Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > MULTIMEDIA > L’ONDA lutte contre le piratage en Algérie

L’ONDA lutte contre le piratage en Algérie

mardi 14 avril 2009, par Rédaction

L’ONDA estime que le piratage de musiques et des films en Algérie cause des pertes énormes aux détenteurs des droits d’auteurs.

L'ONDA dénonce le piratage en Algérie. Plus de 600 000 supports contrefaits et illicitement commercialisés, comme les CD, les DVD, les Divx, les cassettes vidéo et autres, ont été recensés en 2008 en Algérie. Les chiffres ont été livrés hier, à Constantine, par le directeur général de l’Office national des droits d’auteur et des droits voisins (ONDA), au cours d’une journée d’étude organisée à son initiative. Les participants à cette rencontre ont plaidé pour la création d’un « comité interministériel » et d’une « police » pour la protection des droits d’auteur. La rencontre qui a regroupé de nombreux artistes, auteurs et interprètes a permis aux responsables de l’ONDA, dont son premier responsable, de préciser le rôle et les missions de cet organisme qui relève du ministère de la Culture, dans la sauvegarde des droits liés à l’originalité de l’œuvre créée. M. Hakim Taousar, directeur général de l’ONDA, a notamment défini le domaine de « protection de l’expression artistique achevée » avant de faire état des « efforts intellectuels exclus de cette protection comme les idées, les concepts, les principes et les procédures ».

M. Taousar a précisé, au cours de son intervention, que « ce phénomène de contrefaçon a causé un lourd préjudice aux droits d’auteur qui se traduit par une perte annuelle estimée, selon une évaluation effectuée en 2004, à 780 000 DA, d’où l’impératif d’impliquer tous les secteurs concernés pour renforcer le dispositif de protection de ces droits en Algérie », a souligné le même responsable. La protection des droits d’auteur « gagnerait en efficacité », selon lui, avec l’implication d’autres institutions de l’Etat comme la Gendarmerie, la Sûreté nationale, les Douanes algériennes et le ministère du Commerce. De son côté, M. Mohamed Ameziane Zantar, consultant auprès de l’ONDA, a axé sa communication sur les droits reconnus aux titulaires des droits voisins. Il devait évoquer, dans ce contexte, la notion des droits voisins et de leurs titulaires, à la lumière de la législation algérienne en vigueur et mettra en évidence les droits moraux et patrimoniaux des artistes, des interprètes, des exécutants, des producteurs de phonogrammes et de vidéogrammes, ainsi que ceux des organismes de radiodiffusion.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant