Annonce

Réduire
Aucune annonce.

La 3G, pourquoi est-ce aussi difficile d'accepter une évolution technologique en Algérie ? (vidéo)

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • La 3G, pourquoi est-ce aussi difficile d'accepter une évolution technologique en Algérie ? (vidéo)

    Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

  • #2
    Faut pas chercher trop loin, la 2G ou les GSM a eu les mêmes déboires au démarrage, n'a t-on pas acheté les puces à 20000 Da pièces ?

    Avez vous la mémoire courte. Quant au plan de numérotation spécifique, faut pas chercher également trop loin, les technologies 2G sont suffisamment adaptés pour une totale étanchéité entre les services délivrés en data et ceux délivrés en voix. Argument bidon et non recevable !

    C'est peut être pour les frimeurs, un numéro 3G c'est classe et up to date, mais il y a certainement des histoires de gros sous

    Dès qu'il y a pactole, c'est toutes les machines du pouvoir qui se mettent en branle, l'administration, les services de sécurité, les médias, les pions etc. tous sont dans le coup et chacun vous dit que son foul est tayeb histoire de manger un petit morceau.

    Pauvre citoyen algérien.

    Commentaire


    • #3
      Une serie mexicaine

      Une situation qui resume l'incompetence caracterisee et delinquescence polique aggravée. Je sais, je me repete...

      Commentaire


      • #4
        Envoyé par Hibiscus
        Je sais, je me repete...
        Tu te répètes surtout sur le même sujet...... puisque pour les autres, foumak mkassar.

        Comme on dit..... tarcha ou galoulha zagharti.
        Vive le Polisario ! ....... Haba man haba, wa kariha man kariha

        Commentaire


        • #5
          @Shadok

          Ya sidi, c'est ni un problème de 3G ni de 4G ni de 100G.

          D'ailleurs, quel pourcentage d'algériens vont l'utiliser et pour quoi faire ?

          Pour surfer sur internet seulement, comme les autres pays sous-développés. Soit.

          Mais, est-ce çà va nous faire sortir de nos difficultés économiques?

          Dans l'immédiat, Non. Car ca va seulement aider des sociétés comme Nedjma, Mobilis ou Djezzy à faire un peu plus de chiffre C'est tout.
          Et encore ?! Ca sans commune mesure par rapport à ce qu'ils engrangent déjà comme argent avec les appels téléphoniques.

          La raison ?

          Tous les contenus vont importés à cout de devises (bande passante acheté). A part les journaux algériens, et quelques sites ici et là, il n'y a vraiment presque aucune de production de contenu en Algérie, et aucun service fourni. Aucun.

          On est loin, très loin des besoins et des services fournit par ailleurs dans le monde. Quoique ce n'est pas avec la 3G ou 4G que ces contenus et ces services sont rentabilisés.

          Mais il y a un début à tout. Il faut que les algériens se lancent, puisque le maillage avec la 3G sera plus important. Mais çà risque de prendre énormément de temps.

          Par contre, ce problème de 3G a mis en lumière un problème bien plus grave. Un problème de manque cruelle et récurrent de vision claire, de stratégie bien réfléchie, de planification coordonnée à court, moyen et long terme... etc ... etc ... etc

          Comme toujours, la seule stratégie qu'on sait faire : La navigation à vue ou de la gestion au jour le jour des situations d'urgence et/ou de crise.

          Voilà tout.
          Dernière modification par absent, 05 décembre 2013, 21h10.

          Commentaire


          • #6
            Pendant que l'Algérie commence à peine à déployer la 3G, d'autres pays pensent déjà à la 3G-Advanced et les ingénieurs des équipementiers comme NOKIA travaillent sur la 5G :


            Nokia Solutions and Networks (NSN) va poursuivre ses recherches sur la 5G avec le NYU Wireless. Projet combiné entre l’Université de New York et l’institut polytechnique (NYU-Poly), le NYU Wireless concentre ses recherches sur les technologies sans fil, l’informatique et les applications médicales. Un centre qui s’étend sur plus de 4000 mètres carrés et animé par plus de 20 professeurs et une centaine d’étudiants diplômés. Le centre dispose de 4 laboratoires de recherche sans fil, notamment.

            1000 fois la capacité actuelle

            C’est bien sûr pour la branche sans fil du NYU Wireless que NSN a signé un engagement pluriannuel de recherche sur la 5e génération de technologie de communication mobile. NSN s’inscrit comme le 6e sponsor et membre du conseil consultatif de l’université. Si l’équipementier reste discret sur les conditions financières, la presse américaine évoque une contribution à hauteur de 100 000 dollars annuel sur 3 ans pour les entreprises partenaires. NSN y rejoint Qualcomm, Samsung, L-3 Communications, InterDigital et National Instruments.


            Les travaux de NSN porteront sur les fréquences d’ondes millimétriques (mmwaves) qui, selon l’équipementier, pourrait se traduire par une augmentation de plus de mille fois la capacité de données des terminaux mobiles dans les années à venir. Les recherches porteront notamment sur les protocoles réseaux à 60 GHz.

            Ajouter la vitesse et l’agilité à l’innovation

            « L’industrie des télécommunications est confrontée à une augmentation massive de la consommation de données tout en éprouvant le besoin d’augmenter la rentabilité et d’offrir une expérience personnalisée, commente Lauri Oksanen, vice-président, recherche et technologie chez NSN. La 5G est nécessaire pour répondre à ces besoins dans la prochaine décennie. En travaillant ensemble avec des partenaires universitaires éminents, tels que la NYU Wireless, nous pouvons ajouter la vitesse et l’agilité à l’innovation et au développement de la technologie dans son ensemble. »

            « NSN dispose d’excellentes capacités de recherche et d’ingénierie, et c’est un leader émergent dans les futures ondes millimétriques, réplique le Professeur Theodore (Ted) Rappaport, directeur et fondateur du NYU Wireless. Nous sommes heureux que notre corps professoral et les élèves travaillent en étroite collaboration avec cette entreprise. »

            NSN et NYU Wireless consolideront ce partenariat par l’organisation du Brooklyn 5G Summit où les experts des technologies sans fil seront invités à débattre de l’évolution des travaux sur la 5G les 24 et 25 avril prochain. Un événement appelé à se renouveler annuellement.

            Commentaire


            • #7
              Quand l’argument sécuritaire sert d’alibi à l’incompétence

              Quand l’argument sécuritaire sert d’alibi à l’incompétence

              Nouveau cafouillage autour de la 3G. Et nouveau recours à une vieille astuce, l’argument sécuritaire, pour cacher l’incompétence.


              Par Abed Charef (Le Quotidien d’Oran, 5 décembre 2013)

              L’Algérie avait besoin d’une institution de l’ère Wikileaks et Snowden pour accompagner le formidable développement des TIC. Elle se retrouve avec une structure, l’ARPT, fonctionnant à l’ère pré-Boussouf ; une institution qui brandit la loi pour expliquer l’incompétence, et les grands principes de souveraineté pour masquer un manque d’imagination ahurissant.

              Cela débouche sur des situations totalement absurdes. A l’occasion du lancement de l’internet 3G, le président de l’ARPT, M. Mohamed Toufik Bessaï, a défendu, cette semaine, l’idée selon laquelle il faut absolument deux puces séparées, une pour l’internet, l’autre pour la voix. Mais le même responsable admet que dans moins d’une année, la situation va changer, et la même puce pourra servir pour les deux. Selon les projections les plus communément admises, un million de puces internet 3G devraient être distribuées durant l’année 2014. Au moment où elles seront toutes vendues, il sera possible de s’en passer, et chaque Algérien pourra utiliser son ancienne puce pour accéder à la 3G ! Résultat : un million de puces commercialisées pour rien.

              Parallèlement à cela, la 3G était annoncée pour le 1er décembre, et tout le monde s’y préparait. L’ancien ministre des TIC, M. Moussa Benhamadi, avait vu sa crédibilité largement entamée à cause des hésitations sur ce dossier. La nouvelle ministre, Mme Derdouri, précédemment à l’ARPT, était supposée connaitre le dossier dans le détail. Mais avec la complicité de l’ARPT, elle a réussi l’exploit de rater le rendez-vous.

              Voilà, au final, deux institutions, le ministère des PTT et l’ARPT, qui donnent une bien piètre image de l’Etat algérien. Ni le gouvernement, ni les structures de régulation, ne sortent grandis de cette affaire. Bien au contraire. Tous deux y laissent une partie de leur crédibilité, ou ce qui en reste. Ce qui les affaiblit suffisamment, alors que le citoyen a sérieusement besoin d’être protégé dans un domaine aussi sensible.

              Beaucoup de choses ont été dites sur les raisons qui ont poussé l’ARPT et le ministère des PTT à agir de manière aussi peu efficace. Injonctions de clans politiques, nécessité de ménager tel ou tel partenaire, d’attendre que le problème Djezzy soit réglé, les experts se sont lâchés. Des personnes, supposées êtres initiées, affirmaient, sur le ton de la confidence, que ce n’était pas de la faute de l’ARPT ni du ministère. En baissant la voix, après avoir jeté autour d’eux un regard circulaire, ces spécialistes vous assuraient que des raisons sécuritaires qu’on ne peut évoquer en public justifiaient le retard pris dans le déploiement de la 3G. « C’est le DRS qui a bloqué ». Sur cette base, des commentateurs réputés n’ont pas hésité à dénoncer cette mainmise étouffante des services de sécurité sur tous les secteurs de la vie politique et économique du pays.

              L’Algérie serait ainsi dirigée par les services, qui décident de tout. Les héritiers de Boussouf sont partout, ils dirigent tout, dit-on. Mais de quel Boussouf parle-t-on ? Le père du MALG, dont on célèbre l’anniversaire de la disparition, dans quelques semaines, avait, à un moment donné de l’histoire, créé un appareil redoutable au service de l’indépendance. Boussouf était de son temps, il avait même une longueur d’avance sur son temps, si on considère qu’il a mis sur pied un appareil de prise du pouvoir alors que la révolution venait à peine de commencer.

              Etre de la trempe de Boussouf, aujourd’hui, c’est imaginer quelque chose de l’envergure de ce que révèle l’Américain Edouard Snowden. C’est créer quelque chose qui puisse être aussi puissant que Wikileaks. Se réclamer de Boussouf, ce n’est certainement pas créer des journaux pour enrichir quelques amis grâce à la publicité, ou empêcher les Algériens d’accéder à la 3G, tout en avançant des arguments d’une rare indigence.

              Mais en réalité, les raisons sécuritaires sont devenues un fourre-tout qui permet de justifier l’incompétence, les erreurs, les mauvaises décisions ; un fourre-tout qui occulte l’inexistence d’un système de décision en Algérie. Dans l’affaire de la 3G, les choses sont évidentes : il n’y a aucun argument sécuritaire ; aucun pays au monde n’a été victime d’un coup d’état à cause de la 3G.

              Par contre, parler sur un ton docte des « impératifs de sécurité » permet d’occulter un mode d’organisation bureaucratique qui génère l’indécision, la peur, la crainte des responsabilités, le refus d’assumer et de s’assumer. Tous les bureaucrates du monde savent qu’il vaut ne rien faire plutôt que de déplaire au chef. Ils préfèrent se couvrir plutôt que de faire ce pourquoi ils sont payés. Ils ne savent pas que le fait de ne pas faire de choix, c’est un choix, qui peut se révéler très coûteux pour le pays. Ne pas décider, ne pas anticiper, c’est rester à la traîne. C’est échouer. C’est donner des institutions une image piteuse. Comme celle de l’ARPT aujourd’hui.

              Commentaire


              • #8
                >>>il sera possible de s’en passer, et chaque Algérien pourra utiliser son ancienne puce pour accéder à la 3G

                Faux zéro/20

                Il faut vraiment une puce 3G pour bénéficier d'un vrai service 3G, autrement les puces plus anciennes ne peuvent accéder au réseau 3G avec les les mêmes services.

                Mais il aurait pu avouer la vérité, le service 3G ne sera pas conforme aux attentes, donc tout le monde peut se contenter de sa vieille puce pourquoi changer de puce alors !

                Techniquement cela vient de la typologie des 2 réseaux incriminés en l'occurrence le GSM et l'UMTS qui n'utilisent pas les mêmes technologies (radio, terminaux, et SIM card) donc pas besoin de fanfaronner.

                Tout le monde sait que les hommes de notre système sont formatés, et les scientifiques sont catégoriques, ils ne peuvent évoluer.

                Ne vous ruez pas sur le barratin des opérateurs, eux c'est le pognon qui les intéresse, de plus la couverture sera presque équivalente à une borne wifi ou légèrement plus .

                Commentaire


                • #9
                  Dans l'état actuel d'utilisation des technologies disponibles ( UMTS utilisé à moins de 10% de ses capacités ), avons-nous réellement besoin de la 3G ?

                  Je pense que non, que le choix de cette technologie n'est que cadeau offert pour sauver des empires en difficulté sachant que derrière Djezzy et Nedjma c'est Alcatel en affaire avec Boutesrika et Said son frère.

                  P.

                  Commentaire


                  • #10
                    hé les copains, l'éxpért de la chaine (hamadouche) qui n'arrête pas de parler de soltate edhabt avance des chiffres (à 17:40 env), il parle d'un sondage fait auprès des français à la veille de la 4G.

                    80% ne sont intéresses que par le Haut Débit

                    10% ne connaissent rien à la 4G

                    17% ne s’intéressent qu'aux services de la 4G

                    cherchez l'erreur ....
                    La Réalité est la Perception, la Perception est Subjective

                    Commentaire


                    • #11
                      Envoyé par Risk
                      ...
                      il parle d'un sondage fait auprès des français à la veille de la 4G.
                      ...
                      En France, il est bien question de la 4G mais en Algérie, On en est qu'à la 3G. On est bon pour les poubelles. On va payer, au prix fort les stocks morts. C'est ça la politique de nos vendus du pouvoir despotique.


                      P.

                      Commentaire


                      • #12

                        Commentaire


                        • #13
                          Il n'y a rien a foutre de la 3g ou la 20g, les jeunes n'auront que plus d'acces a la pornographie avec cette salopperie.
                          Il y a un gouvernement a dégager et des conditions de vie a améliorer , il ne faut pas oublier l'essentiel.

                          Ps: seconde video, stupides francophones débatant d'un sujet algérien pour un auditoire algérien.
                          وإن هذه أمتكم أمة واحدة

                          Commentaire


                          • #14
                            Il n'y a rien a foutre de la 3g ou la 20g, les jeunes n'auront que plus d'acces a la pornographie avec cette salopperie.
                            Il y a un gouvernement a dégager et des conditions de vie a améliorer , il ne faut pas oublier l'essentiel.
                            Pourquoi tu utilises Internet et pourquoi t'es sur un forum?

                            Ps: seconde video, stupides francophones débatant d'un sujet algérien pour un auditoire algérien.
                            Tu es es a ton 6600eme message en francais, "stupide francophone"?

                            Commentaire


                            • #15
                              Il s'agit d'une tv destinée au peuple algérien et non d'un forum restreint.
                              Et puis c'est quoi ton problème, go discuter de tes problèmes avec les tiens en hebreu si ca te chante.
                              وإن هذه أمتكم أمة واحدة

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X