Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Sarko s'excuse

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Scootie
    a répondu
    Salut Alain

    pourra t on satisfaire des gouts aussi contradictoire sans théorie politique
    Au delà des personnes elles-mêmes, je crois qu'aussi longtemps que les esprits des gens continueront à être façonnés par le strass et le show, ils ne pourront que continuer à céder aux sirènes des formes, au détriment du fond.

    Laisser un commentaire:


  • Alain
    a répondu
    Peut être ... Mais dans ce cas, il faudrait savoir ce qu'on veut, des florentins (Mitterrand), des régents qui ne font rien (Chirac), des excités (Sarkozy) ...

    Ca m'inquiète quand même, pourra t on satisfaire des gouts aussi contradictoire sans théorie politique ? Car c'est ce qui manque au fond.

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Ils votent pour des cons, Chirac, maintenant Sarkozy. C'est grave.
    Il faut dire qu'avant, la France a eu un président extrêmement intelligents, mais intelligent dans le sens machiavélique du terme.

    Laisser un commentaire:


  • Alain
    a répondu
    Si Sarkozy est un voyou que dire alors de Bush et de Poutine
    C'est vrai, ces dérapages sont véniels comparés aux actions de ces deux hommes, il faut garder un sens des proportions.

    Si on s'en tient aux buzz internet, on est loin de cette proportionnalité, Sarkozy est hyper commenté, Poutine beaucoup moins mais Bush l'est énormément.

    La fonction présidentielle serait alors réservée aux voyous
    Les électeurs français avaient un choix assez conséquent, des types manifestement plus honnêtes. Ils n'ont pas d'excuse car Sarkozy ne les a pas trompés sur la marchandise.

    Pourquoi les gens votent pour des voyous ? Est ce parce qu'ils s'imaginent qu'il faut être voyou pour se battre contre d'autres voyous ? Dans ce cas c'est un cercle vicieux ...

    Je n'ai pas l'impression que Angela Merkel ou Helmut Kohl aient été élus parce qu'ils étaient vu comme des voyous. Ni Zapatero.

    Berlusconi sans nul doute, c'est un voyou total. Et les italiens l'ont élu en parfaite connaissance de cause.

    Quoi qu'il en soit, il y a un problème français quant à leur vision du président. Ils votent pour des cons, Chirac, maintenant Sarkozy. C'est grave.

    Laisser un commentaire:


  • justfor
    a répondu
    Si Sarko est un voyou que dire alors de Bush et de Poutine. La fonction présidentielle serait alors réservée aux voyous. Les honetes peuvent attendre

    Laisser un commentaire:


  • Avatar de « Invité »
    Invité a répondu
    Pour ma part je pense plutot que c est un voyou!!!!!!!!!!

    Laisser un commentaire:


  • justfor
    a répondu
    Il ne faut pas lui trop envier. il est jeune et il apprend sa nouvelle fonction

    Laisser un commentaire:


  • mendz
    a répondu
    L'esquisse de mea culpa du président Nicolas Sarkozy pour les insultes proférées au Salon de l'agriculture a été insérée par l'Elysée dans l'entretien original que publie Le Parisien
    Franchement le journal international qui a déclaré que Louis de Funes est entrain de tourner un film à l'Elysée ne se trompait pas

    C'est le sommet de l'hilarité, jamais un président n'a été aussi comique que celui là.
    Dernière modification par mendz, 26 février 2008, 12h15.

    Laisser un commentaire:


  • justfor
    a crée une discussion Sarko s'excuse

    Sarko s'excuse

    © Reuters
    mardi 26 février 2008, mis à jour à 10:00
    Les "excuses" de Sarkozy ont été ajoutées, dit Le Parisien

    ReutersL'esquisse de mea culpa du président Nicolas Sarkozy pour les insultes proférées au Salon de l'agriculture a été insérée par l'Elysée dans l'entretien original que publie Le Parisien, a déclaré le directeur de la rédaction du quotidien, Dominique de Montvalon.


    "J'aurais mieux fait de ne pas lui répondre", dit Nicolas Sarkozy dans cette interview, qui a été "amendée et corrigée" et transmise au journal lundi en fin de soirée par l'Elysée.
    "Cette phrase n'a pas été prononcée" devant le panel de lecteurs du Parisien qui a interrogé le chef de l'Etat, a expliqué Dominique de Montvalon sur Canal+.
    "Ils retrouvent dans le journal quelque chose que le président n'a pas dit, qu'ils n'ont pas entendu", a-t-il ajouté.
    Dominique de Montvalon a précisé que Le Parisien publierait mercredi la version non amendée de l'entretien, qui s'est déroulé lundi matin à l'Elysée.
    Selon l'Elysée, interrogé mardi par Reuters, "Nicolas Sarkozy ne l'a peut-être pas dit sous cette forme-là" et "cela a été remis en forme à la relecture". On insiste, de même source, sur un "état d'esprit" concordant avec les propos publiés.
    Lundi soir, "nous étions quasiment en dehors des délais de bouclage" quand la nouvelle version est arrivée au journal, a précisé Dominique de Montvalon pour expliquer la publication in extenso. La rédaction en chef a un temps envisagé de ne pas publier le texte ou de publier "en parallèle" les deux versions, sur papier et sur le site internet du journal.
    Il est parfois difficile de "savoir choisir entre deux solutions dont aucune n'est excellente", a-t-il fait valoir.
    Dominique de Montvalon a précisé que le rendez-vous à l'Elysée avait été pris la semaine dernière, soit avant la visite au Salon de l'agriculture, où Nicolas Sarkozy a insulté un visiteur qui refusait de lui serrer la main, lui disant "Casse-toi alors ! Pauvre con !".
    "Il est difficile, même quand on est président de ne pas répondre à une insulte. J'ai sans doute mes qualités et mes défauts", a dit le chef de l'Etat lundi aux lecteurs du Parisien, selon des propos retranscrits dans le journal.
    "Ce n'est pas parce qu'on est président qu'on devient quelqu'un sur lequel on peut s'essuyer les pieds", formait le reste de la réponse initiale. La phrase "Cela étant, j'aurais mieux fait de ne pas lui répondre" a été ajoutée, selon Dominique de Montvalon.
    "Entre la version finale que nous publions, qui est arrivée hier soir au-delà de 23h00, et les propos (du matin) il y a au minimum un écart", a constaté Dominique de Montvalon.
    "On ne sait pas si on doit dire (qu'il y a eu) une prise de conscience que la situation née de la vidéo appelait de la part du président une forme plus nette d'excuse ou de regret mais effectivement ce n'est pas les propos tenus", a-t-il ajouté.
    Laure Bretton
Chargement...
X