Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Bouteflika fait peser des menaces tangibles sur les Généraux via des dossiers sur les

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Bouteflika fait peser des menaces tangibles sur les Généraux via des dossiers sur les

    Pour la première fois un média lourd français, France-Culture évoque ouvertement la crainte des généraux algériens qui, à l’instar des poursuites judiciaires internationales dont fait l’objet actuellement Rose Kabuye, chef du protocole du président Rwandais Paul Kagamé, redoutent le pire pour les exactions commises par l’armée algérienne durant la guerre au terrorisme.
    Transcription intégrale de l’émission de France-Culture - Les Enjeux internationaux par Thierry Garcin et Eric Laurent du jeudi 27 novembre 2008
    Ali Badou : Sept heures et quart, les enjeux internationaux, Bonjour Thierry Garcin.
    Thierry Garcin : Bonjour Ali Badou
    Ali Badou : Et aujourd’hui l’Algérie dans la perspective d’un nouveau mandat pour le président Bouteflika
    TG : Avec notre invitée Feriel Fates. Bonjour
    Ferial Fates : Bonjour
    TG : Vous êtes Politologue, vous êtes spécialiste évidemment de l’Algérie, alors on va essayer de voir comment expliquer qu’après deux quinquennats le Président Bouteflika qui est âgé de 71 ans qui est réputé sérieusement malade, veuille briguer donc un troisième mandat. Pour cela, celui-ci a fait voter un amendement constitutionnel à une chambre acquise, voire soumise (les mandats sont limités à deux),et non pas par voie référendaire puisque la constitution limitait les mandats présidentiels à deux. On l’a aussitôt accusé ici ou là de vouloir être “Président à vie”. Il a aussi modifié la nature du poste de chef de gouvernement en Premier ministre, vous allez nous dire ce que cela représente. Quelles oppositions politiques peut-il rencontrer, compte tenu du peu de liberté accordée aux partis politiques reconnus et de la répression dont souffrent ceux qui peuvent s’exprimer contre cet état de fait ? et puis d’autre part que dire quand même toujours à la question rituelle de l’institution Militaire, est-elle traversée par un certain nombre de courants ? est-ce qu’il y a un débat dans la population ? Que dire de l’institution militaire ? Des contre-pouvoirs formels (patronat et syndicats…) et informels (opinions publiques, presse…) ? Comment la situation économique rejaillit-elle sur le débat pré-électoral, dans l’optique de la présidentielle d’avril 2009 ?
    FF : Effectivement ce qui était prévu, c’était qu’il y ait des élections en avril 2009 mais avec de nouvelles candidatures. Or le Président Bouteflika a tenu et il a orchestré cette opération [il] a tenu à se représenter et comme le parlement [lui] est acquis, puisque les parlementaires sont considérés par la population comme représentant une institution vide de sens, ils sont même des privilégiés, en septembre 2008, le président leur a accordé une augmentation de leurs indemnités parlementaires qui a beaucoup choqué la population qui est en situation difficile pour la plus grande majorité. Leur augmentation est passée en une année de 20 à 30 fois le salaire mensuel.
    TG : Donc tout va bien…
    FF : Tout va bien et c’est dire qu’ils n’allaient pas s’opposer et qu’ils ont voté à 90% oui pour la révision constitutionnelle.
    TG : C’est ce que l’on appelle une chambre d’enregistrement.
    FF : Voilà…absolument. On peut donc considérer qu’il n’y a pas de réel pouvoir législatif en Algérie. Alors pourquoi tient-il à se représenter ? A cela il y a un facteur individuel, il semblerait que ce Monsieur soit doté d’un égo démesuré et que donc il ait une envie de réaliser une œuvre (…) et de rester, pour ce faire, accroché au pouvoir. Et par ailleurs, il y a des enjeux réels qui sont liés à l’état de corruption qui règne dans le milieu politique dirigeant…
    TG : Alors j’ai vu justement vous m’avez dit que c’était reproduit dans ‘Le Monde’ un article très intéressant dans un journal francophone algérien ‘El Watan’, un article du Général Benyelles, une véritable charge ce qui prouve qu’il y a une “certaine liberté de la Presse” parce qu’il n’y va pas avec le dos de la cuiller, et il parle notamment entre-autre de la corruption, alors que penser de cet état des lieux justement de cette corruption qui serait presque organique au sein du pouvoir ?
    FF : Eh bien elle peut expliquer d’une part le faite que il souhaite se représenter une troisième fois en dépit du blocage que constituait la constitution, parce que il y a notamment une affaire pendante - l’affaire Khalifa - dans laquelle lui même et son cercle familial, voire même sa clientèle sont largement impliqués. Cet escroc a dilapidé des fonds publics considérables qui ont disparu dans un gouffre qui est complètement opaque par définition…
    TG : et comme la nature n’aime pas le vide, l’argent a dû aller quelque part …
    FF : Vous parliez des oppositions, donc voilà ce qui peut expliquer cette volonté de se maintenir. Ensuite les oppositions : Il aurait pu en rencontrer et par exemple on peut penser que la charge publique du Général Benyelles qui a une certaine légitimité - parce que c’est un membre du gouvernement qui a démissionné (du gouvernement) en octobre 1988 à l’époque où la répression des émeutes [d’octobre] avait provoqué plus de 500 morts parmi les jeunes et donc en signe de protestation…
    TG : Je me rappelle, d’ailleurs on était sur place à l’époque si mes souvenirs sont bons au titre de France Culture
    FF : Et donc c’est rare pour un dirigeant algérien de manifester son opposition à un acte de répression et donc sa parole a du poids. Et une partie de l’armée serait, dit-on, serait opposée à la candidature de Bouteflika. Mais cette candidature pour un troisième mandat ‘passe’ quand même dans la mesure où Bouteflika ‘tient’ l’armée lui aussi. On sait qu’il a des dossiers sur la manière dont la lutte contre le terrorisme a été effectuée avec des exactions des militaires et des exemples récents rendent la menace qu’il fait peser sur les militaires tangible, on pense à un exemple international, Rose kabouyé du Rwanda qui a été interpellée et pour l’Algérie, il y a actuellement le chef du Protocole du ministère des affaires étrangères [Mohamed Ziane Hassa(sse)ni] qui est mis sous contrôle judiciaire en France pour l’assassinat d’un opposant algérien [Ali André Mecili] qui s’est déroulé en France en 1987. Donc il y a une sorte de neutralisation des uns par les autres à cause de ces dossiers…
    TG : Donc la troisième candidature de Bouteflika dans ce cas permettrait justement de garder le couvercle sur un certain nombre de réalités peu agréables et indicibles…
    FF : Absolument absolument, absolument
    TG : Alors en ce qui concerne - alors çà c’est important aussi - les partis politiques, la nature des débats dans la société même si c’est toujours difficile de globaliser, mais qu’est-ce que l’on peut en dire ?
    FF : Alors, d’abord ce qu’il faut dire qu’en dix ans de règne Bouteflika a considérablement affaiblit l’opposition par diverses manœuvres politiques, par des difficultés de fonctionnement, harcèlements judiciaires des opposants, terreur aussi… et donc l’opposition politique, d’ailleurs on l’a vu lors du vote au parlement s’exprime difficilement. L’opposition s’exprime visiblement de deux manières, d’une part par les émeutes au niveau de la population, c’est à dire que quand il y a un problème, il y a un soulèvement spontané, et de plus en plus, une opposition plus organisée, sectorielle, ce sont les grèves qui engagent de grands secteurs comme celui de la fonction publique, il y a eu plusieurs grèves longues de trois jours et de l’éducation nationale, des grèves systématiques bien organisées. On sent qu’il y a un début d’organisation qui ne trouve pas encore réellement d’expression politique puisque ni du côté des islamistes ni du côté de l’opposition démocrate on a des voix suffisamment puissantes et massives pour se faire entendre, mais on peut dire que il y a…
    TG : …des contre-pouvoir professionnels catégoriels comme on dit. Plus formels…
    FF : De toute façon le pouvoir algérien ne se fait aucune illusion sur l’opinion que la population a de lui dans la mesure ou … un symptôme, c’est par exemple la révision constitutionnelle aurait pu être adoptée par voir référendaire mais le Président s’en est bien gardé parce que il sait très bien que l’abstention aurait été considérable on l’a vu lors des dernières législatives en 2007 où elle a dépassé les 65%…
    TG : Les deux tiers…
    FF : Oui les deux tiers du corps électoral. Là cela aurait été plus considérable parce que les algériens ne se font aucune illusion sur le pouvoir et même la candidature de Bouteflika pour un troisième mandat, je dirais ne les dérange pas parce que ils disent “lui ou un autre, on reste dans la continuité et il n’y a pas de changement “.
    TG : Ce qui frappe c’est l’hypertrophie de l’exécutif, non pas la vacance des déficits évidemment du législatif, quid du judiciaire ? je ne sais pas ! et puis l’émergence de contestations ou le renforcement de contestations via les revendications de catégories…Alors il y a un Premier Ministre et non plus un chef du gouvernement ? juste d’un mot…
    FF : Le Premier Ministre… ce changement n’est pas un simple changement de dénomination mais une concentration des pouvoirs entre les mains du président qui va prendre des prérogatives de l’ancien chef du gouvernement, il devient de ce faite un véritable autocrate…
    TG : Bon, eh bien écoutez il faudrait y revenir parce que apparemment il y a beaucoup de choses à dire, merci en tout cas Ferial Fates, je rappelle que vous êtes politologue spécialiste de l’Algérie.
    Liens :
    France-Culture / Les Enjeux internationaux par Thierry Garcin et Eric Laurent

  • #2
    Personnellement je me suis arrêté là:

    Or le Président Bouteflika a tenu et il a orchestré cette opération [il] a tenu à se représenter
    Un politologue pense les faits politiques à partir de leur manifestation "positive" et non à partir de murmures de couloir.
    Comment prendre au sérieux une personne qui développe une réflexion prenant pour postulat la participation du président à un nouveau scrutin quand ce dernier n'a fait aucune déclaration officielle dans ce sens...

    Commentaire


    • #3
      c'est du délire ou tu vois que boutef tiens des dossiers sur les généraux? dossiers de quoi? n'importe quoi! c'est lui qui est filmé et photographié par toutes les polices du monde...




      Ferial Fates, je rappelle que vous êtes politologue spécialiste de l’Algérie.

      hum hum!

      Commentaire


      • #4
        Bien que cette affaire soit purement algérienne, je rejoins tout à fait ce que disent Ulysse et Alessandro. Mais vous n'avez pas encore froid dans le dos quand vous vous remémorez cette incroyable et sanglante période qu'a connu l'Algérie ? Condamner les généraux par un TPI ??????????? D'accord! Mais on envoie les justiciers de France Culture (radio que j'écoute par ailleurs), patrouiller dans la forêt de Yakouren pour porter la bonne parole. Boutef, tant bien que mal a assuré la continuité de l'Etat algérien dans un contexte extrêmement difficile. Les pays du Maghreb, rêvent de démocratie à l'occidentale, alors qu'ils en sont encore qu'au 14 ème ou 15 ème siècle dans la construction des consciences et la socialisation. Tant qu'on dira aux gens dès leur enfance qu'ils sont déterminés et soumis, l'individu n'émergera pas. La démocratie, c'est l'affaire des individus qui s'organisent librement en groupes et qui inventent l'Etat comme médiateur neutre.

        Commentaire


        • #5
          questions orientées de journalistes, on ne fait pas mieux.

          Il aurait du répondre à la place de FF


          « Great minds discuss ideas; average minds, events; small minds, people. » Eleanor ROOSEVELT

          Commentaire


          • #6
            Politologue lui? Il a fait ses études chez Seguela ou quoi...
            Des fois j'aimerais ne pas savoir lire

            Commentaire


            • #7
              Déja il ne faut pas dire les généraux mais certains.Nuance.
              Cette poignée de comploteurs, corrompus et criminels devrait répondre de leurs actes.

              Ceux qui défendent ces énergumènes sont anti-algériens.
              Les nezzar, lamari and co doivent répondre de leurs actes.Hogra, corruption, massacres des gia (pourquoi certaines wilayas et pas les leurs), banque-route du pays, non respect du peuple algérien(destitution d'élus), atteinte à la réputation et dignité de notre valeureuse armée et son appauvrissement, interventions néfastes en politique (faire et défaire les présidents) etc.
              Dernière modification par chelifien75, 28 novembre 2008, 21h24.

              Commentaire


              • #8
                charaf, si elle s'appelle Ferial c'est surement une femme!

                Commentaire


                • #9
                  Les pays du Maghreb, rêvent de démocratie à l'occidentale, alors qu'ils en sont encore qu'au 14 ème ou 15 ème siècle dans la construction des consciences et la socialisation.
                  je ne suis pas d'accord avec toi, en algerie on est encore à des courants ideologisants qui sont restés bloqués au 8e siecle, époque du commencement de l'arabisation du pays, tous les problemes actuels remontent à cette periode, si l'on ne s'etait fourvoyés dans notre identitée nationale, l'algerie d'aujourd'hui serai une des plus grande puissance de la mediterranée. on a loupé le coche au 7e puis surtout au 11e siecle.
                  Dernière modification par absent, 29 novembre 2008, 00h25.

                  Commentaire


                  • #10
                    Dans ce milieu tout est possible!

                    Sauf que si c'était vraiment plausible, le pacte aurait été conclu entre Boutef et certains Généraux et on aurait été au courant de rien!!!
                    Tu ne peux empêcher les oiseaux de la tristesse de voler au-dessus de ta tête, mais tu peux les empêcher de faire leurs nids dans tes cheveux.

                    Commentaire


                    • #11
                      feriel ne connais pas vraiment les ressorts du pouvoir en algerie, par exemple elle dit que boutef tiens l'armée, ceci est faut, il s'appuit sur certains leviers clés pour assoir son pouvoir, par exemple il s'appui sur zerhouni pour tenir une fraction très importante de la nomenclatura politique du pays, et il s'appui sur le general major Gaïd-Salah pour tenir l'armée. sans ces deux personnalités il n'aurais même pas assez de pouvoir sur son propre stylo...

                      Commentaire


                      • #12
                        Très pertinentes analyses Tolkien, je suis d'accord avec toi sur tout (vu de l'autre côté de la Méditerranée). Je pense quand même que l'Algérie a des ressorts puissants, mais pas encore assez nombreux pour la soulever, mais ça viendra. En attendant, la transition doit passer par un Attaturk, et des élites mondialisées. Par son efficacité, le modèle politico économique chinois en transition est à méditer. Tant que la démocratie économique, n'est pas réalisée, la démocratie politique attendra.

                        Commentaire


                        • #13
                          mais avant la venue de l'Islam et des arabes cette terre était déjà colonisée par les byzantins et avant par les vandales et avant par les romains et avant par les phéniciens et jamais dans l'histoire l'Algérie était un état libre jusqu'a 62; Alors arrêter de mettre tout sur le dos des arabes qui sont venus comme libérateurs et civilisateur, je pourrais te le prouver par le nombre de livres publiés, et compte avec moi ce que le berbère avait publié avant Mouloud Feraoun alors qu'il écrivait en français, cite-moi un livre en langue amazigh avant la venue des français; mais quand les arabes était puissant, les berbères les avait accompagné sur le chemin des découvertes vers l'Espagne si bien que le chef des armées était lui-même un nord africain, et d'où sortes-tu que c'est à cause des arabes que nous sommes arriérés, alors c'est le fait qu'on aurait perdu les routes du commerce en n'avoir pas eu l'idée de développer une force' navale à travers le monde parce que si l'occident a pu se développer c'est grâce au développement de la marine marchande protégée par une force navale.
                          Dernière modification par djamal 2008, 29 novembre 2008, 09h37.
                          Ask not what your country can do for you, but ask what you can do for your country.

                          J.F.Kennedy, inspired by Gibran K. Gibran.

                          Commentaire


                          • #14
                            Djamal, comme l'Algérie nous étions une colonie romaine, et nous avions en gros le même niveau de développement. A la chute de l'Empire romain, et à partir des invasions barbares, tout s'est mal passé. Grâce aux abassydes nous avons retrouvé la culture greco latine que les barbares du nord avaient fait disparaître de chez nous, enrichie par des apports venus d'extrême orient, et du moyen orient par les marchands arabes. La différence de trajectoire entre l'Europe et les pays musulmans vient du fait que chez nous la science a été libérée de la religion. Sans cela on en serait encore au Moyen âge.
                            Je voudrais citer des exemples pris dans l'hitoire d'Al Andalus. Chaque fois que les califes étaient en difficulté face aux rois d'Espagne, ils faisaient appel aux maurétaniens (avant de s'appeler marocains), les almohades venus des provinces du sud on tout saccagé : brûlé Séville Cordoue et tous les livres autres que le Coran, parce que tout ce luxe ou luxure étaient contraires à la religion. C'est vrai que par la suite, ils ont mis de l'eau dans le vin ou plutôt l'inverse et repris le flambeau des abassydes.

                            Nous on a considéré la colonisation romaine et abassyde comme positive. Et vous ?

                            Commentaire


                            • #15
                              Précision, il ne s'agit pas des abassides, mais des Omeyades. Sur le plan civilisationnel, l'origine est la même Bagdad, puis Damas.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X