Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le général Tartag fait une apparition publique et affiche un nouveau style

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le général Tartag fait une apparition publique et affiche un nouveau style

    http://www.dailymotion.com/video/x3h...D9%86%D8%A9_tv

    http://www.dailymotion.com/video/x3h...%86%D8%A7_news


    Le général-major Othmane Tartag alias Tartag a fait ce dimanche sa première apparition publique, à l’occasion de la réunion des responsables des polices africaines à Alger. En costume gris à traits fins et une chemise à petits carreaux, et une expression du visage un brin énigmatique.

    Le nouveau patron du DRS est assis aux côtés de M. Lehbiri, directeur général de la protection civile. Les photographes en charge de la couverture de l’évènement n’en revenaient pas de voir le patron du DRS en chair et en os. Mieux, il s’est prêté volontiers aux flashs de ces photographes, sans donner l’impression d’être irrité.

    La présence de général Tartag à cette réunion n’est pas fortuite. Elle est porteuse d’un message. Elle signifie une rupture radicale avec le passé. En faisant ainsi son apparition en public, en costume, dans une réunion des patrons de la police africaine, le général Tartag donne tout son sens à la « civilisation » de l’Etat, comme ne cesse de le marteler, le patron du FLN.

    Ainsi, le général Tartage casse les codes en usage jusque-là et inaugure un nouveau style qui fait de lui un homme ordinaire, tout chef du DRS qu’il est désormais. Un nouveau style tout en rupture avec celui de son prédécesseur, Mohamed Médiene dit Toufik qui a bâti son mythe pendant des années sur une invisibilité, au point d’avoir, entre autre qualificatifs, celui de « l’homme sans visage ».

    Pendant ces vingt-cinq ans passées à la tête du DRS, jamais au grand jamais le portrait du général Toufik n’est paru dans la presse, en dehors d’un vieux cliché, publié sur le site du MOAL, dans les années 90. La sortie en publique du général Tartag marque la fin d’une époque. Espérons aussi la fin des pratiques.

    algerie1
    Dernière modification par kaarimdz, 13 décembre 2015, 21h30.

  • #2
    Tous ces connards qui vivent avec la richesse du sol du Sahara

    Commentaire


    • #3
      quel flagrant parti pris de la part de la chaine an nahar TV, le journaliste qui commente la vidéo n'a rien d'un professionnel.

      moi je me pose la question suivante: tartag est le chef de quoi au juste? d'une institution sans bras ni jambes, ni yeux ni oreilles?

      ils veulent se démarquer de l'ancien, avec deux trois trucs bricolés dans le tas, un tartag m'a donné l'impression d'être Out, il a un petit regard bouteflikain qui en dit long sur son état d'esprit.

      le journaliste va jusqu'à dire qu'il est "élégant", que l'ancien chef du DRS n'était qu'un simple fonctionnaire, ha ouais? va dire ca aux frangin d'abdelaziz, aux centaines de généraux, aux milliers d'officiers supérieurs qui se pavanent comme des rois et qui n'ont presque de compte à rendre à personne sauf quand on veut donner l'impression que ce n'est pas le cas en donnant l'exemple.

      9allou fonctionnaire comme les autres...pfff, iharchou bina
      La Réalité est la Perception, la Perception est Subjective

      Commentaire


      • #4
        la cravate qui lui arrive 7atane les genoux ...et le commentateur le trouve "élégant" ....
        tu tombe je tombe car mane e mane
        après avoir rien fait ...on a souvent le sentiment d'avoir faillie faire ....un sentiment consolateur

        Commentaire


        • #5
          @traks

          Tu confonds cravate et cache sexe, mon ami !

          Commentaire


          • #6
            Article "chita d'or", concours ouvert depuis le mandat 4 de bouteftef 1er

            Commentaire


            • #7
              http://www.echoroukonline.com/ara/articles/265194.html



              bonne lecture
              Dernière modification par kaarimdz, 14 décembre 2015, 06h55.

              Commentaire


              • #8
                Changement de style au DRS ?

                C’est une première en Algérie. Le général Tartag, patron du DRS depuis le 13 septembre dernier, a effectué ce dimanche sa première apparition publique lors des travaux de la réunion des directeurs et inspecteurs généraux de la police africaine, Afripol. Des photos et des images de sa présence sont là pour en attester. Légèrement tendu, le général Tartag a en effet autorisé les journalistes à le filmer et le photographier.

                Le timing de l’apparition n’est pas anodin. Elle s’opère quelque dix jours après la publication de la lettre du général Toufik. Mis à la retraite il y a trois mois au même moment que Tartag prenait la tête du DRS, le général Toufik reste toujours invisible. Il a choisi la timide approche de la lettre ouverte comme moyen de prendre publiquement la défense de son ancien bras droit, le général Hassan. Dans ce contexte, l’apparition publique du général Tartage laisse penser à une tentative concertée de pointer du doigt et désavouer le style de son prédécesseur.

                Car il s’agit d’un changement de style inédit pour un patron du DRS qui rompt fondamentalement avec l’image projetée par le prédécesseur du général Tartag. Pendant les 25 ans de son règne, le général Toufik s’était en effet entièrement enveloppé d’un voile de mystère, loin d’être justifié. L’ombre qui entourait le général Toufik a contribué grandement à amplifier son aura d’omnipotence, une aura qui perdure encore, tant bien que mal, jusqu’à maintenant malgré les indices laissant penser que cette omnipotence n’était en fait qu’illusion.

                L’apparition publique du général Tartag semble ainsi envoyer le message que le DRS amorce un nouveau tournant dans la stratégie d’image, à défaut d’indiquer si les méthodes de fonctionnement interne du Département vont aussi changer.

                tsa.algerie

                Commentaire


                • #9
                  Bonjour,

                  On veut voir la réaction du président à ce qu'il aurait décidé. Et vérifier si on a pas décidé à sa place.

                  Tartag j'en ai rien à foutre, ce n'est pas le peuple qui l'a élu, qu'est-ce qu'il fout là?

                  Commentaire


                  • #10
                    Tartag «casse le mythe» de Toufik !

                    • Tartag «casse le mythe» de Toufik !


                    En effet, c’est lors de cette réunion des directeurs et inspecteurs généraux de la police africaine, Afripol, qui s’est ouverte aujourd’hui à l’hôtel Aurassi, à Alger que le général Tartag, assis au premier rang à côté du directeur de la Protection civile, a ravi la vedette à tout le monde en se faisant largement photographier.
                    Cette apparition est venue à point nommé, après la lettre de son prédécesseur, le général Toufik, qui pendant 25 ans ne s’est pas montré en public.
                    Ainsi, cette apparition publique du général Tartag a désavoué le «style secret» de l’ancien patron qui rompt totalement avec le «mystère» qui entourait ce dernier en lui envoyant également un message que maintenant le DRS est une institution comme les autres dans un Etat civil.
                    Par ce nouveau style insufflé au DRS, Tartag a cassé le mythe du «seigneur de l’Algérie», «faiseur de Présidents».


                    Nouara Bachouche/ Version française : Ben-Aïssa Khaled Echorouk
                    .
                    .
                    .
                    .

                    Commentaire


                    • #11
                      Par ce nouveau style insufflé au DRS, Tartag a cassé le mythe du «seigneur de l’Algérie», «faiseur de Présidents».
                      en résumé, de "l'Etat de non-droit (sélectif)"
                      .
                      .
                      .
                      .

                      Commentaire


                      • #12
                        la cravate qui lui arrive 7atane les genoux ...et le commentateur le trouve "élégant" ....

                        hahahah , je me suis dis la même chose , d'ailleurs question style toufik est plus classe rien que par le faite qu'il était discret... cravate rose là c'est limite Gatsby
                        شبابنا ساهي متزنك في المقاهي مبنك

                        Commentaire


                        • #13
                          Comme son NOM l'indique "tartag"...vue sa gueule, je dirais 'm'taratag' plutôt; on dirait un débile mental sortie directement de l'asile de fous bourré de machin pour forcené....Mais fi bled la mafias du clan 'boutaztoz' on aurait tout vue
                          Dernière modification par rosierbelda, 14 décembre 2015, 21h30.
                          " C’est la rivière qui apporte dans son cours l’espoir aux chercheurs d’or…Elle n’attends jamais de ces derniers qu’ils en remettent dans le sien" (r.b)

                          Commentaire


                          • #14
                            Tartag : un style à l’anti-Toufik

                            liberte-algerie

                            Le style Tartag semble emprunter beaucoup aux Américains dont les patrons des services de renseignement, la CIA notamment, ont toujours été des hommes publics, pour ne pas dire des civils.

                            À l’inverse de son prédécesseur dans le poste, le général de corps d’armée Mohamed Mediène, dit Toufik, qui a cultivé le culte du secret jusqu’à faire de sa personne quasiment un mythe, le nouveau patron du Département du renseignement et de la sécurité (DRS), le général-major Athmane Tartag, dit Bachir, apparaît en public et se laisse, volontiers, filmer et prendre en photo.
                            Un style en totale rupture avec une attitude faite sienne par le général Toufik tout au long de son quart de siècle de règne ? ça en a tout l’air, vu que le général-major Athmane Tartag a signé une première apparition publique à la première occasion offerte. C’était, hier, à l’occasion de l’ouverture, à l’hôtel El-Aurassi, à Alger, de la réunion de l’Afripol. Assis au premier rang, réservé aux invités d’honneur et aux VIP, à côté du directeur général de la Protection civile, le colonel Mustapha Lahbiri, il n’a pas cherché à se soustraire aux objectifs des appareils photo et caméras qui ont zoomé sur sa personne. Il était d’un naturel que n’a trahi aucun tic nerveux. Il ne lui manquait que de sourire aux photographes qui le bombardaient de leurs flashs.
                            En se rendant accessible aux médias (du moins, se laisser photographier et filmer), le nouveau patron du DRS entend certainement délivrer un message : il est l’anti-Toufik, du moins par le style. L’image qu’il donne de lui, en s’affichant à la réunion d’Afripol, est celle d’un responsable qui garde les allures d’un civil quand bien même il officierait en tant que chef du très sensible Département des services de renseignement.
                            Une image aux antipodes de celle entretenue par son prédécesseur. Le style Tartag semble emprunter beaucoup aux Américains dont les patrons des services de renseignement, la CIA, notamment, ont toujours été des hommes publics, pour ne pas dire des civils. Dans la stratégie de communication que le général Tartag semble ainsi avoir arrêtée apparaît, en filigrane, l’idée de l’État civil chère au secrétaire général du FLN, Amar Saâdani qui n’a eu de cesse de soutenir, dans ses nombreuses sorties médiatiques, que la restructuration du DRS participait d’une volonté de consacrer l’État civil. Nommé chef du DRS, alors que, officier à la retraite, il officiait en tant que conseiller auprès du président de la République, donc en tant que civil, le général Tartag pourrait bien travailler cette image d’un civil à la tête d’un service de renseignement. Cela étant, la sortie du général Tartag intervient au moment où, même admis à la retraite, son prédécesseur à la tête du DRS continue à se tenir loin des feux de la rampe. Lorsqu’il s’est rendu à la publication d’une lettre pour prendre la défense du général Hassan jugé et condamné à
                            5 ans de prison par le tribunal militaire d’Oran, le général Toufik a pris le soin de préciser qu’il commettait “une intrusion médiatique”.
                            D’ailleurs, il a aussitôt replongé dans son silence, alors que sa missive a soulevé une salve de réactions hostiles, notamment à travers des tribunes médiatiques. Des tribunes qui, toutes, poursuivent de le démythifier, sinon carrément l’accabler de reproches sur sa gestion du DRS. Des attaques, certaines assez fortes, auxquelles, lui, ne semble pas près de réagir, car, peut-être, il n’est pas dans son style d’entretenir des querelles publiques.

                            Commentaire


                            • #15
                              Kaarimdz
                              Tu crois à ce TREMIZE.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X