Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > MULTIMEDIA > La stratégie e-Algérie 2013 face aux contraintes

La stratégie e-Algérie 2013 face aux contraintes

mardi 20 octobre 2009, par Rédaction

Une conférence sur la stratégie à adopter pour le développement des entreprises du secteur NTIC en Algérie a été organisée à Alger.

La stratégie e-Algérie 2013 face aux résistances. Une conférence ayant pour thème « Quelle stratégie pour le développement des entreprises du secteur NTIC en Algérie ? » a été organisée dimanche dernier à Alger, avec le soutien de MDI-Business School, le comité de pilotage ASI 2009 (Algerian Startup Initiative 2009) et l’appui de l’ambassadeur d’Algérie aux Etats-Unis. Des représentants du Forum des chefs d’entreprises (FCE), des dirigeants d’entreprise et de fonds d’investissement spécialisés dans les NTIC basés dans la Silicon Valley, près de San Francisco (Etats-Unis) ont abordé les problématiques inhérentes au financement et à l’investissement dans les start-up des NTIC. Hamid Bessallah, ministre de la Poste et des Technologies de l’information et de la communication, intervenant à cette occasion, a axé son intervention sur la stratégie e-Algérie 2013 qui a pour objet le déroulement d’un programme d’action en vue d’organiser la mutation de l’Algérie vers la société de l’information et l’économie numérique sur les cinq prochaines années.

Il a évoqué « la e-administration avec la numérisation de l’état civil », la e-éducation et la e-santé. Mais pour arriver à ce stade, il reconnaît qu’il faut « que le citoyen puisse accéder à l’outil (ordinateur), à une connexion ADSL acceptable et à un contenu algérien ». Le ministre a évité d’évoquer les sujets qui fâchent tels que l’échec de l’opération Ousratic et le retard dans la livraison du cyberparc de Sidi Abdellah près d’Alger. Le Cnes a pourtant relevé qu’ « une attention particulière doit être allouée aux échecs des expériences de généralisation de l’outil informatique (à travers l’opération Ousratic) et de promotion des technopôles (à travers le retard enregistré dans le projet de parc technologique de Sidi Abdellah) ». Le ministre a quand même souligné que « sans une bonne infrastructure de télécommunications en Algérie, il n’est pas possible de parler de projets. Il y a une mise à niveau prévue : on doit arriver à 6 millions d’accès à Internet haut débit en Algérie dans les cinq ans à venir ; nous en sommes à 400 000 ».

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après El Watan