Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie considère nulle la transaction entre les Australiens et les (...)

L’Algérie considère nulle la transaction entre les Australiens et les Egyptiens

lundi 2 août 2010, par Rédaction

L’Algérie a opposé son veto contre les Australiens qui ont annoncé avoir ouvert aux Egyptiens de Sahara Gold Limited le capital de GMA.

L'Algérie considère nulle la transaction entre les Australiens et les Egyptiens. Les autorités algériennes se sont opposées officiellement à l’annonce de la transaction conclue par l’égyptien Sahara Gold Limited et l’australien Gold Mining of Algeria (GMA) qui exploite la mine d’or d’Amesmessa (Tamanrasset dans le Sud de l’Algérie) et dans laquelle il est actionnaire à 52 % en association avec Sonatrach, qui détient 48 % des parts. La riposte des autorités algériennes est survenue publiquement à travers l’Agence nationale du patrimoine minier (ANPM), qui a diffusé un placard publicitaire dans la presse nationale dans lequel elle met en avant toutes les dispositions de la loi minière. La loi en question stipule dans son article 75 que « tout contrat ou protocole par lequel le titulaire d’un titre minier projette de céder ou de transférer totalement ou partiellement les droits et obligations découlant dudit titre est soumis à l’approbation préalable de l’Agence nationale du patrimoine minier ».

Une menace franche à l’égard des Australiens qui ont souscrit cet accord qui porte sur l’achat, par Sahara Gold Limited, de 120 000 000 actions ordinaires d’une valeur de 0,01 livre chacune, leur accordant ainsi le droit d’accéder au conseil d’administration de Gold Mining of Algeria. Par cette ouverture du capital, GMA espère collecter de nouveaux fonds nécessaires pour financer ses investissements dans la mine d’or d’Amesmessa dans le Sud de l’Algérie. GMA est confrontée à une grave crise financière depuis le début des investigations au sujet des conditions de sa création en Algérie, ses activités et ses moyens de financement. Néanmoins, cela ne lui confère pas le droit de vendre totalement ou partiellement ses actions sans l’aval de l’ANPM. 

Synthèse de Rayane, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant