Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > MULTIMEDIA > La société de l’information en Algérie

La société de l’information en Algérie

mercredi 10 mars 2010, par Rédaction

La société de l’information en Algérie est à l’état embryonnaire tandis que l’impact du numérique sur l’économie algérienne est quasiment nul.

La société de l'information en Algérie. Ce constat sévère sur la politique des technologies de l’information et de la communication a été établi hier par des experts algériens lors d’une rencontre débat au centre de presse d’El Moudjahid. Selon le représentant de la société HP en Algérie, Djamel-Eldine Zerouk, l’Algérie accuse un grand retard à l’échelle planétaire et même à l’échelle régionale car l’Etat est toujours réticent quand il s’agit d’investir dans les logiciels. Concernant le soutien de l’investissement dans le secteur des TIC, là encore l’Etat est absent car il n’existe aucun dispositif incitatif pour encourager les opérateurs, a-t-il estimé. Le représentant d’HP a tenu à expliquer que le progrès dans le secteur des TIC exige une implication de l’Etat, soulignant que ce progrès ne se mesure pas en termes d’équipements seulement mais aussi selon l’usage qu’on en fait.

Abondant dans le même sens, le directeur général du ministère de la Poste et des TIC, Cherif Ben Mahrez, a affirmé qu’avant d’équiper les entreprises en matériels informatiques, il faut d’abord leur expliquer les enjeux des TIC et s’assurer de la capacité du personnel à en faire l’usage le plus approprié. Il a noté, d’autre part, la faiblesse du taux de pénétration des TIC dans les entreprises algériennes. « Il y a une frilosité apparente envers l’usage des TIC ; pour preuve, sur les 400 000 PME que compte le pays, 20 % seulement disposent d’un site web », a-t-il argué en concluant que les entreprises nationales sont invisibles sur le marché international et n’ont même pas conscience des enjeux des TIC. Ce même intervenant a insisté sur la valorisation des ressources humaines en affirmant que l’Algérie détient un réservoir de compétences mais exerçant à l’étranger, en plus des 6 000 ingénieurs en informatique que les universités algériennes mettent chaque année sur le marché.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant