Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > Barack Obama recule sur la réforme de la santé

Barack Obama recule sur la réforme de la santé

mercredi 19 août 2009, par Rédaction

Le président américain Barack Obama s’est montré peu convaincant sur la réforme de la santé et semble reculer face à la campagne mensongère des républicains.

Barack Obama recule sur la réforme de la santé. L’état de grâce dont a bénéficié le président américain Barack Obama à son installation à la Maison-Blanche n’aura duré qu’un semestre. En quelques semaines, sa cote de popularité a perdu dix points. Et ce qui lui vaut cette dégringolade, ce ne sont pas les dossiers internationaux qu’il a sur son bureau - Iran, Palestine, Irak, Afghanistan pour les plus sensibles -, pas même celui de la crise économique et financière qui persiste aux Etats-Unis, mais la réforme de l’assurance maladie, dont on a pourtant dit que sa promesse avait beaucoup contribué à son élection. Si le thème a été électoralement porteur pour le candidat Obama, il s’avère que sa mise en oeuvre rencontre des oppositions dont, en tant que président, il a mésestimé l’ampleur, au point qu’il a, dans une conférence de presse le 10 août, fait l’aveu « que faire comprendre à ses compatriotes la complexité de son projet était la pire épreuve qu’il ait connue au cours de sa vie publique ». Pourquoi donc une réforme généreuse dans ses intentions, puisqu’il s’agit d’étendre la couverture sociale à la couche populaire la plus pauvre du pays (près de quarante-cinq millions de citoyens) qui, faute de moyens financiers, n’y a pas accès ?

C’est que par ces temps de crise économique, les Américains se refusent à une générosité sociale qui est synonyme pour eux d’augmentation de leurs impôts pour financer un projet dont le coût est estimé à 1.000 milliards de dollars sur dix ans. Et cela même si Obama leur a affirmé avoir trouvé les deux tiers de la somme sans avoir à recourir aux augmentations d’impôts honnies. Il faut dire que les adversaires, et ils sont nombreux, de Barack Obama lui ont savonné le terrain en engageant contre sa réforme une campagne féroce en jouant sur cette phobie anti-impôts de leurs concitoyens et en en dénonçant l’esprit « étatiste » auquel ils sont tout aussi réfractaires. Ceux qui mènent l’offensive contre le projet de réforme du président américain sont bien entendu les républicains, qui trouvent dans ce combat l’occasion de se refaire « une santé » politique et électorale en prévision des élections législatives et sénatoriales de la mi-mandat, en novembre 2010. Ils ont obtenu l’appui des compagnies d’assurances hostiles par intérêt au projet, qui dépensent des millions de dollars en spots télévisés et blogs dénonciateurs. Mais aussi celui des démocrates conservateurs qui, sur le sujet, sont plus solidaires avec eux qu’avec le chef de file de leur camp politique. L’offensive anti-réforme porte puisque les Américains ne sont plus, selon les sondages, que 49% à approuver le projet, alors qu’ils étaient 72% au début.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après le Quotidien d’Oran