Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > Des dizaines de blessés au Maroc lors de manifestations

Des dizaines de blessés au Maroc lors de manifestations

mercredi 25 mai 2011, par Rédaction

Les manifestations pro-démocratie organisées au Maroc le week-end dernier ont été violemment réprimées par les forces de sécurité marocaines.

Des dizaines de blessés au Maroc lors de manifestations. La police marocaine a dispersé le week-end dernier plusieurs manifestations dans tout le Maroc. Ces manifestations du dimanche 22 mai, organisées par le Mouvement du 20 février de la jeunesse, ont fait des dizaines de blessés et donné lieu à de nombreuses arrestations. Ces manifestations ont été dispersées "dans toutes les grandes villes du Maroc, à Tanger, Fez, Casablanca, Agadir et Tan-Tan, et dans d’autres villes encore", a déclaré Abdelhamid Aouni, le coordinateur d’un conseil des groupes et des organisations favorables au Mouvement du 20 février. "Les gens n’ont été autorisés à manifester que dans certaines petites villes, sans aucune intervention des forces de sécurité", a-t-il expliqué à Magharebia.

C’est la première fois que les manifestations du mouvement sont réprimées au niveau national, a souligné Aouni, blessé lors de la manifestation de Rabat aux côtés de la présidente de l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) Khadija Ryadi et du secrétaire général de l’Union marocaine du travail (UMT) Abdelhamid Amine. Les forces de sécurité avaient bouclé le quartier populaire d’El Akkari où les manifestants envisageaient de se retrouver à 16 heures avant de partir vers le siège du parlement pour y organiser un sit-in de quatre heures. Mais les manifestants ont toutefois réussi à se rassembler non loin de ce quartier et à marcher vers le parlement. La police anti-émeutes est alors intervenue pour les disperser, blessant plusieurs personnes et en arrêtant une vingtaine. Interrogé sur les raisons de cette escalade, Aouni a indiqué que l’Etat veut faire passer un message au Mouvement du 20 février avec l’annonce prochaine du projet de constitution préparé par la commission nommée par le roi Mohamed VI du Maroc. Mais ce mouvement de la jeunesse craint que ces réformes ne répondent pas à ses aspirations.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après Magharebia