Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > Le roi du Maroc craint la presse libre

Le roi du Maroc craint la presse libre

mardi 16 novembre 2010, par Rédaction

Le roi du Maroc semble être devenu paranoïaque au vu de son extrême méfiance vis-à-vis des journalistes de la presse libre qui s’intéressent au Sahara Occidental.

Le roi du Maroc craint la presse libre. Le Maroc a empêché plusieurs journalistes à se rendre au Sahara Occidental. Le journaliste Ali Lembrabet, a été empêché avant-hier à l’aéroport de Casablanca d’aller à El-Ayoun sous prétexte que l’avion de la compagnie marocaine, Royal Air Maroc, était complet. Ainsi, plusieurs journalistes des médias étrangers étaient interdits de se rendre à la ville d’El-Ayoun. L’ONG Reporters sans frontières a « fermement » condamné le Maroc pour avoir bloqué « l’accès à l’information des journalistes étrangers et l’acharnement dont sont victimes », les correspondants étrangers souhaitant se déplacer vers El-Ayoun occupée.

Dans un communiqué, RSF rappelle que « depuis l’attaque des forces d’occupation marocaines, de lundi dernier, au Sahara occidental, les autorités marocaines continuent de verrouiller l’accès des journalistes à El-Ayoun (capitale du Sahara Occidental) ». L’ONG a appelé les autorités marocaines à « cesser la censure sur les événements en cours » à El-Ayoun et estime que « le Maroc doit faire face à ses responsabilités et laisser les journalistes effectuer leur travail ». Le Comité pour la protection des journalistes (CPJ), a appelé, de son côté, les autorités marocaines à « laisser les journalistes travailler en toute liberté dans les territoires occupés du Sahara occidental ». « Le CPJ s’alarme du climat d’hostilité croissant envers les journalistes espagnols au Maroc, qui s’est traduit par les mesures et les instructions officielles afin de les empêcher d’assurer la couverture médiatique des violences au Sahara occidental », a précisé cette ONG dans un communiqué.

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jour d’Algérie