PDA

Voir la version complète : "Algérie arabe, en finir avec l’imposture",


Page : [1] 2 3

haddou
22/12/2016, 09h45
Algérie arabe, en finir avec l’imposture" publié chez Koukou édition contient de bien précieuses contributions sur cette identité interdite, bafouée et manipulée.

Ce livre collectif est protéiforme, il embrasse plusieurs styles d’écriture. Des témoignages assez percutants, comme ceux du poète Ben Mohamed, Arezki Metref, ou alors Yahia Belaskri ; des textes poétiques d’Aït Menguellet, Zeddek Mouloud ; et des analyses d’excellente facture à l’image de celles de Nabil Farès, Abdellatif Chaouite, Salah Guemriche ou Rabah Aït Messaoud. L’objectif de cet ouvrage ? Donner un éclairage nouveau sur l’identité amazigh et "engager la réflexion et le dialogue" sur cette question "vitale".

Dans une contribution qui fourmille d’informations, le poète Ben Mohamed revient sur son expérience et raconte l’implacable mécanique d’arabisation mise en place par le colonel Boumediene et l’aliénation abyssale qu’elle a produite dans les consciences de millions d’Algériens. Le poète se souvient ici de ses premiers pas à la chaîne II kabyle. "Je pénétrais un milieu dont j’avais rêvé et je découvrais progressivement une réalité bien éloignée de ce que j’imaginais en tant qu’auditeur", écrit-il sobrement. L’auteur découvrait «la légitimité "révolutionnaire", religieuse, la censure d’Etat et "cette crainte envahissante et castratrice de la sécurité militaire". Ben Mohamed avoue que le "combat identitaire a été absent de l’antenne de cette radio" ; le seul combat à l’antenne était celui de garder une langue kabyle. Pas seulement, "pour empêcher l’extinction de cette chaîne kabyle, certains producteurs ont continué à assurer gratuitement des émissions". Ben Mohamed raconte la censure du ministère de l’Education nationale qui a fait enlever jusque le mot Amazigh de l’édition rééditée du roman "L’opium et le bâton" de Mouloud Mammeri.

L’immense Ben Mohamed reste marqué par cette "Une" d’Algérie actualité reprise d’un entretien d’Abdellah Rekibi, un des chantres de l’arabisation dans les années 1970 : "Il s’agit d’arabiser les esprits".

Rabah Aït Messaoud, Hend Sadi et Hend Baïri s’interroge dans un passage de leur contribution : "Comment cette fière patrie qu’a été l’Algérie combattante a-t-elle pu se résoudre à épouser le statut de province arabo-islamique au prix d’un reniement double : celui de son identité amazighe millénaire et celui de sa culture plurielle ?"

Partant de quelques textes et déclarations produits après l’indépendance proclamant sans nuances l’appartenance de l’Algérie à la sphère arabo-musulman, les auteurs concluent que "l’imposture identitaire et culturelle était donc assumée dès le départ. Au plus haut niveau des institutions."

Salah Guemriche, quant à lui, constate dans sa contribution que "l’Arabe est un pied-noir qui a réussi". Ajoutant «On a bien voulu, on veut toujours et on a même failli faire de tout ce qui est amazigh un folklore. Mais le Berbère n’a pas perdu sa langue, même si, en chemin, un si long chemin, il perdu momentanément son écriture. En dépit des aléas de tant de siècles d’invasions et d’occupations, le Berbère a réussi à sauver les "meubles" : sa langue, c’est aussi, en quelque sorte, son mobilier et un mobilier incessible, inaliénable". Plus loin, Salah Guemriche relève ce "paradoxe" : "la propension pathologique, chez les gouvernants, à nier l’être amazigh qui les conduit à faire d’un précieux capital d’universalité un handicap national". L’auteur s’insurge : "Culture du mépris ou autisme politique, cette posture mérite d’être dénoncée massivement, non plus par les seuls Berbères mais par l’ensemble des citoyens, toutes régions confondues". Puis de reconnaître, à regret, qu’"hélas, la solidarité du «reste de la nation» a toujours fait dramatiquement défaut aux mouvements berbères".

Le lecteur pourra trouver également dans cet ouvrage des textes de Mohya, d’Assia Djebbar, Nabile Farès et un certain nombre d’autres contributions tout aussi pertinentes sur la question de l’identité berbère. Un livre à lire.

Kassia G.-A.

"Algérie arabe, en finir avec l’imposture", paru chez Koukou éditions. Prix : 600 dinars. Les droits d’auteur seront versés au Café littéraire de Bgayet.


le matin dz

Harrachi78
22/12/2016, 15h19
Les Usages des Identités : Exemple du Maghreb

[…] La question est explicitement posée par la revendication berbériste en Afrique du Nord. Sous sa forme la plus polémique celle-ci repousse la thèse liant comme une évidence l’authenticité des peuples maghrébins à l’identité arabo-musulmane […]. La véritable identité ethnoculturelle au Maghreb serait à chercher, selon eux, dans les populations qui y vivaient avant que les arabo-musulmans n’y viennent en conquérants.

[…]. Or, dès qu’on se réclame de l’authenticité ainsi entendu, on trouve généralement plus « autheticiste » que soi. Et, à chercher la véritable identité comme un donné objectif du passé, on se perd dans les sables d’une régression historique où l’on s’arrête pas de découvrir la succession de cultures, sinon d’ethnies toujours plus anciennes. Ainsi, l’anthropologue le sait bien, l’identité dite originelle est seulement celle que tout groupe veut bien se donner collectivement à chaque moment de son histoire. Son origine est à chercher dans les consciences … et les inconscients, dans les raisons et mobiles particuliers qui font le consensus subjectif de ce groupe à ce moment, et non en un point mythique du temps ou de l’espace. C’est d’ailleurs ce que la récente Charte Nationale algérienne a fini, face aux revendications berbéristes, par reconnaître explicitement, arguant de l’adhésion interne et sélective de la société algérienne à la civilisation arabo-musulmane.

C’est à la généralité affirmée de cette adhésion que s’en prennent les militants berbéristes […], dénonçant une sorte d’abus de confiance historique […]. Ainsi, […] ces militants avancent-ils en la transposant au plan ethnoculturel la thèse marxiste : l’identité de consensus national est dénoncée comme une « idéologie », du fait qu’elle se présenterait comme un discours d’accord général derrière lequel se cacherait une entreprise de domination et d’exploitation de certains groupes par d’autres.

[…] L’anthropologue voit bien quel vice de conception favorise ce dévoiement. L’identité collective repose sur l’unité de la culture. Mais cette unité est représentée comme statique et « mécanique » : c’est-à-dire comme un donné tout fait existant par soi. Or, dès les plus petits groupes et bien plus pour les grandes sociétés historiques, elle apparait comme une formation précaire et en devenir […]. L’identité d’un peuple ne saurait être caractérisée que de la même façon. Ceux qui s’en font une représentation mécanique, transforment en une substance, une nature inamovible (à « trouver » quelque part dans l’espace et le temps), en le détachant du dynamisme historico-social qui a produit ledit consensus.

Carmel Camilleri, in "Revue Tiers-Monde" n°97, 1984.

A savoir donc où se situe le mythe à abattre ...

infinite1
23/12/2016, 20h24
Algérie arabe, en finir avec l’imposture"

Il est grandement temps ! ...

katiaret
23/12/2016, 20h35
A savoir donc où se situe le mythe à abattre ...
Identités est devenu un labo expérimentale on met ce que nous plais et on enlève ce qui nous dérange..:rolleyes:

zemfir
24/12/2016, 20h13
Il est grandement temps ! ...
a quoi l',utopie Algérie amazighe!:rolleyes:et d'un coup l Algérie deviendras un pays prospère:rolleyes:fausse piste l'impsture est ailleurs

infinite1
24/12/2016, 20h31
a quoi l',utopie Algérie amazighe!

C'est loin d’être une utopie , à moins que tu ne soit un partisan du séparatisme , dans ce cas sois en sure c'est une option qui se dessine de plus en plus ! ...

zemfir
24/12/2016, 21h52
c'est une option qui se dessine de plus en plus ! .
c'est ça avec'' le contre feu'' mhenni

leftissi
24/12/2016, 22h18
En Algérie, Ya3rob et Mazigh sont deux frères siamois inséparables en symbiose pour l’éternité (dixit Abdelhamid Ibn Badis).:8:

wiwla
25/12/2016, 16h29
tout ce beau monde est berbère , non !!

les berbères représentent environs 25% de la population algérienne, non !!

le reste , donc majorité écrasante, est arabe !!

parler d'imposture ,sehahate wejah, on dit chez moi, un proverbe qui leur va tres bien "ma yaqra essafih ghir ma fih"

hben
25/12/2016, 16h46
le reste , donc majorité écrasante, est arabe !!
En voila une autre qui a fait son recensement!oeilfermé

toulousain
25/12/2016, 16h56
On peut faire un simple calcul. On compte les villes dites Arabophones et les villes dites berberophones et les villes mixes. Sa peut nous donner une idee de l'ampleur de la langue en Algerie.

Question d'utilisation, je crois que l'Arabe est plus utilise partout au maghreb. Peut etre 80%. En Algerie particulierement, le pourcentage de l'Arabe serait 75% vs 25% berberophones. Maroc, je crois que c'est l'inverse 45% pour l'Arabe vs 55 % pour le berbers.

Mais la je parle du language pas de l'ethnie. Car on peut compter bcp de berbers parmis les populations dites Arabophones.

m1111
25/12/2016, 17h46
aprés EVE et ADAN que le salue soient sur eux , ..... il y avait ....leurs enfants qui ... qui avaient engendrés des bébés adorables et pas complètement innocents .... puis il ya eu les petites et grandes histoires des colonisations ..ou soif de l aventure...
un jour César au nord et aphrodite a l est decidèrent de fuir le froid du nord
ils décendirent sur la rive nord africaine.

ils trouvaient des touaregs , des pharaons ,....
quand les pharaons ont céssés de dominer ,ces terrains , vinrent les romains et la région leur a plu a tel point qu ils sont devenus NORD AFRICAINS DURANT 3 TROIS SIECLES ..............
puis une petite brigade une toute petite poignée , D ARABES sont venus ABOLIR LE POLYTHEISME DANS CETTE REGION.

Ils ont réussi ,a tel point que de TANGER ils ont continué leur conquètes
VERS L ESPAGNE et PUIS VERS L LE NORD D EUROPE (actueelemnt ils ont trouvés des véstiges chez les VIKING ) et VERS L AMERIQUE AUSSI APRES LA CONQUETE DE L ESPAGNE.


MAINTENANT les NORD AFRICANS sont au CANADA au USA , en AUSTRALIE
DONC DEUX MILLE ANS 2000 ANS de partage et d union .

le repere d UN ALGERIEN EST UN KABYLE OU AMAZIGH et LE REPERE D UN AMAZIGH ou KABYLE EST UN ARABE ALGERIEN.

IDEM LA meme alchimie au MAROC+TUNISIE+LYBIE+ALGERIE

infinite1
25/12/2016, 18h49
c'est ça avec'' le contre feu'' mhenni

Le jour ou le séparatisme viendrais à s’imposait de fait , alors vous comprendrez que ce n'est pas de l'utopie ...

L'exemple du Soudan , du Kurdistant Irakien et Syrien , sont pourtant une réalité , même si elle est amère pour certains .

wiwla
25/12/2016, 18h56
l'Algérie et en sa majorité arabe, meme si cela dérange pas mal de personne, c'est leur probleme yedezzou maahem !!

si on parle d'ethnie, et non d'identité culturelle et linguistique, la carte du monde entier doit changer, y compris chez les berberophones

septembriste; chouia qdar le forum est mixte, on quite la réligion des sien puis on veut remodeler leur identité kima yakhrej alina hhhhhhhhhh , taqdar tahlem

katiaret
25/12/2016, 19h33
l'Algérie et en sa majorité arabe, meme si cela dérange pas mal de personne, c'est leur probleme yedezzou maahem !!

L'alphabétisation de langue tamazighth est devenu une obligation chez nous ....:mrgreen:

zemfir
26/12/2016, 13h31
Le jour ou le séparatisme viendrais à s’imposait de fait , alors vous comprendrez que ce n'est pas de l'utopie ...
comprend:le séparatisme pourrait être un fait mais pas cause de l'imposture de l'arabe.
L'exemple du Soudan , du Kurdistant Irakien et Syrien , sont pourtant une réalité , même si elle est amère pour certains .
et c'est a cause de l'arabe?tu peux ajouté a ta liste la corse,la Wallonie,la catalane,hongkong .............

Harrachi78
26/12/2016, 15h59
... L'algerie Arabe !!! fi kezzouhi ...

Oui, si tu y tiens tant.

... l’Algérie n'a rien d'arabe ...

Le pays nommé Algérie est à 80% peuplé d'arabes aux dérnières nouvelles. Il suffit de jeter un coup d'oeil sur la première encyclopédie sérieuse croisée.

... on a rien a voir avec les arabes ...

Je dois dire que ton "on" ne m'inclus pas, ni 80% de mon entourage immédiat.

... culture traditions, mode de vie ...

Pour ce qui me concerne, je partage pas mal de choses de ces domaines avec le reste des Arabes de la planète. Rien de plus normal, je suis un arabe maghrébin de nationalité algérienne.

... langue ...

Et comme tous les autres arabes de la planète, ma langue maternelle est un dialecte arabe, et qui se trouve être de type maghrébin pré-hilalien pour ce qui me concerne en tant qu'algérois.

Harrachi78
26/12/2016, 16h00
l'Algérie et en sa majorité arabe, meme si cela dérange pas mal de personne, c'est leur probleme yedezzou maahem !! ...

En effet oui, et j'ajouterais que lait que ca ne plaise pas à tel u untel ne changeras pas un iota à la réalité.

infinite1
26/12/2016, 19h42
Être arabe n'est pas une référence loin s'en faut ! ...

Harrachi78
26/12/2016, 20h48
Kull khanfûs 3and yemmâh ghzâl dit un adage chez-nous ... un adage arabe il va sans dire ...

katiaret
26/12/2016, 22h47
Kull khanfûs 3and yemmâh ghzâl dit un adage chez-nous ... un adage arabe il va sans dire ...
la prochaine fois en va applaudir la fabrication des mensonge ....peut être un jour ils seront une réalité véridique sur notre terre :mrgreen:

toulousain
26/12/2016, 23h18
la prochaine fois en va applaudir la fabrication des mensonge ....peut être un jour ils seront une réalité véridique sur notre terre

A Tiaret, tu t'adresse aux gens en berber ou en Arabe?

zek
27/12/2016, 03h46
Savez vous que pendant la première guerre mondiale, 80% des soldats (paysans) ne parlaient pas français mais seulement leur langues régional, le Breton, le provençal, etc...

Le Français n'était pas aussi répandu que l'on eu cru.

alamut
27/12/2016, 08h15
Je dirais que l'imposture est justement le fait de nier l'autre quel qu'il soit...l'identité algérienne est multiple et c'est ce qui devrait la rendre forte et plus belle n'ont pas le contraire...aller s'acharner sur le pedigree est absurde et puérile...nous sommes tous africains, méditerranéens, orientaux, arabes, berbères, chnawa aussi pour certains (Mouloudia)...avec des proportions différentes seulement...nier l'autre et nier une part de soi...n'est-il pas merveilleux de pouvoir apprécier du Brel, Ait Menguelet, Oum Keltoum, Khaled et notre cher Amar Ezzahi?...je suis fier et attaché à ma riche identité multiple...
:bandit::zen::71::23::bighair::10:

katiaret
27/12/2016, 09h32
A Tiaret, tu t'adresse aux gens en berber ou en Arabe?
je m'adresse a ceux qui veule changer mon pseudo ....:mrgreen:

katiaret
27/12/2016, 09h44
En effet oui, et j'ajouterais que lait que ca ne plaise pas à tel u untel ne changeras pas un iota à la réalité.
parce qu'ils sont sur et certain que leur chemin est courte

Harrachi78
27/12/2016, 11h48
Tout a fait juste.

En fait, si le discours et le souci ici avait été simplement la mise en valeur d'un élément omis et la valorisation d'une composante lésée on aurait eu une toute autre discussion.

Malheureseuement, nous avons plutôt affaire à des discours révisionnistes et revenchards et trop souvent avec une connotation raciste assez marquée. Une telel approche ne peut que suciter de la méfiance et, au bout d'un certain tremps, une fran,che hostilité de la part de ceux qui ne se reconnaissent pas dans l'identité en question.

Bourguignon89
27/12/2016, 14h11
C'est bien dommage qu'on ait importé le concept de race propre à l'Europe (et aux animaux) car nous maghrébins nous nous identifions à nos tribus d'origine et non pas à un concept . Il est certain que arabes et berberes partagent des gènes en commun pour autant un berbere qui a des gènes en commun avec des arabes n'est pas un arabe et vis versa ! C'est là qu'intervient l'algérianité qui n'est ni arabe ni berbere , elle est en elle-même un ensemble qui inclut les deux composantes culturelles et ne peut se réduire donc à l'un ou à l'autre exclusivement. Etre Algérien c'est donc parler berbere, arabe, avoir un héritage (je tiens à faire la différence avec le fait d'être de confession musulmanne car on peut hériter sans grandir avec la foi en l'islam) islamique, être héritier des idéaux de la guerre de libération nationale qui est le socle de la nation Algérienne.

m1111
27/12/2016, 17h29
Il ya comme un probleme psycho-social-interfamillial.

Chez moi il y tout le temps des mises au points avec mes freres et soeurs et parents.
Chez nos voisins aussi des querelles , et memes des cris ,des élevations de voies , ....parfois même des pleurs...
ET C EST TOUT...

c est un signe de TRES BONNE SANTE de n importe quelle sociét ou famille.

Pour les GRANDS MALADES , il y aura la prison , ...etc..

La vie et la terre appartient , au créateur SEUL ET UNIQUE ,( voire la Syrie ..IRAK ....) tout est ephèmère ,....

Les Romains pensaient que l Algerie appartient a eux.....:mrgreen:


les Romains étaient aussi des Sots..

m1111
27/12/2016, 18h18
ICI ------------on devrait INTERDIRE "le mots INTERDIsatoires "

- ARABE

- BERBERE

- KABYLE

- AMAZIGH

car ils ne peuvent sortir que d une BARBARE .

Je n ai jamais entendu dire ces mots de la BOUCHE D UN ENFANT ALGERIEN. :mrgreen:

Cookies