PDA

Voir la version complète : la Grandeur de l'empires de Carthage


Page : [1] 2 3 4 5

katiaret
29/10/2014, 00h15
Fondée par des navigateurs phéniciens à la fin du VIIe siècle avant J.-C, Carthage devient rapidement l'une des plus grandes civilisations de l'Ancien monde et de la Méditerranée. La suprématie de la ville-Etat dura 600 ans, jusqu'à ce que l'empire romain ne signe sa fin au terme des trois guerres puniques. Au cours de cette période, les bâtisseurs carthaginois construisirent des structures colossales, capables de résister à l'usure du temps et aux dégâts humains, comme les anciens Egyptiens avant eux. Ce documentaire nous raconte l'histoire de Carthage, de sa fondation à sa chute.....

3j4IevlnUkg

xenon
29/10/2014, 00h52
dommage qu'ils n'ont jamais rien écrit sur eux même , ces carthaginois.
on aurait pu avoir leur version des faits .

Carthage
29/10/2014, 13h08
La detruction de Carthage suite à la 3ème geurre punique, a été Totale.

A part les vestiges du Port Punique, il ne reste presque rien de l'ancienne Carthage, la nouvelle ville romaine était construite sur les ruines de ville punique.

La seule ville punique qui n’était pas détruite, c'est Karkouene (pointe du Cap Bon).

Donc, il ne reste aucun livre Phénicien, les Romains ont tout brûler.
Mais, les traductions en Latin et Grec sont parvenues jusqu’à nous..

A titre d'exemple, les ouvrages suivants ont survécu :

-Le Périple d'Hannon : C'est le récit de l'exploration des cotes africaines avec une description très précise jusqu'au golfe de guinée ( pour plus de détails : wiki : Hannon_(navigateur) ).

-Magon :
d'après wiki :
Magon ou Mago était un érudit carthaginois du iiie ou iie siècle av. J.-C.. Il rédigea un important traité sur l’agriculture en langue punique qui fut l’une des sources les plus importantes sur le sujet pendant plusieurs siècles. Ce traité était si fameux et estimé dans l’antiquité qu’il fut sur ordre du sénat romain, après la destruction de Carthage en 146 av. J.-C. par les Romains, le seul ouvrage que ceux-ci ramenèrent à Rome1.

La destruction de Carthage était une grande perte.
Ce qui a résisté au feu c'est les anciennes pièces de monnaie.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mus%C3%A9e_de_la_monnaie_(Tunisie)#mediaviewer/File:Tunisie_monnaie_punique.jpg

Dans la tradition orale, une phrase est parvenue jusqu’à nous (contexte : perte de la 3ème guerre punique):
" Le feu et pas le déshonore " et ils se jettent au feu avec leurs enfants.

Donc Bouazizi a juste ravivé une ancienne tradition ....

xenon
29/10/2014, 13h37
Donc, il ne reste aucun livre Phénicien, les Romains ont tout brûler.les phéniciens ( nom que leur ont donnés les grecs) et les carthaginois n'ont sauf erreur rien écrit de probant sur eux même et leur histoire , ni avant Rome ni après , tout ce que l'on sait d'eux ( et des berbères également) vient de sources grecques ou romaines , les sources du vainqueur en somme , d'ou la mauvaise image dont ils bénéficient en général .

Ce qui a résisté au feu c'est les anciennes pièces de monnaie.la symbolique du poisson par exemple est une survivance de l'époque carthaginoise .
il reste des choses , mais il faut les chercher dans certaines traditions berbères des populations côtières de tunisie et d'Algérie .

Carthage
29/10/2014, 14h12
et les carthaginois n'ont sauf erreur rien écrit de probant sur eux même et leur histoire , ni avant Rome ni après , tout ce que l'on sait d'eux ( et des berbères également) vient de sources grecques ou romaines .

La bibliothèque de Carthage a complètement brûlé .
Wiki :
Avant que le feu n’ait tout ou presque détruit, Scipion Émilien fait enlever les œuvres d’art et les renvoie à leur lieu d’origine48. Elles sont ainsi dispersées vers Rome, l’Italie, la Sicile et le reste de l’Afrique48. En homme de lettres, Scipion sauve aussi le contenu des bibliothèques avant leur destruction, tout du moins celles qui n’ont pas brûlé pendant les combats, à moins que les (ou la) plus importantes bibliothèques n’aient été saisies au moment de la prise de l’agora, avant le début de l’incendie. Les livres sont partagés entre les princes numides48. Ils se perdront peu à peu, au grand désappointement des historiens53. Comme le veut le droit de la guerre, les soldats sont récompensés par le pillage de tout ce qui peut l’être54. Au chapitre des bénéfices figure la vente de la population survivante qui s’est rendue avant l’assaut final sur la colline de Byrsa48.

Il y a des historiens qui doutent de la véracité des récits de Hannibal (les Éléphants qui ont escaladé les Alpes ...), le Périple de Hannoun..
Mais les pièces de monnaie illustrent tous ces récits... (images existantes sur google).



les sources du vainqueur en somme , d'ou la mauvaise image dont ils bénéficient en général

Malheureusement, il y a du vrai, on veut faire croire que les stèles de sacrifices étaient destinées pour les animaux ....

Wiki
Les sources archéologiques — stèles et cippes — sont quant à elles sujettes à de multiples interprétations. Le débat a donc été longtemps vif et n’est pas encore totalement tranché entre les divers historiens qui se sont penchés sur le sujet. La plus grande prudence s’impose donc, l’historien de l’Antiquité se trouvant face à des sources écrites et archéologiques sinon divergentes, du moins soumises à interprétations.

Carthage
29/10/2014, 14h18
La Khomsa a traversé les ages et elle reste un symbole Fort.

C'est le sigle du parti politique que je préfère ( Afek Tounes )

https://lemilieuautorise.files.**************/2014/09/afek-tounes-d8a3d981d8a7d982-d8aad988d986d8b3.jpg

leftissi
29/10/2014, 14h44
Je me demande si les tunisiens dans leur ensemble considèrent le royaume (ou l'empire) de Carthage comme un fait popre à eux, un élément (indiscociable) de leur historiographie ou bien un fait exogène, le résultat d'une invasion ou une influence étrangère en l’occurrence les phéniciens venus du moyen-orient ??

Carthage
29/10/2014, 15h25
Je me demande si les tunisiens dans leur ensemble considèrent le royaume (ou l'empire) de Carthage comme un fait popre à eux, un élément (indiscociable) de leur historiographie ou bien un fait exogène, le résultat d'une invasion ou une influence étrangère en l’occurrence les phéniciens venus du moyen-orient ??

L’Afrique du nord est un métissage de plusieurs civilisations successives. (comme la majorité des peuples méditerranéens).

Je me considère : Arabe, Berbère, Carthaginois, Romain, Turque et Indalou. :).

xenon
29/10/2014, 17h18
Je me considère : Arabe, Berbère, Carthaginois, Romain, Turque et Indalouça fait du monde :)
tu as oublié français .

Carthage
29/10/2014, 17h25
ça fait du monde
tu as oublié français .

Très peu,
On a eu des couples franco tunisiens à partir de 1965/1970.


Mais ce qui est vraiment bizarre, c'est que l'ADN Arabe est seulement paternel .... (c'est sérieux).

Carthage
29/10/2014, 17h34
Le métissage est une richesse (Biologiquement parlant), sans variation du patrimoine génétique, il va y avoir appauvrissement et dégradation de l'espèce.

leftissi
29/10/2014, 18h11
Je me considère : Arabe, Berbère, Carthaginois, Romain, Turque et Indalou. :) Si par là tu veux dire que tu es la résultante de toutes les influences, entreprises et interactions bio-culturelles et civilisationnelles ayant parcouru l’Afrique du nord, tu as oublié de mentionner les vandales, les byzantins autrement dit les grecs, et les derniers en date qui ont suivi les turcs bien sûr.
mais ta réponse (à ma question) n'est pas directe et précise, donc évasive. ma question portait sur l'historiographie officielle et celle de l'homme de la rue. Avec les maigres connaissances que j'ai sur la Tunisie, je sais que bourguiba se considérait comme descendant direct des carthaginois et que l'historiographie nationale considérait (avec les sous-entendus sous-jacents) saint augustin comme une figure de l'histoire du pays, de même que pour massinissa, qui tous deux sont nés, ont vécu et accompli leurs œuvres de vie (lifetime actions) sur une terre qui aujourd'hui fait partie de l'Algérie, et sont donc forcément et "légalement brevetés" algériens.

ps : sans recherche de polémique, juste pour discuter et échanger.

leftissi
29/10/2014, 18h30
Je me considère : Arabe, Berbère, Carthaginois, Romain, Turque et Indalou. :) même en tant que résultante, celle qui est la plus prégnante, la plus saillante, la plus présente, le plus étendue géographiquement et démographiquement, soyons honnête pour le reconnaitre c'est l'arabo-musulmane, du moins pour la Tunisie. :D

xenon
29/10/2014, 18h51
Mais ce qui est vraiment bizarre, c'est que l'ADN Arabe est seulement paternel .... (c'est sérieux).l'étude des haplogroupes sanguins donnent une image fiable de l'histoire des migrations des populations.
les haplogroupes Y définissent les lignées paternelles et les haplogroupes mitochondriales définissent les lignées maternelles.

Dans le cas de l’Afrique du nord et du Maghreb précisément , les grandes migrations se sont produites dans les temps néolithiques et venant principalement de la corne de l'afrique,le peuplement du Maghreb s'est constitué en ces temps et stable depuis .(haplogroupe E1B1 et ses variantes pour la lignée paternelle)
il y' a eu évidemment des migrations de populations dans les temps historiques,phéniciens , romains , arabes ..etc mais relativement peu nombreuse pour modifier substantiellement la fréquence des haplogroupes sanguins. .

par exemple pour la tunisie :
si on considère que le halogroupe T a été propagé par les phéniciens dans le bassin méditerranéen , sa fréquence est de 4 et 7 % dans les échantillons étudiés .

J1 le marqueur "Arabe" est présent à 72 % dans le yemen et 15 à 30% en tunisie

E1b1b le marqueur "Berbere" culmine à 80 % en Tunisie et au Maroc alors qu'il est entre 60 et 80% dans le nord de l’Algérie ,

http://www.eupedia.com/europe/origines_haplogroupes_europe.shtml#T

katiaret
29/10/2014, 19h56
Surtout quand des génocides sont devenu presque une religion d’Etat !!
en doit cherche ces origines a traver l'histoire

Le premier génocide historiquement prouvé : Carthage, 146 A.J.C.

Delenda est Carthago, « Carthage doit être détruite ! » pourrait être la première incitation au génocide enregistrée par l’histoire.

Ce furent les mots de Caton le Censeur (Marcus Porcius). Un de ses derniers discours au sénat en -149, devant une délégation de Carthage, fut crucial : « Qui sont ceux qui ont souvent violé le traité ? ... Qui sont ceux qui ont fait la guerre de la manière la plus cruelle ? ... Qui sont ceux qui ont ravagé l’Italie ? Les Carthaginois. Qui sont ceux qui demandent le pardon ? Les Carthaginois. Voyez comment il convient d’accueillir leur demande. ». Les délégués carthaginois n’ont pas eu le droit de réponse. Rome a bientôt entrepris un siège de la cité la plus riche du monde qui a duré trois ans. Sur une population de 200.000, au moins 150.000 Carthaginois ont péri. Polybe, qui a participé à la campagne, a confirmé que « le nombre des morts était incroyablement élevé » et les Carthaginois « totalement exterminés ». En -146, les légions romaines conduites par Scipion Émilien, l’allié de Caton et beau-frère de son fils, ont rasé la cité, et envoyé en esclavage les 55.000 survivants, dont 25.000 femmes. Plutarque conclut : « L’annihilation de Carthage ... a été essentiellement due à l’avis et aux conseils de Caton ». Carthage est détruite et brûle pendant dix jours. La cité est rasée la même année que Corinthe. Son emplacement est maudit et l’on a longtemps affirmé que du sel y aurait été rituellement déversé pour stériliser le sol. L’ordre sénatorial était : « Il est décidé que les villes qui se sont alliées de manière constante avec l’ennemi doivent être détruites » (Appien, Histoire romaine, 8.135). Par conséquent, les Romains ont rasé cinq cités alliées de Carthage et ont exterminé leurs populations : Tunis, Bizerte, Hermaea (El-Haouaria), Néapolis (Nabeul) et Aspis (Kélibia) (Strabon, 17.3.16).



mpaR6Sx3ZRg

arrezki
29/10/2014, 20h51
[QUOTE]même en tant que résultante, celle qui est la plus prégnante, la plus saillante, la plus présente, le plus étendue géographiquement et démographiquement, soyons honnête pour le reconnaitre c'est l'arabo-musulmane, du moins pour la Tunisie.
Un virtuel Maghreb arabe

L’existence, la composition ou la construction du Maghreb arabe selon les déclarations de Mr Zerhouni, ministre d’état ne peuvent encore prendre forme que dans les consciences à vision limitée pour ne pas dire nulle. En effet, ces manœuvres sournoise aux différents niveaux de l’état et à différentes époques tentent de valider une thèse que de nombreux facteurs dans cette région du monde réfutent et refusent d’accepter. Le Maghreb n’a jamais été arabe et sa réhabilitation identitaire serait plus que nécessaire. Un constat de fait qui s’impose de facto à travers le bouleversement mondial, régional et parfois même local.
S’il fut un temps ou dans l’euphorie de la décolonisation des rives orientales de la méditerranée du sud de la domination de ceux de la rive nord ont répondu d’une façon plus au moins avec engouements et ferveur au nationalisme et au panarabisme incarne par
l’Égypte de Nasser et accessoirement par d’autres voix populistes de leaders de circonstances, mais passe ce stade de populisme flottant ; le Maghreb arabe, virtuel, tarde toujours à voir le jour, et l’effritement de son dogme est entame depuis déjà bien longtemps.
Une fouille superficielle et approfondie démontre largement que le Maghrébin a une tendance et une attirance à tout ce qui vient du nord, à plus forte raison, les harragas sont repêches prés des cotes européennes jamais dans l’espace désertique des contrées d’Arabie.
L’histoire sans cesse falsifie, recompose, écrite ou raconte, dans ces pays dits « arabe » évitent de dévoiler certains faits d’importance dont la compréhension et l’analyse sont plus que révélateurs d’un passe duquel le présent et l’avenir demeurent toujours tributaires.
La conquête des pays d’Afrique du nord par les arabes s’est imposée non pas par une puissance et une force guerrière mais par une fulgurante diffusion d’une doctrine imposée qui n’était dans le fond et dans les faits qu’une forme sournoise et efficace de spoliation de l’autre, et sa propagation est menée par les peuples non arabes souvent à leur détriment.
Les déclarations successives de ministres et compagnie sur l’identité d’un peuple ne sont en réalité qu’un rappel historique d’un instrument d’une norme qu’on cherche à faire perdurer infiniment et indéfiniment par de savantes subtilités ou par un rapport de force s’il est juge nécessaire.
Les races et les identités qui se complaisent dans la médiocrité d’une fausse vérité ne peuvent trouver d’issue positive que si leurs facultés de raisonnement sortent des carcans qui les longtemps asservis et comprimes afin de retrouver et de restaurer leur dignité perdue.

Arezki HAMOUDI
Détenu politique des années 70

( Texte rédiger dans la tourmente des événements du printemps noir de Kabylie , en 2001 )

Carthage
29/10/2014, 20h54
@leftissi
Salam,

même en tant que résultante, celle qui est la plus prégnante, la plus saillante, la plus présente, le plus étendue géographiquement et démographiquement, soyons honnête pour le reconnaitre c'est l'arabo-musulmane, du moins pour la Tunisie.

Bon, parlons franchement,
Il y a un problème identitaire entre le nord et les cotes d'un coté et le sud de la Tunisie.

La population du sud basée sur les descendants des tribus de Beni Hilal se proclame Arabe, les populations des villes côtières se proclame Méditerranéens. L'islam est le dénominateur commun entre les deux parties.

Personnellement, je ne me considère pas Arabe, je suppose que l’héritage génétique Arabe est très faible pour les villes du nord.

Les voyages et les discussions avec les autres populations proches me permettent de mieux cerner le problème, je vais vous exposer quelques idées / discussions.

1) A plusieurs reprises je me trouve (moi, ma femme et mes enfants) dans un même groupe avec des familles Algériennes, on sympathise on discute..., je constate :
- Que la majorité des Algériens se considèrent Arabes sans l’être vraiment... (c'est visible quand même !!) Je pense que c'est une réaction identitaire à une longue période de colonisation.

2) Que les Italiens du sud, les Maltais, les Grecs, les turques sont très proches de nous (si on exclut la religion pour les européens), mais il s'agit quasiment du même mode de vie, tempérament, etc.. (méditerranéens) ...

3) Que les Égyptiens nous détestent beaucoup, plus d'une personne, m'a dit la même chose quand je refuse de payer le bakchich : ( " vous les Tunisiens/Algériens/Marocains , vous n’êtes rien , ni des Arabes, ni même des vrais Français, d’ailleurs votre langue n'a rien à voir avec l'Arabe" ).

4) Les Vrais Arabes du golfe, nous regardent de haut, et ils considèrent qu'on est des bâtards et qu'il faut faire une nouvelle conquête pour rétablir l'identité Arabe dans nos pays.

Donc, en conclusion, je suis Musulman, mais pas Arabe, je suis méditerranéens.
Les turques et les perses sont des Arabes ??? ils sont bien quand même !!
Pourquoi vous insister à devenir Arabes , même la génétique (dans la grande majorité des cas) a livré la vraie histoire...

Carthage
29/10/2014, 21h03
je sais que bourguiba se considérait comme descendant direct des carthaginois et que l'historiographie nationale considérait (avec les sous-entendus sous-jacents) saint augustin comme une figure de l'histoire du pays, de même que pour massinissa, qui tous deux sont nés, ont vécu et accompli leurs œuvres de vie (lifetime actions) sur une terre qui aujourd'hui fait partie de l'Algérie, et sont donc forcément et "légalement brevetés" algériens.


Bourguiba cherchait à supprimer le tribalisme et le comportement régionaliste.
Il a besoin d'un mythe fondateur pour forger une NATION.
je pense que la composante Carthaginoise est très faible ( 5 à 10% max ...)
Peut-être même qu'on est plus Romains que Carthaginois. :)

leftissi
29/10/2014, 21h13
A plusieurs reprises je me trouve (moi, ma femme et mes enfants) dans un même groupe avec des familles Algériennes, on sympathise on discute..., je constate :
- Que la majorité des Algériens se considèrent Arabes sans l’être vraiment... (c'est visible quand même !!) Je pense que c'est une réaction identitaire à une longue période de colonisation. Bon je vais ouvrir la boite de pandore et susciter un volcan mais ma3liche, de la discussion jaillira la lumière.
Je crois qu'il y a des siècles que le terme Arabe ne recouvre plus une réalité biologique, raciale et génétique, mais plutôt rend compte d'un sentiment d'appartenance linguistique, culturelle et civilisationnelle spontané. C'est mon avis et je crois que les racialistes qui insistent et focalisent sur le volet biologique, génétique et racial le font pour fuir un terrain dans lequel ils sont en minorité pour se situer sur un domaine où ils sont moins à l'étroit.

leftissi
29/10/2014, 21h51
Bourguiba cherchait à supprimer le tribalisme et le comportement régionaliste. Il a besoin d'un mythe fondateur pour forger une NATION.
je pense que la composante Carthaginoise est très faible ( 5 à 10% max ...)
Peut-être même qu'on est plus Romains que Carthaginois. :) Oui, comme tout chef politique à la recherche d'un piédestal pour asseoir sa mainmise et se donner un charisme. kadaffi avec sa dynastie fatimide, mussolini avec son empire romain, erdogan avec la gloire ottomane passée, et beaucoup d'autres exemples sur tous le long cours de l'histoire et la vaste étendue planétaire.:)
Pour le passé carthaginois, je vois qu'il est très présent chez vous, alors que son pendant, le punique (chez nous) est escamoté, complètement zappé chez nous. et pourtant la présence phénicienne dans notre région, l’Afrique du nord a été profonde, a duré plus de 9 siècles de présence (dont au moins 6 de domination exclusive), a contribué avec son apport humain très important, ses réalisations (n'oublions pas que toutes les villes côtières ont été fondées et ont été habitées originellement par des phéniciens), ses apports techniques (techniques agricoles, culture de l'olivier, agrumes, arboriculture), psychologiques (mythologie, croyances, superstitions). 9 siècles, c'est important et çà doit avoir laissé des traces que nous ne savons pas lire, découvrir ou reconnaitre.

Carthage
29/10/2014, 22h11
Pour le passé carthaginois, je vois qu'il est très présent chez vous, alors que son pendant, le punique (chez nous) est escamoté, complètement zappé chez nous. et pourtant la présence phénicienne dans notre région, l’Afrique du nord a été profonde, a duré plus de 9 siècles de présence (dont au moins 6 de domination exclusive), a contribué avec son apport humain très important, ses réalisations (n'oublions pas que toutes les villes côtières ont été fondées et ont été habitées originellement par des phéniciens), ses apports techniques (techniques agricoles, culture de l'olivier, agrumes, arboriculture), psychologiques (mythologie, croyances, superstitions). 9 siècles, c'est important et çà doit avoir laissé des traces que nous ne savons pas lire, découvrir ou reconnaitre.


Je pense que les 3 pays du Maghreb partage une histoire commune à 80%.
Mais avec des petites spécificités pour chaque pays,
Plus de Vandales en Algérie, plus de juifs en Tunisie ...
Il faut savoir préserver ces communautés.
C'est un grand défit.

Carthage
29/10/2014, 22h19
Je crois qu'il y a des siècles que le terme Arabe ne recouvre plus une réalité biologique, raciale et génétique, mais plutôt rend compte d'un sentiment d'appartenance linguistique, culturelle et civilisationnelle spontané. C'est mon avis et je crois que les racialistes qui insistent et focalisent sur le volet biologique, génétique et racial le font pour fuir un terrain dans lequel ils sont en minorité pour se situer sur un domaine où ils sont moins à l'étroit.

J'ai un grand respect pour les habitants du "Cheme" (Syrie, Liban, Jordanie, Palestine), c'est une terre de civilisations...

Les Perses et les Turques sont dignes de repect.

Quand aux pays Arabes du golfe ... j'ai rien à dire par respect aux lecteurs, mais, il faut faire un ou deux déplacements pour ce faire une idée précise de ces pays.


appartenance linguistique, culturelle et civilisationnelle
A part l'Islam ( 3la 3ini wa rassi ), je ne vois aucune civilisation Arabe...
Prière de me citer UN SEUL savant arabe ... (c'est des perses en majorité )...

leftissi
29/10/2014, 22h21
Je pense que les 3 pays du Maghreb partage une histoire commune à 80%. Mais avec des petites spécificités pour chaque pays,
Plus de Vandales en Algérie, plus de juifs en Tunisie ...
Il faut savoir préserver ces communautés.
C'est un grand défi. Oui, assurément dans ses grandes lignes, elle est commune, notre Histoire avec, bien sûr, ses variances pour chacun des 4 pays (Libye aussi). Chez nous elle a été très tumultueuse, plus tragique, plus sanglante, peut-etre du fait de notre étendue d'est en ouest, notre situation au milieu du Maghreb, surtout la dernière invasion et occupation qui a été à la limite du génocidaire et qui a laissé des stigmates profonds et ravageurs, surtout par les clivages destructeurs et l’acculturation profonde et indelebile.

xenon
29/10/2014, 23h50
Je crois qu'il y a des siècles que le terme Arabe ne recouvre plus une réalité biologique, raciale et génétique, mais plutôt rend compte d'un sentiment d'appartenance linguistique, culturelle et civilisationnelle spontané
Sentiment nouveau ,spécifique au 20 éme siécle , conséqutif aux idéologies d'indépendances nationales et sans racine historique.
seul l'islam était l'élément fédérateur et facteur de reconnaissance mutuelle au niveau de la sphére civilisationnelle musulmane, au niveau local , l'identité se résumait à la tribu et aux confédérations tribales mues par des interets politiques ou économiques en dehors de toute considération linguistique ou raciale .
C'est mon avis et je crois que les racialistes qui insistent et focalisent sur le volet biologique, génétique
sciences humaines et sciences biologiques.
et racial le font pour fuir un terrain dans lequel ils sont en minorité pour se situer sur un domaine où ils sont moins à l'étroit.

Sans queue ni tête.

xenon
30/10/2014, 00h07
Pour le passé carthaginois, je vois qu'il est très présent chez vous, alors que son pendant, le punique (chez nous) est escamoté,
carthaginois ou puniques c'est la même chose , le second terme est simplement plus englobant.
ca reste néanmoins des appellations étrangéres pour les interessés.

n'oublions pas que toutes les villes côtières ont été fondées et ont été habitées originellement par des phéniciens),
débarcadaires aménagés pour le commerce avec les populations locales , distance moyenne de 40 km à 60 km pour la cabotage de jour ,au fil du temps ,des villages se sont agglutinés autour de ces centres économiques ,ce ne sont pas des colonies dans le sens classique.
le but d'un port est de commercer avec les gens du pays .
les phéniciens ont assurément inventés le commerce international.

(dont au moins 6 de domination exclusive)

carthage exercait une influence politique et un attrait culturel certain ,sans pour autant dominer au delà de la Tunisie actuelle, et ce au plus fort de sa puissance soit à la vieille de la premiére guerre punique .

katiaret
30/10/2014, 01h21
le punique (chez nous) est escamoté, complètement zappé chez nous
comme vous avez escamoté et zappé l'inflence des siècle de civilisation libyque et pharonique sur l'afrique du nord et sud dans le domaine architecture et l'agriculture la preuve l'utilisation des élephants par hannibal dans les guerre est trés connus Chez les anciens Égyptiens ou égypt noir,pour le judaïsme ou abramique na jamais etait une religion principale pour la population nord africaine ....

xenon
30/10/2014, 01h23
...........

xenon
30/10/2014, 01h38
Plus de Vandales en Algérie, plus de juifs en Tunisie ...
bah carthage , y'en a eu autant chez les uns et les autres .
l'algérie abritait une grande et nombreuse communauté juive autochtone avant l'indépendance .

katiaret
30/10/2014, 10h58
plus de juifs en Tunisie ...
L'histoire des juifs dans afrique du nord est très ancienne tous le monde l'histoire merveilleuse du prophète youssef fils de jacob et l'immégration de sa fammel en égypte aprés la grande sécheresse vécu en moyenne orient a permis d'inventer cette technique de stockage de céreale (gestion des docks et entrepôts )...

leftissi
30/10/2014, 11h53
A part l'Islam ( 3la 3ini wa rassi ), je ne vois aucune civilisation Arabe... Prière de me citer UN SEUL savant arabe .(c'est des perses en majorité )...
1/C'est des perses...., pas tous, tout de même.............mais qui écrivaient en Arabe sous le chapiteau de la civilisation arabe musulmane. Notre vibration, notre adhésion, notre admiration ne vont pas (exclusivement, aveuglément) aux peuples du moyen-orient mais à l'Entreprise civilisationnelle extraordinaire, unique dans l'Histoire de l'humanité, son rayonnement, ses réalisations et ses accomplissements, Entreprise qui a transformé radicalement l'Histoire de l'humanité, la face de l'Histoire humaine, a transcendé et réuni sous un même chapiteau des peuples, des races, des communautés de races, de cultures, d'Histoire, de destinées différentes, les a fusionné dans un même creuset linguistique, culturel et civilisationnel et qui a donné aujourd'hui existence à une réalité que ne peut nier que le négateur zélé ou insensible, réalité à savoir le monde arabe politique, linguistique, culturel, sociologique, humain, que certains voient, sentent et vivent et d'autres nient, rejettent ou sous-estiment.

2/ Je le dit gentiment, je crois que ton avis ne représente pas ou du moins reflète un infime, très infime segment de tunisiens. Sur les forums, les réseaux sociaux, les média et mes rencontres directes, les tunisiens sont très majoritairement "arabistes", plus de 99% sont arabophones. Pour ce qui est de moi, tu m'as déjà précédé pour reconnaitre que les algériens majoritairement se considèrent arabes. Que cela soit vrai ou abusif, cela les concernent eux et eux seuls.

3/ être ou se sentir arabe est un sentiment, une sensation spontanés, profonds et sincères, (totalement) indépendant et désintéressés. il n'est dirigé contre personne et il n'est pas (fait) pour les beaux yeux ou pour avoir (ou pour avoir eu) la sympathie ou l'aval des saoudiens, levantins ou moyen-orientaux. Je suis arabe tout en abhorrant (ce que font) les qataris, les saoudiens et les khalijis. et c'est ce sentiment qui fait que je suis en empathie, en sympathie et sensible à tous ce qui se passe en Palestine, en Syrie, au Liban, en Irak. sentiment et réactions que je n'ai pas pour ce qui se passe en grèce, en catalogne, au cashmire ou en birmanie, en colombie ou au mexique. cela peut m’émouvoir mais pas au même degré et avec la même empathie et implication.


En tous cas merci pour ta contribution et surtout pour ta tolérance sereine et de m'avoir supporté le temps d'un échange.

Cookies