Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > CULTURE > Etre glamour en Algérie

Etre glamour en Algérie

lundi 18 avril 2005, par Hassiba

Les habitudes de consommation des Algériens tendent à changer depuis quelques années. Une nouvelle manière de consommer s’installe et ce, sans aucun doute, en adaptation avec les grandes mutations socioéconomiques que connaît l’Algérie.

Etre glamour en Algérie

En effet, de plus en plus de personnes (femmes et hommes) s’intéressent davantage à ce qu’ils consomment et prêtent une attention particulière à leur apparence. Par voie de conséquence, un budget plus important est consacré comparé aux années précédentes indique les statistiques. Mais est-ce la culture du paraître et de l’apparence qui tend à l’emporter sur celle de l’être un peu à l’exemple des pays occidentaux. Quoiqu’il en soit, la tendance des Algériens à suivre la mode et la surconsommation est une réalité vécue, être à la mode ou dans le vent, comme on dit, est devenu plus que jamais un souci majeur pour beaucoup de gens et notamment les jeunes. Ces derniers sont toujours en quête de l’exception et de tout ce qui est en vogue pour être à la page ou "branché".

Bien que parfois les moyens de ces jeunes restent limités pour se permettre toutes les choses à la mode vu les prix élevés qu’elles affichent, tous les moyens sont bons pour ces jeunes pour économiser l’argent nécessaire pour être fringué d’une célèbre marque. Aujourd’hui, la mode ne concerne pas, comme autrefois la culture et les podiums uniquement, on parle de mode dans tous les domaines : régimes à la mode, bijoux à la mode, musique à la mode et même les maisons et les voitures se sont mises au diapason. Le temps de parler des phares et de design et mécanique des voitures est révolu, on parle actuellement plutôt du regard, de la silhouette et du charme des voitures. Toutes les pistes de marketing et de publicités sont explorées pour drainer le maximum de clients. Afin de cerner, du moins pour une partie, et comprendre ces nouvelles tendances de consommation chez les Algériens, nous avons consulté quelques spécialistes.

La mode à n’importe quel prix
Les pionniers de la mode ont su s’imposer dans notre vie de manière très intelligente. Plusieurs leaders mondiaux dans les industries concernant la mode et notamment celles de la couture et des cosmétiques ont pris conscience de l’intérêt d’orienter notre consommation afin de maîtriser et assurer leur pérennité. Dans notre pays, plusieurs leaders ont investi les créneaux de l’habillement et des cosmétiques. Ces derniers représentent un marché très juteux pour ces firmes du fait que l’expérience algérienne en la matière est assez récente et n’a pas encore atteint un niveau susceptible de concurrencer le savoir-faire des Européens et notamment les Français.

En effet, des représentants de marques renommées ont ouvert des magasins dans plusieurs villes algériennes. On y trouve ceux des articles de sport, prêt-à-porter, cosmétiques et parfums, montres.... De plus, ce marché est en constante expansion puisque de nouvelles boutiques ouvrent dans des endroits nouveaux. Les barrières douanières tendent à disparaître complètement avec les accords qui lient notre pays à l’Union Européenne et l’adhésion éventuelle voire certaine de notre pays à l’OMC. Hormis les avantages que cela engendre à savoir assurer au consommateur l’embarras du choix et un meilleur rapport qualité/prix, ceci ne constitue-t-il pas une menace réelle pour le produit national ? Ce dernier, à vrai dire, n’a pas atteint le niveau pour concurrencer le produit importé, qui, faut-t-il le préciser, demeure plus convoité pour une raison ou une autre. Afin de connaître l’opinion des Algériens sur ce sujet (la mode), nous avons interrogé quelques échantillons de personnes dont les avis sont partagés et parfois très divergents.

L’essentiel, c’est de se sentir bien dans ses baskets :
Mounia, jeune lycéenne au look "très sport" nous donne son avis à son tour et sa perception de la mode : "Mes choix en matière d’habillement concernent avant tout le style et les couleurs qui me conviennent. J’ai un look plutôt sportif comme vous le voyez, donc je choisis des vêtements confortables en adéquation avec mon style et mon mode de vie. Cela m’est égal qu’ils soient locaux ou importés pourvu qu’ils me plaisent. De toute façon, je peux vous confier que j’ai acheté plusieurs fois des articles produits ici et j’en suis très satisfaite, même les prix sont beaucoup plus raisonnables".

La mode, ce n’est que mensonge et illusion
Fatiha est un échantillon très différent de ceux sus-indiqués, elle est enseignante, la quarantaine, son look est plutôt sage et classique. C’est une femme qui ne prête pas une importance particulière à la mode, elle nous explique son point de vue : "La mode, c’est avant tout un phénomène purement commercial, c’est une stratégie adoptée par les créateurs de mode eux même. Je peux même vous dire que c’est un mensonge (la mode ndlr), son objectif est de nous faire payer cher et de manière permanente", précise-t-elle avant d’enchaîner : "Prenons le cas des vêtements par exemple, chaque saison, les maisons et les créateurs de mode font apparaître 2 ou 3 couleurs dites à la mode. Mais quels sont les critères qui définissent ou déterminent que telle ou telle couleurs est "à la mode", si ce n’est assurer plus de ventes et donc un chiffre d’affaires plus volumineux et ce, en nous obligeant implicitement à acheter pour s’habiller à la couleur de "saison". En ce qui me concerne après tout, l’essentiel n’est-il pas d’avoir une tenue correcte et propre qui est en mesure de mettre en valeur la personnalité de l’individu !"

Un réel phénomène de société
M. Ferah, sociologue nous explique le phénomène : "La mode est devenue un réel phénomène de société, la quête de la distinction et de tout ce qui est meilleur est devenue une priorité pour une grande partie de la population, ceci reflète, en effet, que le niveau de vie des Algériens s’améliore quand même.

La publicité et les affiches qui nous "harcèlent" partout, ne sont pas pour rien dans tout cela, ils orientent de manière essentielle notre mode de consommation. Bien que ces spots diffusés à longueur de journée sur toutes les chaînes, soient de très courte durée, leur impact, quant à lui, est très grand, exhibant des produits toujours nouveaux ou améliorés et ventant leurs qualités et mérites dans les moindres détails, ils ne peuvent laisser personne indifférent. Tout le monde est tenté d’essayer tel ou tel nouveau produit, ainsi on tombe facilement dans le surconsommation, c’est ainsi que je perçois la chose", explique-t-il en ajoutant : "Si l’acte de consommer en son fondement, concerne les besoins naturels vitaux tels la nourriture, la boisson et les vêtements, la consommation de la marque est autre chose, elle fait intervenir la mythologie ou un ensemble de symboles qu’elle représente, ces symboles peuvent être conscients ou inconscients tels que les fantasmes, les plaisirs..."

Les bonnes senteurs
Entre le parfum original et le parfum imité, y a-t-il une différence ?

Se parfumer, constitue la touche finale de l’élégance, que ce soit pour la femme ou pour l’homme. Les parfums ont existé depuis la nuit des temps mais ils étaient réservés à une minorité constitué de nobles et de princes. Aujourd’hui, les temps ont changé, heureusement d’ailleurs, le marché du parfum a connu une grande expansion chez nous. Plusieurs sociétés ont investi ce créneau, notamment au Sud tel que Ghardaïa et Tipaza dans le Nord. Ces sociétés ont créé leurs propres senteurs qui trouvent des adeptes. Cependant, il demeure qu’une partie de la population préfèrent les grands parfums importés qui décorent tous les magazines et nous envoûtent par les pubs qu’ils produisent.

Seul inconvénient, ces parfums coûtent les yeux de la tête pour le citoyen moyen qui ne peut les approcher que dans les vitrines et les revues, ne descendant pas sous la barre des 4.500 DA. Ces parfums restent réservés à une certaine catégorie dite de « haute classe » et sont vendus généralement dans les parfumeries. Cependant, aujourd’hui, il est possible de se parfumer « Azzaro », « Givenchy », « Amporio », « Armani »....sans avoir à dépenser beaucoup d’argent.

Je m’explique : une nouvelle industrie d’imitation de parfums renommés s’est installée chez nous, il y a quelques années et qui trouve une large clientèle d’après les vendeurs de magasins qu’on a visités. Mais, au fait, c’est quoi l’imitation d’un parfum ? Nous avons interrogé un chimiste activant dans ce domaine, il explique : « L’imitation d’un parfum consiste en la reproduction de la base utilisée dans le parfum original et en aucun cas la reproduction intégrale du parfum. En d’autres termes, on ne pourra jamais avoir un parfum identique à l’original, heureusement, sinon cela constituera une pratique illégale, nous essayons de nous rapprocher au maximum du parfum que l’on désire imiter. Ainsi, nous avons permis à beaucoup de se parfumer « haut de gamme » à « petit prix » à savoir 10 fois moins cher.

Samah est une jeune étudiante qu’on a rencontrée dans un magasin qui propose ce genre de parfums, elle nous confie : « Je n’ai pas les moyens de me permettre les parfums de grandes marques, ici, je peux me permettre le parfum « version imitation », je trouve mon compte et je suis très satisfaite, la différence entre les deux parfums est à peine perceptible. » Notons à ce propos que sur les parfums imités, ne figure pas le nom du parfum original, généralement les « imitateurs » prêtent des noms quelconques ou des numéros tout court

Vetements de sport
Les « victimes » de la griffe payent toujours plus cher

Les vêtements de sport trouvent beaucoup de succès chez nous, notamment auprès de la catégorie des jeunes qui compte des adeptes immodérés. Par ailleurs, les marques sont tellement nombreuses que le choix devient de plus en plus difficile.

Cependant, quelques marques de renommée internationale ont échappé au lot et pris des ailes. Notre sujet ne consiste pas à leur faire une publicité gratuite, seulement, on se contentera de dire que leur qualité est exceptionnelle, mais leurs prix sont également très « hot » et donc pas accessibles à toutes les bourses.

Ahmed est gérant d’une boutique d’articles de sport d’une prestigieuse marque étrangère, installée récemment à Alger, il dira : « Nos articles proviennent directement de la maison (...), ils portent tous l’étiquette de la marque originale, ici même si le client paye plus cher, il est rassuré d’avoir acheté quelque chose de bonne qualité et de la marque originale.

Comme vous le savez, de nos jours, le marché informel et la contrefaçon menacent tout le monde même les concepteurs de la marque originale. » Concernant les articles les plus achetés et leurs prix, il précise : « Même si les prix affichés peuvent paraître à première vue très chers, je vous affirme que nos ventes marchent très bien.

Nous comptons une clientèle fidèle constituée principalement de jeunes de sexe masculin. Ceci dit, nous avons également une clientèle moins importante et moins jeune mais qui a les moyens de se permettre nos articles ».

D’autre part, il nous a indiqué que « ce sont les chaussures de sport « basket » qui figurent à la tête de nos ventes, leurs prix oscillent entre 4.000 DA et 12.000 DA la paire, nous avons des modèles pour tous les goûts.

Les survêtements sont également très demandés, nous avons une large série qui compte plusieurs matières et couleurs où tout le monde peut trouver son compte, les prix varient entre 4.500 DA et 9.500 DA »

Fraude et contrefaçon
Gare à vous !

Il convient de dire en dernier lieu, qu’en matière de consommation, le citoyen est tenu d’être sur ses gardes pour échapper à l’arnaque. Le spectre de la fraude et de la contrefaçon plane partout, plus que jamais. En effet, outre les préjudices financiers qui découlent de ces pratiques illicites, cela peut avoir des incidences directes et très nuisibles sur notre santé. Cette contrefaçon n’a épargné aucun secteur, on citera entre autre l’habillement, les cosmétiques et les parfums, les appareils électroménagers et même les pièces de rechange des véhicules. Notons à ce titre que des efforts sont consentis afin de mettre fin à ces pratiques, surtout pour être en adéquation avec une économie organisée, indissociable de notre stratégie d’adhésion à l’OMC. A cet effet, il est prévu la création de plusieurs structures d’analyses et de contrôle de la qualité. 19 laboratoires seront érigés à travers l’ensemble du territoire national. Leurs missions consistent à effectuer toutes les analyses des produits relevant de tous les secteurs, déceler les éventuelles anomalies ou toute non-conformité aux normes de sécurité ou de qualité des produits, qu’ils soient de fabrication locale ou importés.

En attendant que ces structures deviennent opérationnelles sur le terrain, il convient de garder les yeux grands ouverts afin de pouvoir effectuer le choix judicieux

La mode n’est pas à la portée de tout le monde
En dépit de la férocité avec laquelle s’est imposée la mode dans notre vie, de larges pans de la société, dont les moyens sont vraiment limités, restent éloignés de ce monde. Beaucoup de gens se rabattent sur les produits importés d’Asie, notamment ceux en provenance de Chine, généralement « bon marché » qui ont inondé nos marchées ces dernières années.

D’autres personnes ont recours carrément aux fripes, vêtements déjà utilisés appelés communément « stock américain ». Ce marché semble avoir une large clientèle à voir la prolifération des magasins de ce genre de commerce dans notre pays.

Ceci n’engendre-t-il pas des désagréments pour notre économie du fait que ce commerce prend des proportions inquiétantes ?

Par Naïma Chaouche, horizons-dz.com