Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Renault et Nissan en perte de vitesse

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Renault et Nissan en perte de vitesse

    Le patron de Renault-Nissan, Carlos Ghosn, a-t-il perdu de son flair ? Pour la première fois, les chiffres le contredisent : le bénéfice de Nissan a chuté de 12,6% en 2006 alors qu'il avait prévu une hausse de 1%...

    ==
    "Crise de performance" chez Nissan

    POUR la première fois, Carlos Ghosn, président de Renault et de Nissan, a revu à la baisse une prévision de résultats. Hier, le constructeur automobile japonais a dévoilé un résultat en recul de 22,6 % pour les neuf premiers mois de son exercice 2006-2007. Sur l'année entière, il prévoit un repli de 12,6 % par rapport à 2005, au lieu d'une hausse - certes modeste - de 1 %. « Je considère que nous sommes aujourd'hui dans une crise de performance et nous devons y remédier le plus vite possible », a déclaré hier Carlos Ghosn, ajoutant « nous devons nous interroger sur beaucoup de choses après cet avertissement sur résultat ».

    Une telle remise en question ne pouvait qu'ébranler l'action Renault. Hier, le titre a perdu plus de 4 % à la Bourse de Paris. Le Français détient 44 % de Nissan. Une contre-performance du japonais a donc mécaniquement un impact négatif sur les comptes du groupe français. Pourtant, les raisons de la baisse de l'action Renault sont davantage psychologiques que financières. En effet, Nissan affiche encore la deuxième meilleure performance du secteur avec une marge opérationnelle de 7,5 %. Les analystes retiennent surtout que c'est la première fois que Carlos Ghosn rate un objectif qu'il s'est fixé.

    « Cette alerte sur résultats accentue la pression sur Renault, car elle pourrait écorner la confiance accordée à Carlos Ghosn », souligne Thierry Huon, analyste chez Exane BNP Paribas. Elle sème le doute sur la capacité de Renault à honorer ses propres objectifs. Or, le groupe français doit rendre publiques ses résultats 2006 le 8 février. « Dans cette industrie, il faut allier les bons produits aux bons coûts. Attendons les nouveaux modèles de Renault pour juger », ajoute Thierry Huon. Le constructeur français doit en effet lancer cette année deux modèles très attendus : les nouvelles Twingo et Laguna.

    Deux dossiers de front

    La tâche s'annonce délicate pour Carlos Ghosn qui doit mener de front deux dossiers complexes. D'une part, amener Renault à une marge de 6 % en 2009 - comme il s'y est engagé - contre 2,5 % environ en 2006. D'autre part, trouver rapidement des solutions pour remettre Nissan sur le chemin de la croissance. Carlos Ghosn a d'ailleurs précisé que des mesures concrètes seraient annoncées dans les semaines prochaines.

    Plusieurs pistes sont d'ores et déjà évoquées par les analystes. Carlos Ghosn s'est toujours engagé à privilégier les bénéfices aux volumes, il devrait donc engager de nouvelles réductions de coûts chez Nissan, pour compenser la baisse des ventes. Autre conséquence du changement de régime chez Nissan, il n'est plus question d'évoquer un éventuel élargissement de l'alliance Renault-Nissan à un troisième constructeur. Fin 2006, un rapprochement avec Ford ou General Motors avait été étudié. Les dernières rumeurs faisant état d'un éventuel partenariat avec DaimlerChrysler ont été formellement démenties hier par Carlos Ghosn.

    source : le figaro

  • #2
    la Logan se vent tres bien dans les pays de l'est , elle va peut être limitée les pots cassés du constructeur Renault -(pour rire ).
    Mr NOUBAT

    Commentaire


    • #3
      par contre les ventes de FIAT (nouvelle Punto, Panda) sont en progression en Europe.
      Le Hirak est une idée et une idée ne meurt pas (الحراك فكرة و الفكرة لن تموت)

      Commentaire

      Chargement...
      X