Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Les Algériens les plus faibles en anglais dans le monde

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Les Algériens les plus faibles en anglais dans le monde

    La maîtrise de l’anglais chez les adultes en Algérie est l’une des plus faibles dans le monde, selon la quatrième édition de l’Indice de compétence en anglais pour les entreprises (EF EPI), qui évalue les capacités en anglais de la population active mondiale.

    Notre pays est classé 60e sur 63 pays et territoires dans le monde. Nous devançons à peine les Cambodgiens, les Libyens et les Irakiens ! Nous sommes classés dans la catégorie «très faible compétence». Les statistiques confirment que les Algériennes parlent mieux l’anglais que les hommes (39,70 contre 37,79 des personnes testées) bien que la différence entre les deux sexes ne soit pas considérable, comparée à la région MENA. Les Algériens en milieu de carrière parlent mieux l’anglais que les étudiants ou les nouveaux diplômés, bien que le niveau de maîtrise de la langue demeure très faible dans toutes les tranches d’âge.

    Partant d’une base déjà faible, l’Algérie a connu une baisse de 8,62 points en termes de maîtrise de l’anglais au cours des six dernières années. Tous les pays d’Afrique du Nord ont connu un déclin, d’après l’EF EPI, dans les résultats concernant la maîtrise de l’anglais. La hausse des taux de pénétration de l’internet a élargi l’échantillon des prenants de test. Il est probable que la baisse rapide du score de maîtrise de l’anglais en Algérie est en partie due à ce mécanisme d’échantillonnage plus large. Toutefois, un échantillon plus large signifie aussi que le dernier résultat de l’EF EPI pour l’Algérie est jusqu’à présent la mesure la plus précise de la maîtrise de l’anglais chez les adultes dans le pays.

    Cette quatrième édition de l’Indice de compétence en anglais (EF EPI) répertorie 63 pays et territoires. Les classements par pays se basent sur des données de test de 750 000 adultes âgés de 18 ans et plus, ayant participé aux épreuves d’anglais en 2013. Il revient également sur les données de 2007, première année de publication de l’EF EPI, afin d’identifier quels sont les pays qui ont progressé et quels sont ceux qui ont connu une baisse de compétences.

    El Watan

    Dernière modification par shadok, 14 novembre 2014, 16h11.

  • #2
    Le degré d'ouverture économique sur le monde et le niveau de la recherche scientifique comptent dans l'usage de cette langue universelle.
    وإن هذه أمتكم أمة واحدة

    Commentaire


    • #3
      l'anglais est entrain de devenir la langue commune que tout le monde doit maitriser

      Commentaire


      • #4
        Les Algériens les plus faibles en anglais dans le monde
        pas dans le monde, mais dans le monde de l'entreprise, c'est ce que dit l'article.

        Commentaire


        • #5
          Et c'est pas avec la francophile Benghebrit que ça va s'arranger
          Ah wech darou fina wlad frança

          Commentaire


          • #6
            Mince alors! Lorsque l'on sait qu'un certain médecin Zehrouni (neveu de...) est le critère absolu par sa charge étasunienne, il est peu vraisemblable qui ignore l'anglais.

            Commentaire


            • #7
              @rago

              L'étude porte sur un échantillon d'algériens actives en Algérie
              Dernière modification par shadok, 15 novembre 2014, 11h25.

              Commentaire


              • #8
                On peut continuer cette étude sur les algériens pour toutes autres les langues...

                Ca sera exactement pareil , sinon pire !

                Commentaire


                • #9
                  Je pense que cette étude est biaisée. Il faut se rendre par éxemple dans des administrations publique en Espagne pour se rendre à l'évidence. C'est presque impossible de trouver une personne qui communique en Anglais.
                  D'ailleurs, si vous ne parlez pas l'Espagnole, klak boubi.

                  Commentaire


                  • #10
                    La maîtrise de l’anglais chez les adultes en Algérie
                    je préfer maitriser ce j'ai en algerie pour ce moments
                    Dernière modification par katiaret, 15 novembre 2014, 18h16.
                    dz(0000/1111)dz

                    Commentaire


                    • #11
                      On peut toujours se consoler par le fait que des pays de la même aire culturelle (MENA), qui ont l'anglais comme seconde langue dans l'enseignement, ne s'en sortent pas tellement mieux et sont logés à la même enseigne, à l'exception non significative des Emirats.

                      Cela étant, avec la mainmise francophone sur notre pays, je crains fort que nous ne soyons pas en mesure de bouleverser ce classement dans un proche avenir...
                      كلّ إناءٍ بما فيه يَنضَح

                      Commentaire


                      • #12
                        On peut toujours se consoler par le fait que des pays de la même aire culturelle (MENA), qui ont l'anglais comme seconde langue dans l'enseignement, ne s'en sortent pas tellement mieux et sont logés à la même enseigne, à l'exception non significative des Emirats.
                        je suis désolé mais c'est incomparable ( et ça ne me console nullement ) , un chercheur qui n'arrive pas a rédiger/parler/faire des recherche et a publier en anglais a de grandes chances d’être un raté.

                        Exemple en informatique ( qui peut être extrapolé sur tous les domaines ) : l'accès a la documentation ( Manuels , livres , articles , magazines ...) est devenu tellement simple avec internet : un férus de l'informatique trouvera rapidement la crème de la crème des livres de programmation ou même de recherche sorties il y a 1 a 2 mois accessible sur internet : ( peu importe la manière ) ... l'information est la , fraîche et prête ; mais voila Allah raléb , pour certains (beaucoup ? ) il attendrons la version française qui sortira dans 2/ 3 ans ( peut etre jamais )


                        idem pour une entreprise , qui ne peut multiplier les partenariats ...tous le temps besoin d'un interlocuteur qui parle français... réduite a traiter avec des entreprises "francophones" médiocres..
                        Dernière modification par bouberita, 15 novembre 2014, 10h06.
                        وقد طوَّفتُ في الآفاق حتى رضيتُ من الغنيمة بالإيابِ

                        Commentaire


                        • #13
                          je suis désolé mais c'est incomparable ( et ça ne me console nullement )
                          Ma remarque était une boutade. Mais il est clair que je ne me réjouis nullement de cette situation.
                          كلّ إناءٍ بما فيه يَنضَح

                          Commentaire


                          • #14
                            oui sinon , selon les statistiques c'est la maîtrise qui fait défaut ( même pour les pays du MENA qui optent pour l'anglais ) : les Emirats sont dans la case " faible maîtrise".
                            وقد طوَّفتُ في الآفاق حتى رضيتُ من الغنيمة بالإيابِ

                            Commentaire


                            • #15
                              C'est normal dans le pays, les soit disant élites intellectuelle ont encrées dans la tête de la grande partie de la population que le français, c'est le summum.

                              Il ne faut pas s'étonner du résultat en anglais.

                              Alors que la langue d'affaires par excellence dans le monde est l'anglais, l’Algérie préfèrent rester dans le pré carré français.

                              Le monde est pourtant vaste.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X