Annonce

Réduire
Aucune annonce.

Formation : 260.000 nouvelles places pédagogiques pour la rentrée 2012-2013 (ministre)

Réduire
Cette discussion est fermée.
X
X
 
  • Filtre
  • Heure
  • Afficher
Tout nettoyer
nouveaux messages

  • Formation : 260.000 nouvelles places pédagogiques pour la rentrée 2012-2013 (ministre)

    Edges Of Illuison!


    APS
    ALGER - Un total de 260.000 nouvelles places pédagogiques de Formation sont disponibles au titre de la 2ème session de la rentrée de la formation professionnelle (2012-2013), prévue dimanche, a indiqué le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki.

    "Au total 260.000 nouvelles places pédagogiques sont offertes par le ministère, pour cette rentrée, tous modes de formation confondus, avec une évolution de 4% par rapport à la rentrée de février 2012", a précisé le ministre dans un entretien à l’APS.

    Parmi le nombre global de ces nouvelles places pédagogiques disponibles, 70.000 sont offertes pour la formation par apprentissage, 66.000 pour la formation résidentielle et 30.000 places pour la formation à distance, a fait savoir M. Mebarki.

    S’agissant des établissements relevant du secteur privé de la formation professionnelle, le ministre a indiqué que ces structures offrent 10.000 places pédagogiques pour cette rentrée.

    "Le secteur privé apporte une contribution non négligeable à côté du secteur étatique dans la formation des jeunes", a-t-il estimé.

    A une question sur les nouveautés de cette rentrée, M. Mebarki a cité l’application d’une nouvelle nomenclature des spécialités, dont le nombre passe de 300 à 422.

    "Cette nouvelle nomenclature a intégré les besoins en formation qui sont apparus ces dernières années mais aussi des spécialités nouvelles liées au développement de la technologie et d’autres tenant compte des spécificités locales", a-t-il expliqué.

    Le premier responsable du secteur a indiqué, en outre, que 13 spécialités nouvelles ont été programmées pour cette rentrée dans le cadre de la mise en oeuvre progressive de la nomenclature des spécialités de 2012.

    Il s’agit notamment de soudage sur tôle et profilés, grutier, agent forestier et poseur de canalisation, a-t-il dit , ajoutant que "la nouvelle nomenclature a permis d’adapter les formations aux réalités locales.

    Par ailleurs, les structures du secteur de la formation professionnelle ont été renforcées par l’ouverture de 12 nouveaux établissements qui viennent s’ajouter à plus de 1.100 établissements répartis sur tout le territoire national dont "plus de la moitié disposent d’internats".

    Le parc équipement a aussi été renforcé par la livraison et l’installation de 62 sections d’équipements technico-pédagogiques, a-t-il dit.

    Au chapitre ressource humaine, " 729 formateurs recrutés au titre du budget de l’année 2011, ont achevé leur formation pédagogique et participeront à l’encadrement des sections, a-t-il dit.

    D’autre part, M. Mebarki a affirmé que le ministère a développé des dispositifs particuliers au profit des femmes rurales ou au foyer et aux personnes aux besoins spécifiques tels que les personnes handicapées, les jeunes en danger moral et les populations en milieu carcéral.

    S’agissant du monde rural, des formations de proximité sont développées en sections détachées au sein de structures locales, dans le but de rapprocher le lieu de formation des populations notamment, les femmes, a-t-il dit.

    Dans ce sens, le ministre a indiqué que 7.000 nouvelles places pédagogiques sont offertes pour la formation en milieu rural pour cette rentrée, ajoutant qu’en 2011 plus de 17.500 personnes rurales, dont 10.000 femmes, ont bénéficié d’une formation en particulier dans les métiers de l’artisanat et dans les TIC.

    Dans le même contexte, il a relevé que son secteur prend en charge la formation professionnelle des jeunes mineurs des centres de rééducation relevant de son département ministériel, et ce, dans le cadre d’un partenariat à travers des sections détachées au sein des centres.

    D’autre part, le ministre a souligné que des "efforts considérables" ont été déployés en matière de formation professionnelle au profit des populations en milieu carcéral.

    A ce titre, il a souligné que plus de 107.952 détenus, dont 5136 filles, ont été formés depuis l’année 1999.

    "Le nombre de détenus formés atteint chaque année plus de 25.000 dans des sections détachées au sein des établissements pénitentiaires, dans le cadre d’une convention de partenariat", a-t-il dit.

    M. Mebarki a encore souligné que "l’Etat continue à déployer tous les moyens pour assurer un système de formation performant, qui répond aux exigences du développement économique et social en matière de qualifications et de maîtrises diverses, et à la demande d’une population jeune pour acquérir compétences et métiers et trouver un emploi".

  • #2
    Formation : près de 190.000 nouveaux stagiaires attendus dimanche

    C'est tout chaud ... Un pays géré par les annonces et des chiffres 12345678976543212123456 qui ne signifient plus rien ...


    (APS) samedi 2 mars 2013 16 : 11

    ALGER - Près de 190.000 nouveaux stagiaires et apprentis sont attendus dimanche dans les établissements de la formation professionnelle au niveau national, au titre de la 2ème session de la rentrée professionnelle.

    Commentaire


    • #3
      Très jolies musiques Aloha !

      Pour le reste, détrompe-toi Aloha !

      Je sais que tu ne vis pas en Algérie, mais la formation professionnelle, on en a vraiment besoin en Algérie ! Et ce contrairement, aux diplômes universitaires pour lesquels il n'y a presque pas de débouchés possibles.

      Personnellement, je vois beaucoup de jeunes sans qualification aucune dans les cafés, les rues, au chomage. Et s'ils travaillent soit dans le commerce, le transport, ou bien activent quelques jours, c'est comme simples ouvriers à la journée dans des chantiers, alors que s'il avaient un minimum de formation, ils auraient pu être embauchés par des entrepreneurs. J'ai quelques amis entrepreneurs qui ont du mal à trouver des jeunes sérieux et qualifiés. Et vue le nombre important de chantiers dans le batiment, la demande de main d'oeuvre dans l'agriculture ...etc

      Les Plombiers, les mécanos, les électriciens, les électroniciens, les menuisiers, les frigoriste, des techniciens en Agriculture ...., l'Algérie en a grandement besoin.

      Pour l'histoire, j'ai construit un p'tite maison. Et je ne te dis pas tout le mal que j'ai eu à trouver des vrais maçons, des vrais électriciens et des ouvriers qualifiés.... Alors, leurs chantiers sont soit en retard, soit à l'arrêt, soit bloqués car avec des travaux très mal faits !

      Ceux que j'ai eu à certains ouvriers qualifiés, ont pour la plupart créés leurs propres entreprises, et gagnent convenablement leur vie. Contrairement aux diplômés travaillant dans le privé ou avec l'état.

      Par contre, je suis tenté de dire.... qu'il faut fermer nos universités !

      En effet, vue l'état de développement où est notre pays, ça fait perdre à nos jeunes une dizaine d'années de leur vie, pour qu'à la fin on leur disent : "Vous ne servez à rien".
      Dernière modification par absent, 02 mars 2013, 18h32.

      Commentaire


      • #4
        Personnellement, je vois beaucoup de jeunes sans qualification aucune dans les cafés, les rues, au chomage. Et s'ils travaillent quelques jours, c'est comme simples ouvriers à la journée dans des chantiers, alors que s'il avaient un minimum de formation, ils auraient pu être embauchés par des entrepreneurs. J'ai quelques amis entrepreneurs qui ont du mal à trouver des jeunes sérieux et qualifiés.

        quand on vois le nombre de ville universitaire en algerie...et le nombre de formation professionnelle , on a du mal a comprendre a quoi pense nos dirigeant .....je ne connais pas les chiffres..mais je suis sur qu'il y a plus d’ingénieur en machin-truc -chose de formé que de plombier ou d’électronicien auto ...ou méme electricien en batiment ou autres .....vas y trouver un mec qui sais travailler le plâtre .....
        tu tombe je tombe car mane e mane
        après avoir rien fait ...on a souvent le sentiment d'avoir faillie faire ....un sentiment consolateur

        Commentaire


        • #5
          sid ... Je sais que la formation professionnelle est capitale ... je connais très bien comment former des praticiens des ingénieurs et des enseignants ... efficients ... des plombiers, des techniciens ... aides soignants, des infirmières ... sans pour autant remplir des cases cela s'inscrit dans ce que j'appelle une éducation durable ... et dynamique ... je discuterais un jour avec toi là dessus si tu veux ...

          Mais je connais maintenant les discours, l'agitation et je reviens dans 4 ans ça va être le même discours ... C'est pour cela que je rigole lorsque je lis des articles comme celui là ! la volonté réelle mon sid n'est pas là ... ils brassent du vent !
          Dernière modification par Aloha, 02 mars 2013, 18h45.

          Commentaire


          • #6
            et c'est peut-être pour ça qu'ils arrivent à justifier l'appel à la main d'oeuvre chinoise:22:...

            Commentaire


            • #7
              riens a dire a se sujet l’état algériens a fait du bon boulot aux niveau construction d’école et universitaire.
              on est passer en 10 ans de 300 000 a 1 400 000 PLACE PÉDAGOGIQUE niveau universitaire il reste encore 400 000 place a construire et après c finit.

              pour le plâtre sa fait que depuis 2 ans que la technique est introduit en Algérie a travailler le plâtre et le placo-platre.
              Dernière modification par paris95, 02 mars 2013, 18h48.

              Commentaire


              • #8
                Softkah a dit:
                et c'est peut-être pour ça qu'ils arrivent à justifier l'appel à la main d'oeuvre chinoise:22:...
                @Softkah

                Je ne suis pas dans le secret des Dieux,

                mais étant donné que ces chinois se faisaient payé au forfait les travaux effectués sur l'autoroute, et s'ils pouvaient compter sur des ouvriers algériens sur certains travaux, je ne vois pas pourquoi ils auraient ramené de simples ouvrier de chez eux, pour les payer plus de 3 fois le prix normal !

                Simple question de bon sens !

                De plus, le taux d'utilisation de la main d'oeuvre chinoise sur ces chantiers est très faible à celle algérienne.

                Voilà

                Commentaire


                • #9
                  Les Plombiers, les mécanos, les électriciens, les électroniciens, les menuisiers, les frigoriste, des techniciens en Agriculture ...., l'Algérie en a grandement besoin.
                  tout à fait...et certains apres une periode de formaton puis de salariat....pourront un jour faire une petite entreprise et monter qui des installations sanitaires et thermiques, qui des circuits electriques, un autre aura son entreprise pour vendre des pieces et reparation de grandes machines agricoles et tracteurs.,un autre aura sa PME de feronnerie sans parler du vrai metier d'agriculteur .etc etc....pour certains de quoi largement avoir plus de revenus qu'une grande partie des cadres administratifs de Wilaya ou d'Etat ( qui ont aussi leur utilité bien sûr)....

                  bref autre chose que vigile ..


                  y en a qui le font déjà en Algerie mais c'est pas assez

                  mais faut la volonté politico administrative de plus favoriser cela

                  Il vaut mieux casser la tirelire à payer des chômeurs en formation professionnelle qualifiante et pratique ..quitte à embaucher si necessaire des formateurs etrangers en metiers techniques ..que de laisser tous ces 20 -40 ans sans activité..et sans horizon

                  .
                  Dernière modification par Sioux foughali, 02 mars 2013, 20h06.

                  Commentaire


                  • #10
                    mais faut la volonté politico administrative de plus favoriser cela

                    Il vaut mieux casser la tirelire à payer des chômeurs en formation professionnelle qualifiante et pratique ..quitte à embaucher si nécessaire des formateurs étrangers en métiers techniques ..que de laisser tous ces 20 -40 ans sans activité..et sans horizon
                    Yes! il faut investir mais efficacement utilement et d'une manière optimisée car ils ne peuvent pas se payer le luxe de ne pas réussir (ça sera tout simplement la faillite): Former mais comment ? C'est quoi le modèle ? Qui pend le curriculum ? Que savent - ils là dessus ? L'apprentissage des gestes des comportements et de comment apprend t-ont un métier pour et par l'Algérie ... est-il au point ?
                    On t-ils juste acheté des référentiels et des formateurs qui ont bien fonctionné ailleurs ... là! ils seront surpris de l'inadéquation qui produit le "dégoutage" si présent dans tout les secteurs ...

                    Ils ont fait des choses pour former les policiers ... et autre mais laisser moi rire un peu ...
                    j'aimerais pouvoir analyser et donner mon avis ... si une personne peut me donner des liens internet par exemple où je peux regarder de près ça serait bien ... j'ai bien peur qu'il n'aient acheté des boites noires plutôt comme pour tout

                    Commentaire


                    • #11
                      Yes! il faut investir mais efficacement utilement et d'une manière optimisée car ils ne peuvent pas se payer le luxe de ne pas réussir (ça sera tout simplement la faillite): Former mais comment ? C'est quoi le modèle ? Qui pend le curriculum ? Que savent - ils là dessus ? L'apprentissage des gestes des comportements et de comment apprend t-ont un métier pour et par l'Algérie ... est-il au point ?
                      On t-ils juste acheté des référentiels et des formateurs qui ont bien fonctionné ailleurs ... là! ils seront surpris de l'inadéquation qui produit le "dégoutage" si présent dans tout les secteurs ...
                      oui ça merite d'être verifié ..mais enfin j'ai vu lors d'un de mes voyages en Algerie des gars pas aussi mauvais que ce que l''on peut croire dans des domaines techniques...( qui demandent qu'à s'ameliorer et apprendre )

                      Je suis pas un pro des methodologies theorico -pratiques de formation professionnelle aux metiers techniques ..mais j'ai le souvenir d'avoir vu certains ouvrages pour les metiers du bâtiment ..tres bien faits pedagogiquement , données theoriques, croquis, , mode de realisation aussi presenté en images.. ( moi même qui n'y connaissais rien, j'avais bien enregistré certaines methodes . Toutefois tous les domaines sont pas d'un acces facile ..ainsi, electricien en bâtiment ..ça necessite certainement plus d'efforts de comprehension, intellectuels ...qu'apprendre à faire du mortier, ou à peindre à peu pres normalement

                      je suis persuadé qu'il en existe en toutes versions linguistiques.

                      De plus j'ai vu aussi des gens formés sur le tas et opérationnels. Pour ces metiers , que ce soit cultivateur ( pour un neophyte) ou plombier chauffagiste ou menuisier...il faut beaucoup d'enseignements pratiques et des bons maîtres....mais incontestablement les debouchés et perspectives professionnelles ( et de revenus à moyen terme ) sont colossales en Algerie pour ces metiers
                      Dernière modification par Sioux foughali, 03 mars 2013, 13h44.

                      Commentaire


                      • #12
                        le temps l'articulation théorie entreprise ou espace professionnel et les rythmes sont capitaux aussi ... bonne chance au pays anyway

                        Commentaire


                        • #13
                          Soixante-quinze (75) spécialités sont ouvertes dans les établissements de la formation professionnelle au profit des jeunes ayant interrompu prématurément leur cursus scolaire, au titre de la 2ème session de la rentrée de la formation professionnelle (2012-2013), prévue dimanche, a indiqué le ministre de la Formation et de l’Enseignement professionnels, M. Mohamed Mebarki. «Au total, 75 spécialités sont ouvertes dans les établissements de la formation professionnelle au profit des jeunes ayant quitté l’école prématurément avant d’atteindre le niveau scolaire de 4ème année moyenne», a souligné le ministre

                          Ce dispositif destiné aux jeunes qui n’ont pas le niveau scolaire requis, consiste à donner une formation dans des spécialités visant à acquérir une compétence liée à plusieurs métiers, a-t-il précisé. Il permettra aux jeunes concernés de bénéficier de formations initiales qualifiantes d’une courte durée (pas plus de 6 mois), avant d’être orientés vers des spécialités en formation résidentielle ou par apprentissage en tenant compte de leurs capacités.

                          A l’issue de ces formations, les jeunes diplômés peuvent bénéficier de micro-crédit dans le cadre de l’agence nationale de gestion du micro crédit (ANGEM) pour développer des activités économiques




                          .

                          Commentaire


                          • #14
                            Monsieur J trouve que c'est une très bonne initiative qui va dans le bon sens

                            Commentaire


                            • #15
                              Puisque Monsieur J est content
                              But believe me ... Le discours est la réalité sont diamétralement opposés

                              La corruption et la médiocrité font super amalgame pour saigner sans encore et encore et encore le peuple algérien ...

                              Il y a des naïfs sympathiques et des loups sans pitié qui se régalent déjà des jeunes agneaux tendres du pays

                              Commentaire

                              Chargement...
                              X