Annonce

Réduire
Aucune annonce.

le Syndrome de la Havane frappe encore

Réduire
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • le Syndrome de la Havane frappe encore

    Il n'y a pas un moment qui passe sans que la presse Americaine parle de ce mysterieux syndrome qui frappe selectivement les diplomates Americains qu'aux autres. la CIA et l'administration Americaine accusent surtout les Russes ou ou agent Russes d'etre les responsables de ce syndrome.

    la CIA pense qu'il s'agit d'une arme energetique ou on irradie la victime par des ondes acoustiques ou electromagnetiques d'une frequences particulieres.

    Le Havana syndrom est une constellation de symptomes et signes qui incluent etourdissement intense, perte de memoire, paralysie, vomissement, douleurs intestinales, diarrhea chroniques, perte de conscience, atteinte a la respiration, arrythmie cardiaque allant jusqu'au crise cardique, hallucinations.

    On accuse les Russes et des fois les Chinois d'etre les responsables, mais il n'y a pas de preuves tangibles. Le syndrome de la Havane porte ce nome car les premiers atteints etaient des diplomates Americains et Canadiens a Cuba.

    Recemment, les diplomates et agents de la CIA en Allemagne etaient tous victimes du syndrome de la Havane.

    L'Administration Biden veut trouver une solution contre ce syndrome et l'arme qui est utilise quitte a confronter les Russes. Ce type d'attaque gene bcp les Americains car ils touchent les personnels des Ambassades et peut compromettre le travail des organismes Americains hors les Etats-unis



  • #2
    La Russie a tjs nie toute implication dans ce mysterieux syndrome qui touchent les diplomates Americains et a tjs souhaite un prompt retablissement aux Malades.

    Commentaire


    • #3
      ni les russes ni les americains n ont jamais assassine un agent secret ou diplomate de leurs pays respectifs , parce que une fois que ca commence ca peut aller tres loin.donc il est exclu que les russes portent atteinte a l intergite physique des diplomates americains ,les americains pourrait auusi leur rendre la piece de la monnaie.

      Commentaire


      • #4
        @Maroc,

        Ce sont les Americains qui accusent les Russes. Les Russes ont tjs nie leur implication dans ce syndrome.

        Les Americains accusent aussi moins les Chinois.

        Concernant les Assassines des diplomes, je crois les Yankees sont champions de tout sa. Ils espionnent en Chine, en Russie, en Europe, au moyen orient, ils implantent des agents partout meme au sein des gouvernements Souverains comme ils ont essaie a le faire en Chine. Il faut qu'ils s'attendent a une replique par une autre puissance avec d'autres moyens comme par armes energetiques ou acoustiques.
        Dernière modification par Issabrahimi, 28 novembre 2021, 22h15.

        Commentaire


        • #5
          Issabrahimi je pense que les americains se trompent ,parce que les russes et chinois ne font pas ce genre de magouilles ,meme au plus fort de la guerre froide il n y a jamais eu de agents americains assassines.

          Commentaire


          • #6
            @Maroc,

            Ce que tu dis est un peu contradictoire. Tu dis que c'est un jeu dangereux, ce qui est vrai. Mais tu dis les Russes et les Chinois ne sont pas les responsables. Qui donc? Des extra-terrestes! lol

            Non, les seuls pays qui peuvent se permettre de zapper des diplomes Americains comme sa sont les Russes et/ ou les Chinois. Il n'y a aucun pays qui va risquer ce grand risque de zapper des diplomates Americains.

            Le Syndrome de la Havane est bel et bien reel. A Cuba, des fois, tout le personnel etait atteint et c'est a plusieurs reprises. En Allemagne aussi.

            Moi j'accuse Poutine. Mais comme il n'y a pas de preuves il y a rien. C'est comme le sabotage sioniste contre l'Iran. Tu n'as pas de preuves, tu n'as rien.

            Commentaire


            • #7

              Commentaire


              • #8
                Washington promet de percer le mystère du syndrome de La Havane

                (Washington) Le secrétaire d’État américain Antony Blinken s’est engagé vendredi à « faire toute la lumière » sur le « syndrome de la Havane », un mal mystérieux qui frappe des diplomates américains à travers le monde, parfois comparé à des « attaques acoustiques » imputées par certains à la Russie.

                l a annoncé la nomination de deux diplomates chevronnés : Jonathan Moore, chargé de coordonner la réponse du département d’État, et Margaret Uyehara, qui devra s’assurer que toute personne signalant des symptômes reçoive une prise en charge médicale appropriée.

                Ces « incidents de santé anormaux », comme ils sont appelés dans le jargon administratif, ont fait leur apparition pour la première fois à Cuba en 2016, où des diplomates américains, après avoir entendu des sons très aigus, ont commencé à se plaindre de fortes migraines, vertiges ou nausées. Des lésions cérébrales ont même été diagnostiquées.

                Depuis, des cas ont été successivement signalés en Chine, Allemagne, Australie, Russie, Autriche et même à Washington

                Le département d’État refuse de fournir une estimation du nombre de personnes touchées. « Le nombre de 200 cas a été évoqué », confirmés ou présumés, avait dit récemment à l’AFP une source proche du dossier.

                Certains d’entre eux se sont publiquement plaints, par le passé, de ne pas être pris suffisamment au sérieux.

                Antony Blinken a au contraire appelé vendredi chaque diplomate concerné à se manifester sans crainte d’être « stigmatisé » ni de subir des « répercussions négatives »


                « Nous tous, au sein du gouvernement américain et particulièrement au département d’État, sommes absolument déterminés à faire toute la lumière sur la cause et les auteurs de ces incidents, à prendre soin des personnes concernées, et à protéger nos collègues », a-t-il dit.

                Nous nous appuyons sur toutes les capacités de nos services de renseignement. Nous recrutons les meilleurs cerveaux scientifiques, au sein de l’administration mais aussi en dehors.

                Antony Blinken, secrétaire d’État américain


                Source: La presse Canadienne.

                Commentaire

                Chargement...
                X