Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Des enquêtes secrètes sur les banques algériennes

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Des enquêtes secrètes sur les banques algériennes

    CORRUPTION, BLANCHIMENT D’ARGENT ET FINANCEMENT DU TERRORISME
    Des enquêtes secrètes sur les banques algériennes
    16 Février 2008 -

    Des sources affirment que près de 500 cadres et responsables de banques seraient mêlés à des affaires liées aux transactions bancaires dans le domaine du commerce extérieur et des opérations de change en Algérie, en plus de l’octroi de crédits douteux.

    Dans la plus grande discrétion, des enquêtes sont menées depuis quelques mois au niveau de toutes les banques publiques et privées agréées en Algérie. Selon le délégué général de l’Association des banques et des établissements financiers (Abef) Abderrahmane Benkhalfa, cette opération est de nature à renforcer le contrôle pour éviter toute surprise au niveau des banques algériennes. «L’objectif est de vérifier les instruments de contrôle et d’intervention permettant la prise en charge de la prévention et de la lutte contre le blanchiment d’argent», a affirmé M.Benkhalfa. S’exprimant sur les ondes de la Radio nationale, le délégué de l’Abef a admis que certains comptes suscitent plus d’intérêt que d’autres. Ces enquêtes entrent dans le cadre de la prévention et la lutte contre le blanchiment d’argent et le financement du terrorisme. «Ces deux phénomènes transfrontaliers menacent la stabilité de l’économie nationale et la vie des personnes», soutient-il. L’Algérie a balisé le terrain sur le plan législatif puisqu’une loi a été votée dans ce sens en 2005. Ses dispositions portent, essentiellement, sur la consécration de la cellule du traitement du renseignement financier en tant qu’organisme indépendant. Cette structure est chargée de recevoir, d’analyser et de traiter les déclarations de soupçon relatives aux opérations bancaires ou financières susceptibles de constituer des infractions sous forme de blanchiment de capitaux ou de financement du terrorisme. Mais M.Benkhalfa n’a pas révélé les résultats affirmant que cette opération se fait dans la plus grande discrétion pour préserver la réputation et la crédibilité des clients. Certaines sources ont révélé que près de 500 cadres et responsables de banques seraient mêlés à des affaires douteuses. Elles sont liées aux transactions dans le commerce extérieur et des opérations de change en Algérie, en plus de l’octroi de crédits douteux.
    La même source ajoute que la plupart des affaires auxquelles des responsables bancaires se trouvent mêlés, sont liées aux opérations d’import-export, où les importateurs ne respectent pas les dispositions et les délais impartis à l’opération. Sur un autre plan, le délégué général de l’Abef a affirmé, néanmoins que l’enquête menée par la brigade économique et financière a révélé le recensement d’un million de comptes en devise appartenant à des Algériens. Ils sont dans la majorité alimentés de l’étranger. Dans ce sens, le responsable de l’Abef a regretté le fait que les banques suisses refusent de coopérer avec les autorités algériennes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent. Le sacro-saint secret bancaire, chez les Suisses, empêche le contrôle de l’argent algérien placé dans ce pays. «Il est impossible de définir avec précision la source et la valeur des fonds versés dans ces banques», a reconnu jeudi Abderrahmane Benkhalfa. La Suisse, réputée pour la sécurité des placements bancaires étrangers, serait la destination de prédilection d’un nombre important d’hommes d’affaires algériens.
    Le député suisse, Jean Ziegler, avait estimé cette fortune durant les années 1990 à trente milliards de dollars. Il avait confirmé que la Suisse, comme le Luxembourg, «sont les places fortes des placements de capitaux algériens». Cependant, en l’absence d’informations officielles, il est impossible de juger du degré de véracité de cette déclaration. Pour comprendre la complexité de la procédure de contrôle, il faut savoir que les banques suisses ne fournissent pas de renseignements ni l’identité de leur client. Celui-ci est le seul détenteur du secret. Dans le cadre de ce processus, sujet à polémique, les banques suisses ne fournissent aux autorités fiscales aucun renseignement direct sur la procédure de taxation de leurs déposants. Le système fiscal repose, en effet, sur le principe de la déclaration effectuée par le contribuable. Dans un autre registre, l’orateur a annoncé la création «d’une centrale des risques» pour gérer les crédits destinés à la consommation. Le mécanisme, selon lui, s’impose au vu de l’ampleur que prend cette formule de crédit. Selon ses chiffres, 10% des crédits accordés par les banques sont orientés vers la consommation. Cela équivaut à 210 milliards de dinars. 140 milliards ont servi au financement du logement et 70 milliards pour l’achat des véhicules. «La valeur des crédits à la consommation monte crescendo. Cela est dû aux facilités accordées par les banques», soutient-il. Mais les risques sont grands. Benkhalfa fait référence «aux fausses déclarations sur le revenu du demandeur de crédit, et de l’incapacité de rembourser le crédit dans plusieurs cas». La centrale des risques qui sera créée avant la fin de l’année, aura pour première mission l’établissement d’un fichier national comportant tous les demandeurs des crédits de consommation. «Le crédit sera rejeté si le montant de l’échéance que devra verser le client dépasse 50% de son revenu.» Benkhalfa a déclaré que les banques publiques ont accordé 2100 milliards de dinars de prêts. 90% sont destinés aux entreprises économiques publiques.
    Enfin, le délégué de l’Abef estime que les réformes engagées dans le secteur devront prémunir la place financière contre un autre scandale similaire à celui de Khalifa Banque.

    Achira MAMMERI

  • #2
    Quel journal, pliz ?
    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

    Commentaire


    • #3
      Bonjour.

      Achira MAMMERI
      En principe c'est un article du quotidien l'Expression en date du 16 Février 2008.


      La source des articles est importante.
      “La vérité est rarement enterrée, elle est juste embusquée derrière des voiles de pudeur, de douleur, ou d’indifférence; encore faut-il que l’on désire passionnément écarter ces voiles” Amin Maalouf

      Commentaire


      • #4
        Merci

        .
        .
        Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

        Commentaire


        • #5
          http://www.lexpressiondz.com/article...-16/49931.html

          Le député suisse, Jean Ziegler, avait estimé cette fortune durant les années 1990 à trente milliards de dollars. Il avait confirmé que la Suisse, comme le Luxembourg, «sont les places fortes des placements de capitaux algériens».
          Incroyable, le budget d'un etat. De quoi construire, detruire et reconstruire l'algerie.

          Commentaire


          • #6
            quelqu'un aurait des infos sur les capitaux des generaux marocains
            en suisse et a l'etranger pour faire une comparaison ...merci

            Commentaire


            • #7
              Pas besoin d'aller chercher loin. Tout le Maroc appartient au roi.
              Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

              Commentaire


              • #8
                quelqu'un aurait des infos sur les capitaux des generaux marocains
                en suisse et a l'etranger pour faire une comparaison ...merci j'attend

                Commentaire


                • #9
                  quelqu'un aurait des infos sur les capitaux des generaux marocains
                  en suisse et a l'etranger pour faire une comparaison ...merci j'attend
                  ..........


                  Commentaire


                  • #10
                    Hbibna ayoub7 bonsoir.

                    Incroyable, le budget d'un etat. De quoi construire, detruire et reconstruire l'algerie.

                    Fortune de feu HassanII à sa mort en 1999 (témoignage de son ancien majordom et ami français)50 milliards $!
                    Mis à part les biens immobilliers à travers le Royaume et à travers le monde et autres actions en bourses etc..que M6 à fait fructifié.
                    La fortune s'éléve à une somme à donner le tournis (causant meme une querelle au palais d'ailleurs, avec sa soeur ainée ..).

                    Les gens de confiances de M6 Le Sublime(certains généraux conseillers et amis) à eux seuls ont l'équivalent de 30 milliards $ au bas mot,d'après un ancien journal satirique( en 2003)...

                    PS.Je suis tout à fais d'accord que certains pourris "zaimistes" ont ruiné et disloqué l'Algérie:22: .
                    La pire chose pour l'Homme, serait qu'il meurt idiot.
                    De grâce épargnez-moi la prolixe, la syntaxe et la chiffrerie à tout va
                    .
                    Merci.
                    " TOUCHE PAS A MA NAPPE ALBIENNE "

                    Commentaire


                    • #11
                      50 milliards $!
                      De quoi detruire, puis reconstruire, puis redetruire, puis reconstruire le Maroc.
                      Je suis père et fais de mon mieux au regard de cette citation :
                      "L'exemple, c'est tout ce qu'un père peut faire pour ses enfants." Thomas Mann
                      Cette citation me vient de mon cousin chaoui Adhrhar

                      Commentaire


                      • #12
                        Vous voulez des mouchoirs peut-être?

                        SVP!

                        Arrêtons donc les comparaisons ridicules entres voisins.

                        Nos problèmes sont dénoncés quotidiennement, le tout est d'espérer un jour voir les mammouths battus à leur propre jeux et magouilles.

                        Tant que ces magouilleurs sont aux commandes les chances de les voir dégringoler les échelons sont très minces.

                        Au passage le Ayoub, nous au moins nous ne jouons pas aux hypocrites comme tu le fais toi sur le forum en glorifiant ton Roi à longueur de journée et en faisant passé ton pays pour le paradis qu'il n'est pas.

                        Donc de grâce occupe toi de ton pays et laisse nous dénoncer nos propres problèmes profites en pour en prendre de la graine et apprendre tes leçons.
                        Dernière modification par l'imprevisible, 20 février 2008, 05h47.
                        “La vérité est rarement enterrée, elle est juste embusquée derrière des voiles de pudeur, de douleur, ou d’indifférence; encore faut-il que l’on désire passionnément écarter ces voiles” Amin Maalouf

                        Commentaire


                        • #13
                          annabi arayson merci beaucoup pour vos recherches

                          mais 50 millards de dollards on doit etre loin du compte reel
                          de quoi a reconstruire entierement le maroc

                          Commentaire


                          • #14
                            ... les banques suisses refusent de coopérer avec les autorités algériennes en matière de lutte contre le blanchiment d’argent.

                            Si on applique la theorie americane "vous etes avec nous ou vous etes contre nous", l'etat suisse est un etat terroriste qui abrite et protege les comptes de criminels.

                            Commentaire


                            • #15
                              Fortune de feu HassanII à sa mort en 1999 (témoignage de son ancien majordom et ami français)50 milliards $!
                              Waw l'homme le plus riche au monde...plus que bill gates, warren buffet... didonc, vous depassez Forbes, wall street journal...

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X