PDA

Voir la version complète : L'euro, nouveau chouchou des banques centrales ?


amelle
25/01/2005, 14h16
ÉCONOMIE - L'euro, nouveau chouchou des banques centrales ?

Le titre barre la une du Financial Times : "Les banques centrales se détournent des Etats-Unis". Selon le quotidien londonien, elles seraient de plus en plus nombreuses à préférer l’euro au dollar, augmentant par la même occasion "les difficultés de l’administration Bush à financer un déficit, en pleine croissance, du compte courant de la balance des paiements".

Le Financial Times appuie ses dires d’une enquête menée auprès de 65 directeurs de banques centrales, Chine et Japon non inclus, entre septembre et décembre 2004. 70 % d’entre eux ont reconnu avoir augmenté, ces deux dernières années, leurs réserves en euros. Et, à plus de 90 %, ils affirment attacher de l’importance au revenu tiré de la gestion des réserves de change : un mauvais point évident pour le dollar, en chute quasi constante depuis 2002.
La tendance s’infléchit donc par rapport à 2003 : à la fin de l’année, les banques centrales étrangères détenaient 70 % de leurs réserves en dollars, et, par leurs achats de valeurs américaines, avaient financé à hauteur de 80 % le déficit du compte courant des Etats-Unis en 2003.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=46362&provenance=accueil&bloc=0 5

amelle
25/01/2005, 14h26
Dans le même thême il y a aussi cet article tout aussi interessant :

ECONOMIE - Vive les déficits américains !

"Pourquoi le monde entier est-il si peu reconnaissant" envers les Etats-Unis ? s’interroge Kenneth Rogoff dans L’Orient-Le Jour, de Beyrouth. Dans un article initialement écrit pour le Project Syndicat, une association regroupant 277 journaux du monde entier, ce professeur d’économie et de politiques publiques à Harvard, ancien économiste en chef du Fonds monétaire international (FMI), commente avec ironie la faiblesse du dollar.
Il feint de ne pas comprendre le "mécontentement" et les inquiétudes de nombreux pays. Via des "déficits commerciaux béants", les Etats-Unis ont pourtant accompli une prouesse inédite : faire passer pour de bons investissements de nombreuses monnaies a priori peu attractives ! Même le Mexique ou la Russie, peu réputés pour leur entrain à réformer, "doivent repousser les capitaux d’investisseurs à la recherche d’une issue, alors que le dollar s’effondre".
Alors, que demander de plus ? "Vous croyez que c’est facile, pour une économie de 12 000 milliards de dollars, de vivre au-dessus de ses moyens, année après année, simplement pour soutenir la bonne réputation de stabilité d’autres pays ? Eh bien, non. Il faut travailler dur pour s’endetter de cette façon, quand on dispose d’autant d’argent", se moque l’économiste.
Premier visé : le président George W. Bush. "Lorsqu’il a pris ses fonctions, en 2001, il disposait d’excédents budgétaires à perte de vue. Il faut beaucoup de ténacité pour dilapider 5 000 milliards de dollars !" ironise Kenneth Rogoff. Et que dire de la population américaine ? Elle non plus ne ménage pas ses efforts. "Le consommateur américain consomme tout ce qu’il peut et n’épargne pratiquement rien, enchaîne l’économiste.

http://www.courrierinternational.com/article.asp?obj_id=46312&provenance=accueil&bloc=0 9

Stanislas
25/01/2005, 15h00
Je ne suis pas un specialiste des finances. Mais la force d'une monnaie est basée certes sur la force de l'economie mais surtout le maitrise des rouages de l'economie du monde et pour l'instant l'oncle Sam fait la pluie et le beau temps.

Si le moindre pépin un peu sérieu arrive au dollars, tous les banques centrales du monde voleront à son secours sinon, c'est une nouvelle crise qui sera pire que celle de 1929.

nassim
25/01/2005, 22h14
Justement, l'une des raisons "secrètes" de l'invasion de l'Irak était le fait que Saddam avait décidé en 2000, de facturer son pétrole et de convertir sa réserve de cash en euros. Pour éviter l'effet boule de neige, les faucons ont vu dans l'invasion de l'Irak une façon d'avertir les autres membres de l'OPEP : Celui qui abandonnera le dollar aura affaire à nous. A terme, le but des USA est d'éliminer l'OPEP et pour se faire, l'Irak d'Allawi avec ses gigantesques réserves, sera appelé à inonder le marché pétrolier et casser les prix.

Les alliés occidentaux des USA ont compris que dans l'interêt de la stabilité des l'économie US, donc, de leurs propres économies, mieux vallait observer le statu quo et ne pas convertir massivement leur réserves de dollars en euros.

Quant aux membres de l'OPEP, dont une bonne partie sont des pays musulmans, ils auraient pu utiliser l'arme de la menace stratégique contre les USA : Soit l'Amérique accélère la création d'un état palestinien viable, soit tous les pays musulmans de l'OPEP basculeront en euros pour leurs transactions. Mais quel pays musulman est en mesure d'affronter le Pentagone ?

Pour le moment, les USA s'accomodent très bien d'un dollar faible, mais si la monnaie de référence du marché pétrolier venait à basculer du côté de l'euro, la faillite de l'Amérique serait inévitable avec les déficits actuels!

tikouk
26/01/2005, 00h31
Azul,

Cr

de toute facon Avec un $ faible les produits Americains sont plus concurrent sur le marche surtout contre ceux d'europe, pour les USA C'EST un peu le Dilem, avec un $ Faible il ya plus de ventes mais la valeur est faible, avec un $ fort moins de ventes mais plus de Valeur, et Je pense que les USA ont opte pour la 1ere car leur obejectives pour le momment est la prosperite sans cause d'inflation, et croyez moi ils ont reussi a le faire, qui contrarie une certaine theory economic ...

De son cote Bush negocis toujours avec le gouvrnement Chinois pour qu'ils pousse les Chinois a consonme un peu plus surtout des USA,qui aiderrait le $ a retrouve son equilibre ( ces Chinois qui deviennent vraiment rich)....

sinon ilne faut pas oublie que tout le monde est conscient des consquences d'un crache de l'economie Americaine sur le MONDE ENTIER c'est pour cela qu'il ya d'autres pays ( surtout d'Asie) qui commencent a achete les US Treasury Bills se qui va pousse la demande pour le $ et donc equilibrer sa Valeur ( ce n'est meme pas a Bush de regler ca :lol: :lol: )

Pour les Investisseurs je pense qu'ils ont une confiance enorme en Bush,meme si ils achetent d l'EURO le $ fait toujours parti de leurs Portfolio



Enfin avec un GDP de 14000 Billion,un Deficit de 500 Billion est vraiment pas un Souci

Tanmirt ar tufat

Cookies