Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Le conflit avec Rabat affecte l'avenir de 20000 entreprises espagnoles

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Le conflit avec Rabat affecte l'avenir de 20000 entreprises espagnoles

    • L'énergie, l'automobile et les transports sont les secteurs les plus touchés par la crise
    • Les exportations espagnoles vers le royaume alaouite en 2020 ont chuté de 13%
    • Des entreprises telles que Gestamp, CIE, Antolin et Ficosa sont présentes au Maroc
    La relation entre l'Espagne et le Maroc ne traverse pas son meilleur moment après que le pays africain a levé lundi les contrôles d'immigration à la frontière avec Ceuta. Une situation qui se comprend comme une riposte à l'accueil par l'Espagne du leader du Front Polisario, Brahim Ghali, qui est soigné pour Covid-19 dans un hôpital de Logroño.
    La vérité est que les relations entre les deux pays sont beaucoup plus établies dans les zones commerciales. En 2020, les exportations espagnoles vers le Maroc ont atteint
    7 381 millions d'euros
    , soit 13% de moins qu'à la même période de l'année précédente, selon les données de l'agence publique ICEX. Les exportations espagnoles par produits sont assez diversifiées. En 2020, les dix premiers chapitres exportés représentent 66% du total exporté par l'Espagne vers le pays africain. Les chapitres comprennent les combustibles minéraux (13%), les dispositifs mécaniques (12%), les véhicules (11%), le matériel électrique (10%) et les matières plastiques (7%).
    En 2020, les importations espagnoles en provenance du Maroc ont atteint 6 363 millions d'euros, ce qui représente une baisse de 9% du taux interannuel et de 2% du total.
    Cette année-là, le Maroc était notre dixième fournisseur mondial, surpassé seulement en dehors de l'Union européenne par la Chine, les États-Unis et le Royaume-Uni.

    Cependant, environ 20 000 entreprises espagnoles exportent vers le Maroc. L'année dernière, le nombre d'entreprises exportatrices vers le Maroc a chuté de 15,7% , soit 18 438 exportateurs au Maroc. Parmi celles-ci, 6685, soit 36,2% du total, l'ont fait régulièrement, ce qui représente 0,3% d'entreprises de moins en nombre absolu, mais un pourcentage plus élevé du nombre total d'exportateurs qu'en 2019.
    Le principal partenaire commercial du Maroc est l'UE. Selon l'Office marocain des changements, en 2019 - dernières données disponibles - l'UE était le premier fournisseur du Maroc (53,1% des importations) et le premier client (66,7% des exportations). Au sein de l'UE, l'Espagne est le premier partenaire commercial du Maroc et, ces dernières années, elle a renforcé cette position de leader. Selon Eurostat, si l'Espagne représentait 31% des exportations totales de l'UE vers le Maroc en 2012, ce pourcentage a augmenté linéairement pour atteindre 35,3% en 2019. En 2012, l'Espagne représentait déjà 32,8% des importations totales de l'UE en provenance du Maroc et ce chiffre a atteint 40,5% en 2019.



    Selon l'Office des changements, les principaux pays fournisseurs du Maroc en 2019 étaient: l'Espagne (15,6%), la France (12,2%), la Chine (10,1%), les États-Unis (7,4%) et l'Italie (5,4%). Les principaux pays clients du Maroc en 2019 étaient: l'Espagne (24,1%), la France (21,6%), l'Italie (4,7%), les États-Unis (4,0%) et l'Allemagne (3,2%).



    Parmi les secteurs où les entreprises espagnoles sont plus présentes, figure le secteur automobile. Plus précisément, celle de l' industrie automobile auxiliaire . Ainsi, des entreprises telles que Gestamp et CIE Automotive sont présentes au Maroc. La société présidée par Francisco J. Riberas a signé un accord de collaboration avec le fabricant local de composants Tuyauto dans le but d'exploiter cette usine, près de laquelle se trouve une usine Stellantis. CIE Automotive, de son côté, est entré dans la zone franche de Tanger en 2008 après avoir signé une option d'achat pour 51% du groupe portugais Joamar. Trois ans plus tard, CIE Automotive rachète l'entreprise, créée en 2003 et qui exploite des machines de moulage par injection et peinture.
    Ils ne sont pas les seuls. Grupo Antolin possède deux usines à Tanger, tandis que Ficosa a ouvert son premier centre de production au Maroc en mars 2018 après avoir investi 50 millions d'euros.
    L'intérêt des fabricants de composants automobiles au Maroc tient au fait que le royaume alaouite est le vingt-neuvième producteur mondial de véhicules, avec un total de 248430 unités fabriquées l'année dernière, 38% de moins en taux interannuel, selon les données du Organisation internationale des constructeurs de véhicules (OICA). Le pays africain possède deux usines Renault; un à Tanger, dans lequel sont produits des modèles Dacia; et un autre à Casablanca, plus ancien et plus petit. De son côté, Stellantis, qui regroupe les groupes PSA et FCA, dispose d'une usine à Kénitra, inaugurée en 2019 et d'une capacité de production de 200000 véhicules par an.
    Mais l'industrie automobile n'est pas le seul secteur à avoir une présence significative au Maroc. Selon les données ICEX, 355 entreprises espagnoles sont implantées au Maroc .
    Dans le cas des entités, Banco Santander détient, via sa filiale Santusa Holding, une participation de 5,1% dans Attijariwafa Bank.
    Énergie

    En matière d'énergie, Naturgy, à travers sa société Sagane, détient une participation dans Metragaz et EMPL. La société énergétique exploite le tronçon marocain du gazoduc Maghreb-Europe, dont le contrat de concession expire en octobre prochain. La société présidée par Francisco Reynés contrôle 77% de Metragaz, qui est en charge de l'exploitation et de la maintenance du gazoduc avec Galp Energía (22,8%) et Onhym (0,68%). Il contrôle également 77% de la société EMPL, qui est responsable de l' exploitation commerciale du transport de gaz à travers le gazoduc Mabreb-Europa.
    Abengoa, pour sa part, a renouvelé pour cinq ans, avec la possibilité d'en prolonger cinq autres, le contrat d'exploitation et de maintenance de la centrale hybride dont il dispose à Ain Beni Mathar, d'une capacité de 472 MW. De plus, il a déjà réalisé plus de 85% de la construction d'une usine de dessalement avec technologie d'osmose inverse à Agadir.
    Par ailleurs, Endesa contrôle 32% d'Énergie Électrique de Tahaddart (EET), société publique qui exploite la centrale thermique à cycle combiné de Tahaddart, dont la concession expire en 2025, située à dix kilomètres au nord de la ville d'Asilah, gérée à 48%, par l'Office national de l'électricité et de l'eau potable (ONEE), en association avec Endesa Generación, avec 32%, et Siemens Project Ventures, avec les 20% restants.
    Dans le cadre de ce grand jeu, Enagás a atterri au Maroc avec Elecnor et Fomento en 2018 pour former un consortium qui avait l'intention de développer un gazoduc de commercialisation pour les champs de Tendrara (est du Maroc) et une usine de traitement de gaz pour le British Sound Energy. De même, Acciona dispose d'une filiale Eau dans ce pays africain.
    Indra et Inditex

    D'autres sociétés sont présentes dans le royaume alaouite depuis plus de 20 ans, comme Indra. La multinationale technologique dispose de deux bureaux à Rabat et a participé à la mise en œuvre de projets d'envergure. Comme, par exemple, la mise en œuvre technologique de son système de gestion du trafic ferroviaire dans le réseau ferroviaire du pays pour ses systèmes complets de gestion et de sécurité pour la protection des infrastructures critiques. Elle entretient également une collaboration continue avec l'Office National des Aéroports du Maroc (ONDA) depuis plus d'une décennie pour moderniser en permanence ses systèmes de gestion du trafic aérien et a également mis en place ses solutions de gestion des opérations dans les Ports de Casablanca.
    Le groupe textile Inditex possède 32 magasins au Maroc et 310 usines. Le consortium possède jusqu'à huit magasins qui correspondent à la filiale Zara, tandis qu'il dispose de sept autres sites Stradivarius, quatre Zara Home, quatre Bershka, trois magasins Oysho, trois autres magasins Massimo Dutti, deux Pull & Bear et un Uterqüe. Ce n'est pas le seul, puisque El Corte Inglés participe également au pays africain.
    Transport

    Le groupe Boluda est également présent au Maroc depuis 2005. Il a ensuite obtenu le contrat de concession pour 25 ans de remorquage et d'assistance portuaire à Tanger Med.
    Il y a aussi Alsa, qui a remporté fin 2019 un contrat de 1000 millions d'euros pour la prise en charge des transports urbains à Casablanca pour une durée de dix ans, extensible à 15 autres . Le groupe, filiale du British National Express, est le premier opérateur du pays dans cinq des six plus grandes agglomérations du Maroc, où il opère depuis plus de deux décennies.
    Une autre entreprise basée dans le pays africain est la basque Irizar, qui possède une usine à Skhirat, inaugurée en 2008, et qui a remporté l'année dernière la plus grosse commande de bus pour l'usine marocaine.
    D'autre part, des entreprises comme Balearia ont une délégation dans le pays voisin, tandis que Trasmediterránea opère dans le pays via une filiale. En matière de tourisme, des chaînes comme Barceló, Iberostar ou Meliá ont également des filiales à Casablanca, Agadir et Saïdia, respectivement.
    L'importance de l'industrie agroalimentaire

    Le Maroc a toujours été l'un des principaux et des plus gros concurrents du secteur agricole espagnol. Pour l'économie du pays africain, ce secteur est le deuxième en importance. À tel point que les exportations de l'industrie agroalimentaire sont passées de la contribution d'environ 430,5 millions d'euros en 2018 (5,2% du total) à 512,9 millions d'euros au cours des neuf premiers mois de l'année dernière.-dernières données disponibles- (7,6% du total), selon les dernières informations disponibles dans la base de données Estacom. Sur le nombre total d'entreprises espagnoles inscrites au Maroc sur la liste de l'Institut espagnol du commerce extérieur, 37 au total, ce qui représente plus de 10% du total, sont issues du secteur agricole, y compris les producteurs de légumes et de fruits, les entreprises d'irrigation , engrais, semences et plants ou machines comme Agroatlas Europa ou Agrucapers. Cependant, les exportations de matières premières, de produits industriels et de biens d'équipement ont reculé de près d'un point, à 5 007,2 millions d'euros, soit 75,4% du total .

    Eleconomista


  • #2
    Le gazoduc sous marin medgaz qui va de Beni Saf jusqu'à Almeria devrait être doublé sous peu.
    J'aime surfer sur la vague du chaos.

    Commentaire


    • #3
      oui M. Bouknouna.
      Vous avez le droit de les faire souffrir.

      Commentaire


      • #4
        Vraiment là on touche le fond couper la main qui nous nourrit un cas PSY.............

        Commentaire


        • #5
          Une question aux marocains ?
          Vous croyez sérieusement que l'Espagne est dépendante du Maroc ? Oui elle tire certains avantages avec quelques parts de marché, une main d'oeuvre à bas prix. En terme de pourcentage du PIB, c'est ridicule pour l'Espagne mais pas pour le Maroc. sSi une crise devait éclater, le Maroc en patirait énormément, l'Espagne, un toute petit peu car le Maroc est un nain devant l'Espagne.
          Mais si demain ces entreprises devaient quitter le Maroc, ça lui fera un peu mal par contre ce serait une catastrophe pour le Maroc.
          Mais à lire les agents comme Ayoub qui fait les 3/8, il parle comme si le Maroc sont les USA et l'Espagne le Togo.

          Vous arrêtez de fumer.
          ...

          Commentaire


          • #6
            Envoyé par Algeriano loco Voir le message
            Une question aux marocains ?
            Vous croyez sérieusement que l'Espagne est dépendante du Maroc ? Oui elle tire certains avantages avec quelques parts de marché, une main d'oeuvre à bas prix. En terme de pourcentage du PIB, c'est ridicule pour l'Espagne mais pas pour le Maroc. sSi une crise devait éclater, le Maroc en patirait énormément, l'Espagne, un toute petit peu car le Maroc est un nain devant l'Espagne.
            Mais si demain ces entreprises devaient quitter le Maroc, ça lui fera un peu mal par contre ce serait une catastrophe pour le Maroc.
            Mais à lire les agents comme Ayoub qui fait les 3/8, il parle comme si le Maroc sont les USA et l'Espagne le Togo.

            Vous arrêtez de fumer.
            Yup, elle l'est et ce n'est pas un secret, c'est deja démontré de par le passé...

            L'Espagne est émotionnelle à cause de l'histoire mais en fin de journée, elle sera pragmatique....
            "Tout ce qui te dérange chez les autres, c'est seulement une projection de ce que tu n'as pas résolu en toi-même" - Bouddha

            Commentaire


            • #7
              Le conflit avec Rabat affecte l'avenir de 20000 entreprises espagnoles
              Ca y est, le maroc laisse tomber le ciel sur la tête de l' espagne,

              Commentaire


              • #8
                Alors Haddou,
                c'est bien ou c'est mal que les investissements d'espagne reculent au maroc ?

                Commentaire


                • #9
                  Envoyé par Tiregwa Voir le message
                  Alors Haddou,
                  c'est bien ou c'est mal que les investissements d'espagne reculent au maroc ?
                  Il doit revoir son compte de hubs ouverts au Maroc !

                  Commentaire


                  • #10
                    Envoyé par democracy Voir le message

                    Il doit revoir son compte de hubs ouverts au Maroc !
                    Normalement, Haddou milite pour le libéralisme économique

                    Commentaire


                    • #11
                      Les entreprises Espagnoles seront les bienvenues en Algérie, Tunisie, ...

                      Commentaire


                      • #12
                        On va pas arriver à la rupture, les affaires ne seront pas touchés mais pèseront dans la reprise du dialogue, il y a des milliards d'euros en jeu des deux côtés

                        Commentaire

                        Chargement...
                        X