Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Augmentation de 5 dinars du Lait Candia en Algérie

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Augmentation de 5 dinars du Lait Candia en Algérie

    Ainsi, le prix du litre du demi-écrémé passera de 50 à 55 dinars, tandis que le prix du Candia entier et du Candia silhouette passera de 55 à 60 dinars le litre. Ce producteur laitier explique cette hausse essentiellement par le renchérissement des cours de la poudre de lait sur le marché mondial, ainsi que par la parité du dinar par rapport à l’euro.

    «Depuis quelques mois, particulièrement depuis le troisième trimestre 2006, les prix de la poudre de lait flambent et ne semblent pas connaître de répit, d’autant que la communauté européenne a réduit ses subventions aux exportateurs de ce produit», a-t-on indiqué hier dans un communiqué.

    La société a ajouté, par ailleurs, que la hausse de l’euro, monnaie avec laquelle sont libellés la plupart de nos contrats, par rapport au dinar a accentué la cherté de la poudre de lait, qui a, depuis, un coût de revient plus élevé à la transformation du lait et qui se répercute inévitablement sur les prix à la consommation.

    Quant au lait en sachet, établi à 25 dinars le litre, il est utile de mentionner qu’il n’est pas concerné par cette augmentation, malgré la revendication des collecteurs et des industriels, qui estiment que le prix de revient du sachet de lait n’est pas adapté à son prix de vente.

    Le ministre du Commerce, M. El-Hachemi Djaâboub, a récemment réaffirmé que le prix du lait en sachet restera à 25 dinars, en dépit des aléas du marché international. «Le lait de base sous forme de sachet d’un litre reste, avec le pain et la semoule, un produit de première nécessité dont le prix sera toujours administré», avait-il souligné, lors de son passage au forum de l’ENTV, il y a une quinzaine de jours.

    Le ministère de l’Agriculture encourage, par ailleurs, les collecteurs et les distributeurs à se rabattre sur la collecte du lait cru auprès des éleveurs locaux, afin de réduire l’importation de poudre de lait et d’amortir, ainsi, les coûts de production.

    Il convient de souligner que l’Algérie est le premier consommateur de lait au Maghreb, avec une quantité de trois milliards de litres par an, alors que sa production n’excède pas un milliard de litres annuellement. Pour réduire sa facture d’importation, qui avoisine 600 millions de dollars par an, l’Algérie prévoit de porter sa production à trois milliards de litres d’ici à 2009, en élevant le taux de collecte à près de 40 % dans trois ans, contre 15 % à actuellement.

    Par la Depêche de Kabylie

  • #2
    c'est désolant comme notre pays est dépendant de l'extérieur !
    Mr NOUBAT

    Commentaire


    • #3
      je le payé deja 60 dinard cet été dans certaine petite epicerie a blida :22:
      « Ça m'est égal d'être laide ou belle. Il faut seulement que je plaise aux gens qui m'intéressent. »
      Boris Vian

      Commentaire


      • #4
        Augmentation de 5 dinars du Lait Candia en Algérie
        Où est le pb ? Celui qui achètait le lait Candia en brique de 50 DA pourra le payer à 55 DA. Les plus démunis achètent le lait en sachets.
        Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

        Commentaire


        • #5
          il y'a plus de vache en algerie ? pour payer un litre de lait a ce prix ! :surprise:
          "N'imitez rien ni personne. Un lion qui copie un lion devient un singe." Victor Hugo

          Commentaire


          • #6
            C'est pas tt le monde qui achete Candia.
            Je me souvient quand le sachet de lait été à 02 DA, puis à 05 DA, c'été dramatique, puis à 20 DA, personne n'en acheté, et maintenant c'est à 25 DA, le lait de chez ns à 25 DA le litre, comment peuvent vivre les familles nombreuses qui ont un seul revenu, j'en connais plein qui ont un revenu mensuel de 10.000 DA et même moin, comment ils font je me le demande, entre les prix des légumes qui flembent, les fruit on en parle pas, la viande, et le lait, élément trés important dans la nouriture, on rajoute à ça, l'éléctrécité, l'eau, le loyer pr plein d'entre eux, les médicaments, et encore et encore, comment peut on vivre avec ça, je me le demande tt le temps.
            Si à l'époque de mes parents, c'été comme ça, ns même, chez moi, on aurai pas pu vivre, nembreux que ns sommes, mais hamdoulilah, on a bien vécu, bien manger, grace à Dieu, mais tt le monde n'a pas cette chance.
            Que faire? H@
            "le plus grand voyageur n'est pas celui qui a fait dix fois le tour du monde, mais celui qui a fait une seule fois le tour de lui-même."
            H@

            Commentaire


            • #7
              Où est le pb ? Celui qui achètait le lait Candia en brique de 50 DA pourra le payer à 55 DA. Les plus démunis achètent le lait en sachets
              si on suit ta logique les gens qui achetene le pain a 10da pourront l'acheter a 11da puis a 12da puis a13da....puis a 50da!!!

              Commentaire


              • #8
                @superilies

                La majorité des algériens achètent le lait en sachet de 25 DA qui est subventionné par l'Etat comme la baguette de pain. Ceux qui peuvent se permettre d'acheter d'autres marques comme Candia ne font pas attention au prix.
                Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                Commentaire


                • #9
                  Ceux qui peuvent se permettre d'acheter d'autres marques comme Candia ne font pas attention au prix.
                  pas tout le monde!! surtout que 5 da de plus pour une bouteille d'1L de lait c'est beaucoup!!!

                  Commentaire


                  • #10
                    De nos jours avec 5 DA, tu peux t'acheter quoi ? 2 bonbons. Bon, on ne va pas faire toute une histoire pour une bouteille de lait.

                    Après tout pourquoi, je reponds moi à ce topic ?!
                    Dernière modification par shadok, 06 janvier 2007, 21h20.
                    Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

                    Commentaire


                    • #11
                      mais si on augmente chaque fois de 5da le pouvoir d'achat va baisser regulierement deja qu'il est tres bas

                      Commentaire


                      • #12
                        Le Ministère du commerce réagit
                        “Pas d’augmentation du prix du sachet du lait”

                        Le lait pour nourrisson ne sera pas touché par la hausse des cours sur les marchés internationaux.

                        Le prix du lait en sachet pasteurisé ne connaîtra pas de hausse. L’information est confirmée par un responsable du ministère du Commerce. Le tarif de ce produit restera administré et fixé à 25 DA par l’État. Une chose est certaine, si augmentation il doit y avoir, elle doit être insérée dans la loi des finances 2007. Or, aucune disposition de la LF 2007 ne fait allusion à une telle mesure. Néanmoins, le maintien des prix de ce lait à un tel niveau n’arrange guère les producteurs. Ces derniers demandent une révision à la hausse des tarifs à cause de la flambée de ceux du lait en poudre sur le marché international. Depuis 6 mois, le prix du lait en poudre ne cesse d’augmenter sur le marché mondial.
                        Milk Trade, une entreprise publique économique (EPE), créée par le groupe Giplait, qui importe et revend cette poudre aux 18 laiteries publiques, s’est plaint de cette hausse à l’international, évaluée à plus de 40%. En effet, la tonne est estimée actuellement entre 2 400 et 2 500 dollars US. Une telle situation provoque un manque à gagner qui peut atteindre 15% pour les unités laitières publiques. Si l’État tient à fixer le prix à 25 DA, il sera dans l’obligation de compenser le manque à gagner de ces producteurs, notamment publics qui cèdent le sachet de lait à 25,50 DA sorti d’usine.
                        Ceux-ci souffrent également d’une baisse de leur production due à l’offensive qu’a exercée le privé sur le marché national. Face à cette problématique, Tchin Lait, à l’image de certains producteurs, a d’ores et déjà opté pour la hausse de son lait en UHT Candia. “Cette flambée des cours de la poudre a engendré d’ores et déjà un coût de revient plus élevé à la
                        transformation du lait qui se répercutera inévitablement sur les prix à la consommation”, arguera cet opérateur privé.
                        D’où sa décision de réajuster ses prix. Il est fort possible que les autres producteurs ciblés par cette hausse, suivent la même démarche et appliquent un réajustement des prix de leurs produits qui pourrait atteindre 20%. Le lait en poudre pour nourrisson, avouera un opérateur privé, n’est pas concerné par cette augmentation.
                        Selon lui, la tension sur les prix de la poudre de lait enregistreront une baisse à compter des mois de février et mars prochains car à cette période, la collecte de lait commencera en Europe. Il faut noter que Milk Trade importe quelque 200 000 tonnes de poudre de lait annuellement. Une partie est utilisée dans la consommation directe et une autre pour la transformation industrielle. La consommation annuelle nationale en lait est de l’ordre de 3,2 milliards de litres dont deux tiers sont produits localement. Environ 1 milliard de litres sont, de ce fait, importés.
                        Les différents efforts consentis par les pouvoirs publics pour encourager cette filière dans la production et la collecte n’ont pas été suivis des résultats escomptés. Il est recensé quelque 110 minilaiteries à l’échelle nationale à même de prendre en charge tous les volumes de lait collectés.
                        Cependant, toutes ces mesures ayant comme objectif de mettre un terme à la dépendance de l’Algérie en matière de lait des marchés internationaux, n’ont pas été efficaces.

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X