Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie attire les cabinets de conseil et d’audit

L’Algérie attire les cabinets de conseil et d’audit

jeudi 15 juillet 2010, par Rédaction

De nombreux cabinets de conseil et d’audit ont ouvert des bureaux en Algérie où la croissance de l’activité demeure soutenue.

L'Algérie attire les cabinets de conseil et d'audit. Les cabinets de conseil et d’audit affluent vers l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient où le marché atteint 2,2 milliards d’euros par an, selon la dernière édition de Jeune Afrique. Intitulé « Le nouvel eldorado des consultants », l’article en question note que ces bureaux présents dans des métiers de l’audit (certification des comptes, modernisation des systèmes comptables, intégration de systèmes d’information…) ont tous identifié le Maghreb, et plus largement l’Afrique du Nord, comme une cible prometteuse. En Algérie, en Tunisie et au Maroc, on retrouve des cabinets de renom à l’image de Deloitte, KPMG, McKinsey, Ernst and Young… et les Maghrébins sont de moins de moins réticents à l’idée d’investir dans des prestations immatérielles. Parmi les pays du Maghreb, c’est l’Algérie qui attise le plus les convoitises. « Le pays a le plus fort potentiel de croissance et il a entamé un fort mouvement de rattrapage », selon Philippe Ausseur, associé d’Ernst & Young.

Tous les cabinets sont en place. Après l’arrivée de KPMG en 2002, une déferlante a envahi le pays à partir de 2007 : Deloitte, Bernard Krief Consultants, Ernst & Young, PricewaterhouseCoopers officient à Alger. Ils ont en point de mire le chantier des privatisations. Cette concurrence exacerbée étouffe l’essor des cabinets locaux, qui interviennent souvent en appui, mais elle n’altère pas les ambitions des majors. « Notre objectif est de continuer notre croissance à deux chiffres sur les trois pays (Algérie, Tunisie et Maroc). C’est une zone stratégique « , explique Philippe Ausseur. Même appétit pour le numéro un mondial, l’américain PricewaterhouseCoopers. « Le potentiel de croissance du marché maghrébin sera supérieur à 20 % dans les années à venir « , assure Nicolas Granier, responsable des activités juridiques et fiscales du cabinet. En revanche, les cabinets restent très discrets sur leurs résultats. Peut-être parce que l’activité est très lucrative.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après Le Jeune Indépendant