Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > Boom des banques islamiques

Boom des banques islamiques

vendredi 11 septembre 2009, par Rédaction

Les banques islamiques n’ont pas été touché par la crise financière grâce à leur modèle économique inspiré de la religion islamique.

Les banques islamiques. Epargnées par la crise financière internationale, les banques islamiques attirent de plus en plus l’attention et pas seulement dans le monde arabo-musulman. Impensable il y a quelques années, de grandes banques de renommée mondiale se sont lancées dans la finance conforme aux préceptes de l’Islam. Il en est ainsi du groupe britannique HSBC ou encore de la banque allemande Deutsch Bank. Le géant américain de la finance, Citibank, s’est lui aussi laissé séduire par ce modèle en créant, à Bahrein, une filiale qui fonctionne selon les principes de la charia islamique. Il existe quelque 300 banques islamiques à travers le monde, selon l’expert en finance et président du cabinet conseil Strategica, Lachemi Siagh, qui a donné une excellente communication sur le thème « Crise financière et finance islamique » lors d’une soirée ramadhanesque organisée mercredi dernier à l’hôtel Sofitel par la fondation Friedrich Naumann et la Chambre algéro-allemande du commerce et de l’industrie.

Ces institutions ne pèsent pas beaucoup en termes d’actifs, a-t-il relevé d’emblée : « L’ensemble de ces banques gère des actifs de 700 à 800 milliards de dollars, alors qu’une seule banque européenne comme la Deutsch Bank gère quelque 3 trillions de dollars. » La finance islamique n’en est encore qu’à ses premiers balbutiements mais elle devrait connaître un développement rapide grâce à ses performances, au moment où la finance conventionnelle affiche un bilan des plus catastrophiques. M. Siagh n’a pas manqué d’ailleurs de rappeler quelques répercussions de la crise financière internationale qui s’est traduite par une récession mondiale, une baisse vertigineuse du prix du pétrole qui est passé de 147 dollars à 45 dollars le baril en quelques mois. Les retombées de cette crise sur le secteur de l’emploi sont tout aussi spectaculaires : près de 20 millions d’employés ont été licenciés en Chine, 15 millions en Europe et 100 millions dans les pays en voie de développement, alors que le taux de chômage aux Etats-Unis a atteint le seuil inquiétant de 9,7%. La finance islamique, poursuit M. Siagh, a été globalement épargnée, même si elle subit le ralentissement de l’activité économique. Ce système naissant n’a pas été impacté par la crise grâce à ses fondements qui interdisent le recours aux intérêts, moteur de l’activité bancaire classique, mais qui est assimilé à la « riba » qui est strictement prohibée dans la religion musulmane.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après El Watan