Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'Algérie soutient l'Arabie Saoudite dans sa guerre diplomatique contre le Canada

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'Algérie soutient l'Arabie Saoudite dans sa guerre diplomatique contre le Canada

    Sinon comment comprendre que dans le litige entre le Canada et l'Arabie Saoudite, l'Algérie soutient cette dernière?:22:


    - Arabie saoudite – Canada : l’Algérie apporte son soutien au royaume

    Dans un communiqué du ministère des Affaires étrangères, l'Algérie a apporté son soutien à l'Arabie saoudite dans le conflit diplomatique qui l'oppose au Canada depuis une semaine.

    « Non-ingérence ». Ce principe souvent défendu par l’Algérie l’aura rapidement poussé à se positionner en faveur de l’Arabie saoudite dans le conflit qui l’oppose au Canada depuis le 3 août, à la suite de critiques sur des arrestations de défenseurs des droits de l’homme.

    « L’Algérie appelle à la nécessité, pour les pays, de recourir dans leurs relations extérieures aux principes du droit international et de la Charte de l’ONU, notamment dans leur volet relatif au respect de la souveraineté des pays et la non-ingérence dans leurs affaires internes », précise notamment le communiqué du ministère algérien des Affaires étrangères, publié le 9 août, soit trois jours seulement après l’expulsion de l’ambassadeur canadien à Riyad.

    Alger « suit avec préoccupation les répercussions de la crise que connaissent les relations entre le royaume d’Arabie saoudite frère et le Canada » affirme la même source. La diplomatie algérienne en profite également pour rappeler les « profondes relations fraternelles unissant l’Algérie et le royaume d’Arabie saoudite frère ».

    Relation entre Alger et Riyad

    Alors que l’Algérie soupçonnait, il y a vingt-cinq ans, les autorités saoudiennes de soutenir et de financer le Groupe islamique armé (GIA), leurs rapports se sont aujourd’hui grandement adoucis.
    Lors de la mort du roi d’Arabie saoudite, Abdallah Ibn Abdelaziz Al Saoud, en janvier 2015, le président algérien Abdelaziz Bouteflika avait par exemple décrété un deuil de trois jours sur le territoire national.

    En décembre 2017, également, une banderole anti-saoudienne avait été déployée dans un stade. Redoutant des conséquences diplomatiques, Tayeb Louh, le ministre de la Justice en Algérie, avait annoncé l’ouverture d’une enquête, suite à un ordre du procureur de la République. Il avait notamment rappelé que les deux territoires étaient « deux pays frères unis par des relations historiques, qui se sont raffermies au fil des années, en plus des liens de fraternité, de coopération et de solidarité ».

    Cependant l’Algérie, l’un des rares pays du monde arabe à entretenir des relations avec l’Iran, ne s’accorde pas sur ce sujet avec le royaume. En mai 2018, lorsque le Maroc avait décidé de rompre ses relations avec l’Iran, la Ligue arabe et l’Organisation de la coopération islamique (OCI) avaient soutenu cette décision. L’Algérie, qui y était hostile, avait été isolée.

    Soutien de plusieurs pays à la monarchie.

    L’Algérie n’est pas la seule à avoir apporté son soutien à l’Arabie saoudite dans la crise qui l’oppose au Canada.
    D’autres pays, comme la Mauritanie, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Bahrein, la Jordanie et la Palestine, se sont déclarés favorables à l’Arabie saoudite dans ce conflit-.


    Jeune Afriqud

  • #2
    l'Algérie a eu tord de soutenir l'Arabie qui ne respecte pas les droits humains

    Commentaire


    • #3
      En aucun cas le peuple souteint ce regime retrograde des wahabistes, il se rangera toujours du cote du peuple seoudien et le canada n'a fait que rappeler les droits elementaire de l'homme a laquelle a souscrit l'AS ce qui ainsi n'est en aucun cas une ingerence mais une prise de position meme si on trouve a redire sur la maniere , on a raté une occasion au moins de la ferner monsieur le ministre

      Commentaire


      • #4
        la déclaration officielle de l État algérien

        “L’Algérie appelle à la nécessité, pour les pays, de recourir dans leurs relations extérieures aux principes du droit international et de la Charte de l’ONU, notamment dans leur volet relatif au respect de la souveraineté des pays et la non-ingérence dans leurs affaires internes”, a affirmé le MAE.
        A qui sait comprendre , peu de mots suffisent

        Commentaire


        • #5
          rago,

          lors de la guerre civile, il y a eu rupture des relations diplomatiques avec l'Iran, car avec eux si ce n'est les vociferations il n'y a rien a leur gratter.

          concernant les demons d'al saouds, lorsqu'ils ont été pris la main dans le sac, il a été obtenu en échange qu'ils nous financent un tas de véhicules blindé pour l'ANP, car on les tenais par la ou tu sais.

          in finé :
          le premier diable cité est un vociferateur qui n'avait rien à offrir comme dédommagement, tandis que le deuxième diable on l' a detroussé.
          L'excès de fierté altère la rigueur.

          Commentaire


          • #6
            Le pouvoir Algérien a extrêmement peur de l'Arabie Saoudite car cette dernière peut activer tout les réseaux islamistes du pays pour le déstabiliser.

            Donc la diplomatie algérienne s'efforce d'être conciliante avec l'Arabie Saoudite.

            Commentaire


            • #7
              L’Algérie a systématiquement défendu le principe de non-ingérence dans les affaires internes d’un État. Quand il s’agit de colonialisme, c’est à dire la prétention d’un État à s’accaparer les terres et les ressources d’un autre État ou d’une autre Nation, elle a souvent observé la position contraire.

              Ce que dented l’Algérie, c’est le principe de non-ingérence dont elle a eu à souffrir durant les années 90’s et non la Monarchie Saoudienne en tant que telle et j’en veux pour preuve l’opposition de l’Algerie a l’Arabie Saoudite sur la quasi-totalité de ses positionnements géopolitiques (Syrie, Lybie, Sahel, Yémen, Irak, Iran...etc.)

              Commentaire


              • #8
                L'incroyable soutien d'Alger à Riyad

                Avec une rapidité incroyable, l'Algérie a été l'un des premiers et rares pays à prendre position dans la crise opposant le Canada et l'Arabie Saoudite. Alger s'est, ainsi, dressée aux côtés de Riyad accusée de graves atteintes aux droits de l'Homme.
                Abla Chérif - Alger (Le Soir) - Tout a commencé vendredi dernier lorsque l'ambassade du Canada basée à Riyad appelle (sur son compte Tweeter) à la libération immédiate de tous les militants et activistes des droits de l'Homme dans le cadre d'une large campagne déclenchée par le prince Mohamed Ben Selmane. Parmi les prisonniers figurent plusieurs femmes connues pour leur engagement en faveur de la cause féminine.
                Samar Badawi en fait partie. Militante connue, elle est aussi la sœur d'un blogueur emprisonné depuis 2012 en raison de son hostilité à la politique du Palais. Son épouse et ses trois enfants ont obtenu la nationalité canadienne en 2013. Face à l'ampleur des arrestations, l'ambassade du Canada réagit, fait part de son inquiétude et exige la libération immédiate des prisonniers. L'affaire prend des proportions internationales. L'image du prince saoudien officiellement engagé dans des réformes progressistes surtout en faveur des femmes saoudiennes en prend un coup sévère. Il réagit violemment. L'ambassadeur canadien se voit sommé de quitter le pays dans les 24 heures qui suivent le Tweet. MBS ne s'arrête pas là. Il ordonne le transfert de tous les étudiants saoudiens se trouvant au Canada vers d'autres points, exige de ses ressortissants en affaires avec des Canadiens de rompre leurs contrats, suspend les vols en direction de ce pays et promet d'envisager d'autres sanctions si Ottawa refuse de présenter des excuses. Le Premier ministre canadien s'y refuse catégoriquement et tweete un message rappelant qu'au Canada, on ne badine pas avec les droits de l'Homme. «Nous continuerons poliment à dénoncer les atteintes là où elles se déroulent», fait savoir ce dernier. La crise est suivie de très près par la communauté internationale qui refuse pourtant de prendre officiellement position. Même les Etats-Unis préfèrent laisser les deux pays régler le différend entre eux. Contre toute attente, Alger sort du lot et décide de se dresser aux côtés de Riyad en faisant prévaloir son droit à la non-ingérence. Elle rappelle aussi les liens d'amitié qui la lient aux Saoudiens.
                Cette réaction vient confirmer, si besoin est, le sentiment qui se dégage depuis un moment en Algérie. Les autorités semblent avoir décidé de s'aligner systématiquement sur les positions saoudiennes quelqu'en soient les circonstances. Le fait a été clairement perçu dans le conflit opposant l'Arabie Saoudite au Yémen, décrié et condamné par communiqué officiel dès lors qu'il riposte contre l'agression dont fait l'objet une partie de sa population.
                Lors des deux derniers sommets de la Ligue arabe, organisation tenue en main par les Saoudiens, on a vu également Alger avaliser sans rechigner des communiqués faisant l'impasse sur les bombardements de la coalition occidentale contre la Syrie.
                D'autres textes du même genre d'une grande hostilité contre l'Iran ont été adoptés en présence de l'Algérie qui se retrouvait ainsi bel et bien entraînée dans le vaste mouvement anti-chiite généré par les Saoudiens. Plus grave encore, un texte publié par la présidence de la République à l'occasion du 16 avril dernier a tenu à spécifier le caractère sunnite de l'islam algérien. Cette précision avait, d'ailleurs, été critiquée par le Parti des travailleurs (PT) qui y percevait une «dérive dangereuse (...) les ennemis du peuple et de la région n'étant pas l'Iran mais les impérialismes et leurs laquais locaux». L'attitude algérienne n'a, cependant, pas valu au pays d'être épargné dans une affaire montée de toutes pièces par le voisin marocain. Celui-ci avait été accusé d'avoir fermé les yeux sur une opération d'acheminement d'armes au Front Polisario par le Hezbollah via l'ambassade d'Iran à Alger.
                La Ligue arabe, l'OCI, l'Arabie Saoudite et toutes les monarchies du Golfe se sont élevées comme un seul homme en faveur du Maroc, humiliant l'Algérie qui, pourtant, avait dénoncé la cabale dont elle faisait l'objet.
                A. C.
                Il ne faut pas de tout pour faire un monde. Il faut du bonheur et rien d'autre.
                (Paul Eluard)

                Commentaire


                • #9
                  les affidés de Moussaoui s'activent sur le net.
                  Moussaoui a bien développé sont réseau mais un contre feu est allumé contre lui.
                  L'excès de fierté altère la rigueur.

                  Commentaire


                  • #10
                    Ce que défend l’Algérie c'est sa dictature au non de la non ingérence....Comme ça aucun pays occidentales ne viendra lui faire des reproches pour sa répression des libertés.

                    Commentaire


                    • #11
                      rago, Bonsoir !

                      Non, la diplomatie algérienne n'est pas devenue un bateau ivre comme vous le prétendez !

                      C'est de la perspicacité !

                      C'est un mélange d'intelligence et de subtilité que le citoyen lambda n'arrive souvent pas à saisir !

                      C'est comme le vote favorable de cette même Algérie pour le Maroc à la Fifa en juin dernier !

                      En diplomatie, la grande école algérienne a toujours été clairvoyante et visionnaire. Avouons-le elle se trompe rarement !

                      Cordialement.
                      Dernière modification par HBOUM, 11 août 2018, 19h56.

                      Commentaire


                      • #12
                        C'est normal
                        Les seoudi sont les intercesseurs du régime aupres des américains.
                        "La chose la plus importante qu'on doit emporter au combat, c'est la raison d'y aller."

                        Commentaire


                        • #13
                          L’Algérie n’est pas la seule à avoir apporté son soutien à l’Arabie saoudite dans la crise qui l’oppose au Canada.
                          D’autres pays, comme la Mauritanie, les Émirats arabes unis, le Koweït, le Bahrein, la Jordanie et la Palestine, se sont déclarés favorables à l’Arabie saoudite dans ce conflit-.
                          Il faut dire que l'Arabie Saoudite est un poids lourd économique et que généralement on veut éviter les mauvaises relations avec ce pays pour un tas de raisons.
                          L'Homme s'obstine à inventer l'Enfer dans un monde paradisiaque. Jacques Massacrier

                          Commentaire


                          • #14
                            En diplomatie, la grande école algérienne a toujours été clairvoyante et visionnaire. Avouons-le elle se trompe rarement !

                            La diplomatie algérienne se résume en deux mots : Silence et béni oui ouisme.

                            Commentaire


                            • #15
                              Envoyé par rago
                              Sinon comment comprendre que dans le litige entre le Canada et l'Arabie Saoudite, l'Algérie soutient cette dernière?
                              C'est au contraire très prévisible que les mafieux du clan Bouteflika se soient encore une fois comportés comme des esclaves indignes en apportant leur soutien aux terroristes daechiens saoudiens. Il n'y a absolument rien de surprenant puisque l'Algérie est dirigée par une bande de traîtres corrompus et indignes.

                              Le jour même du déclenchement des hostilités du royaume daechien saoudien contre le Canada, j'ai prédit le soutien des mafieux du clan Bouteflika au royaume daechien saoudien dans ce topic: http://www.algerie-dz.com/forums/sho...d.php?t=427252

                              Le soutien apporté par les traitres indignes du clan Bouteflika au royaume daechien saoudien est honteux et scandaleux. A défaut d'avoir une position courageuse et honorable en défendant les droits de l'homme, les mafieux du clan Bouteflika auraient dû se taire et rester neutre, au moins par respect aux plus de 100 000 Algériens qui vivent au Canada.

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X