PDA

Voir la version complète : La science en deuil.


nassim
02/02/2003, 00h14
http://kabyles.********/images/columbia.jpg
De gauche à droite:
Rick Husband, McCool, Ilan Ramon, Michael Anderson, David Brown, Laurel Clark et Kalpana Chawla.

Le 1 février 2003 fera désormais partie des tristes dates dans les annales de l’ère spatiale. A 14H GMT, la navette spatiale Columbia avait disparu des écrans de la salle de contrôle de la NASA, au centre spatial Kennedy, en Floride. Sept astronautes étaient à bord et y ont laissés leurs vies. L’explosion et la désintégration de la navette ne laissaientt aucune chance de survie aux héros de l’espace. Car, lorsqu’on vole à une vitesse de l’ordre de Mach 18 (18 fois la vitesse du son = 18 * 1224 Km/h = 22032 Km/h), une simple défaillance peut être fatale. Et le contact de la navette avec l’atmosphère est l’étape la plus critique durant toute la mission spatiale. A ce moment, le « nez » de la navette fait face à des températures infernales de l’ordre de 1500 à 2000 °C.
En attendant les conclusions des équipes d’investigation de la NASA, on ne rappellera jamais assez le courage de ces hommes et femmes qui sont animés d’une passion unique pour la science. Grâce à leurs courages, des générations entières ont accès à des mines d’Or d’informations et de résultats de recherche, qui font le quotidien des laboratoires de recherches, mais aussi du grand public avec les grands moyens de vulgarisation scientifique que sont les médias et l’Internet.
Aller dans l’espace ! Le rêve de beaucoup d’entre nous, lorsque nous étions encore dans les classes du primaire. Lors de la multitude de documentaires consacrées aux missions spatiales ("Mission to Mir" de chez Imax, et "Space with Sam Neil" de chez la BBC), on a pu admirer l’émotion de ses astronautes, découvrant pour la première fois la beauté de notre planète, vue de l’espace. On dira tout simplement qu’ils ont de ce fait, réalisés le rêve de leurs vies. Car à un moment pareil, on oublie tout, on est émerveillé par tant de beauté insoupçonnée de la terre.
Certains se risquent à dire, de toute façon ces des américains, ils ne font ça que pour nous dominer encore plus. C’est faux et ils le savent bien. Le respect et l’admiration du talent des ces soldats du savoir n’est en rien, un clin d’œil à l’intolérance de l’administration Bush.
L’Amérique n’est pas seulement une patrie de faucons. On y trouve aussi des colombes. Il ne faut pas fermer les yeux sur le magnifique travail de talents comme Moore, qui avec son dernier film "Bowling for Columbine", a mis en avant les failles du système US actuel. Sean Penn, Robert Redford et leurs collègues à Hollywood ont su confirmer leurs ralliements aux mouvements opposés à l’équipe Bush.
Ne soyons pas comme ceux qui critiquent aveuglement la réussite fulgurante de Bill Gates et de son bébé, Microsoft. Car au delà de la domination sans partage de MS ds le marché de l’OS pour PC, il ne faut pas oublier que du temps où il a commencé son aventure, personne dans le secteur informatique ne misait un cent sur le PC. Et n’oublions pas que c’est grâce à MS avec son Windows, et à Andy Grove et à son bébé Intel, que le PC est devenu ce qu’il est maintenant, à savoir accessible pour un maximum d’entre nous. Bien au-delà de la richesse enviable de Gates, on n’osera pas oublier que toutes les économies des pays du tiers monde se sucrent sur le dos de MS ! Je citerai l’exemple de mon pays l’Algérie, où je peux dire sans exagérer que plus de 90% des logiciels qui y sont utilisés, sont illégaux. Et qui sont les utilisateurs ? Toute la communauté estudiantine mais aussi toute l’économie liée aux NTIC. Autant dire que Microsoft, ne fait pas que nourrir ses 35 000 employés de son siége à Redmond, mais des centaines de millions de personnes qui utilisent ces logiciels sans payer un centime !
Pourquoi citer Microsoft ? J’aurai pu bien entendu citer l’exemple d’Einstein. Son génie n’est plus à démontrer. Sa passion pour l’état d’Israël (dont on connaît la terreur envers le peuple de Palestine) est connue de tous. On lui a même proposé d’être le premier président d’Israël. Est-ce pour autant qu’on va manquer d'estime pour son génie scientifique ? Est-ce pour autant qu’on va boycotter sa physique ? Non, je ne pense pas.
On peut parfaitement célébrer la physique d’Einstein à travers le monde, tout en pestant sur l’état de la terreur, l’état Hébreu.
Ne nous trompons pas de cible. Un jour (dans quelques décennies ?), les réserves pétrolières auront livrées leurs derniers barils, et à ce moment là, il ne restera de richesse que le savoir des peuples. Et plus fort sera la pays qui aura investi une grosse part de son PIB dans la formation de ses enfants. Et dans ce domaine, il est indiscutable que les Etats-Unis sont le pays où l’investissement pour le savoir est le plus important et il suffira de vérifier l’explosion des brevets chez eux.
Bien entendu, une vie humaine reste une vie humaine. Et de ce fait nos pensées iront aux familles des héros de l’espace, qui viennent de nous quitter. La communauté scientifique saura célébrer leurs grands talents en immortalisant leurs recherches.

morjane
03/02/2003, 17h23
Source : NASA & Space News, dimanche 2 février 2003 à 10h00

Les responsables de la Nasa ont communiqué d'importants détails lors d'une conférence de presse hier sur la séquence des événements ayant conduit à la catastrophe, des éléments sur lesquels l'enquête va certainement se concentrer.

La première indication que quelque chose se passait mal à bord est survenue à 08H53 (heure de la côte est, 14H53 heure de Paris), sept minutes avant que la navette se désintègre au-dessus du ciel texan.

Dans la salle du centre de contrôle de Houston, les contrôleurs remarquent soudainement la disparition sur leurs écrans des données télémétriques transmises par les "jauges mesurant la température dans les systèmes moteurs hydrauliques des bords avant et arrière de l'aile gauche" de Columbia, a expliqué le directeur du vol, Milt Heflin.

Trois minutes plus tard, à 08H56 (14h56 heure de Paris), ils constatent un accroissement des températures sur le "circuit hydraulique de freinage et de la roue dans le train d'atterrissage gauche".

Alors à une soixantaine de km d'altitude, la navette se trouve encore à 2.250 km de la Floride. Filant à Mach 18,3 (21.200 km/h), elle est inclinée à 57 degrés, en train d'effectuer un large virage.

Deux minutes plus tard, à 08H58 (14h58 heure de Paris), l'inquiétude gagne les contrôleurs à Houston. Trois des capteurs de températures intégrés dans l'aile gauche de la navette sont dans le rouge, indiquant une brusque élévation de température du métal. La navette Columbia est en surchauffe dangereuse.

Interrogé par le "CapCom", Charles Hobaugh, le contrôleur de Houston qui communique avec l'équipage, le commandant de bord Rick Husband confirme apparemment une hausse de la pression hydraulique sur le train d'atterrissage.

"Nous pensons qu'ils (les membres d'équipage) ont confirmé les mesures que nous avions constatées", a expliqué Milt Heflin.

Le "CapCom" tente à nouveau d'entrer en contact avec le commandant de bord. "Columbia, ici Houston. Nous avons reçu vos messages sur la pression des pneus. Nous n'avons pas capté le dernier (message)... ".

Après un bref instant, le commandant de bord répond: "Bien reçu, mm...".

La communication est rompue. S'ensuivent une série de crépitement sur les ondes radio. Puis, c'est le silence. Il est à peu près 09H00 (15h heure de Paris).

Zakina
09/02/2003, 23h39
Pour suivre la suite des évènements de la Navette Columbia ... le site officiel .. .. http://www.nasa.gov/columbia/index.html

morjane
16/03/2003, 07h59
William Readdy, responsable des vols habités à la NASA, avait demandé informellement à la NIMA (National Imagery & Mapping Agency) de lui fournir des images de la navette Columbia en orbite. Mais la NIMA n'a pas répondu à cette demande. L'agence gouvernementale n'a pas considéré la requête comme étant assez " formelle " et surtout était plus préoccupée par les préparatifs de guerre contre l'Iraq. Ron Dittemore, le responsable du programme Navette, a lui affirmé que ses images n'auraient de toute façon pas été très utiles. L'ingénieur de la NASA qui avait envoyé des emails alarmistes avant le crash a expliqué qu'il a toujours cru que la navette était en sécurité et qu'il voulait seulement chercher à savoir à quel point la navette était endommagée. Un historique de la réentrée de Columbia a été publié par la commission d'investigation. Les problèmes ont commencé bien plus tôt que ce qu'on pensait. Seulement 26 secondes après le début de la phase de rentrée, les senseurs mesuraient déjà des températures non nominales. Ce rapport inclut les observations depuis le sol des 15 morceaux se détachant de Columbia avant sa désintégration. La commission a aussi mis en cause les procédures qualités de la NASA. Pendant ce temps, la Russie a prévenu tous les partenaires de la Station Spatiale Internationale qu'elle nécessitait 100 millions de dollars très rapidement pour construire deux véhicules de ravitaillement supplémentaires, sans lesquels la station ne pourrait rester habiter.
[Washington Post 11 et 14/03/03, Space News du 10/03/2003 et Space.com du 10/03/2003

morjane
30/04/2003, 13h47
Bonjours à tous,
Les dernières News en direction de l'Espace...oups! de la Terre...au sujet de la cause de l'accident l'origine probable est la suivante "un joint d'étanchéité de l'aile gauche de la navette aurait été heurté par un morceau de mousse isolante du réservoir externe lors du décollage."

http://www.futura-sciences.com/img/ailegauchenavette.jpg source NASA Détail de l'aile gauche de la Navette

A lire pour de plus amples détails ,mon site adoré

http://www.futura-sciences.com/sinformer/n/news1984.php

morjane
01/02/2004, 10h17
Bonjour à tous,

Il y a un an que Columbia a explosé en vol et donc j'ai une pensée pour ces astronautes qui sont mes héros modernes.
Un après, la Commission d'enquête externe (CAIB) a rendu son rapport et à mis l'index la NASA et la politique Spatiale sans toutefois, les rendre responsables directements car il était impossible de prévoir que la chute d'un morceau d'isolant pouvait conduire à la perte de la navette et de son équipage. Mais une tentative de sauvetage d’urgence des membres d’équipage aurait été possible si les observations du décollage avaient été prises au sérieux.
Le programme spatiale n'est pas remis en cause et espèrons que les lacunes d'hier servent à plus de recherche de sécurité, le risque zéro étant impossible.

http://spaceflight.nasa.gov/shuttle/memorial/images/crew_portrait.jpg

taket
01/02/2004, 12h20
Bonjour à tous, :)

Je pense que les USA se servent plus de la conquête spaciale plus qu'ils ne l'utilisent. D'ailleurs, il faut bien remarquer qu'une des plus grandes préoccupations des américains est de nourrir leur image de premiére puissance mondiale. Est ce qu'ensuite la recherche tire son épingle du jeu de tout ça, j'en sais rien ... mais d'après moi, le gouffre financier que constituent la recherche spatiale pourrait servir à financer des programmes de recherche pour lutter contre la faim dans le monde par exemple :? ...


A+.

morjane
01/02/2004, 14h37
Azul Taket,
des américains est de nourrir leur image de premiére puissance mondiale. mais ignorer leur suprématie serait faire de nous des aveugles. Bien que la Chine soit en train de se réveiller et les fait repenser autrement.
Sais tu que le budget annuel spatial mondial représente - de 20% du budget militaire annuel américain?
Alors si on doit réduire un buget autant réduire les dépenses militaires que la recherche spatiale.

bonne journée

taket
01/02/2004, 15h27
Salut, :)


ignorer leur suprématie serait faire de nous des aveugles

mais comment l'ignorer !! vu les relations qu'ils entretiennent avec le reste du monde et en particulier avec l'onu !

Tout ça pour dire, que la recherche spatiale (je parle de recherche spatiale pure) ne vise qu'une seule chose en fait qui est de demontrer le savoir faire technologique d'un pays et au delà de ça demontrer sa puissance et les états unis en sont l'exemple le plus flagrant. Dans ce cadre, je trouve que les astraunotes en sont reduit, aux yeux du grand public, à de simples stars ce qui est plutot péjoratif pour eux. :!:

A+.

LeGrandBleu
01/02/2004, 15h44
Oui mais il y va aussi et surtout du savoir et de la connaissance.
La curiosité chez l'homme est inscrite dans les gènes, dépasser ses ignorances.

sindbad
09/02/2004, 22h45
Salut


Il y'a aussi les retombes de la technologie spatial et ses benefices dans divers domaines.
Calcilatrice (annees 70), medecine, transport, navigation (GPS) etc ...
Mais une chose est sure l'approche actuelle omcernant l'exploration (et l'explotation) de l'espace et surtout les mentalites doivnt completement changes.

Il faut que toute l'humanite soit impliquee sinon on ne fera que sautiller de temps a autre
Abientot

Cookies