Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Ecrire et décrire l’histoire de la Qal’a des Beni Hammad

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Ecrire et décrire l’histoire de la Qal’a des Beni Hammad


    Communication de l’historien et archéologue Abderrahmane Khelifa au Bastion 23 : Ecrire et décrire l’histoire de la Qal’a des Beni Hammad

    Abderrahmane Khelifa, qui n’est plus à présenter, est ce «fouilleur», un dateur au carbone 14, un chercheur de trésors historiques de l’Algérie, conseiller, consultant à la radio algérienne et, bien sûr, auteur.

    C’est qu’il sillonne l’Algérie depuis plus de 40 ans, pour exhumer la vérité archéologique et révéler la vérité. Après avoir effectué des recherches, en profondeur, à Tébessa, Alger, Cherchell, Djemila, Tipasa, Sidi Okba (Biskra) Tlemcen (Honaïne), il s’est arrêté à Béjaïa, plus précisément à Qal’a des Beni Hammad.

    Et il lui a consacré tout un beau-livre justement intitulé La Qal’a des Beni Hammad : Reine du Hodna, de l’Aurès et des Zibans paru aux éditions. Ainsi, Abderrahamne Khelifa a animé une conférence-débat au Bastion 23 devant une salle comble. Abderrahmane Khelifa parle comme un livre, il est pédagogique et didactique. Il a dispensé une belle et magistrale leçon de choses dont le titre était La Qal’a des Beni Hammad.

    Des projets sur Cirta, Tlemcen et la capitale Tihert

    «J’ai entrepris ce travail de recherche, un essai portant sur la profondeur historique de mon pays. Cela entre dans une série de projets, si Dieu me prête vie. Il s’agit d’ouvrages prochains sur Cirta, Tlemcen, Alger et bouclés par celui relatif à la capitale Tihert où on retrouve l’ensemble de l’histoire de l’Algérie. Je suis avide d’histoire. Je m’exige un livre sur l’histoire de l’Algérie dans sa globalité… Notre histoire vient de la profondeur de la préhistoire… Ce ne sont pas des ruptures. Quand il y a un occupant (en Algérie), on balaie tout. D’ailleurs, je vous parle (à travers cette communication) en français…

    A quatre kilomètres au sud-ouest de Barika (Batna) se trouvent les ruines de l’ancienne ville romaine de Tubanae, Tobna. A Tobna en 850-880, on parlait afarik, grec, amazigh, arabe, perse… Cela veut dire que c’était une ère multilingue. Et puis, les musulmans n’étaient pas des Arabes… C’est l’histoire évolutive des populations. Elle est complexe…

    La terre est un élément essentiel. L’homme cherchant à s’y rattacher, avoir des racines…On avait des rois berbères avant l’arrivée des Romains, des Phéniciens…». Commentant l’idée de ce livre La Qal’a des Beni Hammad : Reine du Hodna, de l’Aurès et des Ziban, Abderrahamane Khelifa, commentera : «Qal’a des Beni Hammad, c’est une ville qui a été à l’origine de ce pays. Notre histoire médiévale à El Achir, à Médéa.

    Advertisements

    La ville-mère de ce pays qu’on appelle l’Algérie…Une cité au rayonnement historique…». El Achir est une ancienne ville d’Afrique du Nord, première capitale de la dynastie musulmane berbère des Zirides, sous suzeraineté Fatimide située à une altitude de 1280 m dans les monts du Titteri, dans l’actuelle commune algérienne de Kef Lakhdar (wilaya de Médéa). La ville est mentionnée par Ibn Khaldoun qui indique que le mont Tetri est le royaume des Zirides, dans lequel se trouvent les ruines d’Achir.

    Des fouilles archéologiques ont permis de déterminer l’existence de deux sites zirides dans ce secteur. Dans une chronologie, l’historien et archéologue Abderrahmane Khelifa relatera la présence des Phéniciens, des Numides (leur terre), les Romains, les Vandales, les Byzantins, sur ce site, un triangle Berbère-Béjaïa, Sétif, Jijel-de Abou Yazid Sahib El Himar (l’homme à l’âne), un théologien, des Fatimides en 973 (qui baptisèrent Misr, El Kahira, Le Caire), le discours apocryphe de Tarek Ibn Ziad…

    A propos de l’arrivée de musulmans, l’historien rappellera : «Ils (les musulmans) devaient briser les structures des royaumes berbères s’opposant à leur arrivée. Il aura fallu 75 ans pour que l’Islam s’impose en cette terre. Il y eut une farouche opposition… Koceila s’est battu pour ses terres et non pour la religion… La Kahina n’était pas juive mais une païenne. Sur son cheval, elle avait une idole en bois… Nous n’écrivons pas notre propre histoire…Il ne fallait pas qu’une femme dirige une armée, Dihia, la Kahina…

    Il y a énormément de preuves de notre histoire…». Décrivant la Qal’a des Beni Hammda, Abderrahmane Khelifa, décrira sa «géolocalisation» : «C’est une région actuellement désertique, le minaret menace de céder… Mais anciennement, c’était une zone boisée. Il y avait une église, une synagogue, un minaret… Cette Qal’a des Beni Hammad influencera les Maghrébins. Il y avait un bassin, un plan d’eau à 1180 m d’altitude. Il y avait des bains, des rizières, on pratiquait l’oléiculture, un savoir-faire, une technique aquatique d’irrigation…

    Donc, le palmier n’était pas la première richesse mais l’olivier…La Cour des Lions du palais de l’Alhambra à Grenade (Espagne), l’origine, le modèle provient de la Qal’a des Beni Hammad… Donc, on fait de l’histoire pour comprendre…Mais on fait du sur-place.

    On redouble. C’est pour cela qu’il faut apprendre, lire l’histoire…».

    La Qal’a des Beni Hammad : Reine du Hodna, de l’Aurès et des Ziban paru aux éditions ANEP
    Abderrahmane Khelifa
    Mai 2021 el wa tan com
Chargement...
X