Annonce

Réduire
Aucune annonce.

23 000 doctorants en quête d’embauche en Algérie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • 23 000 doctorants en quête d’embauche en Algérie

    La question des docteurs-chômeurs a été à nouveau soulevée en Algérie ce mardi 21 septembre. En effet, Boualem Saidani, le directeur général des enseignements et de la formation supérieures au ministère de l’Enseignement supérieur, a révélé que 23 000 diplômés de doctorats sont actuellement sur le marché du travail et attendent un poste d’emploi.

    « Depuis quelques années, chaque année, nous mettons sur le marché 5000 nouveaux docteurs », a fait savoir M. Saidani sur dans l’émission « Invité de la Rédaction » de la radio chaîne 3. « Les seules débouchés qui sont offerts aux titulaires des diplômes de doctorats c’est au niveau du secteur de l’enseignement supérieur, en qualité d’enseignant-chercheur ou de chercheur permanent », a-t-il indiqué.

    Pour le directeur général des enseignements et de la formation supérieures au ministère de l’Enseignement supérieur, cela est « en contradiction totale avec les normes universelles où en principe, on devrait avoir entre 70 à 80% qui son dédiés aux autres secteurs, et 20 à 25% qui sont recrutés au niveau de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique ».

    Selon lui, ce volet des docteurs-chômeurs a été « abordé, discuté, débattu et ouvert avec courage et détermination par monsieur le ministre ». « Le secrétaire général du ministère de l’enseignement supérieur a été chargé personnellement d’aller défendre cet aspect auprès de plusieurs secteurs. Nous avons énumérés une quarantaine de secteurs au niveau de notre pays qui ont des capacités de recrutement et de placement de ces docteurs qui sont sur le marché du travail et attendent un poste de travail », a expliqué M. Saidani, qui a ajouté que « là, il s’agit d’une nouvelle vision concernant l’insertion professionnelle des docteurs, qui passe par l’élaboration d’un statut du docteur dans les différents secteurs socio-économiques de note pays, en plus de leur place naturelle dans le secteur de l’enseignement supérieur ».

    « Dans un très proche avenir, nous allons voir le recrutement des docteurs dans les secteurs des ressources en eau, des collectivités locales, au niveau de la justice… dans les différents secteurs socio-économiques », a-t-il dit, en estimant que « la capacité de recrutement de ces docteurs va augmenter de manière très significative. « Au niveau du secteur de l’enseignement supérieur, nous avons une dynamique de formation, de recherche, de renouvellement de la connaissance qui doit être permanente », a-t-il indiqué. « C’est pour ça que la formation doctorale au niveau du secteur du secteur de l’enseignement supérieur doit être maintenue, renforcée et encouragée », a-t-il ajouté.

    Pour ce qui est des débouchés pour les diplômés de doctorats, M. Saidani a précisé qu' »en plus de ce qu’offre le secteur de l’enseignement supérieur de renforcement de son potentiel d’encadrement et scientifique, nous avons ouverts d’autres pistes de recrutement dans les autres secteurs socio-économiques », a-t-il indiqué, en rappelant la signature la semaine dernière d’un texte portant sur l’insertion professionnelle de ces docteurs. Le texte a été signé entre le ministère de l’Enseignement supérieur et de la recherche scientifique, le ministère du Travail, de l’emploi et de la sécurité sociale ainsi que la direction générale de la Fonction publique.

    A une question sur le devenir de ces diplômés de doctorat et sur le fait que, ces dernières années, l’université algérienne forme des chômeurs ou de potentiels migrants et que l’Algérie est devenue une pépinière de formation pour l’Occident, notamment la France, l’Espagne, l’Italie, l’Allemagne ou le Canada, M. Saidani a relevé l’écart entre le développement rapide de l’université et le développement économique de notre pays qui va à une vitesse inférieure, la raison, selon lui, derrière le cumul sur le marché du travail d’un grand nombre de diplômés universitaires.

    Algérie Eco
    Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

  • #2
    Les doctorants font des théses ,on se demande quand , comptent ils commencer à travailler vraiment..

    Pour le coup,ce sujet de l'emploi des docteurs et cie se pose même en france ,sortis des couloirs de l'université ,personne ne sait vraiment dans quelle case les mettre ni quoi faire avec..
    ارحم من في الارض يرحمك من في السماء
    On se fatigue de voir la bêtise triompher sans combat.(Albert Camus)

    Commentaire


    • #3
      loukan jat 3liya hadak goudjil et tous ceux qui dirigent ce pays je les virent ils ont assez fait de mal au pays
      le dernier de ces jeunes remettrait le pays sur les railles
      tu te rends compte le gâchis 23000 qui pourraient améliorer la vie de tous les algériens vont devoir soit y hargou soit devenir fous
      dans pays du non sens

      Commentaire


      • #4
        Tout le monde ne peut pas trouver un poste avec un doctorat même en France.

        On beaucoup besoin d'agriculteurs ure, de soudeurs, d'electriciens... Etc
        L'excès de fierté altère la rigueur.

        Commentaire


        • #5
          rak tafrah ya si hmida normal puisque c'était en effet marginalement un gros souci en France particulièrement du temps
          de sarkosy aussi con et populistes que les mouches ici

          t'inquiète pas pour la France lorsqu'ils se sont rendu compte ils sont venus nous rechercher wahed wahed leur docteurs aux USA pour nous dire revenez
          ils avaient ramené toutes les grandes industries pharma cogema les construteurs auto ariane saint-gobin thales ... hadou ghir li rani chafi 3lihoum

          ont payé les billets et l’hôtel à tous pour 3 grands rassemblement aux USA moi j'avais participé à celui de S.Francisco

          et pour t'informer actuellement là maintenant à l'instant même ils en manquent cruellement et ont commencé un gros effort même pour capter le jeunes pour les former à devenir docteurs c'est à dire à former des compétences capables de résoudre des problèmes

          voici l'exemple du bon sens en contraste avec la petite phrase stérile négative et morbide même conduisant à la folie et le non sens que tu viens de pondre.
          Dernière modification par Aloha, 22 septembre 2021, 10h51.

          Commentaire


          • #6
            Aloha lol,cool, je pointais le fait que tout le monde ne peut pas faire de doctorat et que nous avons besoins de faiseurs tel que techniciens qualifiés et ingénieurs et ouvriers spécialisés.
            ​​​​​​
            L'excès de fierté altère la rigueur.

            Commentaire


            • #7
              très bien ya si hmida

              ya habibibi ce ne sont pas des cons qui qui dirigent qui vont te faire un plan une feuille de route et te tracer un cap
              pour prendre en charge ce problème que tu évoques

              le besoin cruel en compétences du geste de savoir pratique simple mais de vrais professionnels
              électriciens mécaniciens agriculteurs luthiers plombiers maçons paysagistes et tout ce dont tu parles

              ce ne sont surtout pas lehmir qui te dirigent qui on la compétence de produire de véritables projets d'écoles de formation professionnalisante

              où ces nobles métiers se donnent et seront respectés et avec une plus valu et un savoir faire des plus fins

              autrement tu ne verrais pas des artisans marocains venir faire les villas des cons et te faire le travail

              ce sont des docteurs, des penseurs qui veillent au grain sur l'élaboration d'un enseignement de très haute qualité dans les programmes dans les moyens dans l’élaboration des rythmes de formation dans l'évaluation de la manière d'enseigner et et et et ... qui le feraient et non des baggara

              et non koun fayakoun

              l'enseignement professionnel en Algérie est dans un tel état et dans les mains de véritables cons

              d'ailleurs c'était le frère de Boutef qui était le responsable et rien que elbareh j'avais vu que ton président celui à qui on a présenté une fille meskina qu'on a utilisée pour dire qu'elle est championne mondiale de maths ha ha lui serrer la main et lui offrir le drapeau de l'Algérie

              il faut arrêter de prendre les gens pour des cons

              oui oui oui mais s'il te plait ne fait pas comme l'autre conseiller qui le jour de la rentrée scolaire yji ykhalet fya

              j'appelle les jeunes à monter des entreprises de matériel scolaire ha ha ha

              on dirait un film comme les film de 3achour el3acher une sorte de caricature
              Dernière modification par Aloha, 22 septembre 2021, 12h00.

              Commentaire


              • #8
                j'aime vraiment pas que l'on se foute de ma gueule

                vous cela ne vous fait rien mais moi j'aime pas

                Commentaire


                • #9
                  Généralement, ils sont doctorants dans les "sciences" bidons : la philosophie, la psychologie, les "sciences" économiques, la poésie, la sociologie, etc.
                  Alors que l'Algérie manque cruellement de travailleurs qualifiés, de techniciens
                  « Même si vous mettiez le soleil dans ma main droite et la lune dans ma main gauche je n'abandonnerais jamais ma mission". Prophète Mohammed (sws). Algérie unie et indivisible.

                  Commentaire


                  • #10
                    hmida

                    sais tu que en France beaucoup d'ingénieurs docteurs médecins et plein de monde choisissent de retourner aux gestes simples et concrets qui apportent de la joie instantanément à l'autre : plombiers qui résout le petit soucis d'un évier qui fuit, agriculteur qui fait pousser des tomates saines
                    et ainsi de suite ...

                    il n'y a aucune hiérarchie entre les métiers et la joie de vivre

                    en Algérie il y a l’imposture et l'arrivisme et les rapports de force et les uns qui volent les sourires aux autres

                    tjihoum elbanna lorsqu'ils remplissent leur poches alors qu'il n'ont pas la compétence pour le métier qu'ils font

                    tjihoum elbanna lorsqu'ils voient d'autres algériens souffrir et eux comme des fara3in vides

                    c'est l'esprit colonial mazalhoum ji3anin
                    Dernière modification par Aloha, 22 septembre 2021, 12h25.

                    Commentaire


                    • #11
                      Ana ce pays j'y crois absolument plus

                      ils ont cassé l'école et s'invente une manière de faire de charlatanisme

                      lorsque je parle d'école je parle des cons qui viennent me dire professeur Aloha par exemple

                      c'est connu un baggar

                      Commentaire


                      • #12
                        Je ne comprends pas pourquoi on forme autant de docteurs....
                        Ce que l’on conçoit bien s’énonce clairement, Et les mots pour le dire arrivent aisément.

                        Commentaire


                        • #13
                          Je ne comprends pas pourquoi on forme autant de docteurs....
                          El vide...

                          Commentaire


                          • #14
                            Je ne crois pas que l’Algérie aie un besoin criant de docteurs, mais par contre d'ingénieurs ça oui . Pas des ingénieurs au rabais comme on en forme encore des wagons, mais de vrais Ingénieurs de niveau international. Je me rappelle à l'époque travaillant chez Inditex, les ingénieurs faisaient plus du travail de techniciens qu'autre chose.
                            J'étais cadre, mais quand je suis revenu en France je n'étais plus rien, j'ai du aller faire ouvrier forestier (bûcheron en quelque sorte), pour ouvrir des droits à la formation continue, puis pendant de longues années j'ai fait des boulots peu qualifié pour pouvoir suivre mes cours au Conservatoire National des Arts et Métiers, et ensuite c'est allé très vite, grâce à l'expérience professionnelle acquise et les études je suis devenu chef de projet peu de temps après être entré comme simple technicien, et des années plus tard je montais ma société dans le câblage technique.
                            Il faut à l'Algérie des instituts de formation professionnelle de haut niveau (même pour former des ouvriers) et des industries en relation. A quoi sert d'étudier la robotique en Algérie ? à part dans l'armée, tu ne trouveras pas de sociétés qui auront besoin de ces compétences.
                            Aucun parti pris, je vis chez maman la France, m’y sens très bien, ne suis ni one two triste, ni 3ach el’ malik, ni allons zenfants. Patriote de nulle part, citoyen du monde.

                            Commentaire


                            • #15
                              Je ne crois pas que l’Algérie aie un besoin criant de docteurs, mais par contre d'ingénieurs ça oui . Pas des ingénieurs au rabais comme on en forme encore des wagons, mais de vrais Ingénieurs de niveau international
                              Exactement ! Nous n'avons pas besoin de recherche pure. Il faut qu'on maitrise les technologies existantes. Nous avons besoins d'ingénieurs et de techniciens spécialisés de niveau international. C'est ce qu'ils ont fait les Chinois au début maintenant ils investissent massivement dans la recherche.

                              C'est ce que leur a dit à l'époque dans les années 90 un Professeur Algérien de thermodynamique basé à Tokyo invité à l'émission "Hijrat Al Admigha" (la fuite des cerveaux)
                              Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X