Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Bibliothèque d'Alexandrie: Qui l'a détruit ?

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Bibliothèque d'Alexandrie: Qui l'a détruit ?

    La question est dans le titre : Qui a brulé la grande bibliothèque d'Alexandrie ?

    On nous dit que c'est les musulmans sous l'ordre du Calife Omar ! est-ce que ce récit est attesté par des sources sûr ?! parce que d'après ce que j'ai lu, ce n'est qu'un myth !

    Des forumeurs connaisseurs en histoire peuvent-il nous éclairer ?

    Merci

  • #2
    Toute une question qui ne sera jamais vidée...

    Bien des supputations mais aucune certitude car aucune preuve matérielle...

    - Les Romains ?
    - Suite des guerres religieuses entre paiens et chrétiens ?
    - Imr el Ass

    7 bons siecles séparent ces événements mais pourtant nulle certitude


    saha aidek Far...
    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Commentaire


    • #3
      Bibliotheque

      Cela-dit il faut deja savoir ce qu'etait que la Bibliotheque d'Alexandrie ; ce n'etait pas une institution en soit, mais une partie d'un ensemble plus grand qu'on nommais Museion ("Palais des Muses"), une sorte d'universite ou quelque chose comme ca.

      Le sort de la bibliotheque sort devait donc etre lie a l'ensemble, et non pas independament.
      "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

      Commentaire


      • #4
        Salut les gars et saha aidkoum

        Un petite synthèse de quelques lectures:

        Des sources anciennes et modernes identifient quatre possibilités pour la destruction de la bibliothèque:

        par Jule Cesar par le feu durant la guerre d'Alexandrie, en 48 avant J
        par l'attaque d'Aurélien dans le troisième siècle de notre ère;
        par le décret du Theophilus En 391 AD
        et finalement par les conquérants musulmans en 642

        La bibliothèque d'Alexandrie a souffert de plusieurs événements destructifs, mais selon plusieurs historiens, la destruction des temples païens d'Alexandrie vers la fin du IVe siècle par l'empereur chrétien Théodose I fut probablement finale.

        L'invasion de César aurait mener à la perte d'environ 40 000-70 000 rouleaux dans un entrepôt à côté du port (c'est ainsi que Luciano Canfora affirme que c'étaient probablement des copies produites par la bibliothèque destinée à l'exportation), mais il est peu probable qu'elle ait affecté la bibliothèque ou le musée, étant donné qu'il y a des preuves suffisantes que tous les deux ont existé ultérieurement."

        En effet, la bibliothèque, ou du moins une partie, semble avoir été maintenue et a continué d'exister jusqu'à ce que son contenu a été largement perdu lors de la prise de la ville par l'empereur Aurélien (270-275) qui avait réprimé une révolte par la reine Zénobie de Palmyre. La plus petite bibliothèque situé au Serapeum aurait survécu, mais une partie de son contenu a été transféré à Constantinople pour orner la nouvelle capitale au cours du quatrième siècle. (Straight Dope Staff Report: "What happened to the great Library of Alexandria?", The Straight Dope, 6 December 2005.)

        Puis, selon Gibbon Dans "Decline and Fall", En 391, l'empereur chrétien Théodose I a ordonné la destruction de tous les temples païens dont la grande Bibliothèque. L'ordre fut exécuté par le patriarche chrétien Théophile d'Alexandrie. Socrates Scholasticus fournit un compte de la destruction des temples en Alexandrie dans le cinquième livre de son Histoire Ecclesiastica, écrit vers 440:

        Concernant la quatrième possibilité, dans la translation d'Edward Pococke's de "histoires des dynasties" de 1663 et selon plusieurs historiens, on raconte le récit de l'armée musulmane dirigée par Amr Ibn Alaas qui a pillé la ville en 642 après la défaite de l'armée byzantine à la bataille d'Héliopolis. Amr Ibn Alaas avait alors demandé au calife Omar quel sort sera réservé à la bibliothèque et ses ouvrages. Le Calife aurai donné la célèbre réponse : "Soit ils seront en contradiction avec le Coran, et dans ce cas, ils sont une hérésie, soit ils seront d'accord avec le Coran, alors dans ce cas ils sont superflus.". Les Arabes auraient donc brûlé les livres, et pour certains historiens, ils les auraient utilisé pour réchauffer l'eau pour les soldats.

        Toutefois, ce compte a été rejeté par certains comme étant une légende, Dès 1713 par Fr. Eusèbe Renaudot qui considérait que c'était un canular pour des buts de propagande. Au cours des siècles, de nombreux académiciens se sont alignés sur la conclusion Renaudot dont Alfred J. Butler, Victor Chauvin, Paul Casanova et Eugenio Griffini. Plus récemment, en 1990, l'orentaliste Bernard Lewis a fait valoir que le compte n'était pas vrai, mais qu'il a survécu au fil du temps, car il a été un mythe utile pour le grand dirigeant musulman Saladin, qui a jugé nécessaire de briser la collection de textes Isma'ili hérétiques du califat fatimide au Caire, après sa restauration du sunnisme en Égypte. Lewis propose en fait que l'histoire du calife Omar appuyant la destruction de la bibliothèque aurait fait de l'action de Saladin un geste plus acceptable pour son peuple (Bernard Lewis, "The Vanished Library". The New York Review of Books 1990.)

        Alors hben, toujours sur ??
        Dernière modification par absent, 04 octobre 2008, 19h29.

        Commentaire


        • #5
          quelque s liens sur les différentes hypothèses , même si je n'élimine à priori aucune d'elles , puisque elles ont eu lieu à des époques différentes :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Bibliot...d%27Alexandrie

          http://fsoso.********/storie/ANTICHI...Alexandrie.htm

          http://www.herodote.net/histoire/eve...p?jour=6441104

          Mabrouk 3idkoum .....
          " Je me rend souvent dans les Mosquées, Ou l'ombre est propice au sommeil " O.Khayaâm

          Commentaire


          • #6
            harrachi

            chacun regarde une chose avec ces propres objectfs.
            il ya par exemple dans une bibiotheques disant deux grands rayons science
            science sociale et science techniques

            quelqu'un qui est intelegent pas un musulman ou chretien ou juif zélée et émotif non, un musulaman plein la tete genre qui avait fait plus de guerre froide que de guerre chaude.

            si il voit l'egypte en cours de chutte il accourt entre dans la bibliotheque s'empare de tout le rayon science technique et laisse en état l'autre intact. il ne brule rien et lorsque la stabilité reviendra il recréera le rayon technique.

            si reelemnt la bibliotheque était brulé c'est l'ozuvre de zélés comme les mongoles chez les abbassides

            Commentaire


            • #7
              @Tina6

              Euh ... pardon ?!
              "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

              Commentaire


              • #8
                mais selon plusieurs historiens, la destruction des temples païens d'Alexandrie vers la fin du IVe siècle par les Chrétiens fut probablement finale.

                C' est justement l'affirmation la pus recente et la plus actuelle et qui resulte des éetudes d' historens europeens.

                Une autre these stipule en plus que les musulmans n' ont jamais detruit des bibliotheques des peuples conquis.
                Ils ont par contre brulé quelques des ouvres de leurs propres savants.

                Commentaire


                • #9
                  La bibliothèque d'Alexandrie a souffert de plusieurs événements destructifs, mais selon plusieurs historiens, la destruction des temples païens d'Alexandrie vers la fin du IVe siècle par les Chrétiens fut probablement finale
                  .

                  En disant "les chrétiens" il me semble que tu mets tous les chrétiens dans le même sac, il faut être précis dans ces cas là. C'est comme si moi je disais "les musulmans" en parlant d'el qaïda ou des talibans, je crois que tu ne serais pas d'accord et tu auras entièrement raison de l'être. Dans les bibliothèques des monastères chrétiens il n y avait pas que des livres religieux et quand on lit St Augustin par exemple il n'est pas difficile de reconnaître la philosophie de Platon. Je vous conseille le très beau film "au nom de la rose" qui montre bien que chez les chrétiens, il n y avait pas que des fondamentalistes qui ne cherchaient qu'a brûler le trésors que nous ont laissé les profanes

                  Pour la bibliothèque d'Alexandrie, c'est comme certains l'on dit, c'était une académie du même genre que celle qui viendra plus tard à Jundishapur en Perse. Qui l'a détruite ? Moi je ne m'avancerais pas là dessus a je n'accuse personne surtout pas en mettant tout le monde dans le même sac. Seulement certain effectivement on accusé le Calife Omar, il me semble que j'ai déjà lu que Ibn Khaldoun était partisan de cette hypothèse que Omar brulait les livres profanes. Le calife Othman lui, parait-il, a même brulé des corpus du Coran.

                  Il faut tout de même signaler que les chrétiens (pas les fanatiques, ça dans toutes les religion on en trouve) ont même préservé et étudier les auteurs musulmans a un tel point que certains ouvrage ne peuvent être trouvé que dans leur bibliothéque. Il n'est un mystère pour personne que pendant que Ibn Rushd arrive dans les écoles latines à une célébrité presque égale à celle d'Aristote, il est oublié chez ses coreligionnaires, Ibn Rushd est le dernier philosophe musulman de renom et ce n'est pas la faute aux chrétiens

                  Commentaire


                  • #10
                    Euh ... pardon ?!
                    Laisse béton mec; laisse béton.
                    Et désolé pour le H.S Far Solitaire.

                    Commentaire


                    • #11
                      "Chretiens"

                      Je rejoint OKO dans une partie de ce qu'il dit, ou ce qu'il veux dire du moins. Je m'explique.

                      Lorsque j'ai rappele plus haut qu'il fallait considerere la bibliotheque en question dans l'ensemble auquel elle appartenait, le Museion, je voulais dire qu'il ne devait pas s'arreter au titre de "bibliotheque" selon la noble et neutre acceptation que nous lui donnons de nos jours, c'est-a-dire celle d'un lieu ou l'on rassemble les livres et le savoir pour tous.

                      On est dans l'Antiquite, et il faut se mettre en tete que ce lieu n'etait pas qu'un lieu de savoir au sens stricte et neutre, il etait aussi (et surtout) un des plus haut lieux du Paganisme a une epoque ou la foi chretienne devait imposer le culte de Dieu. Ainsi, sur les 700.000 parchemins que la tradition rapporte qu'il contenait, tu ne trouveras pas 10% de traites "scientifiques", le reste etant surtout des ouvrages philospohiques, theologiques ... etc. et le lieu etait aussi un lieu de rassemblement pour les philosophes et les penseurs du monde ancien.

                      Pour ma part, connaissant un peu Theophile d'Alexandrie, son epoque et son style, je dirais qu'il est effctivement tres probable que ca soit a cette date (392) que la Grande Bibliotheque, a defaut de destrcution totale, a cesse d'etre ce qu'elle etait, au meme titre que le Serapeon qui fut demonte, ou que la philospohe Hypatie qui a ete lynchee par des moines et la foule des chretiens de la ville.

                      Mais, meme si on n'approuve pas de tels faits, il ne faut pas aller trop vite en besogne et decreter d'office qu'il s'agissait de "religieux obscurantistes" face a des "savants lumineux". L'epoque et le contexte avaient leurs specificites, et les conflits de cette epoque la sont a prendre en consideration avant tout jugement. Et il en va de meme pour ce qui ets de la conquete musulmane.
                      Dernière modification par Harrachi78, 02 octobre 2008, 12h04.
                      "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                      Commentaire


                      • #12
                        La plupart des textes scientifiques Grecs que les Arabes ont obtenu et ensuite traduit: ils venait de cette bibliothéque. Si il y avait seulement 10% de livre scientifiques, et vu tout ce que les Arabes ont récupéré comme livres scientifiques, alors la conclusion c'est que c'est les Arabes qui lui ont donner le coup de grace à cette bibliothéque, mais que certains ouvrages ont été sauvé du feu et se sont retrouvés dans les bibliothéques de nos ancetres.

                        Et on peut mieux comprendre la décision du Khalif si 90% était des livres de religion paiens et que il y avait des statues paiennes. J'aurais fait le meme chose à sa place: ordonner qu'on brule ce lieu tout en sauvant les livres scientifiques.

                        Le seul probléme avec cette théorie c'est: comment les Arabes ont pu différencier les livres scientifiques des autres? Il y avait des Arabes qui savait le Grec dans l'armée? Ca m'étonnerait. Un gars de la bibliothéque a fait le tri pour eux? Peut etre...

                        ∑ (1/i²) = π²/6
                        i=1

                        Commentaire


                        • #13
                          @Alyirib3

                          ... La plupart des textes scientifiques Grecs que les Arabes ont obtenu et ensuite traduit : ils venait de cette bibliothéque ...

                          Et qu'est-ce qui attesterait d'une telle chose ? Une source ?
                          "L'armée ne doit être que le bras de la nation, jamais sa tête" [Pio Baroja, L'apprenti conspirateur, 1913]

                          Commentaire


                          • #14
                            D'ou les Arabes ont ils obtenus une telle collection de livres Grecs à ton avis? Des travaux de Epiminide, Aristote, Thalés, Pythagore, Platon, Socrate, Zénon, ... la liste est longue. Elle n'existait meme pas en Occident une collection pareille. Je vois pas ou autre qu'à la bibliothéque d'Alexandrie ils auraient pu trouver une collection pareille.

                            Pour la source, j'avais lu ça dans une encyclopédie de philosophie. Je vais essayer de retrouver cette source.

                            ∑ (1/i²) = π²/6
                            i=1

                            Commentaire


                            • #15
                              Alryb3

                              La plupart des textes scientifiques Grecs que les Arabes ont obtenu et ensuite traduit: ils venait de cette bibliothéque
                              bizzare ce que tu dis !
                              les arabes ont commencer à traduire les livres étrangers et embrasser les sciences des autres civilisations dont ceux des grec par ordre d'un kalif Abasside (Al-Mou'tassam si je me trompe pas) , ce qui veut dire quelques disènes d'années en plus d'une centaine d'année après la mort du Kalif Omar !
                              2.7. et Dieu a scellé leur cœur et leur entendement. De même qu’un voile leur barre la vue, et ils sont voués à un terrible châtiment. (Al Baqâra)

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X