Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > INTERNATIONAL > Scrutin inédit en Egypte

Scrutin inédit en Egypte

mercredi 7 septembre 2005, par Rédaction

Ce mercredi se tiennent en Egypte, et pour la première fois, des élections présidentielles avec un choix de plusieurs candidats après une campagne électorale presque normale.

Hosni Moubarak est quasiment assuré de se maintenir président de l’Egypte.

De l’avis général, le résultat du scrutin présidentiel est quasiment acquis en faveur du président sortant, Hosni Moubarak.

Les bureaux de vote ont ouvert leurs portes à 8h00 (5h00 GMT) dans tout le pays. Ils fermeront leurs portes à 19h00 GMT et les résultats officiels ne devraient pas être connus avant samedi.

Agé de 77 ans, Hosni Moubarak dirige l’Egypte depuis 1981, et il est quasi-assuré de remporter un cinquième mandat consécutif. Ses deux principaux adversaires -Ayman Nour et Noamane Gomaa- luttent pour la seconde et la troisième place. Quant aux sept autres, véritables poids légers de la politique, voire fantaisistes, ce sont de parfaits inconnus. L’un d’entre eux, âgé de 90 ans, Ahmed el-Sabahi, a même confié qu’il allait voter pour le président sortant...

L’Egypte n’a jamais connu d’élections multipartites depuis le sanglant coup d’Etat, qui renversa le roi Farouk en 1952. Les deux prédécesseurs de Hosni Moubarak sont décédés dans l’exercice de leurs fonctions, Anouar el-Sadate ayant été assassiné en 1981 par un extrémiste musulman. Le président égyptien a depuis remporté quatre mandats de six ans lors de plébiscites ("oui" ou "non") où il était le seul candidat proposé aux électeurs. A chaque fois, il avait remporté plus de 90% des suffrages.

A noter que les autorités égyptiennes se sont engagé à ce que le scrutin se déroule dans des conditions libres et transparentes. Mais le système n’inspire aucune confiance à un grand nombre d’Egyptiens. Des magistrats et des associations civiques font valoir que, dans le passé, toutes les élections ont été truquées et la participation à cette première élection présidentielle pluraliste pourrait être basse.

Synthèse de Mourad
D’après agences