Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > L’Iran avertit les Etats-Unis

L’Iran avertit les Etats-Unis

jeudi 27 avril 2006, par Rédaction

L’Iran qui a accéléré son programme nucléaire, prévient les Etats-Unis qu’en cas d’attaque, la république islamique frappera les intérêts américains partout où ce sera possible dans le monde.

Les forces spéciales iraniennes se disent prêtes à réagir en cas d’attaque américaine.

"Comment pourrait-on empêcher nos activités par le biais de sanctions ?", s’est interrogé le principal négociateur iranien sur le dossier nucléaire, Ali Larijani, lors d’une conférence de presse dans la capitale iranienne. "Si des sanctions sont prises, l’Iran suspendra ses relations avec l’AIEA (...) La suspension signifie que nous accélérerons nos activités.", a-t-il averti.

Il a ajouté que son pays cesserait de jouer la carte de la transparence sur ses ambitions nucléaires dans l’hypothèse d’une attaque militaire, une mesure que les Américains refusent d’exclure. "En cas d’intervention militaire dirigée contre l’Iran, notre pays ne pourra plus agir de manière transparente" à propos de son programme nucléaire, a-t-il dit.

"La technologie nucléaire iranienne est comme une balle qui a déjà été tirée, il est impossible de la faire revenir", a déclaré pour sa part l’ancien président iranien Akbar Hashemi Rafsanjani, toujours très influent.

Pour la secrétaire d’Etat américaine Condoleezza Rice, en visite en Grèce, "les Iraniens peuvent bien sûr menacer mais ils ne font que s’isoler encore plus". Lors d’une conférence de presse à Athènes, elle a souligné la nécessité de prendre des "mesures crédibles" face au programme nucléaire de Téhéran et a appelé le Conseil de sécurité des Nations unies à agir "à la lumière des défis que l’Iran continue de poser aux règles internationales".

Les Etats-Unis, la France et la Grande-Bretagne sont favorables à de telles sanctions, à moins que l’Iran ne fasse rapidement machine arrière. Les autres membres permanents du Conseil de sécurité, la Chine et la Russie qui ont le droit de veto, sont hostiles à des mesures de rétorsion.

Synthèse de Rayane
D’après AP