ACCUEIL     RENCONTRES     DONATION     FORUM

L’Algérie peine à décoller économiquement

 
Le retard de l’Algérie dans la mise en place de vraies réformes économiques pèse sur son climat d’affaires et les IDE.
mercredi 23 septembre 2009.

L'Algérie peine à décoller économiquement. L’absence de l’Algérie de la scène internationale est liée à ses échecs répétés en matière de politique économique. Le dernier classement rendu public par les instances internationales est celui relatif au climat des affaires (doing business) établi par la Banque mondiale et la Société financière internationale. L’Algérie est classée 136e sur un total de 183 économies, un baromètre qui concerne le climat des affaires et les facilitations dont doivent bénéficier les investisseurs et les opérateurs économiques. L’Algérie est donc loin de prétendre au statut de pays émergent et au droit de débattre des questions qui concernent l’avenir de la planète. Cependant, étant touchée par la crise économique mondiale, l’Algérie suit de plus près la réunion du G20 et espère des mesures capables de stimuler la croissance.

L’enjeu pour l’Algérie est de voir l’économie mondiale sur une piste de reprise, une situation qui lui éviterait de nouvelles pertes de recettes pétrolières que provoquerait la chute des cours du brut. Les pertes dues à l’impact de la crise économique mondiale sur l’Algérie se chiffrent déjà en milliards de dollars. Les recettes fiscales pétrolières engrangées ont connu une forte baisse, atteignant 1238,74 MDA durant le premier semestre 2009 contre 1918,26 MDA durant la même période de 2008. Concernant les recettes d’hydrocarbures, l’Algérie n’a pu engranger que 19,9 milliards de dollars de gains au premier semestre de l’année 2009. Ces recettes sont en forte baisse par rapport à la même période de l’année 2008 (40 milliards de dollars, soit une réduction de 50%). Le risque pour l’Algérie est de voir la crise perdurer encore plus longtemps.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après El Watan