Algerie-dz.com

L’Algérie moderne avec Algerie-dz.com

Accueil > ECONOMIE > L’Algérie et la Corée du Sud coopèrent dans la e-gouvernance

L’Algérie et la Corée du Sud coopèrent dans la e-gouvernance

lundi 7 décembre 2009, par Rédaction

L’Algérie ambitionne de profiter de l’expérience de la Corée du Sud en matière de e-gouvernance.

L'Algérie et la Corée du Sud coopèrent dans la e-gouvernance. Dans ce contexte, un mémorandum d’entente entre le ministère et Korea Telecom portant sur la formation a été signé en présence des responsables des deux pays. Sur la base de leur expérience dans le domaine des technologies de l’information et de la communication (TIC), les responsables de l’opérateur historique Korea Telecom ont estimé, dans leur exposé, que la stratégie de mise en place de la e-gouvernance en Algérie (e-Algérie 2013) nécessite un délai de 10 années, tout en indiquant que le projet similaire réalisé en Corée a débuté vers la fin des années 1980. Entre 1986 et 1995, les Coréens ont procédé à l’informatisation des bases de données avant de généraliser les services de la e-gouvernance aux différentes institutions (administrations et ministères) et aux entreprises économiques des secteurs public et privé ainsi qu’au grand public.

La phase de mise à jour et d’efficacité est intervenue après l’année 2000, a indiqué M. Kum Gil Bong, directeur général de Korea Telecom Algérie (KTA), précisant que les TIC sont devenues au cœur de toutes les stratégies de développement en Corée. Le DG de KTA a insisté sur la standardisation des systèmes et des réseaux compte tenu de la réussite de la e-gouvernance, qui est le réseau des réseaux englobant les systèmes informatiques Intranet des différentes institutions du pays. Il a relevé que la e-gouvernance suppose des efforts dans le volume budgétaire, le déploiement des ressources humaines, la mise en place d’infrastructures de télécommunications et l’adaptation des textes législatifs. Il a estimé, également, que les résultats de cette entreprise ne peuvent être perceptibles que dans une dizaine d’années dans la mesure où il s’agit d’un investissement à long terme et coûteux.

Synthèse de Samir, www.algerie-dz.com
D’après le Jeune Indépendant