Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie en retard dans le contrôle agroalimentaire

L’Algérie en retard dans le contrôle agroalimentaire

vendredi 16 octobre 2009, par Rédaction

L’Algérie est désarmée en matière de contrôle de la qualité dans le secteur de l’agroalimentaire selon le ministre Abdelhamid Temmar.

L'Algérie en retard dans le contrôle alimentaire. Le ministre de l’Industrie et de la Promotion des investissements s’exprimait à l’occasion de la célébration en Algérie de la Journée mondiale de l’alimentation à l’Institut national de la recherche agronomique. L’Etat « compte y remédier », a-t-il assuré. Cet aspect sera d’ailleurs parmi les points qui seront débattus lors des assises nationales sur l’industrie agroalimentaire qui se tiendront en novembre prochain. « Il va y avoir des engagements concrets », a-t-il encore affirmé, tout en lançant un appel aux entreprises privées pour qu’elles contribuent massivement au développement de cette activité. La relance de l’industrie agroalimentaire en Algérie est primordiale, a-t-il signifié. M. Temmar fera savoir dans ce sillage qu’un centre technique dédié à cette branche sera érigé. Il a relevé qu’une cinquantaine de sociétés spécialisées dans ce domaine ont fait l’objet d’actions de mise à niveau afin de les mettre au diapason des normes internationales.

Le ministre des Ressources en eau, Abdelmalek Sellal, a révélé pour sa part que 5% des ressources hydriques en Algérie sont consacrées à l’agriculture. Il a signalé qu’avec le développement du dessalement de l’eau de mer dont les capacités atteindront un peu moins de 2,4 millions de mètres cubes à l’horizon 2010, les eaux conventionnelles des barrages et des forages seront exclusivement utilisées pour répondre aux besoins des agriculteurs. Le ministre a regretté que les exploitants agricoles s’abstiennent d’avoir recours aux retenues collinaires tout en utilisant les eaux des barrages dont le prix est soutenu par l’Etat. « L’utilisation de l’eau pose problème. L’agriculture va devoir s’acquitter de sa quote-part », a-t-il lancé en plaidant pour une utilisation rationnelle du précieux liquide.

Synthèse de Mourad, www.algerie-dz.com
D’après El Watan