégristes avaient attaqués les habitantes du quartier d’El-Haïcha à Hassi Messaoud. Bilan : une quarantaine de femmes agressées, violées, lynchées, lacérées de coups de couteau, enterrées vivantes.

Le procès censé rendre justice à ces malheureuses femmes et punir les barbares a été reporté au 30 décembre 2006. En attendant, ces victimes oubliées continuent de vivre l'enfer de la dépression et des menaces de tous genres. L'état les a tout simplement abandonné.

- Photos de quelques victimes de cette nuit d'horreur (photos choquantes) : http://www.newpressphoto.com/Newpress/banque/Societe/531/planche.htm

===
“Après le viol et la violence, l’endettement et la démobilisation”

Le procès des 39 femmes agressées, violées, lynchées, lacérées de coups de couteau, enterrées vivantes par une foule de voisins du quartier d’El-Haïcha, dans la wilaya de Hassi-Messaoud, dans la nuit du 13 juillet 2001 a marqué les esprits et avait fait le tour du monde, tant les faits étaient d’une atrocité et d’une barbarie inqualifiables. Parmi les victimes, seules trois femmes ont résisté et tenu à assister à chaque tenue du procès, dont le dernier en appel le 20 septembre 2006 et qui fut reporté au 30 décembre 2006 à Biskra. L’une de ces trois femmes parle de l’après-mobilisation autour de cette affaire.

Nul, dira notre interlocutrice, n’ignore les pressions et les menaces publiques et claires, de la part des familles des criminels, qui sont exercées sur les victimes. Certaines personnes auraient même proposé de l’argent aux victimes pour retirer leur plainte. Des pressions sociales et des menaces physiques, exigeant le silence des victimes, ont provoqué une si forte terreur que certaines ont préféré fuir la région et s’enfermer dans leur douleur, alors que l’une d’entre elles a tenté de se suicider et se retrouve aujourd’hui à vivre isolée dans l’une des maisons de Diar Er Rahma. Cette victime qui a tenu à garder l’anonymat de peur de représailles, regrette l’attitude de certaines associations qui pour certaines, selon ses propos “après avoir utilisé “notre histoire” en ont tiré profit auprès d’organismes à l’étranger”.

Alors que ces femmes, dira notre interlocutrice, en citant son cas, vivent de grave difficulté. “Je suis endettée, puisque je dois des sommes d’argent qui m’avaient été prêtées par une association en établissant une reconnaissance de dette. Il existe certes une association “SOS femmes en détresse” qui sans son aide financière, je n’aurais pas pu payer l’OPGI et Algérie Télécom, mais je dois toujours d’autres sommes d’argent qui étaient censées m’aider à m’en sortir moi et mes enfants”. Selon cette femme, le problème d’information et le manque de moyens, ne leur permettent pas de connaître facilement les dates du report de leur procès en appel, plusieurs avocats s’étant désistés pour diverses raisons, laissent ces femmes (3) dans l’ignorance et la désillusion.

Tout en regrettant le silence de ceux qui étaient nombreux à exprimer publiquement leur solidarité et soutien dans les jours qui ont suivi leur agression à El-Haïcha, notre interlocutrice a décidé de ne plus faire confiance à quiconque et préfère mener son combat de femme dans la dignité et compte être présente le 30 décembre au tribunal de Biskra pour s’exprimer. Sa seule interrogation, elle l’adresse à tous ceux et celles qui leur avaient assuré leur soutien : “Etant des femmes seules, traumatisées à vie, sans revenu, ayant toujours des difficultés à s’en sortir seules, sous la pression, comment vivent-elles au jour le jour ? Quels moyens ont-elles pour continuer à affronter leurs bourreaux ?” Autant de questions que se pose cette femme qui aimerait retrouver un jour une certaine paix intérieure.

source : Le Soir d'Algérie

zwina
10/11/2006, 23h53
Peu de moyens mais le pire peu de solutions pour ces femmes parce que les bourreaux sont pour la plupart en liberté et qu'ils sont soutenus par ceux qui les ont envoyés. Voici un extrait d'un des procès :

Son frère présent dans la salle se lève pour appuyer ses dires. Invité par le président du tribunal à expliciter son intervention, le frère aîné soutient que son cadet est “une victime” qui plus est se trouve “traumatisée” depuis son interpellation par les forces de l’ordre. “Est-ce lui la victime ou ces femmes qui ont été pillées, violentées ?” s’est exclamé le juge excédé. Les assertions douteuses du second prévenu ont forcé son sourire. “Tu étais à 100 mètres de la première maison assaillie, mais tu n’as rien vu et entendu ?” lui a-t-il répliqué.

À l’évocation des noms de ses victimes, l’accusé fait encore mine de ne rien savoir de cette affaire. Pourtant, il a bel et bien pris part à l’expédition punitive. Fatiha l’a identifié de nouveau hier. “Oui, il était là”, a-t-elle confirmé au juge. En dépit de cette énième confrontation, l’occultation des faits s’est poursuivie tout au long de cette seconde comparution. “Je ne me souviens pas d’elles. Je ne les connais pas”, a martelé le prévenu. Et au président de rectifier encore : “Il est possible que tu ne t’en rappelles pas. Mais les 11 victimes qui t’ont reconnu ne peuvent pas t’oublier jusqu’à leur mort.”

Tizinissa
11/11/2006, 00h11
Jétais cideré quand j ái lu ca la premiere fois !!!

C' est inhumains et cruel !!

Parfois je me demande si c'etait vraiment des etres humains qui comettent ce genre de crime !!

Allah yefed !!

j 'espere que les victimes ont eu l'aide necessaire dans ces cas !!

Uniquement punir les criminelles ne changera rien a leur etat d' âme !!

hakkimm
11/11/2006, 11h47
Le procès des 39 femmes agressées, violées, lynchées, lacérées de coups de couteau, enterrées vivantes par une foule de voisins du quartier d’El-Haïcha, dans la wilaya de Hassi-Messaoud, dans la nuit du 13 juillet 2001
Ce que je n’arrive pas à comprendre comment ce genre de barbarie peut-il arriver dans un quartier sans que les familles (les pères, frères, fils, cousins…etc.) de ces femmes ne se rendent pas compte et n'interviennent pas...il s'agit de 39 femmes tout de même.

Man.ma
11/11/2006, 11h51
Même un monstre ne commettrait ce genre de monstruausité :surprise: !!!!

cavia
11/11/2006, 11h53
Ce que je n’arrive pas à comprendre comment ce genre de barbarie peut-il arriver dans un quartier sans que les familles (les pères, frères, fils, cousins…etc.) de ces femmes ne se rendent pas compte et n'interviennent pas...il s'agit de 39 femmes tout de même.
Si je me souviens bien, ces femmes ont des moeurs que l'on peut qualifier de legeres, et c'est le motif que les assaillants ont donné pour justifier la barbarie qui a été commise avec la complicité des habitants, des gens de hassi m'en avaient parlé....quelqu'un pourrait il confirmer ces dires?

reeeeeverblu
11/11/2006, 11h58
Ce que je n’arrive pas à comprendre comment ce genre de barbarie peut-il arriver dans un quartier sans que les familles (les pères, frères, fils, cousins…etc.) de ces femmes ne se rendent pas compte et n'interviennent pas...il s'agit de 39 femmes tout de même.

je me pose la meme question.
Meme si je me souvien que, en face, ils etaient fortemment armés.

hakkimm
11/11/2006, 12h12
Si je me souviens bien, ces femmes ont des moeurs que l'on peut qualifier de legeres, et c'est le motif que les assaillants ont donné pour justifier la barbarie qui a été commise avec la complicité des habitants, des gens de hassi m'en avaient parlé....
Ah bon … mais dans ce cas cet acte criminel est encore plus abject qu’on a l’air.

Tizinissa
11/11/2006, 13h27
Cavia
Si je me souviens bien, ces femmes ont des moeurs que l'on peut qualifier de legeres

Quelque soit la raison rien ne justifie une telle barbarie !!! il y a les services d'ordres, de surté nationale, des tribunaux et une loi qui regit tout le peuple !!

Si chaqu'un se fait justicier de ce qu'il croit etre non conforme aux a ses ideeuax ca sera l'anarchie total et a quoi servirait donc les tribunaux, la justices ...etc !!

A noter que ce l'un n'accepte pas est tout a fait normal pour d'autres ! et pourtrancher il y a la justice !!

Les auto-justicier sont le pir que pour arriver a une societé et specialement l' Algerie a eu le sentir de la facon la plus macabre !!

Ces criminelles doivent etre pendu en publique, comme c'etait de rigueur au moyen âge (en europe) car ce qu'ils ont fait est d'une barbarie moyenageuse !!

Rien ne justifie d' agresser une mère et de l' humilier devant ses enfants !!!!

cavia
11/11/2006, 14h04
j'ai juste donné des eclaircissements sur l'histoire, je ne soutiens en aucun cas ces actes, et ne considere pas que leurs moeurs justifient ces traietments, je disais juste que ces 39 femmes ont été torturées avec la complicité du voisinage à cause de leurs moeurs! Les gens qui m'ont rapporté les detaisl etaient scandalisés que l'on s'en prenne a ces femmes livrees a elles memes, et disaient meme que çà partait d'une vengeance....mais ca reste a confirmer!

Tizinissa
11/11/2006, 14h34
je ne soutiens en aucun cas ces actes

Ouffff !! suis soulagé :)

la complicité du voisinage

nirmalement ici ceci est aussi refusable !! refuser l'aide a une personne en detresse est aussi penalisable que l'agresser lui meme !!

zwina
11/11/2006, 21h53
Compte rtendu de :

Maya Azeggagh

Femmes en Communication - Alger.

Notes de Mediterraneas.org :

(1). La nuit du 17 juillet 2001, dans le quartier- bidonville "El Haïcha" de la ville de Hassi Messaoud, "capitale" des hydrocarbures, une trentaine de femmes - employées dans les bases pétrolières, la majorité dans l’entretien et les cantines - ont été durant une nuit entière agressées, violées, torturées, lacerées au couteau... par des hordes de voisins, jeunes et adultes, fanatisés par un imam qui appelait à la "puriification des moeurs". Beaucoup de ces femmes, venues du Nord du pays à la recherche d’emploi, vivaient seules, les familles -qu’elles entretenaient de leurs salaires, aujourd’hui perdu par la plus part d’entre elles - étant restées dans les villes d’origine. Au départ, toutes les 39 victimes avaient dénoncé les faits et porté plaintes. Au fil du temps, sous l’influence des pressions, les manoeuvres des autorités algériennes pour minimiser les faits, les tergiversations de la justice et l’étiquette de "prostituées" qui leur a été collée, y compris par une partie de la presse,la majorité des suppliciées de Hassi Messaoud ont fait marche arrière, quittant la région et ravalant leur douleur. Trois d’entre elles cependant tiennent bon - bien que leur situation psychologique et sociale soit catastrophique - et continuent, à ce jour, à exiger que justice soit rendue. La solidarité a tardé a se mettre en place et a pâtit, continue de pâtir des faiblesses actuelles du tissu associatif et du peu de cohésion et de constance dans l’action du mouvement pour les droits des femmes en Algérie. Au plan international, hormis quelques entités, italiennes en premier lieu, la solidarité n’a pas non plus été significative, l’Algérie continuant à vivre une sorte d’isolement et les associations ne sachant pas encore cultivé les alliances internationales dont elles ont certainement besoin.

Comme tu peux le lire, il ne s'agit pas de femmes aux moeurs légères mais de mères de familles qui avaient toutes des emplois. Il est bien mieux de faire croire que c'était des prosituées pour qu'ainsi certains voient cela comme une punition méritée mais c'est faux. Tu me diras pourquoi personne n'a bougé ???? Ils ont eu PEUR quand ils ont vu arriver cette horde de sauvages....... Même des femmes aux moeurs légères ne méritent pas d'être violée, lynchées, lacérées de coups de couteau ou enterrées vivantes........

hakkimm
11/11/2006, 22h03
Même une femme aux moeurs légères ne mérite pas d'être violée
Tout à fait et le violeur ne vaut pas mieux.

fanatisés par un imam qui appelait à la "puriification des moeurs".
Mais je ne vois pas comment un imam peut appeller au viol?? c'est absurde.

Heliopolis
11/11/2006, 22h05
Les violeurs sont proteges par les services de securite. Mais tot ou tard ils seront vulnerables.

chikita
11/11/2006, 22h10
chez ns dés qu'une femme ne fait pas ce qu'on lui dit (travail, vis seule, demenage...) on la qualifie de femme aux moeurs legeres....
l'imam qui avait preché pour la punition de ces femmes qui osent vivre loin de leur lieu de naissance devait etre traduit en justice... il ne l'a pas ete!!!

des femmes travaillent a hassi messaoud pour se nourir et nourir leur famille l'imam dit qu'il faut les punir ; ces sauvages decident de les violer

je sais pas pour vs mais moi je trouve tt ca tres bizare

ce sont des pervers et des sauvages qui ont fait ca il ne faut en aucun cas leur trouver des excuses!!!!!!!!!!!!!!!!les politiks n'ont reagi ke kelke jours apres je me rapel surtt du petit encardré du rcd et du pt ds liberte et le matin kelkes petites lignes pour dire que c regretable.....
mais je comprends que les voisins n'aient pas reagi les gens de bentalga ne sont pas sorti non plus aidé leur voisin ils avaient assez a faire en esssayant de cacher leur famille!!!!!!!

p.s: a l'epoque des fait on parlé d'une centaine de femme!!!! ou sont elles passé???

zwina
11/11/2006, 22h13
Heureusement que parmi ceux qui ont entendu cet imam prononcé son discours ils y avaient des pieux qui savaient qu'un musulman ne pouvait faire cela et ils l'ont dénoncé......trop tard malheureusement car la horde de sauvage avait commencé le carnage.

absent
11/11/2006, 22h22
“Etant des femmes seules, traumatisées à vie, sans revenu, ayant toujours des difficultés à s’en sortir seules, sous la pression, comment vivent-elles au jour le jour ?
je me rappelle de cette tragedie, à l epoque la rumeur courait qu il s agissait de prostituées qui vendaient leur corps à des coopérants americains?? vrai ou faut, cela ne justifie pas ce massacre

reeeeeverblu
11/11/2006, 22h25
Finalement, l'enfer est humain.
L'enfer, c'est les autres, faisait dire Sartre.
Mais si l'autre c'est ton voisin, ou sommes-nous?

zwina
11/11/2006, 22h28
Nous sommes dans un monde où une allumette suffit à enflammer 400 jeunes qui sont capable de la pire barbarie. Certaines femmes ont été arrachées des mains de leurs agresseurs par les policiers et ils leur a fallut la matraque pour leur faire lâcher prise......

absent
11/11/2006, 22h55
“Etant des femmes seules, traumatisées à vie, sans revenu, ayant toujours des difficultés à s’en sortir seules, sous la pression, comment vivent-elles au jour le jour ?

rien ne justifie ce massacre meme s il s agissait de prostituées vendant leurs corps à des à des americains et canadiens qui travaillaitent dans l hudro-carbure, tjrs suivant la rumeur qui couraient à l epoque,

seul Allah le tou puissant dispose du droit de donner la vie ou la mort, " celui qui tue une seule ame c est comme s il aurait tué l humanité entiere!

zwina
11/11/2006, 23h14
Fatiha, Rahmouna et Nadia ont exprimé la peur de voir ce procès prendre un autre cours. « J’ai comme l’impression d’être le bourreau et eux les victimes. Le regard de leurs proches à notre égard est dur à supporter. A chaque fois, ils viennent faire pression sur nous pour que nous abandonnions le procès. Il n’est pas question pour nous de laisser ceux qui nous ont violées, sodomisées et mutilées sans jugement », a déclaré Fatiha. Rahmouna, mère de trois enfants, plus marquée par cette tragédie du 13 juillet 2001, n’arrive toujours pas à s’en remettre. « Parfois, j’ai des idées noires qui me traversent l’esprit et qui me poussent à aller me faire tuer comme une kamikaze contre le tribunal de Hassi Messaoud. De toute façon, ces criminels ont assassiné en moi tout germe de vie. Il ne me reste plus qu’à mourir et faire mourir avec moi ceux qui ont participé à innocenter mes tortionnaires parce qu’ils portent une grande responsabilité dans le drame que je vis avec mes enfants. J’erre de ville en ville avec mes enfants comme une SDF. Pourquoi la justice ne veut-elle pas réparer cette injustice ? Depuis le premier verdict, je ne me sens plus une citoyenne algérienne », dit-elle les larmes aux yeux. Elle ne cesse de répéter que les va-et-vient qu’elle fait pour être présente aux procès « ne servent à rien ». Pour elle, « la justice est faite par les hommes et pour les hommes ». Fatiha reste la plus persévérante parmi les victimes. Elle a laissé son bébé chez sa belle-famille pour venir d’une ville de l’ouest du pays « dans le seul but de leur montrer que ce sont les bourreaux qui doivent avoir honte et non pas moi ». Elle confie : « Comment pourrais-je pardonner à quelqu’un qui m’a sodomisée avec un manche à balai et qui a lacéré mes seins ? Comment Nadia peut-elle accepter de pardonner à celui qui l’a torturée, puis violée ? Comment Rahmouna peut-elle oublier que des jeunes qui ont l’âge de ses enfants lui ont lacéré le sexe et les cuisses ? Ce sont des témoignages que tout le monde doit écouter afin que plus jamais d’autres femmes ne puissent vivre cette situation. » Fatiha a pris contact avec toutes les autorités pour avoir gain de cause. Elle avait encouragé les autres femmes pour signer avec elle une lettre adressée au président de la République en juin dernier, le suppliant d’intervenir pour accélérer la procédure judiciaire contre ceux qui ont brisé sa vie et celle de 39 autres femmes à El Haïcha

Brise.marine
12/11/2006, 08h46
rien ne justifie ce massacre meme s il s agissait de prostituées vendant leurs corps à des à des americains et canadiens qui travaillaitent dans l hudro-carbure, tjrs suivant la rumeur qui couraient à l epoque,

seul Allah le tou puissant dispose du droit de donner la vie ou la mort, " celui qui tue une seule ame c est comme s il aurait tué l humanité entiere!

Y'a pas pire justificatifs waalah, pourquoi s'attaquer à ces femmes et non pas aux américains et canadiens qui bossent dans l'hydro-carbure...simplement parce que c'est plus simple de s'attaquer aux plus faibles....moi franchement ça me donne envie de vomir.....de quelle pattes sont fait ses agresseurs et violeurs se croient t'ils meilleurs que c'est femmes qu'ils ont jugées et condamnés, leurs comportement démontre a quel point leurs moeurs à eux sont vils, des sadiques qui se cache derrière des principes à deux sous...

cavia
12/11/2006, 09h03
merci pour tes precisions!

brise
simplement parce que c'est plus simple de s'attaquer aux plus faibles...
je pense que tu as résumé la situation de ces femmes!

absent
12/11/2006, 12h56
pourquoi s'attaquer à ces femmes et non pas aux américains et canadiens qui bossent dans l'hydro-carbure.
je pense qu en Algerie les coopérants et surtout les americains sont mieux traités et gardés que les algeriens et algeriennes, en plus les americains ne se depalcent qu avec une surveillence et une garde tres bien equipées, c est comme les respresentations consulaires,
alors que de pauvres femmes prositutées deminues et sans peres de familles sans une victime facile à avoir!

Rochi
12/11/2006, 13h13
En même temps, c'est nul de dire pourquoi ne pas s'attaquer aux canadiens.
La violence est déplorable quelque soit la personne qui l'a subit...
Vous n'allez quand même pas mettre des degrés sur les victimes même si le sujet est certes, ces femmes malheureuses qui se font violenter de façon presque impunie.
Le fond du problème est très difficile à cerner quand on voit l'éducation dès le jeune âge des garçons à l'école ou dans la société où ils considèrent la femme comme leur étant inférieure....

absent
12/11/2006, 13h20
Vous n'allez quand même pas mettre des degrés sur les victimes même si le sujet est certes, ces femmes malheureuses qui se font violenter de façon presque impunie.
non je ne crois pas que Brise .marie voulais inciter aux lynchage des etrangers, c estait juste pour montrer que ces pauvres femmes sont deminues de toute protection!

reeeeeverblu
12/11/2006, 14h27
== MODERATION ==

Evitez de polluer le topic. Pensez à relire ET à respecter le règlement du forum, svp. La récidive ne sera pas tolérée.

nassim
12/11/2006, 15h02
Les accusations visant ces pauvres femmes sont mensongères et ne visaient qu'à disculper les animaux sauvages qui les avaient attaqué.

Ces femmes étaient pour la plupart venus de loin pour travailler dans les entreprises du secteur des hydrocarbures. A l'évidence, elles dérangaient certains locaux qui les accusaient de leur "piquer" leur travail...

Du coup, elles ont été accusé de tous les maux pour mieux remonter les barbares contre elles. S'attaquer ainsi à des femmes est un acte de terrorisme. Dans un pays "normal", les coupables seraient sévèrement punis, mais chez nous, cela a peu de chance d'être le cas.

Cookies