Annonce

Réduire
Aucune annonce.

L'identitation des puces en Algérie est une nécessité

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • L'identitation des puces en Algérie est une nécessité

    La démocratisation du mobile en Algérie a inévitablement profité à tout le monde. Aux opérateurs d’abord qui ont su investir dans un créneau porteur. Et aux consommateurs qui accèdent de plus en plus facilement à une puce GSM. La puce GSM, vendue il y a quelques années seulement dans le réseau informel à 50 000 DA, voire 70 000 DA est aujourd’hui cédée à moins de 100 DA. Qui l’aurait cru ? Mais maintenant, le problème se pose autrement. Il n’est ni dans l’accessibilité et encore moins dans les tarifs pratiqués. La problématique se pose en termes d’organisation, et donc de contrôle. Ainsi, au-delà des considérations économiques évoquées par l’ARPT, et qui ne concernent pas tous les opérateurs, il s’agit de paramètres beaucoup plus sérieux, en l’occurrence ceux liés à la sécurité. Dans une situation sécuritaire comme celle qui prévaut en Algérie, il y a effectivement urgence à mieux canaliser la vente des puces, même si cela ne dépend pas dans certains cas de la responsabilité des opérateurs.

    Les distributeurs et les revendeurs écoulent quotidiennement des dizaines, voire des centaines de puces sans que les dossiers ne soient transmis dans les délais vers les opérateurs qui procèdent, alors à leur enregistrement officiel dans leurs annuaires respectifs. Ce qui crée une situation d’anarchie, voire de confusion surtout lorsqu’on sait que des numéros ne sont utilisés qu’une fois avant d’être résiliés. Ainsi, des dizaines de puces non enregistrées sont découvertes à chaque opération de ratissage par les services de sécurité dans les maquis terroristes. Sans compter le fait que le GSPC utilise des puces dans la fabrication des bombes afin que le simple signal d’appel active le détonateur. Face à cette situation, les autorités ont alerté les opérateurs afin de mieux gérer leurs réseaux commerciaux et surtout de ne pas tomber dans une sorte de banalisation de la puce GSM elle-même.

    source : Liberté

  • #2
    Bonsoir.

    Les distributeurs et les revendeurs écoulent quotidiennement des dizaines, voire des centaines de puces sans que les dossiers ne soient transmis dans les délais vers les opérateurs qui procèdent alors à leur enregistrement officiel dans leurs annuaires respectifs
    A qui la faute ?

    Le jour où les opérateurs auront une bonne maîtrise de leurs réseaux de distributions et que les tables à tabac du coin de la rue ainsi que le commerce multiple du quartier ne proposeront plus des ligne prépayées a des prix défiants toute concurrence , ce jour là ceux qui ont investis des sommes importantes pour êtres des partenaires des opérateurs en question pourront exigés de leurs clientèles la présentation de la fameuse pièce d'identité.

    Les distributeurs et revendeurs sont des partenaires des différents opérateurs de la téléphonie mobile et non pas leurs employés, ce qu'ont tendance à oubliés les fameux superviseurs qui ne se manifestent que pour soit-disant justifiés leurs rémunération colossales injustifiées.

    Le secteur de la téléphonie mobile est en proie au marché parallèle depuis plus de 2 ans et même beaucoup plus, ce ne sont plus les opérateurs qui fixent les modalités de travail mais les sbires Belfort à El Harrach et ceux de Kouba.

    Un bon créneau pour blanchir un maximum de liasses.
    Dernière modification par l'imprevisible, 28 février 2008, 08h36.
    “La vérité est rarement enterrée, elle est juste embusquée derrière des voiles de pudeur, de douleur, ou d’indifférence; encore faut-il que l’on désire passionnément écarter ces voiles” Amin Maalouf

    Commentaire


    • #3
      C'est le rôle l'état de réguler le marcher informel et non les opérateurs

      Commentaire


      • #4
        c le role des operateurs de telephonie mobile je penses de regler ca mais on dirait que ca les arranges un peu ce marchè informel des puces ,peut etre meme c voullu.

        Commentaire


        • #5
          Je bosse chez l'un de ces opérateurs et crois moi qu’on fait des mains et des pieds pour récupérer l’identité de ces clients non identifié sur notre système, je ne crois pas que sa nous arrange bien au contraire c'est un vrai casse tête, c’est pas les opérateurs qui vont descendre ledllala(marché informel) pour demander les registres de commerces aux gens...non !

          Commentaire


          • #6
            les puces en question ,elles viennent d'ou ??? la solution est peut etre ds le fait que l'operateur doit vendre le tout pas uniquement la puce.

            Commentaire

            Chargement...
            X